9.2 C
Bruxelles
Tuesday, Avril 23, 2024
CultureLa religion dans le monde d'aujourd'hui – Compréhension mutuelle ou conflit (Suite aux points de vue...

La religion dans le monde d'aujourd'hui – Compréhension mutuelle ou conflit (Suite aux vues de Fritjof Schuon et Samuel Huntington, sur la compréhension mutuelle ou le choc entre les religions)

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Auteur invité
Auteur invité
L'auteur invité publie des articles de contributeurs du monde entier

Par le Dr Masood Ahmadi Afzadi,

Dr Razie Moafi

INTRODUCTION

Dans le monde moderne, la situation liée à l’augmentation rapide du nombre de croyances est considérée comme un problème majeur. Ce fait, en symbiose avec les contradictions particulières apparentes concernant la nature de la foi, sape la compréhension des racines des croyances religieuses. Ces jugements provoquent même chez certains l'opinion que chaque nation, en fonction de ses besoins, crée une religion, et que le Dieu de cette religion, qu'il soit fantastique ou réel, est illusoire et irréel.

La solution au problème est codée dans le monothéisme. Ce point de vue témoigne que toutes les religions proviennent d’une seule source, comme en témoigne l’unité de la justice. De ce fait, tous, du point de vue de l’intimité, ne font qu’un, mais dans leur manifestation extérieure, ils diffèrent. Par conséquent, les monothéistes et les penseurs-philosophes, dont Schuon, ont formulé les sujets de discussion suivants : « Trouver des moyens de déterminer les processus d'augmentation du nombre de religions », « L'unité religieuse » et « La loi islamique ».

La tâche de cet article est d'explorer, d'analyser et d'expliquer les idées des monothéistes et des penseurs-philosophes du point de vue de Schuon et de la base mystique de « Monothéisme et théologie », ainsi que de faire une analyse comparative entre les vues de Schuon et la nouvelle vision de Huntington. Théorie du « choc des civilisations ».

Les deux points de vue qui sous-tendent cet article sont clairs et contiennent des preuves incontestables de la profondeur de leurs idées, issues des racines du mystère de la religion, des manifestations sociales et culturelles, respectant l'opinion des nombreux adeptes et opposants aux positions défendues.

  1. SÉMANTIQUE DE LA RELIGION

Le terme « religion » vient du mot latin « religo » et signifie s'unir sur une base morale, surmonter la division, la bonne foi, les bonnes coutumes et traditions.

Semblable au sens de ce concept, pris comme explication de la culture de la religion, le mot d'origine grecque « religale », signifiant

« fortement attaché ». Ce mot a une signification faisant référence à l'attachement d'une personne au culte régulier.

Le sens communément accepté du mot « religion » est « l’attachement personnel de quelqu’un ayant une idée construite d’une réalité complète ». (Hosseini Shahroudi 135 : 2004)

En farsi, le sens et la signification du mot « religo » signifie « humilité, obéissance, suivi, émulation, résignation et rétribution ».

À travers les âges, les penseurs du monde occidental ont défini « religo » comme un terme signifiant « rendre hommage à Dieu » et aujourd’hui cette définition est remise en question. Dans son interprétation première sous la forme de « religieux », il a eu un fort impact sur ceux qui en comprennent le sens. (Javadi Amoli 93 : 1994)

Pour Javadi Amoli, la signification terminologique du terme « religion » est « un ensemble de points de vue, de morale, de lois et de règles, de règlements servant à gouverner et à éduquer les sociétés humaines ». (Javadi Amoli 93 : 1994)

Les adeptes des traditions patriarcales utilisent le mot « religion », associant sa signification à « une preuve sincère de l'influence éducative sur le comportement et les manières d'une personne ou d'un groupe de personnes ». Ils ne nient pas, mais n'acceptent pas non plus cette définition comme correcte, arguant : « Si cette définition est correcte, alors le communisme et le libéralisme peuvent être appelés « religion ». Le mot est formulé par l'esprit rationnel et la connaissance de l'homme, mais pour qu'il soit correctement compris d'un point de vue sémantique, les penseurs patriarcaux dirigent une réflexion sur son contenu sémantique, à laquelle il faut ajouter sa signification de son Divin. origine. (Malekian, Mostafa « Rationalité et spiritualité », Téhéran, Publications contemporaines 52 : 2006)

Nasr dit : « La religion est une croyance par laquelle l'ordre général de l'être d'une personne est mis en union avec Dieu, et en même temps elle se manifeste dans l'ordre général de la société » – « En Islam – Omat » ou habitants du Paradis . (Nasr 164 : 2001)

2. ÉLÉMENTS CONSTITUANTS DE BASE DE L'UNITÉ DES RELIGIONS

2. 1. PRÉSENTATION DE LA THÉORIE DE L'UNITÉ DES RELIGIONS

Les adeptes des traditions patriarcales acceptent les vues de Schuon dans

« Théorie de l'unité des religions » pour le courant dominant et légitime.

Le Dr Nasr est convaincu que les partisans ci-dessus ne devraient pas débattre de la question de savoir quelle religion est la « meilleure », car toutes les grandes religions monothéistes ont une origine commune. Du point de vue de l'application et de l'action dans des périodes historiques particulières, des questions se posent quant à l'existence de possibilités d'imitation spirituelle pratique. (Nasr 120 : 2003) Il souligne que chaque religion est une révélation divine, mais en même temps – elle est aussi « spéciale », et donc, explique l'auteur, la vérité absolue et les moyens d'atteindre son essence sont dans les entrailles. de sa propre religion. Par rapport aux besoins spirituels du peuple, elle met l’accent sur les particularités de la vérité. (Nasr 14:2003)

Du point de vue de Schuon, le pluralisme religieux, y compris l'union avec le Très-Haut, peut être accepté comme la base et la manière de penser les plus importantes. Selon les pluralistes de la loi islamique, les différentes religions se distinguent par la diversité du culte et des prières, mais ces différences ne jouent pas un rôle particulier dans l'essence générale de l'unité. Les religions et leurs adeptes sont à la recherche et à la connaissance de la vérité ultime. Ils appellent le processus par des noms différents, mais en réalité le but de chaque religion est de conduire l’homme à la vérité permanente, indestructible et éternelle. L'homme dans sa manifestation terrestre n'est pas éternel, mais transitoire.

Friedrich Schleiermacher (1768-1834), Frittjof Schuon – continuateur et adepte de sa théorie, et ses étudiants sont unis autour de la thèse selon laquelle à la base de toutes les religions il y a une « Unité divine ». (Sadeghi, Hadi, « Introduction à la nouvelle théologie », Téhéran, Publications « Taha » 2003, 77 : 1998)

La multiplicité des religions se manifeste par la diversité des émotions et de leurs applications pratiques.

Selon Legenhausen, l’expérience religieuse « cachée » est contenue dans l’essence de toutes les religions. (Legenhausen 8:2005)

William Chittick a une interprétation particulière des vues de Schuon. Il estime que l'unité des religions découle du respect du sens du droit, de l'obligation morale et du caractère sacré manifesté dans l'Islam, emprunté au soufisme. (Chittiq 70 : 2003)

Les adeptes des traditions patriarcales professent la vérité du Dieu unique qui unit toutes les religions. Ils croient que toutes les religions ont une origine divine et sont des messagers d’en haut, apparaissant comme une porte vers Dieu, par laquelle se transforme en chemin vers Dieu. Par conséquent, ils sont tous la loi divine manifestée, dont l’éclat conduit à la vérité absolue.

Les adeptes des traditions patriarcales accordent une attention particulière aux religions qui ne sont pas issues de la lignée abrahamique. Ils explorent l'essence des origines du taoïsme, du confucianisme, de l'hindouisme et de la religion des peaux-rouges. (Avoni 6:2003)

Les commentateurs des adeptes des traditions patriarcales appartenant à l’école de la « Raison éternelle » ne font pas référence aux particularités d’une religion particulière, mais s’appuient à la fois sur le riche héritage de l’Islam, au-delà de sa profondeur métaphysique, et sur l’hindouisme et les riches. héritage de la métaphysique des religions occidentales et d’autres croyances. (Nasr 39 : 2007) Les partisans de l’idée de l’unité divine croient que l’essence de toutes les religions est la même. Ils ont un seul message mais le définissent différemment. Ils sont convaincus du témoignage selon lequel toutes les religions proviennent d’une seule source – comme une perle dont le noyau est un fondement et dont l’extérieur présente des caractéristiques différentes. Telle est la manifestation extérieure des religions, avec une approche distinctement délicate et individuelle qui détermine leurs différences. (Nasr, Genèse 559).

Selon Schuon, le sommet de la pyramide représente structurellement l'idée de l'état d'être, uni collectivement par l'unité de l'origine divine. À mesure que l’on s’éloigne du sommet, une distance apparaît, augmentant proportionnellement, révélant les différences. Les religions, du point de vue de leur essence et de leur contenu sacrés, sont perçues comme la vérité originelle et unique, mais à travers leur manifestation extérieure, aucune d'entre elles n'a une autorité absolue.

Vue à travers les yeux des adeptes des traditions patriarcales, toute religion monothéiste est universelle et doit être considérée comme telle. Il est nécessaire de garder à l'esprit que chacune de ces religions a sa propre particularité, qui ne doit pas limiter le droit à l'existence des autres religions.

2. 2. L'UNITÉ DIVINE DES RELIGIONS DU POINT DE VUE DE SCHWON

Du point de vue des adeptes des traditions patriarcales, toutes les religions portent initialement une unité intérieure cachée. Schuon a mentionné pour la première fois l’unité divine des religions. Une autre interprétation des idées de Schuon confirme sa conviction selon laquelle les religions ne contiennent qu'une seule vérité. Seules les conditions historiques et sociales font que la religion et les traditions prennent des formes et des interprétations différentes. Leur multiplicité est due à des processus historiques et non à leur contenu. Aux yeux de Dieu, toutes les religions représentent la manifestation de la vérité absolue. Schuon se réfère à l'opinion de l'unité divine des religions, définissant leur essence comme faisant partie d'une seule religion, d'une seule tradition, qui n'a pas tiré la sagesse de leur multiplicité. Influencé par le soufisme et le mysticisme islamique, sa vision de l'unité divine mettait l'accent sur l'existence d'une relation entre les religions. Cette vision n'exclut pas la possibilité d'une analyse des différences entre les religions, il convient même de commenter la question de la source de la Révélation contenant la vérité absolue. La vérité structurée hiérarchiquement constitue le début des manifestations des ordres civilisationnels associés aux religions. Sur cette base, Schuon a soutenu : la religion ne contient pas plus d'une vérité et d'une essence. (Schoon 22 : 1976)

L’exotérisme et l’ésotérisme en tant que voies des religions, y compris la loi et la doctrine islamiques (« exo » – voie extérieure ; « eso » – voie intérieure), représentent des vues de l’unité des religions se référant au Dieu unique. Les deux voies, ayant des fonctions complémentaires, doivent également être considérées comme différentes l’une de l’autre. Selon Schuon, la voie externe forme la tradition et la voie interne détermine son sens et sa signification, présentant sa véritable essence. Ce qui unit toutes les religions est « l'unité divine », dont la manifestation extérieure ne contient pas l'intégrité de la vérité, mais la vérité elle-même dans son essence est une manifestation de l'unité. L’authenticité de toutes les religions contient en son sein l’unité et l’unité, et c’est la vérité incontestable… La similitude de chaque religion avec la vérité universelle peut être représentée comme une forme géométrique avec un noyau commun – un point, un cercle, une croix ou un carré. La différence s’enracine dans la distance qui les sépare en fonction du lieu, de la parenté temporelle et de l’apparence. (Schoon 61 : 1987)

Schuon accepte comme vraie religion celle qui a un caractère éducatif et un mandat clairement exprimé. Il faut aussi contenir une valeur spirituelle, dont le message n'a pas une origine philosophique mais divine, sacrificielle et bénissante. Il sait et accepte que chaque religion apporte la Révélation et la connaissance infinie de la Volonté Divine. (Schuon 20 : 1976) Schuon exprime le mysticisme islamique en se référant à l'unité entre les états de « crainte », « d'amour » et de « sagesse » contenus à la fois dans le judaïsme et le christianisme. Il place en position de suprématie totale les trois principales religions – le judaïsme, le christianisme et l’islam, qui sont issues de la lignée abrahamique. Les prétentions de supériorité de chaque religion sont relatives en raison des différences qu’elles contiennent. La réalité, à la lumière de la métaphysique, conduit à une clarté distincte des facteurs externes qui façonnent les religions. Seule leur essence intérieure conduit au jugement évident de l’union à Dieu. (Schoon 25 : 1976)

3. LA BASE D'UNE « THÉOLOGIE DE L'IMMORTALITÉ » DU POINT DE VUE DE SCHWON

La « Théologie de l'Immortalité » est un enseignement anthropologique uni par une vision traditionnelle commune de penseurs d'avant-garde – des philosophes tels que René Genome, Coomaraswamy, Schuon, Burkhart, etc. La « Théologie de l'Immortalité » ou la « Raison éternelle » comme postulats religieux faisant référence à la vérité primordiale sont à la base des traditions théologiques de toutes les religions, du bouddhisme à la Kabbale, en passant par la métaphysique traditionnelle du christianisme ou de l'islam. Ces postulats, qui ont une signification pratique, représentent le domaine le plus élevé de l'existence humaine.

Cette vision témoigne d’une unité à la base de toutes les religions, dont les traditions, la localisation et les distances temporelles n’altèrent pas la cohérence de la sagesse. Chaque religion perçoit la vérité éternelle à sa manière. Malgré leurs différences, les religions parviennent à une compréhension unifiée de la nature de la Vérité éternelle en l’investiguant. Les adeptes des traditions professent une opinion commune sur la question de la manifestation externe et interne des religions, basée sur la sagesse de l'immortalité, ayant reconnu la vérité historique.

Nasr, l’un des éminents chercheurs, pensait qu’une « théologie de l’immortalité » pourrait être la clé d’une compréhension complète des religions, en tenant compte de leurs différences. La multiplicité des religions repose sur des ambiguïtés et des différences dans les manifestations du sacrement. (Nasr 106 : 2003)

Nasr considère qu'il est nécessaire que tout chercheur acceptant et suivant une « théorie de l'immortalité » soit entièrement dévoué, esprit et âme, au sacrement. C’est la garantie complète d’une véritable pénétration de la compréhension. En pratique, cela n’est pas acceptable pour tous les chercheurs, à l’exception des fervents chrétiens, bouddhistes et musulmans. Dans le monde spéculatif, une absence d’équivoque totale est difficilement possible. (Nasr 122 : 2003)

Selon Schuon et ses partisans, « l’idée d’immortalité » est présentée comme universelle, marquant sa manifestation maximale dans l’Islam. Le but de l'universalisme est d'unir les traditions et les rites de toutes les religions. Dès le début, Schuon considérait l'Islam comme le seul moyen d'atteindre une fin, c'est-à-dire la « Théologie de l'Immortalité », la « Raison éternelle » ou encore la « Théologie de l'Immortalité ».

«Immortalité de la religion». Dans ses études, il place la « religion immortelle » au-dessus des lois sacrées, sans aucune restriction.

Au cours des dernières années de sa vie, Schuon a émigré en Amérique. Dans sa théorie de l’universalisme, de nouvelles idées sur les rites, appelés « Culte » en anglais, apparaissent également. Ce mot diffère de la signification du mot « Secte ». « Secte » désigne un petit groupe professant une religion différente du courant dominant, avec des idées et des rites particuliers. Elle a pris ses distances avec les adeptes de la religion dominante. Les représentants de la « secte » sont un petit groupe d'adhérents de religions non répandues aux idées fanatiques. (Oxford, 2010)

En interprétant les bases de la « Théologie de l’immortalité des religions », nous pouvons distinguer trois aspects :

un. Toutes les religions monothéistes sont basées sur l'unité de Dieu ;

b. Manifestation externe et essence interne des religions ;

c. Manifestation d'unité et de sagesse dans toutes les religions. (Legenhausen 242 : 2003)

4. L'UNITÉ DIVINE ET LA PLURALITÉ APPARENTE DES RELIGIONS

L'enseignement de Schuon, avec son attitude tolérante à l'égard des différences de foi, n'impose pas ses affirmations et ses arguments aux croyants fervents dans les principes de leur propre religion. (Schuon, 1981, p. 8) Les adeptes de son enseignement perçoivent la neutralité comme une forme de tolérance et, étant justes et indifférents, acceptent les différences de foi des autres communautés. L'essence de

l'enseignement est fondamentalement similaire aux manifestations du soufisme. Il existe néanmoins des différences dans l’apparence extérieure de la loi islamique et du soufisme. Par conséquent, Schuon et les partisans de son enseignement adhèrent à la thèse de l'existence de différences entre religion et foi. La caractéristique importante des différences vient de la nature de la manifestation, concernant la manifestation externe et la manifestation interne. Tous les fidèles déclarent leur foi, à travers des facteurs externes, qui ne doivent pas conduire à une interprétation des apparences, mais doivent être liés à l'essence des croyances des mystiques dans la religion. La manifestation extérieure de la « loi islamique » est un ensemble de concepts, de sagesse et d’actes pour la louange de Dieu, affectant la vision du monde et la culture de la société, et la manifestation mystique porte la véritable essence de la religion. Cette formulation concernant les manifestations externes et internes conduit sans aucun doute à des conclusions de contradictions mutuelles entre croyances et religions, mais pour parvenir à l'idée d'unité entre les religions, il est nécessaire d'attirer l'attention sur l'essence des croyances fondamentales.

Martin Lings écrit : « Les croyants de différentes religions sont comme des gens au pied d’une montagne. En grimpant, ils atteignent le sommet. (« Khojat », livre n°7 p. 42-43, 2002) Ceux qui ont atteint le sommet sans y voyager sont les mystiques – des sages qui sont à la base des religions pour lesquelles l'unité a déjà été réalisée, conséquence de l'union avec Dieu. .

Pour Schuon, imposer une certaine vision restrictive de la foi est dangereux (Schoon p. 4, 1984), en revanche, la confiance dans la vérité d'une religion n'est pas un chemin vers le salut. (Schuon p. 121, 1987) Il croit qu'il n'y a qu'une seule voie de salut pour l'humanité ; la manifestation de nombreuses révélations et traditions est un fait. La volonté de Dieu est à la base de la diversité qui conduit à leur unité première. Les manifestations extérieures des religions créent l’incompatibilité et les convictions internes de la doctrine unifient. L'objet du raisonnement de Schuon est la dimension des manifestations externes et internes de la religion. La source de la vraie religion, d’une part, est la manifestation divine et, d’autre part, l’intuition de l’homme, qui est aussi le centre de toute existence.

Interprétant les déclarations de Schuon, Nasr partage l'anxiété intérieure manifeste de Schuon concernant les aspects transcendantaux inhérents à son enseignement, et qui manque par ailleurs de clarté spirituelle. Il est également d'avis que la manifestation extérieure des religions porte l'idée de l'unité divine qui, selon les différentes religions, prédispositions, environnements et principes de leurs adeptes, crée la réalité individuelle. L’essence de toutes les connaissances, coutumes, traditions, arts et établissements religieux sont les mêmes manifestations à travers tous les niveaux du plan de l’être centré sur l’humain. Schuon pense qu’il y a un joyau caché dans chaque religion. Selon lui, l'Islam se répand dans le monde entier grâce à sa valeur provenant d'une source illimitée. Il est convaincu que la loi islamique, du point de vue de son essence et de sa valeur, représente une immense valeur qui, manifestée dans le domaine de l'humain en général dans l'ensemble des émotions et autres sentiments, apparaît relative. (Schoon 26 : 1976) Dieu crée et manifeste les dimensions célestes et les révélations à travers les différentes religions. Dans chaque tradition, il manifeste ses aspects pour manifester sa signification primordiale. La multiplicité des religions est donc le résultat direct de la richesse infinie de l’existence de Dieu.

Le docteur Nasr partage dans ses travaux scientifiques : « La loi islamique est un modèle pour parvenir à l'harmonie et à l'unité dans la vie humaine. » (Nasr 131 : 2003) Vivre selon les lois de la loi islamique, en suivant les principes externes et internes, cela implique d'exister et de connaître la véritable essence morale de la vie. (Nasr 155 : 2004)

5. CLARIFIER L’ESSENCE DE L’UNITÉ ENTRE LES RELIGIONS

Les adeptes des traditions patriarcales soutiennent la thèse de l'existence d'une unité intérieure originellement cachée entre les religions. Selon eux, la multiplicité dans le spectre visible de l’être est une expression ostentatoire du monde et l’apparence extérieure de la religion. L’émergence de la vérité totale est le fondement de l’unité. Bien entendu, cela ne signifie pas ignorer ou minimiser les caractéristiques individuelles et les différences entre les religions. On peut dire : « Cette unité divine – fondement des différentes religions – ne peut être autre chose que la véritable essence – unique et irrévocable. Il convient également de noter les différences particulières de chaque religion, qui ne doivent en aucun cas être ignorées ou minimisées. » (Nasr 23:2007)

Sur la question de l'unité entre les religions, Schuon partage que la sagesse originelle apporte le sacré et non l'ostentation : premièrement – ​​« Aucun droit n'est au-dessus de la vérité divine » (Schuon 8 : 1991) ; Deuxièmement, les différences entre les traditions suscitent des doutes chez les croyants hésitants quant à la réalité de la sagesse éternelle. La vérité divine – en tant que primordiale et irrévocable – est la seule possibilité qui suscite la crainte et la foi en Dieu.

6. PRINCIPALES VUES DES CRÉATEURS DE LA THÉORIE DU CHOC DES CIVILISATIONS

6. 1. PRÉSENTATION DE LA Théorie du choc des civilisations Samuel Huntington – penseur et sociologue américain, créateur du concept du « choc des civilisations » (professeur à l'Université Harvard et directeur de l'Organisation d'études stratégiques en Amérique) a présenté en 1992 la théorie du « choc des civilisations ». Son idée a été popularisée dans la revue « Foreign Policy ». Les réactions et l’intérêt suscités par son point de vue ont été mitigés. Certains manifestent un profond intérêt, d’autres s’opposent farouchement à son point de vue et d’autres encore sont littéralement étonnés. Plus tard, la théorie a été formulée dans un livre volumineux intitulé « Le choc des civilisations et la transformation de l’ordre mondial ». (Abed Al Jabri, Muhammad, Histoire de l'Islam, Téhéran, Institut de la pensée islamique 2018, 71 : 2006)

Huntington développe la thèse d’un possible rapprochement de la civilisation islamique avec le confucianisme, donnant lieu à un affrontement avec la civilisation occidentale. Il considère le 21e siècle comme le siècle de l'affrontement entre la civilisation occidentale et l'islamisme et le confucianisme, avertissant les dirigeants des pays européens et américains de se préparer à un éventuel conflit. Il conseille sur la nécessité d'empêcher le rapprochement de la civilisation islamique avec le confucianisme.

L’idée de la théorie conduit à des recommandations adressées aux hommes d’État de la civilisation occidentale pour préserver et garantir leur rôle dominant. La théorie de Huntington, en tant que nouveau projet expliquant les relations mondiales après l'effondrement de l'Union soviétique dans la période bipolaire Ouest, Est, Nord et Sud, présente la doctrine des trois mondes à discuter. Diffusée avec une rapidité inattendue, accueillie avec une grande attention, la doctrine prétend apparaître à point nommé dans des conditions où le monde connaît un vide causé par l'absence d'un paradigme approprié. (Toffler 9 : 2007)

Huntington dit : « Durant la guerre froide, le monde occidental reconnaissait le communisme comme un ennemi hérétique, le qualifiant de « communisme hérétique ». Aujourd’hui, les musulmans considèrent le monde occidental comme leur ennemi, le qualifiant d’« Occident hérétique ». Dans son essence, la doctrine Huntington est un extrait de débats et de discussions importantes concernant le discrédit du communisme dans les cercles politiques occidentaux, ainsi que les thèmes expliquant la restauration de la foi en l'Islam, prédéterminant les changements. En résumé : la théorie présente l’idée de la possibilité d’une nouvelle guerre froide, résultat d’un choc entre les deux civilisations. (Afsa 68 : 2000)

La base de la doctrine de Huntington repose sur le fait qu'avec la fin de la guerre froide, c'est une période de conflit idéologique qui se termine et commence une nouvelle ère, dont le débat principal est le thème du choc des civilisations. Sur la base de paramètres culturels, il définit l'existence de sept civilisations : occidentale, confucianiste, japonaise, islamique, indienne, slave-orthodoxe, latino-américaine et africaine. Il croit en l'idée de transformer les identités nationales, en se concentrant sur la possibilité de repenser les relations étatiques en mettant l'accent sur l'élargissement des croyances et des traditions culturelles. La multitude de facteurs prédéterminant le changement contribuera à l’effondrement des frontières politiques et, d’autre part, à la formation de zones critiques d’interaction entre les civilisations. L’épicentre de ces flambées semble se situer entre la civilisation occidentale, d’une part, et le confucianisme et l’islam, de l’autre. (Shojoysand, 2001)

6. 2. LE CONFLIT ENTRE CIVILISATIONS SELON HUNTINGTON

Dans ses œuvres, Huntington accorde de l’importance à plusieurs civilisations mondiales et souligne et interprète un conflit possible entre deux des principales civilisations – la civilisation islamique et la civilisation occidentale. Outre le conflit mentionné, il s’intéresse également à un autre conflit, le qualifiant de « conflit intercivilisationnel ». Pour l’éviter, l’auteur s’appuie sur l’idée d’unification des États sur la base de valeurs et de croyances communes. Le chercheur estime que l’unification de cette fondation est solide et que d’autres civilisations reconnaîtraient ce modèle comme significatif. (Huntington 249 : 1999)

Huntington pensait que la civilisation occidentale perdait de son éclat. Dans le livre « Le choc des civilisations et la transformation de l'ordre mondial », il présente sous forme de diagramme le déclin de la civilisation chrétienne occidentale du point de vue de la situation politique et de l'état spirituel de la population. Il estime que les forces politiques, économiques et militaires, par rapport aux autres civilisations, sont en déclin, entraînant des difficultés de nature différente – faible développement économique, population inactive, chômage, déficit budgétaire, moral bas, réduction de l’épargne. En conséquence, dans de nombreux pays occidentaux, parmi lesquels l'Amérique, il existe une fracture sociale dans laquelle la criminalité se manifeste clairement, provoquant de grandes difficultés. L’équilibre des civilisations se modifie progressivement et fondamentalement et, dans les années à venir, l’influence de l’Occident va diminuer. Depuis 400 ans, le prestige de l’Occident est incontesté, mais avec le déclin de son influence, sa durée pourrait durer encore cent ans. (Huntington 184 : 2003)

Huntington estime que la civilisation islamique au cours des cent dernières années s'est développée grâce à la croissance démographique, au développement économique des pays islamiques, à l'influence politique, à l'émergence du fondamentalisme islamique, à la révolution islamique, à l'activité des pays du Moyen-Orient…, créant ainsi un danger. pour d'autres civilisations, donnant également une réflexion sur la civilisation occidentale. En conséquence, la civilisation occidentale a progressivement perdu sa domination et l’Islam a acquis une plus grande influence. La redistribution de l'influence devrait être perçue par le tiers monde comme : s'éloigner de l'ordre mondial avec les pertes économiques qui en résultent ou suivre le mode d'influence occidental qui existe depuis de nombreux siècles. Pour parvenir à un équilibre dans le développement civilisationnel mondial, il est nécessaire que la civilisation occidentale repense et change le cours de ses actions, ce qui, dans le cadre de son désir de préserver son rôle de leader, conduit à des effusions de sang. (Huntington 251 : 2003)

Selon Huntington, la civilisation mondiale a évolué dans une direction sous l'influence de la politique de domination, à la suite de laquelle, au cours des dernières années du nouveau siècle, des affrontements et des conflits continus ont été observés. La différence entre les civilisations entraîne un changement de conscience, qui à son tour accroît l’influence des croyances religieuses, étant un moyen de combler le vide existant. Les raisons de l'éveil de la civilisation sont le comportement trompeur de l'Occident, les particularités des différences économiques et l'identité culturelle des peuples. Les liens rompus entre les civilisations ont aujourd’hui été remplacés par les frontières politiques et idéologiques de l’époque de la guerre froide. Ces relations sont une condition préalable au développement de crises et d’effusions de sang.

Huntington, présentant son hypothèse concernant le choc avec la civilisation islamique, estime que l’époque actuelle est une époque de changements civilisationnels. Soulignant la désintégration de l'Occident et de l'Orthodoxie, le développement des civilisations islamique, est-asiatique, africaine et indienne, il donne lieu à des conclusions sur la survenue d'un éventuel choc entre les civilisations. L'auteur estime que le choc à l'échelle mondiale a lieu grâce aux différences entre les races humaines. Il estime que les relations entre les différents groupes de civilisations sont hostiles, voire hostiles, et qu'il n'y a aucun espoir de changement. L'auteur a une opinion particulière sur la question du rapport entre l'islam et le christianisme occidental, qui, par leur interaction variable, basée sur le rejet des différences, conduit à l'offensivité. Cela peut conduire à des conflits et des conflits. Huntington estime que le conflit à l’avenir opposera l’Occident et le confucianisme uni à l’Islam, considéré comme l’un des facteurs les plus importants et les plus significatifs façonnant le nouveau monde. (Mansoor, 45 : 2001)

7. CONCLUSION

Cet article examine la théorie de l'unité des religions, selon les vues de Schuon, et la théorie de Huntington sur le choc des civilisations. Les conclusions suivantes peuvent être tirées : Schuon estime que toutes les religions proviennent d'une source unique, comme une perle dont le noyau est le fondement et l'extérieur d'une caractéristique différente. Telle est la manifestation extérieure des religions, avec une approche distinctement délicate et individuelle, dénotant leurs différences. Les adeptes de la théorie de Schuon professent la vérité d'un Dieu unique unissant toutes les religions. L’un d’eux est le philosophe-chercheur Dr Nasr. Il considère que l'héritage de la science appartenant à la civilisation islamique, contenant également des connaissances provenant d'autres civilisations, recherche leur genèse comme principale source de contenu. Les principes fondateurs de la civilisation islamique sont universels et éternels et n’appartiennent pas à une époque particulière. On les retrouve dans le domaine de l’histoire, de la science et de la culture musulmanes, ainsi que dans les opinions des philosophes et penseurs islamiques. Et, sur la base du principe universel qui y est codé, ils deviennent une tradition. (Alami 166 : 2008)

Selon Schuon et les traditionalistes, la civilisation islamique ne peut atteindre son apogée que lorsqu’elle manifeste la vérité de l’Islam dans toutes les sphères de la vie humaine. Pour que la civilisation islamique se développe, deux circonstances sont nécessaires :

1. Mener une analyse critique pour le renouveau et la réforme ;

2. Réaliser une renaissance islamique dans le domaine de la pensée (renouveau des traditions). (Nasr 275 : 2006)

Il convient de noter que sans effectuer certaines actions, l'échec est atteint ; il est nécessaire de transformer la société sur la base des traditions du passé dans l’espoir de préserver le rôle harmonieux des traditions. (Legenhausen 263 : 2003)

La théorie de Schuon est dans de nombreux cas de nature prudente, alertant le monde occidental des crises et tensions inévitables qui suivront. Cette vision s’accompagne également de beaucoup d’incertitudes. Le but de toutes les religions est d’argumenter en soulignant la vérité universelle malgré les nombreuses différences qui existent. C'est pour cette raison que la théorie de Schuon est empreinte d'incertitude. L'importance de la religion du point de vue des adeptes de la tradition est le fondement, la base du culte et du service. Les postulats et l'essence des religions monothéistes, ainsi que les adeptes des traditions, peuvent constituer une base pour surmonter les idées extrémistes. La réalité montre la non-acceptation des différences dans les enseignements antagonistes, ainsi que la non-réconciliation avec la vérité des religions. (Mohammadi 336 : 1995)

Les adeptes des traditions acceptent l'hypothèse préliminaire, sur la base de laquelle ils créent la théorie de l'unité divine. L’hypothèse unifie la connaissance de la manifestation de l’unité divine, ouvrant la voie à l’unification à travers la vérité universelle.

Toutes les idées méritent attention en raison de la vérité qu’elles contiennent. L’acceptation de l’idée de multiplicité des religions est moderniste et contraire à l’hypothèse ci-dessus. L'idée de multiplicité est incompatible, étant un obstacle à l'enseignement islamique, en raison de la manifestation de sa diversité culturelle au service de tous. Tant que cela sera la cause de différences entre les religions (Islam et autres traditions), cela provoquera des bouleversements culturels. (Legenhausen 246 : 2003) L’ambiguïté de cette hypothèse provient de la manifestation externe et interne des religions. Chaque religion, dans sa qualité, représente un tout – « indivisible », dont les parties sont inséparables les unes des autres, et la présentation des constituants individuels serait incorrecte. Selon Schuon, la division entre manifestation externe et manifestation interne a été dictée par le développement de l’Islam. Sa popularité et son influence sont dues à l’énorme valeur de la loi islamique, alors que l’hypothèse dans son ensemble pose de sérieux obstacles. En revanche, la similitude des religions avec l’Islam, du point de vue de leur essence, ne signifie en aucun cas la fin de l’Islam. Citons les grands penseurs – théoriciens de l’école des traditions, comme Guénon et Schuon, qui ont quitté leur religion, accepté l’islam et même – ont changé de nom.

Dans la théorie du choc des civilisations, Huntington énumère plusieurs arguments probants. Il est convaincu de l'existence de différences entre les civilisations, non seulement comme composante réelle, mais aussi comme base générale, incluant l'histoire, la langue, la culture, les traditions et surtout la religion. Tous diffèrent les uns des autres par la différence de réceptivité et de connaissance de l’être, ainsi que par la relation entre Dieu et l’homme, l’individu et le groupe, le citoyen et l’État, les parents et les enfants, le mari et la femme… Ces différences ont des racines profondes. et sont plus fondamentaux que les ordres idéologiques et politiques.

Bien entendu, les différences entre les civilisations causées par les guerres et les conflits durs et prolongés, qui sont devenues des différences évidentes, donnent lieu à l'opinion selon laquelle il y a un conflit. D’un autre côté, les changements précipités du monde et le développement des relations internationales sont la cause d’une vigilance civilisationnelle et d’une prise de conscience de l’existence de différences entre les civilisations. L'augmentation des relations inter-civilisationnelles entraîne le développement de phénomènes tels que l'immigration, les liens économiques et les investissements matériels. On peut conclure que la théorie de Huntington fait référence à une interaction entre la culture et l'action sociale plutôt qu'à des vues mystiques.

La méthode de recherche se réfère aux vues de Schuon, soulignant sérieusement l'unité divine des religions formées sur la base de leur essence intérieure. Jusqu'à présent, cette thèse n'a pas reçu une reconnaissance mondiale en raison des troubles politiques et militaires dans diverses parties de la planète, ce qui la rend impossible à mettre en œuvre dans un avenir proche.

Dans le monde des idées, la reconnaissance religieuse et les opinions de Schuon conduisent à la thèse de l'unité divine, tandis que dans le monde de l'action, on découvre des ambiguïtés et l'impossibilité de réaliser sa doctrine. En réalité, il dresse un tableau idéaliste de la communauté de vues. Huntington, dans sa théorie, basée sur des phénomènes économiques, sociaux et culturels, présente une vision réaliste de la réalité dans le domaine des cas de civilisation. La base de ses jugements est constituée par la pratique historique et l'analyse humaine. Les opinions religieuses de Schuon sont devenues le principal concept idéaliste de l'unité internationale.

La théorie de Huntington, basée sur des phénomènes économiques, sociaux et culturels, est considérée comme importante et fondamentale, car elle présente l'une des nombreuses causes des véritables conflits civilisationnels.

L'orientation de la modernisation, ainsi que les changements économiques et sociaux, créent les conditions d'une séparation des identités existantes et d'un changement de leur localisation. Un état de bifurcation est en train d’être découvert dans le monde occidental. D’un côté, l’Occident est au sommet de sa puissance, et de l’autre, on assiste à un déclin d’influence provoqué par la résistance à son hégémonie, des cultures différentes de l’Occident retournant progressivement à leur propre identité.

Ce phénomène intéressant accroît son influence, rencontrant la forte résistance de l’Occident contre d’autres puissances non occidentales, dont l’autorité et la confiance ne cessent de croître.

D’autres caractéristiques approfondissent les différences interculturelles par rapport aux différences économiques et politiques. C’est une condition préalable à la résolution de problèmes plus difficiles et à la réconciliation entre les civilisations.

Dans la rencontre des civilisations se manifeste un cas fondamental concernant le désir de domination identitaire. Ce n’est pas une situation qui pourrait être facilement modélisée en raison des différences dans la phénoménologie nationale. Il est beaucoup plus difficile d’être à moitié chrétien ou à moitié musulman, car la religion est une force plus puissante que l’identité nationale, distinguant chaque personne les unes des autres.

LITTÉRATURE

En persan :

1. Avoni, Golamreza dur Javidan. SAGESSE ÉTERNELLE. pour la recherche et le développement des sciences humaines, 2003.

2. Alamy, Seyed Alireza. TROUVER LES ROUTES VERS LA CIVILISATION ET LA CIVILISATION ISLAMIQUE DU POINT DE VUE DE SEYED HOSSAIN NASR. // Histoire

et Civilisation islamique, III, non. 6, automne et hiver 2007.

3. Amoli, Abdallah Javadi. LE DROIT ISLAMIQUE DANS LE MIROIR DE LA CONNAISSANCE. 2.

éd. Com : Dr. pour pub. "Raja", 1994.

4. Afsa, Mohammad Jafar. THÉORIE DU CHOC DES CIVILISATIONS. // Kusar (cf.

Culture), août 2000, no. 41.

5. Legenhausen, Mahomet. POURQUOI NE SUIS-JE PAS TRADITIONALISTE ? CRITIQUE SUR

LES OPINIONS ET PENSÉES DES TRADITIONNALISTES / trad. Mansour Nasiri, Khrodname Hamshahri, 2007.

6. Mansoor, Ayub. LE CHOC DES CIVILISATIONS, LA RECONSTRUCTION DU NOUVEAU

ORDRE MONDIAL / trad. Saleh Wasseli. Assoc. pour la politique. sciences : Shiraz Univ., 2001, I, non. 3.

7. Mohammadi, Majid. APPRENDRE À CONNAÎTRE LA RELIGION MODERNE. Téhéran : Kattre, 1995.

8. Nasr, Seyed Hossein. L'ISLAM ET LES DIFFICULTÉS DE L'HOMME MODERNE / trad.

Enshola Rahmati. 2. éd. Téhéran : Bureau de recherche. et publi. « Suhravardi », hiver 2006.

9. Nasr, Seyed Hossein. LE BESOIN DE LA SCIENCE SACRÉE / trad. Hassan Miandari. 2. éd. Téhéran : Kom, 2003.

10. Nasr, Seyed Hossein. LA RELIGION ET L'ORDRE DE LA NATURE / trad. Enshola Rahmati. Téhéran, 2007.

11. Sadri, Ahmad. LE RENVERSEMENT DU RÊVE DE HUNTINGTON. Téhéran : Serir, 2000.

12. Toffler, Alvin et Toffler, Heidi. GUERRE ET ANTI-GUERRE / trad. Mehdi Bécharat. Téhéran, 1995.

13. Toffler, Alvin et Toffler, Heidi. LA NOUVELLE CIVILISATION / trad. Mohammad Reza Jafari. Téhéran : Simorgh, 1997.

14. Huntington, Samuel. LE MONDE ISLAMIQUE DE L'OCCIDENT, LA CIVILISATION

CONFLIT ET RECONSTRUCTION DE L'ORDRE MONDIAL / trad. Raphia. Téhéran : Inst. pour un culte. recherche, 1999.

15. Huntington, Samuel. THÉORIE DU CHOC DES CIVILISATIONS / trad. Mojtaba Amiri Wahid. Téhéran : Min. sur les travaux extérieurs et éd. Doctorat, 2003.

16. Chittick, William. INTRODUCTION AU SOUFISME ET AU MYSTICISME ISLAMIQUE / trans. Jalil

Parvin. Téhéran : J'ai Khomeini sur la piste. inst. et la révolution islamique.

17. Shahrudi, Morteza Hosseini. DÉFINITION ET ORIGINE DE LA RELIGION. 1.

éd. Mashad : Aftab Danesh, 2004.

18. Shojoyzand, Alireza. THÉORIE DU CHOC DES CIVILISATIONS. // Réflexion de pensée, 2001, n° 16. XNUMX.

19. Schuon, Fritjof, Cheikh Isa Nur ad-Din Ahmad. LA PERLE DU PRÉCIEUX ISLAM, trad. Mino Khodjad. Téhéran : Bureau de recherche. et publi. "Sorvard", 2002.

En anglais:

20.DICTIONNAIRE DE L'APPRENANT AVANCÉ OXFORD. 8e éd. 2010.

21. Schuon, Frithjof. L'ÉSOTÉRISME COMME PRINCIPE ET COMME VOIE / Trad. William Stoddart. Londres : Livres pérennes, 1981.

22. Schuon, Frithjof. L'ISLAM ET LA PHILOSOPHIE PERENNALE. Fiducie Al Tajir, 1976.

23. Schuon, Frithjof. LOGIQUE ET TRANSCENDANCE / Trad. Peter N. Townsend. Londres : Livres pérennes, 1984.

24. Schuon, Frithjof. RACINES DE LA CONDITION HUMAINE. Bloomington, Indiana : Livres de sagesse mondiale, 1991.

25. Schuon, Frithjof. PERSPECTIVES SPIRITUELLES ET FAITS HUMAINS / Trad. PN Townsend. Londres : Livres pérennes, 1987.

26. Schuon, Frithjof. UNITÉ TRANSCENDANTE DE LA RELIGION. Wheaton, Illinois : Maison d'édition théosophique, 1984.

Illustration : Fig. Un graphique horizontal-vertical représentant la structure des religions, selon les deux principes (cf. Zulkarnaen. The Substance of Fritjohf Schuon's Thinking about the Point of Religions. – Dans : IOSR Journal of Humanities and Social Science (IOSR- JHSS) Volume 22, numéro 6, version 6 (juin 2017), e-ISSN : 2279-0837, DOI : 10.9790/0837-2206068792, p. 90 (p. 87-92).

Notes:

Auteurs : Dr Masood Ahmadi Afzadi, Ass.Prof. Religions comparées et mysticisme, Université islamique Azad, branche nord de Téhéran, Téhéran, Iran, [email protected] ; &Dr. Razie Moafi, assistante scientifique. Université islamique Azad, branche Est de Téhéran. Téhéran. L'Iran

Première publication en bulgare : Ahmadi Afzadi, Masood ; Moafi, Razie. La religion dans le monde d'aujourd'hui – Compréhension mutuelle ou conflit (Suite aux vues de Fritjof Schuon et Samuel Huntington, sur la compréhension mutuelle ou le choc entre les religions). – Dans : Vezni, numéro 9, Sofia, 2023, pp. 99-113 {traduit du persan vers le bulgare par le Dr Hajar Fiuzi ; rédacteur scientifique de l'édition bulgare : Prof. Dr. Alexandra Kumanova}.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -