15.5 C
Bruxelles
Vendredi, mai 24, 2024
Le choix des éditeurs50 experts en minorités religieuses explorent en Navarre les défis et les solutions pour...

50 experts en minorités religieuses explorent en Navarre les défis et solutions pour les minorités religieuses en Espagne

Durant la semaine, ils ont étudié et discuté de la situation juridique des minorités religieuses en Espagne.

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://europeantimes.news
The European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.

Durant la semaine, ils ont étudié et discuté de la situation juridique des minorités religieuses en Espagne.

Cinquante spécialistes européens des minorités religieuses se réunissent cette semaine à Pampelune pour une conférence internationale organisée par l'Université publique de Navarre (UPNA) et consacrée à la situation juridique des confessions religieuses sans accord de coopération avec l'État.

Minorités religieuses, administration publique et milieu universitaire

Des représentants tant de ces minorités religieuses que de l'administration et des chercheurs sur la liberté de conscience issus d'universités de sept pays (Espagne, France, Italie, Pologne, Portugal, Royaume-Uni et Roumanie) a analysé la situation de Du mercredi 6 mars au vendredi 8 mars, dans l’ancien couvent de Las Salesas (aujourd’hui siège de la Région de Pampelune) les principaux défis de l’inclusion de la diversité religieuse dans la société, où «discrimination législative importante» sous-tend, selon Alejandro Torres Gutiérrez, professeur à l’UPNA et organisateur de ce congrès, et qui est l’un des lauréats du «Prix ​​​​de la liberté religieuse» pour 2020.

"Pensez, par exemple, aux difficultés rencontrées par de nombreuses confessions sans accord de coopération avec l'État pour accéder au système d'avantages fiscaux et de déductions pour dons.," m'a dit Professeur Alejandro Torres. "Jusqu'à présent, ces questions étaient réservées exclusivement aux cultes ayant fait l'objet d'un accord, même si une réforme « ad hoc » de la législation sur le clientélisme est toujours en attente. Et il convient également de noter combien il peut être compliqué pour eux d’obtenir des terrains sur lesquels construire leurs temples, ou des lieux appropriés pour les enterrements, ou encore pour fournir une assistance religieuse à leurs fidèles. ».

En Espagne, l'État a d'abord conclu des accords avec le Saint-Siège en faveur de l'Église catholique, puis a signé ceux de 1992 avec les minorités religieuses alors reconnues. Fédération des entités religieuses évangéliques, Fédération des communautés israéliennes d'Espagne et les terres parsemées de Commission islamique d'Espagne. Contrairement à ces quatre religions qui ont signé un accord avec l’État, il y en a qui ne l’ont pas fait. Et au sein de ceux-ci, il y a des différences : certains ont obtenu une déclaration de « profondément enraciné » (notorio arraigo), comme le Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours (2003), Témoins chrétiens de Jéhovah (2006), le Fédération des entités bouddhistes d'Espagne (2007), le église orthodoxe (2010), et le Foi baha'ie (2023), et d’autres ne disposent pas d’une telle reconnaissance administrative supplémentaire, comme le l'Eglise de Scientology, Communauté Ahmadiyya, le taoïsme, le Fédération hindoue d'Espagne et les terres parsemées de Foi sikh.

Les participants au congrès

Congrès sur les minorités religieuses et la discrimination législative

Le congrès international intitulé «Statut juridique des minorités religieuses sans accord de coopération juridique» réunis à Pampelune, entre autres personnalités, Mercedes Murillo Muñoz, Directeur Général de la Liberté Religieuse du Ministère de la Présidence, de la Justice et des Relations avec le Parlementet une Inés Mazarrasa Steinkuhler, Directeur de Fondation Pluralisme et Coexistence, entre autres. Y participaient également des représentants de minorités religieuses sans accord de coopération avec l'État en Espagne : le Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, Témoins de Jéhovah, Fédération bouddhiste d'Espagne, le Église orthodoxe roumaine, le Communauté bahá'íe, Ivan Arjona du Église de Scientology, Krishna Kripa Das en tant que président, le Fédération hindoue d'Espagne, et était également présent le Union taoïste d'Espagne.

La conférence a été financée par le Vice-Rectorat à la Recherche, le I-COMMUNITAS Institut avec le professeur Sergio García (tous deux de l'UPNA), le Fondation Pluralisme et Coexistence et le Ministère de la Science et de l'Innovation, à travers le projet Statut juridique des confessions religieuses sans accord de coopération en Espagne, dont les principaux chercheurs sont Alejandro Torres, professeur de droit constitutionnel, et Oscar Celador Angón, professeur de droit ecclésiastique d'État à la Université Carlos III (Madrid). Par ailleurs, cette rencontre scientifique s'inscrit dans le cadre du Projet EUROPIA, qui a reçu le soutien financier de l'Union européenne et dont Spasimir Domaradzki, professeur à la Faculté des sciences politiques de Université de Varsovie (Pologne), est le chercheur principal.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -