6.6 C
Bruxelles
Vendredi, Avril 19, 2024
Droits de l'hommeNous voulons tous un Afghanistan en paix, déclare le chef de l'ONU à Doha

Nous voulons tous un Afghanistan en paix, déclare le chef de l'ONU à Doha

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Nouvelles des Nations Unies
Nouvelles des Nations Unieshttps://www.un.org
United Nations News - Articles créés par les services de presse des Nations Unies.

S'adressant aux journalistes lors d'une réunion de deux jours avec les envoyés spéciaux régionaux et nationaux pour l'Afghanistan, António Guterres a déclaré qu'il y avait un consensus parmi les délégués sur ce qui doit se passer, même si les talibans n'y participent pas.

« Nous voulons un Afghanistan en paix, en paix avec lui-même et en paix avec ses voisins et capable d'assumer les engagements et les obligations internationales d'un État souverain… vis-à-vis de la communauté internationale, de ses voisins et des droits de ses propres populations. ," il a dit.

Il y a également eu un consensus sur le processus pour atteindre cet objectif, a-t-il ajouté, notant les propositions formulées dans une étude indépendante sur une approche intégrée et cohérente menée par Feridun Sinirlioğlu, conformément à Conseil de sécurité résolution 2679.

Principales préoccupations

Il couvre tous les principaux domaines de préoccupation, a déclaré M. Guterres, notamment celui de garantir que l’Afghanistan ne devienne pas un « foyer » d’activités terroristes et qu’il dispose d’institutions inclusives dans lesquelles tous ses divers groupes se sentent représentés dans un État « véritablement inclusif ».

L'examen souligne l'importance du respect des droits de l'homme, en particulier des femmes et des filles, et reconnaît les progrès réalisés dans la lutte contre la production et le trafic de drogue.

Le chef de l'ONU a également souligné la nécessité d'une aide humanitaire efficace au pays ainsi que les questions à long terme sur le développement futur de l'Afghanistan.

M. Guterres a en outre souligné la coopération en cours entre l'Afghanistan et les pays voisins, comme le développement du commerce et des infrastructures ou les accords bilatéraux sur la lutte contre le commerce illicite des drogues.

Le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, s'adresse aux médias à Doha, au Qatar.

Questions clés

Il existe cependant un ensemble de questions clés « dans lesquelles nous sommes coincés », a-t-il ajouté.

"D'une part, L’Afghanistan reste avec un gouvernement qui n’est pas reconnu au niveau international et qui, à bien des égards, n’est pas intégré. dans les institutions mondiales et dans l’économie mondiale », a-t-il déclaré.

D’un autre côté, il existe une perception internationale commune d’une détérioration des droits humains, en particulier pour les femmes et les filles.

"Dans une certaine mesure, nous sommes dans la situation de l'œuf ou de la poule", a-t-il déclaré, soulignant la nécessité de sortir de l'impasse et d'élaborer une feuille de route commune qui réponde simultanément aux préoccupations internationales et à celles des autorités de facto.

Conditions préalables inacceptables

En réponse à une question d'un correspondant sur le manque de participation des autorités de facto des talibans, le chef de l'ONU a déclaré que le groupe présentait un ensemble de conditions pour sa participation « qui n'étaient pas acceptables ».

« Ces conditions avant tout nous a refusé le droit de parler à d'autres représentants de la société afghane et a exigé un traitement qui s'apparenterait, je dirais, dans une large mesure à la reconnaissance. »

Sur une autre question, M. Guterres a déclaré que la réunion avait été très utile et que les discussions étaient « absolument nécessaires ».

«Il vaudrait évidemment mieux que nous ayons également la possibilité, après la réunion… de discuter de nos conclusions avec les autorités de facto. Cela ne s’est pas produit aujourd’hui ; ça arrivera dans un futur proche. »

Le Secrétaire général António Guterres s'adressant aux médias à Doha.

Lien Source

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -