22.8 C
Bruxelles
Saturday, Avril 13, 2024
ActualitéVictoire douce-amère des Verts de l'UE Nicolae Ștefănuță dans la bataille contre la pollution

Victoire douce-amère des Verts de l'UE Nicolae Ștefănuță dans la bataille contre la pollution

L’UE conclut un accord sur des limites plus strictes en matière de pollution atmosphérique au milieu des critiques pour non-respect des normes de l’OMS

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://europeantimes.news
The European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.

L’UE conclut un accord sur des limites plus strictes en matière de pollution atmosphérique au milieu des critiques pour non-respect des normes de l’OMS

Dans une démarche historique, l’Union européenne a franchi une étape importante vers la résolution du problème urgent de la pollution atmosphérique. Tard dans la soirée, un consensus a été atteint entre le Parlement et le Conseil sur le nouveau Directive sur la qualité de l'air, visant à réduire considérablement les limites de pollution dans l'ensemble de l'UE, jusqu'à 2.5 fois inférieures aux objectifs actuels d'ici 2030. Malgré cette initiative ambitieuse, l'accord a suscité des réactions mitigées, car il ne s'aligne pas pleinement sur les recommandations plus strictes. fourni par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Nicolae Ștefănuță, rapporteur fictif du groupe Verts/ALE pour ce dossier, a exprimé une sentiment doux-amer envers l’accord. "Cet accord est un pas en avant dans la réduction de la pollution de l'air en Europe d'ici 2030", a déclaré Ștefănuță, reconnaissant les progrès réalisés. Il a souligné les avancées significatives introduites par la directive, notamment des droits révolutionnaires pour les personnes touchées par la pollution atmosphérique. «Grâce à nos efforts, la directive introduira le droit pour les personnes atteintes d'un cancer de demander une indemnisation si leurs autorités ne respectent pas les nouvelles limites de pollution. Cela inclut également le droit pour les citoyens de poursuivre les autorités non conformes en justice », a-t-il expliqué.

Malgré ces réalisations, Ștefănuță a exprimé ses inquiétudes quant aux lacunes de l'accord. « Toutefois, l’Europe ne pourra pas respirer tranquillement tant que nous n’aurons pas pris des mesures beaucoup plus audacieuses pour lutter contre le type de pollution à laquelle nous assistons actuellement dans des endroits comme Milan. Cet accord est une occasion manquée de mettre la directive sur la bonne voie pour répondre aux recommandations faites par l'Organisation mondiale de la santé en matière de qualité de l'air », a-t-il déploré. L'eurodéputé n'a pas hésité à critiquer le climat politique actuel, qui, selon lui, mine les efforts de protection de l'environnement. « Il est honteux que chaque année, des centaines de milliers de personnes meurent prématurément à cause de la pollution atmosphérique en Europe. L’attaque réactionnaire actuelle contre le Green Deal et les mesures de protection de l’environnement sape les efforts visant à lutter contre la pollution.»

La nouvelle directive promet d’inaugurer une nouvelle ère de gestion de la qualité de l’air au sein de l’UE. Il fixe des limites plus strictes pour les particules nocives, dans le but ultime d’atteindre zéro pollution d’ici 2050. En outre, il confère aux citoyens, en particulier à ceux résidant dans des zones fortement polluées, des droits sans précédent. Pour la première fois, les individus pourront demander justice et exiger des réparations pour les dommages sanitaires imputables à l'inaction des pouvoirs publics en matière de normes de qualité de l'air.

Alors que l’UE s’engage dans ce voyage ambitieux vers un air plus pur, les réactions mitigées à la nouvelle directive sur la qualité de l’air soulignent les défis à venir. Même si l’accord marque une avancée significative, l’appel à une action plus énergique, conforme aux normes sanitaires mondiales, reste plus fort que jamais. Le chemin vers l'objectif zéro pollution d'ici 2050 est semé d'embûches, mais les dispositions de la directive offrent une lueur d'espoir aux personnes touchées par la pollution atmosphérique, en plaidant pour un avenir plus sain pour tous les citoyens européens.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -