8.2 C
Bruxelles
Sunday, Février 25, 2024
La santéDécouverte d'un gène de l'insomnie qui nous hante tout au long de notre vie

Découverte d'un gène de l'insomnie qui nous hante tout au long de notre vie

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Les études aideront les scientifiques à prévenir les problèmes d'éveil nocturne

Une nouvelle étude montre que des modèles spécifiques de l'ADN peuvent déterminer si nous développons de l'insomnie, rapporte MailOnline.

Des chercheurs néerlandais ont collecté des informations génétiques sur 2,500 15 bébés à naître et les ont suivis jusqu'à l'âge de XNUMX ans, en mesurant leurs habitudes de sommeil.

Ils ont découvert que les adolescents porteurs de gènes connus pour affecter le sommeil étaient plus susceptibles de se réveiller pendant la nuit que leurs pairs ne présentant pas ces configurations d'ADN.

Une prédisposition génétique à de mauvaises habitudes de sommeil a déjà été démontrée chez les adultes. Les scientifiques ont identifié des mutations dans des gènes tels que NPSR1 et ADRB1 qui peuvent conduire à des nuits blanches.

Cependant, les dernières découvertes montrent que le gène du « mauvais sommeil » est actif tout au long de la vie d'une personne, informe BTA.

Des chercheurs du centre médical universitaire de Rotterdam et du centre médical universitaire Erasmus des Pays-Bas utilisent leurs résultats pour souligner l'importance d'identifier un mauvais sommeil dans la petite enfance – dès la petite enfance – afin de prévenir l'insomnie permanente.

Des échantillons d'ADN ont été collectés sur 2,458 2002 enfants européens nés entre avril 2006 et janvier XNUMX, en utilisant du sang de cordon et du sang des mêmes enfants âgés de six ans.

Parallèlement à l'analyse ADN, les mères ont rendu compte des habitudes de sommeil de leurs enfants à l'âge d'un an et demi, trois et six ans, puis entre 10 et 15 ans. Un sous-ensemble de 975 adolescents ont porté des appareils de suivi du sommeil pendant environ deux semaines.

Les chercheurs ont généré des marqueurs de risque ADN pour chaque adolescent et ont découvert davantage de problèmes de sommeil liés à l'insomnie, tels que des réveils nocturnes et des difficultés à s'endormir pendant l'enfance, chez ceux présentant des marqueurs de prédisposition génétique élevés. Les scientifiques ont expliqué :

« Nous fournissons des preuves indirectes de la persistance du phénotype du mauvais sommeil tout au long de la vie. Cela ouvre la porte à des recherches plus approfondies sur la détection précoce et la prévention génétiquement fondées des problèmes de sommeil. Leurs conclusions ont été publiées dans le Journal of Child Psychology and Psychiatry.

Il a été établi que résoudre les problèmes de sommeil dès le plus jeune âge de l’enfant conduit à de meilleures conditions pour son développement et sa réussite scolaire.

Une autre étude de 2022, publiée dans le Journal of Clinical Sleep Medicine, a révélé que près de 93 % des étudiants peu performants souffraient de troubles du sommeil, contre 83 % des étudiants moyens et 36 % des étudiants très performants.

L'importance du sommeil ne doit pas être surestimée, mais une étude menée par la National Sleep Foundation aux États-Unis a révélé que plus de 87 % des lycéens américains dorment moins que les huit à dix heures recommandées par nuit.

L’Académie américaine de pédiatrie a décrit le problème de la mauvaise qualité du sommeil chez les adolescents comme une « épidémie » provoquée par « l’utilisation des médias électroniques, la consommation de caféine et la rentrée scolaire précoce ».

Ces données ont contribué à alimenter un mouvement de parents et d’experts du sommeil faisant pression sur les législatures des États pour qu’elles introduisent des heures de rentrée scolaire plus tardives.

La Californie et la Floride sont les deux seuls États à avoir adopté des règles d'heure de début plus tardives, exigeant que les cours dans les lycées publics commencent au plus tôt à 8h30.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -