17.7 C
Bruxelles
Samedi, mai 25, 2024
ReligionLe christianismeLe pape appelle une fois de plus à la paix par la négociation

Le pape appelle une fois de plus à la paix par la négociation

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Gaston de Persigny
Gaston de Persigny
Gaston de Persigny - Journaliste à The European Times Actualité

Nous ne devons jamais oublier que la guerre mène invariablement à la défaite, a souligné le Saint-Père.

Lors de son audience générale hebdomadaire sur la place Saint-Pierre, le pape François a une fois de plus appelé à une paix négociée et condamné les conflits sanglants en Ukraine et à Gaza, a rapporté Reuters. L'agence note que le pape a de nouveau écourté ses apparitions publiques en raison de problèmes de santé.

"Nous ne devons jamais oublier que la guerre mène invariablement à la défaite, nous ne pouvons pas continuer à vivre dans la guerre, nous devons faire tous les efforts de médiation, pour négocier la fin de la guerre, prions pour cela", a déclaré le Saint-Père dans un bref discours. déclaration à la fin de l’audience, dans laquelle il a évoqué l’Ukraine « martyrisée » et le conflit israélo-palestinien.

Francis, 87 ans, qui a des problèmes de mobilité et souffre de rhumes et de bronchites ces dernières semaines, n'a pas non plus lu la majeure partie du discours préparé pour le public, a noté Reuters. Il a délégué cette tâche à un assistant et a déclaré aux fidèles qu'il était toujours contraint de limiter ses prises de parole en public.

Plus tôt ce mois-ci, François a suscité la controverse après avoir déclaré dans une interview à la télévision publique suisse que l’Ukraine devrait « avoir le courage d’agiter un drapeau blanc » et entamer des négociations avec la Russie.

Son adjoint, le cardinal Pietro Parolin, a précisé plus tard que la Russie devait d'abord mettre un terme à son agression, rappelle Reuters.

Photo d’illustration : Caïn et Abel

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -