2.6 C
Bruxelles
Wednesday, Février 28, 2024
InternationalHaïti - Élections dans un contexte de violence croissante des gangs, l'envoyé de l'ONU maintient ses critiques...

Haïti – Élections dans un contexte de violence croissante des gangs, l’envoyé de l’ONU confirme son rôle essentiel

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Nouvelles des Nations Unies
Nouvelles des Nations Unieshttps://www.un.org
United Nations News - Articles créés par les services de presse des Nations Unies.

« Les élections sont la seule voie et le seul impératif pour restaurer les institutions démocratiques en Haïti. Seules la démocratie et l'État de droit peuvent constituer la base à partir de laquelle Haïti peut progresser vers le développement et la croissance », a-t-elle déclaré. a affirmé Valérie Plante..

L'envoyé, qui dirige également le Bureau des Nations Unies en Haïti, BINUH, a souligné « l'énorme importance » de la récente résolution du Conseil autoriser le déploiement d'une mission multinationale de soutien à la police nationale, et en a accueilli une autre sur un embargo sur les armes.

La violence généralisée des gangs – qui touche principalement la capitale, Port-au-Prince – est un autre choc pour Haïti, où près de la moitié de la population, soit environ cinq millions de personnes, a besoin d'une aide humanitaire. Ces dernières années, la nation caribéenne a été frappée par une épidémie de choléra, des tremblements de terre et des cyclones, ainsi que par l'assassinat du président Jovenel Moïse en juillet 2021. 

La criminalité grave augmente

Mme Salvador a signalé que les crimes majeurs sont en forte augmentation et atteignent de nouveaux records. Parmi les incidents figurent l'enlèvement en plein jour la semaine dernière du chef du Haut Conseil de transition – l'organisme chargé de préparer les élections attendues depuis longtemps – par des membres de gangs déguisés en policiers.

« Les meurtres, les violences sexuelles, y compris les viols collectifs et les mutilations, continuent d'être utilisés par les gangs chaque jour et dans le contexte d'un service de soutien inefficace aux victimes ou d'une réponse judiciaire robuste », a-t-elle déclaré.

Les activités des groupes d’autodéfense ont ajouté encore plus de complexité à la crise sécuritaire. Le BINUH a enregistré le lynchage de près de 400 membres présumés de gangs par le mouvement dit « Bwa Kale » entre fin avril et fin septembre.

Chemin vers les urnes

Parallèlement, Mme Salvador continue de s'engager en faveur d'une « voie menant à des élections visant à rétablir pleinement les institutions démocratiques et l'État de droit ». Bien que les consultations inter-haïtiennes aient repris sous les auspices du bloc régional CARICOM, elle s'inquiète du fait que « les efforts en faveur des élections n'avancent pas au rythme souhaité ».

Elle a souligné que le rétablissement du contrôle par la Police nationale haïtienne est une condition préalable à la tenue d'un vote crédible et inclusif, et que le déploiement de la force multinationale laisse espérer que les choses s'amélioreront.  

« La Police nationale haïtienne ne pourra obtenir des résultats durables que lorsque la sécurité publique sera rétablie et que l'État reprendra ses fonctions, en particulier dans les quartiers défavorisés sujets aux activités des gangs », a-t-elle déclaré.

Recrutement d’enfants et violences sexuelles

Environ deux millions de personnes en Haïti vivent dans des zones sous le contrôle de groupes armés, qui étendent leurs opérations, a déclaré le chef du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a affirmé Valérie Plante. dans son exposé au Conseil.

Catherine Russell a rapporté que des enfants sont blessés ou tués dans des échanges de tirs, même sur le chemin de l'école. D’autres sont recrutés de force dans des gangs ou les rejoignent par pur désespoir, tandis que les femmes et les filles sont confrontées à des niveaux extrêmes de violence sexiste et sexuelle.

Le viol est « désormais monnaie courante »

Mme Russell s'est rendue à Haïti en juin dernier où elle a rencontré une fillette enceinte de 11 ans dans un centre pour survivants de violences sexuelles. L'année dernière, cinq hommes avaient enlevé la jeune fille alors qu'elle marchait dans la rue, et trois d'entre eux l'avaient violée à tour de rôle.

« Plusieurs femmes du centre ont parlé d'hommes armés qui sont entrés par effraction, les ont violées – dans un cas, devant ses enfants – et ont ensuite incendié leur maison. Dans certaines régions, de tels abus et crimes horribles sont désormais monnaie courante », a déclaré Mme Russell. 

Crise alimentaire et nutritionnelle 

Les groupes armés ont également étranglé les principales routes reliant la capitale au reste d'Haïti, où réside la majeure partie de la population, détruisant les moyens de subsistance et restreignant l'accès aux services essentiels.

Mme Russell a déclaré que ce « mélange de conditions potentiellement mortelles » a provoqué une crise de sécurité alimentaire et nutritionnelle qui s’aggrave, avec plus de 115,000 30 enfants souffrant d’émaciation grave – soit une augmentation de XNUMX pour cent par rapport à l’année dernière.

Près d'un quart de tous les enfants en Haïti souffrent de malnutrition chronique, et l'épidémie de choléra en cours met encore davantage la vie des jeunes en danger.

© UNICEF/Georges Harry Rouzier – Un enfant mange des aliments thérapeutiques prêts à l'emploi dans un centre de santé et de nutrition à Port-au-Prince, Haïti.

La réponse humanitaire se poursuit 

Même si la violence compromet également les travailleurs humanitaires sur le terrain, Mme Russell a déclaré que l'UNICEF et ses partenaires continuent d'agir en Haïti. La semaine dernière, ils ont réussi à obtenir la libération en toute sécurité de près de 60 enfants détenus par des groupes armés occupant une école à Port-au-Prince. 

Elle a déclaré que la mission de soutien multinationale jouerait un rôle essentiel dans l'amélioration de la sécurité et a exhorté la force à accorder une attention particulière à la protection des enfants, des femmes, des personnes handicapées et d'autres groupes vulnérables.

Flux d’armes illicites

La violence des gangs est rendue possible par des « armes à feu sophistiquées » introduites illégalement en Haïti, a déclaré Gada Waly, chef de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (L'ONUDC) dit le Conseil.

La demande est liée à la nécessité pour les groupes criminels de renforcer le commerce lucratif de drogues illégales, le pays restant une destination de transit principalement pour la cocaïne et le cannabis.

« Mettre fin au flux d'armes à feu illicites vers Haïti et établir un cadre réglementaire solide pour les armes à feu sont des étapes impératives permettant aux autorités haïtiennes d'affirmer leur contrôle et de rétablir la normalité », a-t-elle déclaré.

Par terre et par mer 

Mme Wady a exhorté le communauté internationale pour soutenir Haïti dans la réalisation de ces objectifs, parallèlement au déploiement de la mission multinationale de soutien.

Le dernier rapport de l'ONUDC a identifié quatre principales routes maritimes et terrestres pour les flux illicites d'armes à feu et de munitions vers Haïti, qui proviennent principalement des États-Unis, notamment via des expéditions directes dans des conteneurs vers Port-au-Prince.

Des armes sont également envoyées des États-Unis vers les régions du nord et transportées par voie terrestre vers les villes côtières, puis vers des quais contrôlés par des gangs ou des trafiquants avant d'aboutir dans la capitale. 

Une autre route terrestre passe par deux postes frontaliers avec la République dominicaine, utilisés principalement pour le trafic de munitions. Le dernier itinéraire passe par Cap-Haïtien, une ville de la côte nord, où de plus petites quantités d'armes sont cachées dans les effets personnels des personnes traversant la frontière en voiture ou à pied. 

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -