15.1 C
Bruxelles
Monday, Juin 17, 2024
ReligionLe christianismeLa vie du vénérable Antoine le Grand

La vie du vénérable Antoine le Grand

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Auteur invité
Auteur invité
L'auteur invité publie des articles de contributeurs du monde entier

By Saint Athanase d'Alexandrie

Chapitre 1

Antoine était égyptien de naissance, de parents nobles et assez riches. Et eux-mêmes étaient chrétiens et il avait été élevé de manière chrétienne. Et lorsqu'il était enfant, il a été élevé par ses parents, ne connaissant rien d'autre qu'eux et leur maison.

* * *

Lorsqu'il grandit et devint jeune, il ne supporta pas d'étudier les sciences du monde, mais il voulut s'éloigner de la compagnie des garçons, ayant tout désir de vivre selon ce qui est écrit de Jacob, simple dans sa propre maison.

* * *

Il apparut ainsi dans le temple du Seigneur avec ses parents parmi les croyants. Et il n’était ni frivole en tant qu’enfant, ni hautain en tant qu’homme. Mais il obéissait aussi à ses parents et s'adonnait à la lecture de livres, en conservant le bénéfice de ceux-ci.

* * *

Il ne harcelait pas non plus ses parents, comme un garçon aux conditions matérielles modestes, pour une nourriture chère et variée, ni ne recherchait les plaisirs de celle-ci, mais se contentait seulement de ce qu'il avait et ne voulait rien de plus.

* * *

Après la mort de ses parents, il se retrouve seul avec sa petite sœur. Et il avait alors environ dix-huit ou vingt ans. Et il s'occupait seul de sa sœur et de la maison.

* * *

Mais six mois ne s'étaient pas encore écoulés depuis la mort de ses parents, et, se rendant selon sa coutume au temple du Seigneur, il réfléchit, marchant concentré dans sa pensée, comment les apôtres avaient tout quitté et suivi le Sauveur ; et comment ces croyants, selon ce qui est écrit dans les Actes, vendant leurs biens, en apportèrent la valeur et la déposèrent aux pieds des apôtres pour la distribuer aux nécessiteux ; quel et quelle grande espérance y a-t-il pour ceux-là au ciel.

* * *

En pensant cela, il entra dans le temple. Et il arriva alors qu'on lisait l'Évangile, et il entendit comment le Seigneur disait au riche : « Si tu veux être parfait, va, vends tout ce que tu as et donne-le aux pauvres ; et viens, suis-moi, et tu auras un trésor du ciel.

* * *

Et comme s'il avait reçu de Dieu la mémoire et la pensée des saints apôtres et des premiers croyants, et comme si l'Évangile avait été lu spécialement pour lui, il quitta immédiatement le temple et donna à ses concitoyens les propriétés qu'il possédait de ses ancêtres (il possédait trois cents acres de terres arables, très belles) afin qu'ils ne le dérangent en rien, lui ou sa sœur. Puis il vendit tous les biens meubles qui lui restaient et, après avoir rassemblé une somme d'argent suffisante, il la distribua aux pauvres.

* * *

Il garda une partie des biens pour sa sœur, mais lorsqu'ils rentrèrent dans le temple et entendirent le Seigneur parler dans l'Évangile : « Ne vous inquiétez pas pour demain », il n'en put plus – il sortit et distribua cela. aux personnes de situation moyenne. Et confiant sa sœur à des vierges familières et fidèles, la laissant élever dans une maison de vierges, il se livra désormais lui-même à une vie ascétique hors de sa maison, se concentrant sur lui-même et menant une vie austère. Cependant, à cette époque, il n’existait pas encore de monastères permanents en Égypte et aucun ermite ne connaissait le désert lointain. Quiconque voulait s'approfondir pratiquait seul non loin de son village.

* * *

Il y avait donc dans un village voisin un vieil homme qui menait une vie monastique depuis sa jeunesse. Quand Antoine le vit, il commença à rivaliser avec lui en bonté. Et dès le début, lui aussi commença à vivre dans les environs du village. Et quand il y entendit parler de quelqu'un qui menait une vie vertueuse, il alla le chercher comme une abeille sage, et ne revint à sa place qu'après l'avoir vu ; puis, comme s'il s'en nourrissait pour se rendre à la vertu, il y revint.

* * *

Il montra ainsi le plus grand désir et le plus grand zèle pour s'exercer aux rigueurs de cette vie. Il travaillait aussi avec ses mains, car il entendait : « Celui qui ne travaille pas ne doit pas manger. » Et tout ce qu'il gagnait, il le dépensait en partie pour lui-même, en partie pour les nécessiteux. Et il priait sans cesse, parce qu'il avait appris qu'il fallait prier sans cesse en nous-mêmes. Il lisait si attentivement qu'il ne manquait rien de ce qui était écrit, mais gardait tout dans sa mémoire et, à la fin, cela devint sa propre pensée.

* * *

Ayant ce comportement, Antoine était aimé de tous. Et aux personnes vertueuses vers qui il s'est rendu, il a sincèrement obéi. Il étudia en lui-même les avantages et les bénéfices des efforts et de la vie de chacun d'eux. Et il observait le charme de l'un, la constance dans les prières de l'autre, la tranquillité du troisième, la philanthropie du quatrième ; s'occupait d'un autre dans la veillée et d'un autre dans la lecture ; émerveillé l'un par sa patience, l'autre par son jeûne et ses prosternations ; il imitait un autre en douceur, un autre en bonté. Et il a également pris note de la piété envers le Christ et de l'amour de tous les uns envers les autres. Et ainsi comblé, il retourna à sa place, où il partit seul. Bref, rassemblant en lui les bonnes choses de chacun, il essayait de les manifester en lui-même.

Mais même envers ses égaux en âge, il ne se montrait pas envieux, sauf seulement pour ne pas leur être inférieur en vertu ; et il le fit de telle manière qu'il ne rendit personne triste, mais qu'ils se réjouissent aussi en lui. Ainsi, tous les bons gens du village avec lesquels il avait des relations, le voyant ainsi, l'appelaient Dieu-aimant et le saluaient, les uns comme un fils, les autres comme un frère.

Chapitre 2

Mais l’ennemi du bien – le diable envieux, voyant une telle initiative chez le jeune homme, ne pouvait pas la tolérer. Mais ce qu'il avait l'habitude de faire avec tout le monde, il entreprenait aussi de le faire contre lui. Et il l'a d'abord tenté de le détourner du chemin qu'il avait parcouru, en lui inculquant le souvenir de ses propriétés, le soin de sa sœur, les liens de sa famille, l'amour de l'argent, l'amour de la gloire, le plaisir de la variété des aliments et des autres charmes de la vie, et enfin – la dureté du bienfaiteur et les efforts nécessaires pour cela. À cela, il a ajouté sa faiblesse physique et le temps qu'il a fallu pour atteindre l'objectif. En général, il éveillait dans son esprit tout un tourbillon de sagesse, voulant le dissuader de son bon choix.

* * *

Mais lorsque le méchant se vit impuissant face à la décision d'Antoine, et plus encore – vaincu par sa fermeté, renversé par sa foi inébranlable et tombé par ses prières inflexibles, il se mit alors à combattre avec d'autres armes contre le jeune homme, comme la nuit. Parfois, il lui faisait peur avec toutes sortes de bruits, et pendant la journée, il l'ennuyait tellement que ceux qui regardaient de côté comprirent qu'il y avait une bagarre entre les deux. L'un a inculqué des pensées et des idées impures, et l'autre, avec l'aide de prières, les a transformées en bonnes et a renforcé son corps par le jeûne. C’était la première bataille d’Antoine contre le diable et son premier exploit, mais il s’agissait plutôt d’un exploit du Sauveur en Antoine.

Mais Antoine n'a pas non plus libéré l'esprit maléfique qu'il avait maîtrisé, et l'ennemi, vaincu, n'a pas cessé de lui tendre des embuscades. Parce que ce dernier rôdait comme un lion cherchant une occasion contre lui. C'est pourquoi Antoine a décidé de s'habituer à un mode de vie plus strict. C'est pourquoi il se consacrait tellement à la veillée qu'il passait souvent la nuit entière sans dormir. J'ai mangé une fois par jour après le coucher du soleil. Parfois même tous les deux jours, et souvent une fois tous les quatre jours, il prenait de la nourriture. En même temps, sa nourriture était du pain et du sel, et sa boisson n'était que de l'eau. Il n’est pas nécessaire de parler de viande et de vin. Pour dormir, il se contentait d'une natte de roseau, le plus souvent posée à même le sol.

* * *

Après s'être ainsi retenu, Antoine se rendit au cimetière, qui était situé non loin du village, et après avoir ordonné à l'une de ses connaissances de lui apporter rarement du pain – une fois tous les jours – il entra dans l'un des tombeaux. Sa connaissance a fermé la porte derrière lui et il est resté seul à l'intérieur.

* * *

Alors le méchant, ne pouvant supporter cela, vint une nuit avec toute une foule de mauvais esprits et le frappa et le bouscula tellement qu'il le laissa étendu par terre, abasourdi de douleur. Le lendemain, une connaissance vint lui apporter du pain. Mais dès qu'il a ouvert la porte et qu'il l'a vu étendu par terre comme un homme mort, il l'a ramassé et l'a porté à l'église du village. Là, il le déposa par terre, et beaucoup de parents et de villageois étaient assis autour d'Antoine comme autour d'un mort.

* * *

Quand, à minuit, Antoine revint à lui et se réveilla, il vit que tous dormaient et que seule celle qu'il connaissait était éveillée. Puis il lui fit signe de venir vers lui et lui demanda de venir le chercher et de le ramener au cimetière sans réveiller personne. Il fut donc emporté par cet homme et, une fois la porte fermée, comme auparavant, il se retrouva de nouveau seul à l'intérieur. Il n'avait plus la force de se lever à cause des coups, mais il s'est allongé et a prié.

Et après la prière, il dit d'une voix forte : « Me voici – Anthony. Je ne fuis pas tes coups. Même si vous me battez encore, rien ne me séparera de mon amour pour le Christ. Et puis il a chanté : « Si même un régiment entier était déployé contre moi, mon cœur n’aurait pas peur. »

* * *

Et ainsi, l’ascète réfléchit et prononça ces mots. Et le méchant ennemi du bien, étonné que cet homme, même après les coups, ait osé venir au même endroit, appela ses chiens et, éclatant de colère, dit : « Veillez à ce qu'avec des coups vous ne le fassiez pas, nous pourrions l'épuiser, mais il ose encore parler contre nous. Procédons d’une autre manière contre lui !

Puis, la nuit, ils faisaient un bruit si fort que toute la maison semblait trembler. Et les démons semblaient effondrer les quatre murs de la pitoyable petite pièce, donnant l'impression qu'ils envahissaient à travers eux, transformés en formes d'animaux et de reptiles. Et aussitôt l'endroit fut rempli de visions de lions, d'ours, de léopards, de taureaux, de serpents, d'aspics et de scorpions, de loups. Et chacun d'eux bougeait à sa manière : le lion rugissait et voulait l'attaquer, le taureau faisait semblant de le piquer avec ses cornes, le serpent rampait sans l'atteindre et le loup essayait de se jeter sur lui. Et les voix de tous ces fantômes étaient terribles, et leur fureur terrible.

Et Antonius, comme battu et piqué par eux, gémissait à cause des douleurs corporelles qu'il éprouvait. Mais il gardait un esprit joyeux et, se moquant d'eux, dit : « S'il y avait de la force en vous, il suffirait que l'un de vous vienne. Mais parce que Dieu vous a privé de pouvoir, même si vous êtes si nombreux, vous essayez seulement de m'effrayer. C’est une preuve de votre faiblesse que vous ayez adopté les images d’êtres sans voix. » Reprenant courage, il dit : « Si vous le pouvez, et si vous avez réellement obtenu le pouvoir sur moi, ne tardez pas, mais attaquez ! Si vous ne pouvez pas, pourquoi vous embêter en vain ? Notre foi au Christ est pour nous un sceau et une forteresse de sécurité ». Et eux, après avoir fait de nombreuses autres tentatives, grinçèrent des dents contre lui.

* * *

Mais même dans ce cas, le Seigneur ne s’est pas tenu à l’écart du combat d’Antoine, mais est venu à son aide. Car quand Antoine leva les yeux, il vit comme si le toit était ouvert, et un rayon de lumière descendit vers lui. Et à cette heure-là, les démons devinrent invisibles. Et Antonius soupira, soulagé de son tourment, et interrogea la vision qui lui apparut, disant : « Où étais-tu ? Pourquoi n’es-tu pas venu dès le début pour mettre fin à mon tourment ? Et une voix se fit entendre : « Antoine, j'étais là, mais j'attendais de voir ton combat. Et quand tu auras résisté courageusement et que tu n’auras pas été vaincu, je serai toujours ton protecteur et je te rendrai célèbre sur toute la terre.’

Lorsqu'il entendit cela, il se leva et pria. Et il s’est tellement renforcé qu’il a senti qu’il avait plus de force dans son corps qu’avant. Et il avait alors trente-cinq ans.

* * *

Le lendemain, il sortit de sa cachette et se trouvait encore mieux. Il est allé dans la forêt. Mais encore une fois l'ennemi, voyant son zèle et voulant l'en empêcher, jeta sur son chemin une fausse image d'un grand plat d'argent. Mais Antoine, ayant compris la ruse du méchant, s'arrêta. Et voyant le diable à l'intérieur du plat, il le réprimanda en s'adressant au plat : « Où est le plat dans le désert ? Cette route est inexplorée et il n’y a aucune trace de pas humain. Si elle est tombée de quelqu'un, elle ne pourrait pas passer inaperçue, car elle est très grande. Mais même celui qui l'a perdu reviendrait, le chercherait et le retrouverait, car l'endroit est désert. Cette astuce vient du diable. Mais tu n'interféreras pas avec ma bonne volonté, diable ! Parce que cet argent doit aller à la destruction avec vous ! Et à peine Antoine eut-il prononcé ces mots que le plat disparut comme une fumée.

* * *

Et suivant sa décision de plus en plus fermement, Antoine se mit en route vers la montagne. Il trouva un fort en aval de la rivière, désert et rempli de divers reptiles. Il s'y est installé et y est resté. Et les reptiles, comme s'ils étaient poursuivis par quelqu'un, se sont immédiatement enfuis. Mais il a clôturé l'entrée et y a mis du pain pendant six mois (c'est ce que font les Tiviens et souvent le pain reste intact pendant une année entière). Toi aussi tu avais de l'eau à l'intérieur, alors il s'établit comme dans un sanctuaire impénétrable et resta seul à l'intérieur, sans sortir ni voir venir personne. Seulement deux fois par an, il recevait le pain d'en haut, à travers le toit.

* * *

Et comme il ne permettait pas aux connaissances qui venaient le voir d'entrer à l'intérieur, ceux-ci, passant souvent des jours et des nuits dehors, entendaient comme des foules faisant du bruit, frappant, poussant des voix pitoyables et criant : « Éloignez-vous de nous ! Qu'est-ce que tu as à voir avec le désert ? Vous ne supportez pas nos astuces.

Au début, ceux qui étaient dehors pensaient que c'étaient des gens qui se battaient avec lui et qu'ils entraient dans lui par des escaliers. Mais quand ils regardèrent par un trou et ne virent personne, ils comprirent qu'ils étaient des démons, prirent peur et appelèrent Antoine. Il les entendit immédiatement, mais il n'avait pas peur des démons. Et s'étant approché de la porte, il invita les gens à sortir et à ne pas avoir peur. Car, dit-il, les démons aiment faire de telles farces à ceux qui ont peur. "Mais vous vous signez et partez tranquillement, et laissez-les jouer." Et ainsi ils partirent, attachés du signe de la croix. Et il resta et les démons ne lui firent aucun mal.

(à suivre)

Remarque : Cette vie a été écrite par saint Athanase le Grand, archevêque d'Alexandrie, un an après la mort du révérend Antoine le Grand († 17 janvier 356), soit en 357 à la demande des moines occidentaux venus de Gaule (d. France) et en Italie, où l'archevêque était en exil. Il s'agit de la source primaire la plus précise sur la vie, les exploits, les vertus et les créations de saint Antoine le Grand et a joué un rôle extrêmement important dans l'établissement et l'épanouissement de la vie monastique tant en Orient qu'en Occident. Par exemple, Augustin dans ses Confessions parle de la forte influence de cette vie sur sa conversion et l'amélioration de sa foi et de sa piété..

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -