8.5 C
Bruxelles
Vendredi, Mars 1, 2024
Le choix des éditeursL’engagement NY 75 promeut le sauvetage du sens originel de la DUDH

L’engagement NY 75 promeut le sauvetage du sens originel de la DUDH

C'est dans le cadre du 5ème Sommet Transatlantique que la vie, la famille et les libertés sont mises en avant dans le cadre du droit à la vie, la famille et les libertés dans le cadre du droit à la vie.

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://europeantimes.news
The European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.

C'est dans le cadre du 5ème Sommet Transatlantique que la vie, la famille et les libertés sont mises en avant dans le cadre du droit à la vie, la famille et les libertés dans le cadre du droit à la vie.

Un engagement à sauver le sens originel de la Déclaration universelle des droits de l'homme (DUDH) a émergé au siège des Nations Unies (ONU), approuvé par plus de 200 dirigeants politiques et civiques de 40 pays participant au 5e Sommet transatlantique. Il s'agit de l'Engagement de New York célébrant le 75e anniversaire de la DUDH.

Protéger la vie et les origines religieuses

En cela, les personnes présentes ont convenu de travailler à la création d'environnements propices à la formation et à la stabilité des familles ; protéger les enfants, avant et après la naissance ; et de respecter la liberté des parents et des tuteurs légaux d'assurer l'éducation religieuse et morale de leurs enfants conformément à leurs propres convictions. Ils se sont également engagés à promouvoir le respect des diverses valeurs religieuses et éthiques, des contextes culturels et des convictions philosophiques des peuples du monde.

« Nous sommes ici pour ramener au présent, dans son sens originel, cet accord de 1948, nous devons revenir à la personne humaine et, à partir de là, garantir ses droits fondamentaux. C’est précisément ici, à l’ONU, que notre voix doit être entendue. Nous revendiquons les principes fondamentaux qui ont inspiré la DUDH, ce sont des principes intemporels et transcendants », a déclaré José Antonio Kast, président du Réseau Politique pour les Valeurs, l'institution organisatrice de l'événement.

L'Engagement de New York 75 pour les droits humains universels donne de la visibilité à un large consensus qui existe sur tous les continents sur la nécessité d'affirmer la dignité de la personne et les valeurs fondamentales, notamment la vie, la famille et les libertés.

« Nous sommes nombreux à penser ainsi et à être très actifs dans les domaines social, politique et culturel, et nous pensons qu'il y a toujours de la place pour le dialogue. Il est de notre devoir de rappeler à ceux qui oublient ou veulent déformer le sens originel de la DUDH », a-t-il déclaré.

De même, Santiago Santúrio, député national argentin, a déclaré : « Il est impossible qu'aujourd'hui l'endroit le plus dangereux au monde soit l'utérus, là où la vie humaine est la plus en danger. C’est là qu’il faut le défendre avec plus de force, avec plus de conviction. Et cela, l’État doit le protéger. Et que les familles doivent le promouvoir. De la même manière que nous devons protéger les familles des abus des États et des gouvernements, de la même manière que nous devons protéger les États des abus des organisations internationales. Il y a un cas particulier ici, celui de Beatriz del Salvador, où nous courons le risque que certains Costaricains veuillent légiférer sur l'avortement pour toutes les Amériques. C’est très grave pour la défense des droits de l’homme et de la souveraineté des États. Le cas Beatriz doit être un exemple selon lequel les droits de l'homme doivent être défendus dans les instances internationales et qu'il ne faut pas abuser de ces instances pour imposer la volonté des États et des parlements.

Ito Bisonó, Ministre de l'Industrie et du Commerce de la République Dominicaine, a souligné qu'il n'a jamais été aussi opportun de réaffirmer les principes qui ont donné naissance à la DUDH face aux menaces qui pèsent aujourd'hui sur la vie, la liberté et la dignité des personnes en particulier. .

Samuel Georges, membre du Parlement ghanéen, a souligné que la Magna Carta de l'ONU consacre le droit à la vie, la protection qui doit être accordée à la famille fondée sur le mariage d'un homme et d'une femme, la protection de la maternité et de l'enfance, le droit préférentiel de aux parents de choisir l'éducation de leurs enfants, la liberté de pensée, de conscience, de religion, d'opinion et d'expression, c'est pourquoi il est incompréhensible que des organisations internationales les violent.

Marguerite de la Pise, député européen, a souligné que ces droits, loin d'être régressifs, constituent la base du véritable développement humain. « Défendre la vie, par exemple, signifie un engagement politique en faveur de la prospérité », a-t-elle déclaré.

Dans la même veine, Hafid El-Hachimi, un responsable de la Commission permanente indépendante des droits de l'homme de l'Organisation de la coopération islamique, a déclaré que les familles constituent l'unité fondamentale pour le développement durable, culturel et économique de la société, et que chercher à redéfinir la famille signifie donc compromettre l'avenir.

Neydy Casillas, expert d'organisations multilatérales et vice-président du Centre mondial des droits de l'homme (GCHR) a évoqué le cas de Beatriz, la jeune Salvadorienne dont la fille, Leilani, est décédée quelques heures après sa naissance à cause d'une anencéphalie, et dont le cas a été porté devant la Cour Interaméricaine des Droits de l'Homme par des groupes d'avortement : « En voyant ce cas tragique, des groupes d'avorteurs qui prétendent protéger les femmes, ont obtenu illégalement le dossier médical de Beatriz, son adresse et se sont rendus chez elle, l'ont harcelée, lui ont fait peur indépendamment de tout. sa maladie (elle souffrait de lupus) et l'a convaincue qu'elle mourrait si elle n'avortait pas.

Elle s'est ensuite adressée aux législateurs de plusieurs pays, les avertissant que « leur autorité est mise à mal, car ils ont la légitimité du peuple, qui leur a donné une voix pour parler en leur nom, donc on met fin à la démocratie en les réduisant au silence », a-t-elle déclaré. .

Le député paraguayen, Raúl Latorre, a également dénoncé le fait qu'ils cherchent à changer le consensus et le concept que représentait à l'origine la Déclaration universelle des droits de l'homme : « Les organismes de droit international attaquent ouvertement le droit de ceux qui ne peuvent pas se défendre, de ceux qui ne peuvent pas parler », en référence à l'enfant à naître.

Qu’est-ce que l’Engagement de New York ?

Dans l'Engagement de New York, les participants à la réunion se sont engagés à former une alliance mondiale pour les droits de l'homme et les libertés fondamentales consacrés et universellement reconnus dans la DUDH.

Ils s'efforceront d'établir des environnements propices à la formation et à la stabilité des familles ; protéger les enfants, avant et après la naissance ; et de veiller à ce que la liberté des parents et des tuteurs légaux d'assurer l'éducation religieuse et morale de leurs enfants conformément à leurs propres convictions soit respectée.

Ils se sont également engagés à promouvoir le respect des diverses valeurs religieuses et éthiques, des origines culturelles et des convictions philosophiques des peuples du monde, ainsi que de la souveraineté des États dans les domaines relevant de leur compétence nationale.

Un autre type de sommet au sein de l’ONU

Le 5e Sommet transatlantique, organisé sous le thème « Affirmer les droits de l'homme universels – Rapprocher les cultures pour la vie, la famille et les libertés », s'est tenu les 16 et 17 novembre dans la salle 4 du siège de l'ONU, dans le cadre du 75e anniversaire de la DUDH. L'événement était organisé par le Réseau Politique pour les Valeurs (PNfV) et ses organisations partenaires.

Parmi les participants figuraient Erwin Ronquillo, ministre de la Protection de l'enfance de l'Équateur ; Raúl Latorre, président de la Chambre des députés du Paraguay ; Kinga Gál et Margarita de la Pisa, députées européennes respectivement pour la Hongrie et l'Espagne ; Lucy Akello, députée ougandaise ; Päivi Räsänen, députée finlandaise ; Corina Cano, vice-présidente de l'Assemblée nationale du Panama ; German Blanco, sénateur de Colombie ; Nikolas Ferreira du Brésil ; Santiago Santurio, député argentin ; et Rafael López Aliaga, maire de Lima (par vidéo).

Également Lila Rose, présidente de Live Action ; Valérie Huber, promotrice de la Déclaration de consensus de Genève et présidente de l'Institut pour la santé des femmes ; Sharon Slater, présidente de Family Watch International ; Dawn Hawkins, directrice exécutive du Centre international sur l'exploitation sexuelle ; Neydy Casillas, vice-président des affaires internationales du Centre mondial pour les droits de l'homme ; Ádám Kavecsánszki, président de la Fondation pour une Hongrie civique ; Austin Ruse, président de C-Fam ; Brett Schaefer, chercheur à la Heritage Foundation ; et Peter Torcsi, directeur des opérations au Centre pour les droits fondamentaux ; entre autres.

L'événement est officiellement soutenu par le gouvernement du Guatemala et est parrainé par la Heritage Foundation, le Centre pour les droits fondamentaux, la Fondation pour une Hongrie civique, le Centre mondial pour les droits de l'homme, le Centre international sur l'exploitation sexuelle, Family Watch International, C-Fam, ADF. International, Institut pour la santé des femmes, Organisation internationale pour la famille et Talenting Group.

Le Sommet était présidé par José Antonio Kast, fondateur du Parti républicain du Chili, ancien candidat à la présidence de son pays et président du PNfV.

Le PNfV est un réseau international d'hommes politiques activement engagés dans la promotion et la défense de la vie, de la famille et des libertés. Les sommets transatlantiques constituent la pierre angulaire du réseau. Ils rassemblent des hommes politiques et des dirigeants civiques de différents pays pour renforcer les liens, partager des réussites et des meilleures pratiques et élaborer des programmes communs. Ils ont normalement lieu tous les deux ans.

Le premier sommet s'est tenu aux Nations Unies à New York en 2014, suivi d'autres au Parlement européen à Bruxelles en 2017, au Capitole colombien à Bogotá en 2019 et à l'Académie hongroise des sciences à Budapest l'année dernière.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -