6.1 C
Bruxelles
Saturday, Février 24, 2024
InternationalLes États-Unis opposent leur veto à la résolution sur Gaza qui appelait à un « cessez-le-feu humanitaire immédiat »

Les États-Unis opposent leur veto à la résolution sur Gaza qui appelait à un « cessez-le-feu humanitaire immédiat »

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Les États-Unis ont une nouvelle fois opposé vendredi leur veto à une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies appelant à un cessez-le-feu humanitaire immédiat dans le conflit entre Israël et le Hamas.

Vendredi 8 décembre, pour la deuxième fois, les États-Unis ont opposé leur veto à une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies appelant à un « cessez-le-feu humanitaire immédiat » à Gaza, « alors que les pertes civiles augmentent dans la campagne militaire israélienne contre le Hamas ».

Treize des quinze membres du Conseil de sécurité ont voté en faveur de la résolution, le Royaume-Uni s'étant abstenu. Le projet de résolution avait été co-parrainé par 97 États membres de l'ONU.

Robert Wood, l'ambassadeur adjoint des États-Unis auprès de l'ONU, a déclaré après le vote : « Nous ne soutenons pas une résolution qui appelle à un cessez-le-feu non durable qui ne fera que semer les graines de la prochaine guerre », a-t-il expliqué, dénonçant également « l'échec moral ». » représenté par l'absence dans le texte de toute condamnation du Hamas

Le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a remercié les ambassadeurs pour leur réponse à son invocation de l'article 99 suite à son lettre urgente – l’un des outils les plus puissants à sa disposition – affirmant qu’il avait écrit parce que « nous sommes au point de rupture » dans la guerre entre Israël et le Hamas.

L'article 99, contenu dans le Chapitre XV de la Charte : stipule que le chef de l'ONU « peut attirer l'attention du Conseil de sécurité sur toute question qui, à son avis, peut menacer le maintien de l'ONU ». paix et sécurité. »

C’était la première fois que M. Guterres utilisait cette clause rarement invoquée.

« Face à un risque grave d'effondrement du système humanitaire à Gaza, j'exhorte le Conseil à contribuer à éviter une catastrophe humanitaire et à appeler à un cessez-le-feu humanitaire », a écrit M. Guterres sur X, anciennement Twitter, après l'envoi de la lettre.

Il a exhorté l'organisme à contribuer à mettre fin au carnage dans cette enclave ravagée par la guerre grâce à un cessez-le-feu humanitaire durable.

« Je crains que les conséquences ne soient dévastatrices pour la sécurité de l’ensemble de la région », a-t-il déclaré, ajoutant que la Cisjordanie occupée, le Liban, la Syrie, l’Irak et le Yémen ont déjà été entraînés dans le conflit à des degrés divers.

Il existe clairement, à mon avis, un risque sérieux d’aggraver les menaces existantes contre le maintien de la paix et de la sécurité internationales ».

Le Secrétaire général a également réitéré sa « condamnation sans réserve » des attaques brutales du Hamas contre Israël le 7 octobre, soulignant qu'il était « consterné » par les informations faisant état de violences sexuelles.

« Rien ne peut justifier le meurtre délibéré de quelque 1,200 33 personnes, dont XNUMX enfants, le fait d'en blesser des milliers d'autres et de prendre des centaines d'otages », a-t-il déclaré, ajoutant « en même temps, la brutalité perpétrée par le Hamas ne pourra jamais justifier la punition collective des victimes ». le peuple palestinien. »

« Bien que les tirs aveugles de roquettes du Hamas sur Israël et l’utilisation de civils comme boucliers humains soient contraires aux lois de la guerre, une telle conduite n’absout pas Israël de ses propres violations », a déclaré M. Guterres.

"C'est un triste jour dans l'histoire du Conseil de sécurité", mais "nous n'abandonnerons pas", a déploré l'ambassadeur palestinien à l'ONU, Riyad Mansour.

L'ambassadeur israélien à l'ONU, Gilad Erdan, a remercié les États-Unis « de se tenir fermement à nos côtés ».

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -