8.3 C
Bruxelles
Wednesday, Février 21, 2024
La santéAntidépresseurs et accident vasculaire cérébral

Antidépresseurs et accident vasculaire cérébral

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Gabriel Carrion López
Gabriel Carrion Lópezhttps://www.amazon.es/s?k=Gabriel+Carrion+Lopez
Gabriel Carrión López : Jumilla, Murcie (ESPAGNE), 1962. Écrivain, scénariste et cinéaste. Il travaille comme journaliste d'investigation depuis 1985 dans la presse, la radio et la télévision. Expert des sectes et des nouveaux mouvements religieux, il a publié deux livres sur le groupe terroriste ETA. Il coopère avec la presse libre et donne des conférences sur différents sujets.

Il fait froid, à cette époque de l'année, il fait froid à Paris, avec un taux d'humidité de 83 pour cent et la température n'est que de trois degrés. Heureusement, mon café au lait habituel et mes toasts au beurre et à la confiture me permettent de poser l'ordinateur sur la table pour me rapprocher d'une histoire qui nous entraîne une fois de plus dans le monde dévastateur de la mort et de l'établissement médical.

Dans un journal, le 22 septembre 2001, il y a de nombreuses années, je suis tombé sur un petit texte de présentation, vous savez, ces courtes nouvelles qui apparaissent sous forme de colonnes et qui sont utilisées par les rédacteurs des journaux pour remplir la page, qui se lisaient comme suit :

Risque hémorragique avec les nouveaux antidépresseurs :
Une étude publiée dans la dernière édition du British Medical Journal indique que les antidépresseurs de nouvelle génération qui inhibent la réabsorption de la sérotonine dans le cerveau augmentent le risque d'hémorragie gastro-intestinale chez les personnes âgées. La recherche, menée dans plusieurs hôpitaux canadiens, a notamment révélé que le risque de souffrir d'un tel trouble est augmenté de 10 pour cent.

Même si la recherche a été réalisée dans un hôpital canadien, la réalité est qu'au cours des vingt dernières années, la consommation d'antidépresseurs dans la population mondiale a été et continue d'être alarmante. Les grandes industries pharmaceutiques, aidées par les médecins généralistes, les médias et les psychiatres, ont implanté l’idée que tout état émotionnel qui nous perturbe peut être déclaré « maladie mentale » et soigné avec une certaine allégresse avec des antidépresseurs de nouvelle génération.

J'étais moi-même chez le médecin en 2010 et chez le médecin qui me soignait, lorsque je lui ai fait part de mon état d'esprit, d'une certaine apathie, car je venais de traverser un processus de deuil profond dans lequel j'étais encore plongé, sans considérer tout autre type de traitement, m'a prescrit des antidépresseurs, que je n'ai bien sûr pas pris. Cependant, chaque fois que je consulte mon médecin pour obtenir un document lié à un test, je suis étonné de voir que mon dossier médical me présente comme une personne souffrant de dépression. Si j’avais décidé de prendre des médicaments à ce moment-là, je serais aujourd’hui un malade chronique bourré de pilules pour mon traitement « dépressif ».

En novembre 2022, un portail gériatrique a publié un rapport au titre dévastateur : Les cas d’accidents vasculaires cérébraux augmenteront de 34 % au cours de la prochaine décennie en Europe. La Société espagnole de neurologie (SEN) a souligné que 12.2 millions de personnes dans le monde seront victimes d’un accident vasculaire cérébral en 2022 et 6.5 millions en mourront. Il indique également que plus de 110 millions de personnes ayant subi un accident vasculaire cérébral se trouvent en situation de handicap. 

Selon l'association et d'autres personnes consultées, les causes possibles d'accident vasculaire cérébral comprennent hypertension artérielle, tabagisme, sédentarité, mauvaise alimentation, obésité, consommation excessive d'alcool, fibrillation auriculaire, taux élevés de lipides sanguins, diabète sucré, génétique, stress, etc.. Il semble que vivre, en général, provoque un accident vasculaire cérébral. Encore une fois, la médecine pose un immense jeu de cartes sur la table, de sorte que quelle que soit la carte qui vous est distribuée, vous n'avez d'autre choix que de vous soigner. Et notamment contre le stress ou la tension, les anxiolytiques et les antidépresseurs.

Dans mes modestes recherches sur la relation entre la vieillesse et l’accident vasculaire cérébral, je suis tombé sur des articles vraiment terrifiants qui rejetaient, comme le voudrait la justice, la responsabilité de l’épreuve sur la personne âgée (je suis moi-même une personne âgée). Dans un article publié le 28 novembre de cette année (2023) et intitulé : La dépression, un problème de santé publique entre la population maire (La dépression, un problème de santé publique chez les personnes âgées). Parmi les symptômes effrayants qui permettent de diagnostiquer une telle maladie chronique, on peut lire les suivants :

La dépression est devenue un problème de santé publique qui mérite une attention particulière en raison de effets sur le déclin cognitif chez les personnes âgées. Ses symptômes peuvent varier et affecter à la fois le bien-être physique et émotionnel des personnes qui en souffrent.

Symptômes courants comprennent la perte d'énergie ou la fatigue constante, l'ennui, la tristesse ou l'apathie, une faible estime de soi, la nervosité, l'agitation, les délires, la peur injustifiée, le sentiment d'inutilité, de légers troubles cognitifs, la douleur inexpliquée ou chronique et certains troubles du comportement.

Des facteurs sociaux qui ne doivent en aucun cas être traités avec des antidépresseurs. Qualifier de tels problèmes de problème de santé publique est une honte imposée pour soigner en permanence des personnes qui ne devraient qu'être aidées à se sentir à nouveau utiles. Prétendre que ces personnes sont « un fardeau », c’est les déposséder de leurs droits fondamentaux, surtout lorsqu’elles se retrouvent dans des maisons de retraite, non pas pour une réinsertion sociale et émotionnelle, mais uniquement comme « bétail » à nourrir et à gaver de drogues jusqu’à leur mort. et ne sont plus une nuisance.

La surmédication est un facteur de risque, notamment chez les personnes ayant déjà les cheveux gris. Les études sur les causes d’une certaine maladie, menées dans n’importe quelle université du monde ou organisme « accrédité », n’analysent pas nécessairement, voire jamais, qui en est la cause. C'est pourquoi, chaque fois qu'on nous prescrit quelque chose, nous ne devrions pas nous lasser de demander à tout moment, même aux moteurs de recherche Internet, de nous montrer et d'éclaircir jusqu'à la dernière molécule de doute que nous avons. Et sinon, je recommande de dépenser quelques dollars (euros) pour acheter un ou deux livres critiques sur le système médical. Je recommande toujours, en raison de l'auteur et de sa formation médicale, l'un de ces deux livres : Comment survivre dans un monde surmédicamentéou Médicaments qui tuent et crime organisé.

Le système de santé mondial veut que nous soyons surmédiqués. Les médicaments ne doivent être utilisés que très occasionnellement. Si nous devons être constamment chez le médecin, alors quelque chose ne va pas, lisons les pilules que nous prenons, les effets secondaires qu'elles provoquent, et il se peut que nous tombions dans une spirale autodestructrice guidée par le leader borgne. les aveugles.

Mais comme je le dis toujours, alors que je termine mon café déjà froid, mes articles, mes observations, n'ont rien à voir avec la classe médicale honnête qui essaie de nous rapprocher pour que notre santé devienne de mieux en mieux et plus stable. Et de la même manière, il est également utile pour nous d’être conscients de la vie que nous menons. Est-ce sain ? Si ce n'est pas le cas, changeons-le.

Références:
Les cas de ictus augmentent de 34 % dans la prochaine décennie en Europe (geriatricarea.com)
La dépression, un problème de santé publique entre la population maire (geriatricarea.com)
Journal La Razón, samedi, 22/IX/2021, p. 35 (Espagne)

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -