5.7 C
Bruxelles
Vendredi, Mars 1, 2024
EuropeLes enfants dans les conflits armés, l'ONU et l'UE

Les enfants dans les conflits armés, l'ONU et l'UE

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Willy Fautre
Willy Fautrehttps://www.hrwf.eu
Willy Fautré, ancien chargé de mission au Cabinet du ministère belge de l'Éducation et au Parlement belge. Il est le directeur de Human Rights Without Frontiers (HRWF), une ONG basée à Bruxelles qu'il a fondée en décembre 1988. Son organisation défend les droits humains en général avec un accent particulier sur les minorités ethniques et religieuses, la liberté d'expression, les droits des femmes et les personnes LGBT. HRWF est indépendante de tout mouvement politique et de toute religion. Fautré a mené des missions d'enquête sur les droits de l'homme dans plus de 25 pays, y compris dans des régions périlleuses comme l'Irak, le Nicaragua sandiniste ou les territoires maoïstes du Népal. Il est maître de conférences dans les universités dans le domaine des droits de l'homme. Il a publié de nombreux articles dans des revues universitaires sur les relations entre l'État et les religions. Il est membre du Club de la Presse à Bruxelles. Il est défenseur des droits de l'homme auprès de l'ONU, du Parlement européen et de l'OSCE.

En 2022, un total de 2,496 8 enfants, certains âgés d'à peine XNUMX ans, ont été vérifiés par les Nations Unies comme étant détenus pour leur association réelle ou présumée avec des groupes armés, y compris des groupes désignés comme terroristes par l'ONU. Les nombres les plus élevés ont été enregistrés en Iraq, en Cisjordanie occupée, y compris Jérusalem-Est, et en République arabe syrienne.

Ces chiffres ont été soulignés par Anne Schintgen au Parlement européen lors d'une conférence intitulée « Les enfants privés de liberté dans le monde » organisée le 28 novembre par Soraya Rodriguez Ramos, députée européenne (Groupe politique Renouveler l'Europe). Un certain nombre d'experts de haut niveau avaient été invités en tant que panélistes pour s'exprimer sur leurs domaines d'expertise respectifs :

Manfred Nowak, ancien rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture et expert indépendant qui a dirigé l'élaboration d'une étude mondiale des Nations Unies sur les enfants privés de liberté ;

Benoît van Keirsbilck, membre du Comité des Nations Unies sur les droits de l'enfant ;

Manu Krishan, Campus mondial des droits de l'homme, chercheur spécialisé dans les droits de l'enfant et les meilleures pratiques ;

Anne Schintgen, chef du bureau de liaison européen du représentant spécial du secrétaire général de l'ONU pour les enfants et les conflits armés ;

Rasha Muhrez, Directeur de la réponse en Syrie pour Save the Children (en ligne) ;

Marta Lorenzo, directeur du bureau de représentation de l'UNRWA pour l'Europe (Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient).

Rapport de l'ONU sur les enfants dans les conflits armés

Manfred Nowak, ancien rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture et expert indépendant qui a dirigé l'élaboration d'une étude mondiale des Nations Unies sur les enfants privés de liberté, a été invité à la conférence au Parlement européen et a souligné que 7.2 millions d'enfants sont de diverses manières privés de liberté dans le monde.

Il a évoqué en particulier le rapport du Secrétaire général de l'ONU sur les enfants dans les conflits armés adressé au 77th Session du Conseil de sécurité de l'Assemblée générale des Nations Unies (A/77/895-S/2023/363) du 5 juin 2023, qui disait :

« En 2022, les enfants ont continué d’être touchés de manière disproportionnée par les conflits armés, et le nombre d’enfants touchés par de graves violations a augmenté par rapport à 2021. Les Nations Unies ont vérifié 27,180 24,300 violations graves, dont 2022 2,880 ont été commises en 2022 et 18,890 13,469 plus tôt. mais vérifiées seulement en 4,638. Les violations ont touché 783 24 enfants (2,985 5,655 garçons, 8,631 7,622 filles, 3,985 de sexe inconnu) dans 2,496 situations et un dispositif de suivi régional. Les violations les plus nombreuses ont été le meurtre (XNUMX XNUMX) et la mutilation (XNUMX XNUMX) de XNUMX XNUMX enfants, suivis par le recrutement et l'utilisation de XNUMX XNUMX enfants et l'enlèvement de XNUMX XNUMX enfants. Des enfants ont été arrêtés pour association réelle ou présumée avec des groupes armés (XNUMX XNUMX), y compris ceux désignés comme groupes terroristes par les Nations Unies, ou pour des raisons de sécurité nationale.

Le mandat du Représentant spécial des Nations Unies pour les enfants dans les conflits armés

Le Représentant spécial qui est actuellement Virginie Gamba est le principal défenseur des Nations Unies pour la protection et le bien-être des enfants touchés par les conflits armés.

Le mandat a été créé par l'Assemblée générale (Résolution A/RES/51/77) à la suite de la publication, en 1996, d'un rapport de Graça Machel intitulé The « Impact des conflits armés sur les enfants ». Son rapport souligne l'impact disproportionné de la guerre sur les enfants et les identifie comme les principales victimes des conflits armés.

Le rôle du Représentant spécial pour les enfants et les conflits armés est de renforcer la protection des enfants touchés par les conflits armés, de sensibiliser, de promouvoir la collecte d'informations sur le sort des enfants touchés par la guerre et de favoriser la coopération internationale pour améliorer leur protection.

Détention d'enfants en Irak, en RD du Congo, en Libye, au Myanmar et en Somalie

Six violations graves affectant les enfants en période de conflit ont été soulignées par Anne Schintgen, membre du panel de la conférence : recrutement et utilisation d'enfants pour combattre, tuer et mutiler des enfants, violences sexuelles, attaques contre des écoles et des hôpitaux, enlèvements et refus d'accès humanitaire. .

En outre, l’ONU surveille la détention d’enfants en raison de leur association réelle ou présumée avec des groupes armés.

À cet égard, elle a cité un certain nombre de pays particulièrement préoccupants :

En Irak, en décembre 2022, 936 enfants étaient toujours détenus pour des raisons liées à la sécurité nationale, notamment pour leur association réelle ou présumée avec des groupes armés, principalement Daech.

En République démocratique du Congo, l'ONU a vérifié en 2022 la détention de 97 garçons et 20 filles, âgés de 9 à 17 ans, pour leur association présumée avec des groupes armés. Tous les enfants ont été libérés.

En Libye, l'ONU a reçu des informations faisant état de la détention de quelque 64 enfants, avec leurs mères, de plusieurs nationalités, pour l'association présumée de leurs mères avec Daech,

Au Myanmar, 129 garçons et filles ont été arrêtés par les forces armées nationales.

En Somalie, 176 garçons au total, dont 104 ont été libérés et 1 tué, ont été arrêtés en 2022 pour leur association présumée avec des groupes armés.

Les enfants doivent être considérés avant tout comme des victimes de violations ou d'abus de leurs droits plutôt que comme des auteurs et une menace pour la sécurité, a déclaré Anne Schintgen, soulignant que la détention d'enfants pour leur association présumée avec des groupes armés est un problème dans 80% des pays couverts. par le mécanisme des Nations Unies sur les enfants et les conflits armés.

Expulsion d'enfants ukrainiens par la Russie

Lors du débat qui a suivi les présentations des panélistes, la question de la déportation des enfants ukrainiens par la Russie hors des territoires occupés a été évoquée. Manfred Nowak et Benoit Van Keirsblick, membre du Comité des droits de l'enfant de l'ONU invité en tant que panéliste, ont exprimé leurs profondes inquiétudes face à cette situation.

Dans un rapport intitulé "Des enfants ukrainiens cherchent à rentrer chez eux depuis la Russie» publié en trois langues (anglais, russe et ukrainien) le 25 août 2023, Human Rights Without Frontiers a souligné que les autorités ukrainiennes disposaient d'une liste nominative d'environ 20,000 XNUMX enfants expulsés par et vers la Russie, qui sont désormais russifiés et éduqués dans un esprit anti-ukrainien. Cependant, beaucoup d’autres ont été retirés des territoires occupés par la Russie.

Pour rappel, le 17 mars 2023, la Chambre préliminaire de la Cour pénale internationale de La Haye émis des mandats d'arrêt contre Le président russe Vladimir Poutine et la commissaire russe aux droits de l'enfant Maria Lvova-Belova sur leur responsabilité dans l'expulsion d'enfants ukrainiens.

Un appel à l'UE

Les experts invités à la conférence ont encouragé l'Union européenne à veiller à ce que le thème des enfants touchés par les conflits soit systématiquement intégré et avancé dans son large éventail d'actions extérieures. Ils ont également exhorté l'UE à inclure la question de la détention d'enfants pour leur association présumée avec des groupes armés dans ses lignes directrices sur les enfants et les conflits armés, actuellement en cours de révision.

L'eurodéputée Soraya Rodriguez Ramos a conclu en disant :

« Le rapport d'initiative parlementaire que je dirige et qui sera voté lors de la session plénière de décembre est l'occasion de donner de la visibilité aux souffrances de millions d'enfants privés de liberté dans le monde et d'appeler la communauté internationale à l'action et à une action efficace. engagement à y mettre un terme.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -