5.7 C
Bruxelles
Tuesday, Avril 23, 2024
ÉconomiePourquoi la diversification des échanges est la seule réponse à la sécurité alimentaire en temps de guerre

Pourquoi la diversification des échanges est la seule réponse à la sécurité alimentaire en temps de guerre

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Lars Patrick Berg
Lars Patrick Berg
Membre du Parlement européen

L’argument est souvent avancé à propos de la nourriture, ainsi que de dizaines d’autres « biens stratégiques », selon lequel nous devons être autosuffisants face aux menaces qui pèsent sur la paix dans le monde.

L’argument lui-même est très ancien, assez ancien pour l’argument de l’autosuffisance, ainsi que pour la faisabilité d’une va autosuffisant, pour avoir finalement accédé au statut de mythe politique. Malheureusement, c’est un mythe qui refuse de mourir. Une situation qui met continuellement les nations européennes sur la voie de chaînes d’approvisionnement fragiles. 

Le conflit en Ukraine a perturbé les exportations agricoles de la mer Noire, faisant grimper les prix et exacerbant les coûts élevés de l’énergie et des engrais. En tant que grands exportateurs de céréales et d’huile végétale, le conflit autour de la mer Noire perturbe considérablement le transport maritime.

Au Soudan, les effets combinés du conflit, de la crise économique et des mauvaises récoltes affectent considérablement l'accès de la population à la nourriture et ont doublé le nombre de personnes confrontées à une faim aiguë au Soudan, pour atteindre environ 18 millions. La hausse des prix des céréales due à la guerre en Ukraine a été le coup de grâce. 

Si les combats à Gaza s’intensifient au Moyen-Orient (ce qui, heureusement, semble moins probable), cela pourrait déclencher une deuxième crise énergétique qui pourrait faire monter en flèche les prix des denrées alimentaires et du carburant. La Banque mondiale a averti que si le conflit devait s'intensifier, cela pourrait entraîner une hausse significative des prix du pétrole et exacerber l'insécurité alimentaire, tant au Moyen-Orient que dans le monde.

Il devrait être évident que l'approvisionnement alimentaire, l'approvisionnement en acier ou l'approvisionnement en carburant le plus sûr est celui qui puise dans autant de sources que possible, de sorte que si l'on se tarit ou est pris dans une calamité militaire ou diplomatique, alors l'approvisionnement est en mesure de à récupérer en augmentant les échanges commerciaux via les nombreux canaux alternatifs. C’est ainsi que le Qatar, isolé lors du blocus de 2017, a pu rester largement épargné, bien qu’il soit coupé de tous ses voisins et qu’il ne produise pratiquement aucune nourriture. 

La popularité durable du mythe tient en grande partie à la façon dont il interagit avec notre psychologie humaine fondamentale. La plupart de nos heuristiques mentales sont apprises pour des problèmes beaucoup plus simplistes. La façon dont nous avons appris à survivre consiste à accumuler et à nous asseoir sur une pile de nourriture aussi grande que possible. Nous sommes également naturellement peu enclins à faire confiance à nos voisins, et encore moins à compter sur eux. 

Briser nos instincts préhistoriques et adopter ce qui constitue donc les principes contre-intuitifs du libre-échange est donc un défi de taille. Cela explique peut-être pourquoi le libre-échange reste si impopulaire comparé au protectionnisme, malgré le bilan extrêmement positif que le libre-échange peut revendiquer, à lui seul, en sortant des milliards de personnes de la pauvreté. 

Il sera toujours difficile de convaincre la génération actuelle de responsables politiques européens de diversifier leur approvisionnement alimentaire – mais les gains seront énormes s’ils parviennent à voir le jour. 

Des régions comme l’Amérique latine et l’Asie du Sud-Est se distinguent comme des régions dans lesquelles l’UE fait beaucoup trop peu de commerce stratégique. Être dans des hémisphères différents signifie que les saisons sont opposées (ou ont des climats extrêmement différents dans le cas de pays d'Asie du Sud-Est comme la Malaisie), de sorte que les avantages pour les chaînes d'approvisionnement mutuelles sont naturellement complémentaires. Ces pays sont prêts à engager des échanges mutuellement bénéfiques pour renforcer leur sécurité stratégique.

Des pays comme l’Argentine produisent de grandes quantités de viande, ce que les règles sanitaires et phytosanitaires (SPS) de l’UE rendent l’importation beaucoup plus difficile que nécessaire. La Malaisie est le plus grand exportateur mondial d'huile de palme, produisant les huiles et les graisses nécessaires à des dizaines de catégories alimentaires. Comparé aux autres principales graines oléagineuses, telles que le soja, le colza et le tournesol, qui peuvent être cultivées dans le pays, le palmier à huile est la culture oléagineuse au rendement le plus élevé. Rendre les importations moins chères et plus faciles signifierait la sécurité alimentaire en période d’instabilité et des produits de base moins chers en temps de paix en réduisant les coûts.

Plus de commerce signifie également plus d’influence et plus de transparence dans les chaînes d’approvisionnement. En prenant encore une fois l'exemple des Malais, leur industrie agroalimentaire adopte l'utilisation de la technologie blockchain et de la traçabilité pour prouver que leurs produits sont respectueux de l'environnement et sans déforestation. Le commerce rend économiquement viables les efforts environnementaux massifs visant à protéger l’environnement. À l’inverse, cela crée une interdépendance avec les régions du monde, ce qui réduit la probabilité de conflit ou de violation des règles internationales en général. 

Le grand économiste français Frédéric Bastiat a écrit que « Quand les marchandises ne traversent pas les frontières, les soldats le feront ». Il a observé le pouvoir de l’interdépendance en tant que gardien de la paix. La diversification des échanges est donc tous les deux préparation et prévention. Les hommes politiques doivent surmonter leurs instincts primitifs et laisser les biens circuler. 

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -