15.1 C
Bruxelles
Vendredi, mai 24, 2024
ReligionLe christianismeSur l'émergence des hérésies

Sur l'émergence des hérésies

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Auteur invité
Auteur invité
L'auteur invité publie des articles de contributeurs du monde entier

Par saint Vincent de Lérin,

De son remarquable ouvrage historique « Livre commémoratif de l’Antiquité et de l’universalité de la foi congrégationaliste »

Chapitre 4

Mais pour rendre plus clair ce que nous avons dit, il faut l'illustrer par des exemples séparés et le présenter avec un peu plus de détails, afin que, dans notre recherche d'une brièveté excessive, le mot hâtif enlève à la valeur des choses.

Au temps de Donat, d'où vient le nom de « Donatistes », quand une grande partie des peuples d'Afrique s'étaient précipités vers l'éclatement de leur erreur, quand, oubliant le nom, la foi, la confession, ils avaient placé l'insouciance sacrilège d'un Ainsi, devant l'Église du Christ, parmi toute l'Afrique, seuls ceux qui, méprisant l'ignoble schisme, s'étaient joints à l'Église universelle, pouvaient se préserver indemnes dans le sanctuaire de la foi conciliaire ; ils ont en effet laissé aux générations un exemple sur la manière de placer plus tard prudemment la santé de tout le corps avant la folie d'un seul, ou tout au plus de quelques-uns. Aussi, lorsque le poison arien avait infecté, non pas quelque coin, mais presque le monde entier, au point qu'une obscurité avait obscurci l'esprit de presque tous les évêques de langue latine, dirigés en partie par la force, en partie par la tromperie, et les avait empêchés de décider quelle voie suivre dans cette confusion – alors seul celui qui a vraiment aimé et adoré le Christ et placé l’ancienne foi au-dessus de la nouvelle trahison est resté intact de la contagion qui vient du fait de le toucher.

Les dangers de l'époque montraient plus clairement à quel point l'introduction d'un nouveau dogme pouvait être fatale. Parce qu’alors non seulement les petites choses se sont effondrées, mais aussi les choses les plus importantes. Non seulement les liens de parenté, les liens de sang, les amitiés, les familles, mais aussi les villes, les peuples, les provinces, les nations et enfin l'Empire romain tout entier furent ébranlés et ébranlés jusqu'à ses fondations. Car après que cette même vile innovation arienne, comme quelque Bellone ou fureur, eut d'abord capturé l'empereur, puis soumis aux nouvelles lois et tous les plus hauts personnages du palais, elle ne cessa de mélanger et de confondre tout, privé et public, sacré et blasphématoire, non pour distinguer le bien du mal, mais pour frapper qui bon lui semble du haut de sa position. Puis les épouses furent violées, les veuves insultées, les vierges déshonorées, les monastères détruits, le clergé persécuté, les diacres flagellés, les prêtres exilés ; les prisons, les cachots et les mines étaient remplis d'hommes saints, dont la plupart, après s'être vu refuser l'accès aux villes, chassés et bannis, tombèrent dessus, ruinés et détruits par la nudité, la faim et la soif parmi les déserts, les grottes, les bêtes, et des rochers. Et tout cela n'arrive-t-il pas uniquement parce que la doctrine céleste est supplantée par la superstition humaine, que l'antiquité, qui reposait sur de solides fondations, est renversée par une nouveauté immonde, que les anciens établis sont insultés, que les décrets des pères sont annulés, que les déterminations des nos ancêtres se transforment en peluches et poussière, et les modes de la nouvelle curiosité vicieuse ne sont pas maintenues dans les limites irréprochables d'une antiquité sanctifiée et intacte ?

Chapitre 5

Mais peut-être inventons-nous cela par haine du nouveau et amour pour l’ancien ? Celui qui le pense, qu'il croit au moins le bienheureux Ambroise, qui dans son deuxième livre à l'empereur Gratien, déplorant lui-même les temps amers, dit : « Mais assez, ô Dieu Tout-Puissant, nous avons emporté notre propre exil et notre propre le sang, le massacre des confesseurs, les exilés des prêtres et le mal de cette grande méchanceté. Il est clair que ceux qui ont souillé la foi ne peuvent être en sécurité. Et encore dans le troisième livre du même ouvrage : « Observons les préceptes des ancêtres et n'osons pas violer avec une grossière imprudence les sceaux hérités d'eux. Ce Livre de Prophétie scellé, ni les anciens, ni les puissances, ni les anges, ni les archanges n'osèrent l'ouvrir : le Christ seul se réservait le droit de l'expliquer le premier. Qui d’entre nous oserait briser le sceau du Livre sacerdotal, scellé par les confesseurs et sanctifié par le martyre non pas d’un ni deux ? Certains ont été contraints de le desceller, mais l'ont ensuite refermé, dénonçant la fraude ; et ceux qui n'osaient pas la profaner devenaient confesseurs et martyrs. Comment pouvons-nous nier la foi de ceux dont nous proclamons la victoire ? Et en effet nous le proclamons, ô vénérable Ambroise ! En effet, nous la proclamons et, en la louant, nous nous émerveillons ! Qui donc est si insensé que, bien qu'il n'ait pas la force de rattraper son retard, il ne désire pas du moins suivre ceux qu'aucune puissance ne pouvait empêcher de défendre la foi des ancêtres - ni menaces, ni flatterie, ni vie, ni la mort, ni le palais, ni les gardes, ni l'empereur, ni l'empire, ni les humains, ni les démons ? Ceux-là, j'affirme que, parce qu'ils maintenaient obstinément l'antiquité religieuse, Dieu les a jugés dignes d'un grand don : par leur intermédiaire, restaurer les églises déchues, faire revivre les nations spirituellement mortes, remettre les couronnes abandonnées sur la tête des prêtres, effacer ces non-écritures pernicieuses, et la tache de la nouvelle impiété avec un flot de larmes des fidèles déversés d'en haut sur les évêques, et enfin pour regagner presque le monde entier, emporté par la terrible tempête de cette hérésie inattendue, du de la nouvelle incrédulité à l'ancienne foi, de la nouvelle folie à l'ancienne prudence, du nouvel aveuglement à l'ancienne lumière. Mais dans toute cette vertu presque divine des confesseurs, une chose est pour nous la plus importante : c'est qu'alors, au temps de l'Église antique, ils se sont chargés de protéger non pas une partie, mais le tout. Car il n’était pas convenable que des hommes aussi grands et illustres soutiennent avec tant d’efforts les soupçons incertains et souvent contradictoires d’un, deux ou trois, ni d’entrer dans des batailles pour le plaisir d’un accord occasionnel dans quelque province ; mais, suivant les décrets et les déterminations de tous les prêtres de la sainte Église, héritiers de la vérité apostolique et conciliaire, ils préférèrent se trahir eux-mêmes, mais non l'ancienne foi universelle.

Chapitre 6

Grand est donc l'exemple de ces hommes bienheureux, sans aucun doute divins, et dignes du souvenir et d'une réflexion infatigable de la part de tout vrai chrétien ; car eux, comme un chandelier à sept chandeliers, brillant sept fois de la lumière du Saint-Esprit, ont placé devant les yeux de la postérité la règle la plus brillante, comment plus tard, au milieu des illusions de diverses paroles vaines, ils devaient affronter l'audace de l'innovation impie avec l'autorité de l'antiquité sanctifiée. Mais ce n’est pas nouveau. Car dans l’Église, plus une personne est religieuse, plus elle est prête à s’opposer aux innovations. Il existe d’innombrables exemples de ce type. Mais pour ne pas nous emballer, n'en prenons qu'un, et il sera de préférence du siège apostolique ; car chacun peut voir plus clairement avec quelle force, avec quelle aspiration et avec quel zèle les bienheureux disciples des bienheureux apôtres ont toujours défendu l'unité de la foi une fois réalisée. Autrefois, le vénérable Agrippin, évêque de Carthage, fut le premier qui, contrairement au canon divin, contrairement à la règle de l'Église universelle, contrairement aux opinions de tous ses confrères prêtres, contrairement à la coutume et à l'établissement des ancêtres, pensa que le baptême devrait être répété. Cette innovation comportait tant de mal qu'elle non seulement donna à tous les hérétiques un exemple de sacrilège, mais qu'elle égara également certains fidèles. Et comme partout le peuple murmurait contre cette innovation, et que tous les prêtres s'y opposaient partout, chacun selon le degré de son zèle, alors le bienheureux pape Etienne, prélat du trône apostolique, s'y opposa avec ses compagnons, mais avec le plus de zèle. tout cela, pensant, à mon avis, qu'il doit surpasser tous les autres dans son dévouement à la foi autant qu'il les surpasse dans l'autorité de sa charge. Et enfin, dans une Épître à l’Afrique, il affirme ceci : « Rien n’est sujet au renouvellement, seule la Tradition doit être respectée. » Cet homme saint et prudent comprit que la vraie piété n'admet d'autre règle que que tout soit transmis aux fils avec la même foi avec laquelle il a été reçu des pères ; que nous ne devons pas conduire la foi selon nos caprices, mais au contraire la suivre là où elle nous mène ; et qu'il est du propre de la modestie et de l'austérité chrétiennes de ne pas transmettre ce qui lui appartient à la postérité, mais de conserver ce qu'il a reçu de ses ancêtres. Quelle était alors la solution à tout ce problème ? Quoi, en effet, sinon l'habituel et le familier ? À savoir : l’ancien a été préservé, et le nouveau a été honteusement rejeté.

Mais peut-être est-ce à ce moment-là que son innovation manquait de mécénat ? Au contraire, il avait pour lui de tels talents, de tels fleuves d'éloquence, de tels adeptes, une telle plausibilité, de telles prophéties de l'Écriture (interprétées, bien sûr, d'une manière nouvelle et méchante) que, à mon avis, toute la conspiration Aucune autre raison n’aurait pu s’effondrer, sauf une : l’innovation tant vantée n’a pas résisté au poids de sa propre cause, qu’elle a entreprise et défendue. Que s'est-il passé ensuite ? Quelles ont été les conséquences de ce Conseil ou décret africain ? Par la volonté de Dieu, aucun ; tout était détruit, rejeté, piétiné comme un rêve, comme un conte de fées, comme une fiction. Et, oh, merveilleuse tournure ! Les auteurs de cet enseignement sont considérés comme des fidèles, et ses adeptes comme des hérétiques ; les professeurs sont acquittés, les étudiants sont condamnés ; les auteurs des livres seront les fils du Royaume de Dieu, et leurs défenseurs seront engloutis par le feu de l'enfer. Alors, quel est l’imbécile qui douterait que cette sommité parmi tous les évêques et martyrs – Cyprien, avec ses compagnons, régnera avec le Christ ? Ou, au contraire, qui est capable de ce grand sacrilège pour nier que les donatistes et autres hommes pernicieux, qui se vantent d'avoir été rebaptisés sous l'autorité de ce concile, ne brûleront dans le feu éternel avec le diable ?

Chapitre 7

Il me semble que ce jugement a été rendu public d'en haut surtout à cause de la tromperie de ceux qui, pensant dissimuler quelque hérésie sous un nom étranger, s'emparent généralement des écrits de quelque auteur ancien, peu clair, qui, en raison de leur obscurité correspondent aux ujkim de leur enseignement ; de sorte que lorsqu'ils publient cette chose quelque part, ils ne semblent pas être les premiers ni les seuls. Leur trahison est, à mon avis, doublement odieuse : premièrement, parce qu'ils ne craignent pas d'offrir aux autres à boire du poison de l'hérésie, et deuxièmement, parce que d'une main impie ils réveillent la mémoire de quelque saint homme, comme s'ils allumaient des charbons déjà devenus cendres, et ceux qui devaient être enterrés en silence, ils le faisaient savoir à nouveau, le remettant en lumière, devenant ainsi les disciples de leur ancêtre Cham, qui non seulement n'a pas couvert la nudité du vénérable Noah, mais il l'a montré aux autres, pour se moquer de lui. C'est pourquoi il méritait un mécontentement pour avoir insulté la piété filiale, si grand que même ses descendants étaient liés par la malédiction de ses péchés ; il n'était pas du tout comme ses bienheureux frères, qui ne voulaient pas que la nudité de leur vénérable père se souille les yeux, ni ne la révèle aux autres, mais détournant leurs yeux, comme il est écrit, le couvrit : ils n'approuvèrent pas non plus, ils n'ont pas non plus fait connaître la transgression du saint homme, et ont donc été récompensés par une bénédiction pour eux et leur postérité.

Mais revenons à notre sujet. C'est pourquoi nous devons être remplis d'une grande crainte et d'une grande terreur à l'idée du crime de changer de foi et de profaner la piété ; non seulement l'enseignement sur la structure de l'Église, mais aussi l'opinion catégorique des apôtres avec leur autorité nous en empêchent. Car chacun sait avec quelle rigueur, avec quelle dureté, avec quelle férocité le bienheureux apôtre Paul s’attaque à ceux qui, avec une facilité étonnante, sont passés trop vite de celui qui « les a appelés à la grâce du Christ, à un autre évangile, non qu’il y en ait un autre ». "qui, conduits par leurs convoitises, ont rassemblé des docteurs, ayant détourné leurs oreilles de la vérité et se sont tournés vers les fables", qui "sont condamnés parce qu'ils ont rejeté leur première promesse", ceux-là sont trompés par ceux dont l'apôtre écrivait aux frères de Rome : « Je vous en supplie, frères, méfiez-vous de ceux qui produisent des divisions et des séductions contraires à la doctrine que vous avez apprise, et méfiez-vous d'eux. Parce que ceux-là ne servent pas notre Seigneur Jésus-Christ, mais leur ventre, et qu'avec des paroles douces et flatteuses ils trompent le cœur des simples d'esprit », « qui se glissent dans les maisons et séduisent les épouses chargées de péchés et possédées de diverses convoitises, les épouses qui apprennent toujours et ne peuvent jamais parvenir à la connaissance de la vérité », « des bavards et des trompeurs… ils gâtent des maisons entières en enseignant ce qu'ils ne devraient pas pour un gain ignoble », « des hommes à l'esprit pervers, rejetés par la foi » , « éclipsés par l’orgueil, ils ne savent rien et en ont assez des débats et des disputes inutiles ; ils pensent que la piété sert à gagner », « étant sans emploi, ils ont l'habitude d'aller de maison en maison ; et non seulement ils sont oisifs, mais ils sont bavards, curieux et disent des choses inconvenantes », « ceux qui, rejetant une bonne conscience, font naufrage dans la foi », « dont les vanités sales s'accumuleront pour plus de méchanceté, et leurs discours la volonté s'étend comme une habitation ». Il est également écrit à leur sujet : « Mais ils ne réussiront plus, car leur folie sera révélée à tous, comme leur folie a été révélée. »

Chapitre 8

Et ainsi, lorsque certains d'entre eux, voyageant à travers les provinces et les villes, et transportant leurs illusions comme des marchandises, arrivèrent jusqu'aux Galates ; et quand, après les avoir entendus, les Galates eurent une sorte de nausée à cause de la vérité et vomirent la manne de l'enseignement apostolique et conciliaire, et commencèrent à jouir des impuretés de l'innovation hérétique, l'autorité de l'autorité apostolique se manifesta, pour décrétez avec une suprême sévérité : « Mais si nous même, dit l'apôtre, ou si un ange du ciel vous prêchait autre chose que ce que nous vous avons prêché, qu'il soit anathème. » Pourquoi dit-il « mais si même nous » et non « mais si même moi » ? Cela signifie : « même Pierre, même André, même Jean, enfin même tout le chœur apostolique devraient vous prêcher autre chose que ce que nous vous avons déjà prêché, qu'il soit anathème. » Terrible cruauté, de ne pas épargner ni vous-même ni le reste de vos confrères apôtres, afin que la solidité de la foi originelle puisse être établie ! Mais ce n’est pas tout : « Même si un ange du ciel, dit-il, vous prêche autre chose que ce que nous vous avons prêché, qu’il soit anathème. » Pour la préservation de la foi une fois délivrée, il ne suffisait pas de mentionner la seule nature humaine, mais il fallait également inclure la nature angélique supérieure. "Pas même nous, dit-il, ni un ange du ciel." Non pas parce que les saints anges du ciel sont encore capables de pécher, mais parce qu’il veut dire : même si l’impossible se produisait – n’importe qui, n’importe qui devrait essayer de changer la foi qui nous a été transmise – l’anathème serait. Mais peut-être a-t-il dit cela sans réfléchir, plutôt l'a-t-il répandu, porté par une impulsion humaine, que l'a-t-il décrété, guidé par la raison divine ? Absolument pas. Car suivent des paroles pleines du poids énorme de la déclaration répétée : « Comme nous l'avons déjà dit, maintenant je le répète : si quelqu'un vous prêche autre chose que ce que vous avez reçu, qu'il soit anathème. » Il n'a pas dit « si quelqu'un vous dit quelque chose de différent de ce que vous avez accepté, qu'il soit béni, loué, accepté », mais il a dit : qu'il soit anathème, c'est-à-dire éloigné, excommunié, exclu, de peur que la terrible contagion d'un brebis pour polluer le troupeau d'innocents du Christ par son mélange venimeux avec lui.

A noter : Le 24 mai, l'Église célèbre la mémoire de Saint Vincent de Lérin (Ve siècle)

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -