12.5 C
Bruxelles
Saturday, Avril 13, 2024
ReligionLe christianismeSur les évêques

Sur les évêques

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Auteur invité
Auteur invité
L'auteur invité publie des articles de contributeurs du monde entier

Par saint Révérend Siméon le Nouveau Théologien,

De "Instruction avec réprimande à tous : rois, évêques, prêtres, moines et laïcs, parlée et parlée par la bouche de Dieu » (extrait)

…Évêques, chefs de diocèses, comprenez :

Vous êtes l'empreinte de Mon image.

Placé, tu parles devant Moi,

Vous devez venir dans les assemblées des justes.

Vous êtes appelés Mes disciples,

Portant Mon image divine.

Même autour de la petite table commune

Un si grand pouvoir que tu as obtenu,

Ce que j'ai du Père, Dieu la Parole.

Je suis Dieu par nature, mais je me suis incarné

Et je suis devenu un homme, mais en deux actes,

Et en deux natures. Inséparables, infusionnés.

Je suis humain et Dieu est parfait.

En tant qu'homme, je t'ai élevé

Avec vos mains pour me toucher et me tenir.

En tant que Dieu, je te suis inaccessible

Et insaisissable pour vos mains mortelles.

Je suis invisible pour les aveugles d'esprit,

Malgré tout ce massacre, je suis resté inaccessible,

Dieu et l’homme dans une hypostase universelle du Soi.

Parmi les évêques, il y a ceux

Qui avec leur sana est devenu fier,

Et ils s'élèvent au-dessus des autres,

Considérer tout le monde comme sans valeur et inférieur.

Il y a pas mal d'évêques qui

Ils sont trop loin de la dignité de leur État.

Je ne parle pas de ceux où

Les mots avec les actes, avec la vie ne font qu'un,

Et leur vie reflète l'enseignement et les paroles.

Mais je dis beaucoup des évêques :

Dont la vie ne convient pas à leur prédication

Et que mes terribles secrets ne connaissent pas,

Et ils pensent qu'ils montent sur Mon pain de feu,

Mais mon pain, aussi simple soit-il, ils le méprisent,

Et ils mangent du pain simple, mais ma gloire invisible,

Il est impossible de les apercevoir du tout.

Ainsi, peu de Mes évêques en sont dignes.

Il y en a beaucoup qui occupent un rang élevé

Et en apparence ils sont humbles – mais avec un faux,

Avec une humilité dégoûtante, stupide et hypocrite.

Ne poursuivant que les louanges humaines,

Ils me méprisent, Créateur de l'univers entier,

Et en tant qu’homme pauvre, je suis méprisé et rejeté.

Ils tiennent mon corps indigne,

S'efforçant de s'élever au-dessus de tout, et ils ne l'ont pas fait

Les robes de ma grâce qui

Ils n’ont jamais acquis d’aucune façon.

Dans Mon temple, ils viennent hardiment sans y être invités,

Ils entrent dans les profondeurs de demeures tacites,

Qui sont indignes d’être regardés, même de l’extérieur.

Mais je supporte avec miséricorde leur impudeur.

En entrant, ils Me parlent comme à un ami :

Ils ne vous veulent pas comme serviteurs, mais comme camarades

Se montrer – et rester là sans crainte.

Sans ma grâce,

Ils promettent aux gens de prier pour eux,

Bien que coupable de nombreux péchés,

Ils revêtirent des vêtements brillants,

Mais ils n’ont l’air propres qu’à l’extérieur.

Leurs âmes sont plus sales que la boue des marais,

Ils sont plus terribles qu'un poison mortel,

Des méchants, justes seulement en apparence.

Comme autrefois le traître Judas,

Il m'a pris du pain et l'a mangé indignement,

Comme si ce pain était la chose la plus ordinaire,

Et à ce moment-là, « par le pain », le diable entra en lui,

Cela a fait de lui un traître éhonté envers Dieu.

Un perfide exécuteur testamentaire,

L’esclave et le serviteur de Juda l’ont fait.

Cela arrivera sans le savoir à ceux qui

Qui avec audace, fierté et indignité

Mes Mystères Divins touchent.

Surtout les chefs des diocèses, des capitales,

Les prêtres souvent

Avant la communion, ils ont la conscience brûlée,

Et puis – déjà complètement condamné.

Entrez hardiment dans Ma Cour Divine,

Ils se tiennent sans vergogne devant l'autel et se parlent,

Ne me voyant pas et ne ressentant rien du tout

Ma gloire divine inaccessible.

Eh bien, s'ils pouvaient voir, ils n'oseraient pas

Ils n'oseraient même pas agir comme ça

Entrer dans le vestibule d’une église orthodoxe.

...

Lequel d'entre nous, les prêtres, aujourd'hui

D'abord, il s'est purifié des vices

Et c’est seulement alors qu’il a osé être prêtre ?

Qui pourrait dire sans crainte :

Qu'il a méprisé la gloire terrestre et a accepté le sacerdoce

Uniquement pour la gloire divine céleste ?

Qui seul a complètement aimé le Christ,

Et l'or et les richesses qu'il a rejetés ?

Qui vit modestement et se contente de peu ?

Et qui n’a jamais détourné ?

Qui n'est pas tourmenté par la conscience pour un pot-de-vin ?

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -