5.7 C
Bruxelles
Tuesday, Avril 23, 2024
OpinionMaroc : Hausse du chômage et des inégalités socio-économiques face à la montée du...

Maroc: Hausse du chômage et des inégalités socio-économiques face à la montée de la fortune du Premier ministre

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Lahcen Hammouch
Lahcen Hammouchhttps://www.facebook.com/lahcenhammouch
Lahcen Hammouch est journaliste. Directeur de la télévision et de la radio Almouwatin. Sociologue par l'ULB. Président du Forum de la société civile africaine pour la démocratie.

Le Maroc est aujourd’hui confronté à plusieurs défis, notamment :

1. Chômage et sous-emploi : L’augmentation du chômage, en particulier chez les jeunes, et la persistance du sous-emploi posent des défis économiques et sociaux.

2. Inégalités socio-économiques : Les inégalités persistent, créant des disparités entre les différents segments de la population et suscitant des inquiétudes quant à la répartition des richesses.

3. Pauvreté et difficultés économiques : Les difficultés économiques croissantes et les taux de pauvreté élevés menacent la stabilité socio-économique du pays.

4. Pressions inflationnistes : Une inflation à deux chiffres exerce une pression sur le coût de la vie, notamment sur les produits alimentaires de base, ce qui inquiète la population.

5. Gouvernance et technocratie : Une perception croissante d'un gouvernement technocratique et non durable, soulevant des inquiétudes quant à la capacité du gouvernement à répondre aux besoins de la population.

6. Fracture sociale : Une division croissante entre une population en quête d’une vie meilleure et un gouvernement perçu comme déconnecté des préoccupations quotidiennes.

7. Incertitudes politiques : Les incertitudes politiques peuvent également constituer un défi, avec des attentes parfois non satisfaites de la part de la population.

8. Climat des affaires : Des réformes économiques visant à améliorer le climat des affaires et à encourager les investissements sont nécessaires pour stimuler la croissance économique.

9. Éducation et compétences : L'amélioration du système éducatif et l'adéquation des compétences aux besoins du marché du travail sont essentielles pour promouvoir le développement durable.

10. Sécurité et stabilité régionale : Les défis sécuritaires et la dynamique régionale peuvent également influencer la stabilité du Maroc.

Relever ces défis nécessite une approche holistique et coordonnée, combinant des réformes économiques, sociales et politiques pour promouvoir un développement inclusif et durable.

Début 2023, le Maroc est confronté à une hausse du taux de chômage, touchant particulièrement les jeunes. Selon les données du Haut Commissariat au Plan, le nombre de chômeurs a augmenté de 83,000, passant de 1,446,000 à 1,549,000, soit une augmentation de 6%. Cette augmentation s'explique par une augmentation de 67,000 16,000 chômeurs en milieu urbain et de XNUMX XNUMX en milieu rural.

Le taux de chômage global a augmenté de 0.8 point, passant de 12.1% à 12.9%, avec des différences marquées entre les zones urbaines (17.1%) et rurales (5.7%). Cette tendance est également visible selon le sexe, avec une augmentation du taux de chômage chez les hommes (de 10.5% à 11.5%) et chez les femmes (de 17.3% à 18.1%).

La jeunesse marocaine est fortement touchée, avec une hausse de 1.9 point dans la tranche d'âge de 15 à 24 ans, passant de 33.4% à 35.3%. Les personnes âgées de 25 à 34 ans ont également connu une hausse de 1.7 point, passant de 19.2% à 20.9%.

Le secteur du bâtiment et des travaux publics a créé 28,000 247,000 emplois, tandis que le secteur de l'agriculture, de la forêt et de la pêche a enregistré une baisse de 56,000 10,000 emplois. Le secteur des services a également perdu XNUMX XNUMX emplois et le secteur manufacturier, XNUMX XNUMX emplois.

De manière générale, le Maroc a connu une perte nette de 280,000 2022 emplois entre le premier semestre 2023 et la même période de 267,000, principalement due à la perte de 13,000 XNUMX emplois non rémunérés et de XNUMX XNUMX emplois rémunérés.

Le sous-emploi reste préoccupant, avec 513,000 4.9 personnes sous-employées par rapport au nombre d'heures de travail, soit 562,000 %. Par ailleurs, 5.4 2,075,000 personnes sont sous-employées en raison de revenus insuffisants ou d'incompatibilité avec leurs qualifications, soit 9.2 %. Au total, la population active en situation de sous-emploi atteint 10.3 personnes, avec un taux de sous-emploi passant de XNUMX% à XNUMX%.

La situation économique du Maroc présente des défis en termes de pauvreté, avec des inégalités persistantes. La population est confrontée à des difficultés croissantes, tandis que les disparités économiques mettent en évidence les inégalités sociales et suscitent des inquiétudes quant à la répartition des richesses dans le pays.

En effet, une profonde division se creuse chaque jour davantage entre une population aspirant à une vie meilleure, comme promis lors des dernières élections, et un gouvernement perçu comme technocratique et difficile à supporter.

La principale préoccupation actuelle concerne le prix élevé des denrées alimentaires de base, une préoccupation qui menace de persister si des mesures concrètes ne sont pas prises et, malheureusement, peu de choses semblent être faites.

Face à cette inquiétude, le gouvernement présente une cacophonie ministérielle, avec des déclarations contradictoires. Certains ministres assurent que des mesures sont prises pour contrôler et sanctionner, tandis qu'un autre encourage la dénonciation, admettant également que les mesures gouvernementales n'ont pas eu l'effet escompté.

Cette impuissance du gouvernement face à la hausse des prix alimentaires suscite des inquiétudes sur la répartition des richesses et sur la capacité du gouvernement à répondre aux besoins de la population.

Dans le même temps, la fortune du Premier ministre marocain, « Aziz Akhannouch & Family », classé 14ème selon Forbes, a explosé. Passant de 1.5 milliard de dollars en 2023 à 1.7 milliard de dollars en janvier 2024, cette augmentation de 200 millions de dollars par rapport à l'année précédente soulève des questions sur les inégalités économiques et la répartition des richesses dans le pays.

L. Hammouch

Publié initialement à Almouwatin.com

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -