11.9 C
Bruxelles
le jeudi 18 avril 2024
EuropeUE-MOLDAVIE - La Moldavie réprime-t-elle la liberté des médias ou sanctionne-t-elle la propagande abusive ? (II)

UE-MOLDAVIE – La Moldavie réprime-t-elle la liberté des médias ou sanctionne-t-elle la propagande abusive ? (II)

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Willy Fautre
Willy Fautrehttps://www.hrwf.eu
Willy Fautré, ancien chargé de mission au Cabinet du ministère belge de l'Éducation et au Parlement belge. Il est le directeur de Human Rights Without Frontiers (HRWF), une ONG basée à Bruxelles qu'il a fondée en décembre 1988. Son organisation défend les droits humains en général avec un accent particulier sur les minorités ethniques et religieuses, la liberté d'expression, les droits des femmes et les personnes LGBT. HRWF est indépendante de tout mouvement politique et de toute religion. Fautré a mené des missions d'enquête sur les droits de l'homme dans plus de 25 pays, y compris dans des régions périlleuses comme l'Irak, le Nicaragua sandiniste ou les territoires maoïstes du Népal. Il est maître de conférences dans les universités dans le domaine des droits de l'homme. Il a publié de nombreux articles dans des revues universitaires sur les relations entre l'État et les religions. Il est membre du Club de la Presse à Bruxelles. Il est défenseur des droits de l'homme auprès de l'ONU, du Parlement européen et de l'OSCE.

Fin février 2022, après l’invasion militaire à grande échelle de l’Ukraine par la Russie, le Parlement moldave a instauré l’état d’urgence pour une période de 60 jours. Durant cette période, la diffusion de programmes télévisés russes était limitée dans le pays. De plus, l'accès aux sites d'information Spoutnik Moldavie, Eurasia Daily (https://eadaily.com/ru/) et un certain nombre d'autres ressources ont été bloquées. Le Bureau du Procureur général du pays a annoncé l'ouverture d'une enquête contre un certain nombre de personnes « soupçonnées de couverture partiale des événements qui se déroulent en Ukraine ».

Par le Dr Evgeniya Gidulianova avec Willy Fautré (Voir la première partie ICI)

Chronologie des sanctions moldaves

Le 2 juin 2022, le parlement moldave a adopté un ensemble d'amendements législatifs liés à la sécurité de l'information du pays. Le Code des services de médias audiovisuels a été modifié pour interdire la retransmission de programmes d'information, de télévision et de radio à contenu informatif et analytique, militaire et politique, ainsi que de films militaires provenant de pays qui n'ont pas ratifié la Convention européenne sur la télévision transfrontière, qui était la cas de la Russie.

Le 22 juin 2022, le La loi modifiant le Code des services de médias audiovisuels est entrée en vigueur en Moldavie.

La loi a introduit le concept de désinformation et a prévu des mesures strictes en cas de violation, telles que la privation de la licence de radiodiffusion pour une période pouvant aller jusqu'à sept ans.

Le 16 décembre 2022, les licences de six chaînes liées à Ilan Shor ont été suspendues pour violations répétées de la loi. Parmi eux « Primul en Moldavie », « RTR-Moldova », « Accent-TV », « NTV-Moldova », « TV-6 », « Orhei-TV ».

nt moldova UE-MOLDOVA - La Moldavie réprime-t-elle la liberté des médias ou sanctionne-t-elle la propagande abusive ? (II)

La présidente du Conseil de l'audiovisuel, Liliana Vițu, a déclaré au Eurasia Daily que cette décision de la Commission des situations d'urgence était basée sur les rapports de surveillance des membres du Conseil et d'experts indépendants des médias. Ces chaînes ont été sanctionnées pour avoir diffusé à plusieurs reprises des informations biaisées sur les événements nationaux et de la propagande sur la guerre d'agression contre l'Ukraine : NTV Moldavie (22 sanctions), Primul en Moldavie (17 sanctions), RTR Moldavie (14 sanctions), Orhei TV (13 sanctions), TV6 (13 sanctions), Télé d'appoint (5 sanctions).

Première ministre moldave Natalia Gavrilița a déclaré sur sa page Facebook : «Ces médias ont violé gravement et à plusieurs reprises le Code des services audiovisuels, en diffusant des reportages biaisés et manipulateurs sur les événements en Moldavie, ainsi que sur ceux liés à la guerre en Ukraine."

Ministre de la Justice Sergiu Litvinenco a déclaré sur Facebook que la question de la suspension de la licence des six chaînes doit être très claire : «La liberté d’expression est une chose, mais la propagande en est une autre. Aujourd’hui, il ne s’agit plus uniquement de propagande, comme c’était le cas auparavant, lorsque la Cour européenne des droits de l’homme s’est également prononcée en faveur des autorités. Il s’agit d’une propagande flagrante visant à justifier une guerre d’agression, diffusant un langage agressif, incitant à la haine ethnique et mettant en danger la sécurité de l’État. La fonction principale de l’État est de protéger la sécurité des citoyens et l’ordre constitutionnel."

Le rôle de Moscou et l'oligarque pro-russe recherché Ilhan Shor

Député Radu Marian (Parti d'action et de solidarité) a déclaré que les six chaînes de télévision sanctionnées par la Commission des situations d'urgence sont liées à la Moldavie fugitif pro-russe l'oligarque Ilan Shor accusé en Moldavie d'avoir détourné près d'un milliard d'euros auprès des banques moldaves. Shor finance un parti populiste pro-russe en Moldavie appelé ȘOR, qui a un programme anti-adhésion à l'UE.

Imagen2 UE-MOLDOVA - La Moldavie réprime-t-elle la liberté des médias ou sanctionne-t-elle la propagande abusive ? (II)
Spoutnik Moldavie-Roumanie | Chişinău

Sur sa page Facebook, le député Radu Marian a déclaré : «il est pour le moins ridicule que ceux qui crient aujourd'hui à la violation de la « liberté d'expression » n'aient aucun problème avec le meurtre de journalistes russes de l'opposition, ni avec l'invasion d'un pays indépendant, ni avec l'arrestation de manifestants dans toute la Russie. qui sortent simplement dans la rue avec une feuille de papier blanche. Nos propagandistes pro-Kremlin n’en disent rien et justifient souvent de telles actions barbares. Garder le silence sur les terribles événements en Ukraine n'est pas une « liberté d'expression ». Cela fait partie de la désinformation. »

Valeriu Pasa, le chef de la communauté Watchdog.MD, a écrit sur sa page Facebook« Ces chaînes de télévision constituent-elles une menace pour la sécurité de la République de Moldavie ? Bien sûr! Pourquoi? Parce qu’ils sont contrôlés directement ou par l’intermédiaire d’intermédiaires (tels que les détenteurs de Shor ou de RTR nominaux) par la Fédération de Russie. Moscou subventionne et finance ces chaînes de télévision depuis des années… en offrant à un prix dérisoire le droit de rediffuser des contenus coûteux financés par le budget de l'État russe et par les budgets publicitaires injectés dans la presse russe par des entreprises publiques comme Gazprom et bien d'autres. Ce n'est pas une histoire nouvelle, cela dure depuis 1993. »

Les dirigeants des chaînes de télévision « Primul en Moldavie », « RTR-Moldova », « Accent-TV », « NTV-Moldova », « TV-6 », « Orhei-TV » ont fait appel devant les tribunaux contre les actions des autorités. .

Imagen3 UE-MOLDOVA - La Moldavie réprime-t-elle la liberté des médias ou sanctionne-t-elle la propagande abusive ? (II)
Le chef de Spoutnik expulsé de Moldavie

Le 13 septembre 2023, les autorités moldaves ont expulsé Vitali Denissov, le chef de Spoutnik Moldavie sous les sanctions de l'UE et de la Moldavie. Il s'est également vu imposer une interdiction d'entrée sur le territoire pendant 10 ans. L'Inspection générale des migrations de la République a indiqué que Denisov avait été reconnu comme personne indésirable en Moldavie en raison de «activités qui menacent la sécurité nationale.» Plus tard, le service moldave de Radio Svoboda a découvert que Denisov a une relation très lâche avec le journalisme et est vraisemblablement un officier de carrière du 72e Centre de services spéciaux (unité militaire 54777). Cette unité est connue pour se livrer à des injections d’informations et à de la désinformation auprès de publics étrangers.

Moscou menace

Le 3 octobre 2023, l'ambassadeur de Moldavie en Russie, Lilian Darii, a été convoqué à le ministère russe des Affaires étrangères. Le ministre a accusé la Moldavie de « persécution politiquement motivée des médias russophones », citant l'expulsion du directeur de l'agence de presse Spoutnik Moldavie, Vitaly Denisov, au motif d'être associé. avec le renseignement militaire de la Fédération de Russie.

La Fédération de Russie a fermé l'entrée à un certain nombre de personnes directement liées à la restriction de la liberté d'expression et des droits des journalistes russes en Moldavie, ainsi qu'à l'incitation à des sentiments anti-russes.

Le 24 octobre 2023, l'Agence de presse russe TASS a rapporté que le Service d'information et de sécurité de Moldavie avait bloqué l'accès à plus de 20 ressources Internet des médias russes. Un certain nombre d’entre eux figurent sur la liste des sanctions de l’UE.

Le 30 octobre 2023, le directeur du Service d'information et de sécurité de Moldavie, Alexandru Musteața, a signé un Commandes bloquant l'accès des utilisateurs en Moldavie à 31 sites.

Imagen4 UE-MOLDOVA - La Moldavie réprime-t-elle la liberté des médias ou sanctionne-t-elle la propagande abusive ? (II)
Spoutnik Moldavie

Le même jour, la Commission des situations d'urgence a décidé de suspendre les licences de 6 chaînes de télévision « promouvant des intérêts étrangers » : les chaînes de télévision Orizont TV, ITV, Prime, Publika TV, Canal 2 et Canal 3.

Dorin Recean, Premier ministre de Moldavie a commenté sur sa page Facebook «La Moldavie est quotidiennement soumise à des attaques hybrides de la Fédération de Russie. Ces dernières semaines, l’intensité de ces menaces s’est accrue. La Russie, par l’intermédiaire de groupes criminels organisés, veut influencer les élections locales et saper le processus démocratique. (…). Ces chaînes de télévision sont subordonnées aux groupes criminels Plahotniuc et Shor, qui ont uni leurs efforts pour déstabiliser la situation en Moldavie.. »

En représailles, Moscou a annoncé à l'ambassadeur de Moldavie une interdiction d'entrée sur le territoire de la Fédération de Russie « pour un certain nombre de responsables de la République de Moldavie ».

En conclusion, il convient de mentionner que dans son World Press Index incluant 180 pays, Reporters sans frontières a classé la Moldavie aux positions suivantes au cours des trois dernières années : 89 en 2021, En 40 2022 et dans 28 2023. En outre, Amnesty International, Human Rights Watch et le Comité pour la protection des journalistes ont estimé dans leurs derniers rapports que la liberté des médias en Moldavie n'est pas une question pertinente et ne mérite pas d'être spécifiquement abordée.

À Propos Evguenia Gidulianova

Ievgenia Gidulianova

Evguenia Gidulianova est titulaire d'un doctorat. en droit et a été professeur agrégé au Département de procédure pénale de l'Académie de droit d'Odessa entre 2006 et 2021.

Elle est aujourd'hui avocate en pratique privée et consultante pour l'ONG bruxelloise Human Rights Without Frontiers.

(*) Ilan Shor est un oligarque et homme politique moldave né en Israël. En 2014, Shor a « organisé » un arnaque qui a vu 1 milliard de dollars disparaître des banques moldaves, rentraînant une perte totale équivalente à 12% du PIB de la Moldavie et l'arrestation d'anciens Premier ministre Vlad Filat. En juin 2017, il a été condamné à 7.5 ans de prison par contumace en fraude et blanchiment d'argent et le 14 avril 2023, sa peine a été portée à 15 ans. Tous les avoirs moldaves de Shor ont également été gelés. Après avoir été assigné à résidence, il s'est enfui vers Israël en 2019, où il vit actuellement.

Le 26 octobre 2022, le États-Unis l’a sanctionné en raison de sa collaboration avec « des oligarques corrompus et des entités basées à Moscou pour créer des troubles politiques en Moldavie ». Le Royaume-Uni et l'UE  a également sanctionné Shor. Son parti pro-russe, le Fête ȘOR, a été interdit par le Cour constitutionnelle de Moldavie le 19 juin 2023 après des mois de protestations organisé par son parti. Selon le tribunal, ces manifestations visaient à déstabiliser la Moldavie et à fomenter une coup afin d'installer un gouvernement pro-russe.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -