9.4 C
Bruxelles
Wednesday, Février 21, 2024
Le choix des éditeursJournée des Droits de l'Homme, N'oubliez pas les milliers d'enfants ukrainiens kidnappés...

Journée des droits de l'homme, n'oubliez pas les milliers d'enfants ukrainiens kidnappés et déportés par la Russie

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Willy Fautre
Willy Fautrehttps://www.hrwf.eu
Willy Fautré, ancien chargé de mission au Cabinet du ministère belge de l'Éducation et au Parlement belge. Il est le directeur de Human Rights Without Frontiers (HRWF), une ONG basée à Bruxelles qu'il a fondée en décembre 1988. Son organisation défend les droits humains en général avec un accent particulier sur les minorités ethniques et religieuses, la liberté d'expression, les droits des femmes et les personnes LGBT. HRWF est indépendante de tout mouvement politique et de toute religion. Fautré a mené des missions d'enquête sur les droits de l'homme dans plus de 25 pays, y compris dans des régions périlleuses comme l'Irak, le Nicaragua sandiniste ou les territoires maoïstes du Népal. Il est maître de conférences dans les universités dans le domaine des droits de l'homme. Il a publié de nombreux articles dans des revues universitaires sur les relations entre l'État et les religions. Il est membre du Club de la Presse à Bruxelles. Il est défenseur des droits de l'homme auprès de l'ONU, du Parlement européen et de l'OSCE.

À l'occasion de la Journée des droits de l'homme des Nations Unies, le 10 décembre, les milliers d'enfants ukrainiens kidnappés et expulsés par la Russie, dont les parents cherchent désespérément un moyen de les ramener chez eux, ne devraient pas être oubliés par la communauté internationale, a déclaré l'ONG basée à Bruxelles : Human Rights Without Frontiers, dans un communiqué publié aujourd'hui.

Le 6 décembre, le président Zelensky a annoncé dans son discours quotidien que six enfants déportés vers la Russie depuis les territoires occupés d'Ukraine avaient été libérés avec le médiation du Qatar.

Au total, moins de 400 mineurs ukrainiens ont été secourus dans le cadre de diverses opérations spéciales distinctes et conçues individuellement, selon La plateforme « Enfants de la Guerre » créé au nom du Cabinet du Président de l'Ukraine par diverses institutions officielles ukrainiennes.

La même plateforme a publié les photos, noms et dates de naissance avec le lieu de disparition de 19,546 XNUMX enfants déportés et leur nombre ne cesse de croître.

Statistiques : 20,000 300,000 ? 700,000 XNUMX ? XNUMX XNUMX ?

Il est impossible d'établir le nombre exact d'enfants déportés étant donné l'agression généralisée en cours, les difficultés d'accès aux territoires temporairement occupés et l'incapacité de la partie russe à fournir des informations fiables à ce sujet.

Daria Herasymchuk, conseillère du président ukrainien pour les droits de l'enfant et la réadaptation des enfants, Remarques que le pays agresseur, la Russie, aurait pu expulser illégalement jusqu'à 300,000 enfants d'Ukraine pendant la guerre.

En juin 2023, le Quartier général de coordination interministérielle de la Fédération de Russie pour la réponse humanitaire a indiqué dans son rapport déclaration que depuis le 24 février 2022, 307,423 des enfants ont été emmenés d’Ukraine vers le territoire de la Russie.

Maria Lvova-Belova, commissaire russe aux droits de l'enfant a affirmé Valérie Plante. que le nombre de ces enfants ukrainiens est plus de 700,000.

La Russie qualifie cyniquement le transfert illégal d’enfants ukrainiens d’« évacuation », mais la commission d’enquête de l’ONU a conclu qu’aucun des cas examinés n’était justifié pour des raisons de sécurité ou de santé, ni ne répondait aux exigences du droit international humanitaire.

Les autorités russes créent des obstacles pour empêcher les enfants ukrainiens de retrouver leur famille.

Dans son rapport sur la question, l'OSCE note que les autorités russes ont commencé à travailler au « transfert » d’enfants ukrainiens pour adoption ou garde par des familles russes depuis 2014, après l’occupation de la Crimée.

D'après le programme russe "Le train de l'espoir«, n'importe qui, n'importe où dans le pays, pouvait adopter des enfants ukrainiens de Crimée, qui obtenaient ensuite la citoyenneté russe.

Fin septembre 2022, le président russe Vladimir Poutine signé un décret sur « l’adhésion » à la Fédération de Russie des régions partiellement occupées de Zaporizhzhia, Kherson, Donetsk et de la région occupée de Louhansk en Ukraine. Après cela, les enfants de ces régions nouvellement occupées ont également commencé à être inscrits comme citoyens de la Fédération de Russie et adoptés de force.

Sur 17 March 2023, le Cour pénale internationale a émis un mandat d'arrêt contre le président russe Vladimir Poutine et la commissaire présidentielle russe aux droits de l'enfant Maria Lvova-Belova pour crime de guerre de déportation illégale de population et de transfert illégal de population des zones occupées de l'Ukraine vers la Fédération de Russie, au préjudice des enfants ukrainiens.

proactives

Human Rights Without Frontiers soutient les recommandations du secrétaire général de l'ONU, qui exhorte

  • La Russie doit veiller à ce qu'aucune modification ne soit apportée au statut personnel des enfants ukrainiens, y compris à leur citoyenneté ;
  • toutes les parties doivent continuer de veiller à ce que l'intérêt supérieur de tous les enfants soit respecté, notamment en facilitant la recherche des familles et la réunification des enfants non accompagnés et/ou séparés qui se trouvent hors des frontières ou des lignes de contrôle sans leur famille ou leur tuteur ;
  • les parties au conflit à accorder aux autorités de protection de l’enfance l’accès à ces enfants afin de faciliter le regroupement familial ;
  • son Représentant spécial sur « Les enfants et les conflits armés », en collaboration avec les agences et partenaires des Nations Unies, pour réfléchir aux moyens de faciliter de tels processus.

Human Rights Without Frontiers, Avenue d'Auderghem 61/, B – 1040 Bruxelles

 Site Web : https://hrwf.eu - Email: [email protected]

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -