9.5 C
Bruxelles
Mercredi, Juin 12, 2024
EuropeMetsola au Conseil européen : Cette élection sera le test de...

Metsola au Conseil européen : cette élection sera le test de nos systèmes

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

La réalisation de nos priorités est le meilleur outil pour lutter contre la désinformation, a déclaré la présidente du PE, Roberta Metsola, lors du Conseil européen.

S'adressant aujourd'hui aux chefs d'État ou de gouvernement lors du Conseil européen de mars à Bruxelles, la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, a souligné les sujets suivants :

Élections au Parlement européen :

« Nous nous réunissons aujourd'hui à 77 jours du début des élections au Parlement européen. Nous savons à quel point nous devons travailler ensemble pour faire sortir le vote.

Au cours de cette législature, nous avons apposé l'empreinte de l'Europe sur la géopolitique mondiale et nous avons défendu notre vision européenne dans un monde en constante évolution. Nous sommes devenus plus forts grâce aux défis auxquels nous avons été confrontés et non malgré eux. Nous avons tenu une attitude constructive du majorité ensemble et nous devons recommencer.

L’Europe répond aux attentes de ses citoyens, mais nous devons être capables de faire passer ce message dans tous les États membres. Avec les députés européens, je me suis rendu dans de nombreux pays pour convaincre nos citoyens, en particulier nos jeunes, d'aller voter.»

Désinformation:

« Nous savons jusqu’où iront d’autres acteurs pour tenter de perturber nos processus démocratiques. Nous assistons dans de nombreux États à des tentatives de désinformation, de désinformation et de propagande émanant d'acteurs hostiles au du projet. C’est une menace à laquelle nous devons être prêts.

Nous pouvons utiliser des outils à la fois législatifs et non législatifs – notamment dans la manière dont nous abordons les médias sociaux. Sur le plan législatif, nous avons la loi sur les marchés numériques, la loi sur les services numériques, la loi sur l'IA, la publicité politique et la liberté des médias – mais nous devons également être prêts à mieux nous engager en ligne.

Nous ne pouvons pas permettre que ce discours destructeur, cette propagande et cette désinformation se propagent sans y remédier. Nous devons être prêts à dialoguer avec les plateformes.

« Cette élection sera un test de nos systèmes et rendra notre travail de transmission du message encore plus essentiel. »

S'adresser aux citoyens :

«Mon appel ici est de résister à la tentation, au cours d'une campagne difficile, de blâmer Bruxelles pour tout ce qui ne va pas et de n'accorder aucun crédit à ce qui est dû.

Nous devons être ouverts et honnêtes sur nos réussites – mais aussi sur les domaines dans lesquels nous aurions pu faire mieux. Où nous n’avons pas répondu aux attentes de notre peuple. Où les gens se sentent encore laissés pour compte. Là où notre bureaucratie a repoussé les gens.

Notre industrie doit faire partie de l’équation. Nos agriculteurs doivent faire partie de l’équation. Nos jeunes doivent faire partie de l’équation. Les gens doivent avoir confiance dans le processus, ils doivent avoir accès aux outils qui leur permettent d’effectuer le changement et ils doivent en avoir les moyens. Sinon, cela ne réussira pas.

L’Union européenne n’est pas parfaite, mais elle constitue la meilleure garantie pour tous nos citoyens. Alors, là où nous devons remédier, faisons-le. Mais continuons à construire plutôt que de permettre au cynisme facile de détruire.

Nous pouvons rendre à une Europe plus forte, à l’écoute de ses citoyens, qui fonctionne mieux, qui est plus efficace et efficiente. Cela – comme l’a si bien dit Jean Claude Juncker – est grand pour les grandes choses et petit pour les petites choses.»

Menace et soutien de la Russie à l’Ukraine :

« Il n’y a rien de plus grand que la menace que représente la Russie pour la paix. Nous devons continuer à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour aider l’Ukraine à continuer à se défendre.

Nous avons déjà apporté un soutien politique, diplomatique, humanitaire, économique et militaire important à l'Ukraine, et le Parlement européen se félicite de l'adoption du 13e paquet de sanctions et du Fonds d'aide à l'Ukraine au titre de la Facilité européenne de soutien à la paix.

En ce moment critique, notre soutien à l’Ukraine ne peut faiblir. Nous devons accélérer et intensifier la livraison des équipements dont ils ont besoin pour soutenir leur défense.

« Nous devons également aider l’Ukraine en prolongeant les mesures commerciales autonomes. »

Sécurité européenne :

« Notre projet de paix dépend de notre capacité à être en sécurité et autonome. Si nous voulons sérieusement protéger notre sécurité collective, nous devons également prendre des mesures pour construire un nouveau cadre de sécurité européen.

En façonnant cette nouvelle architecture, nous sommes déjà parvenus à un accord sur plusieurs questions que beaucoup pensaient impossibles. Nous devons maintenant être prêts pour la prochaine étape de coopération entre nous tous. Dans ce nouveau monde, y aller seul ne fonctionnera pas.

Élargissement:

« L'élargissement reste une priorité. Pour l'Ukraine, pour la Moldavie, pour la Géorgie et pour la Bosnie-Herzégovine. Pour nous tous.

Ils doivent tous suivre leur propre chemin et remplir tous les critères requis – mais – en ce qui concerne l’Ukraine en particulier – leurs progrès pour atteindre les étapes clés ont été impressionnants.

Au cours des douze derniers mois, la Moldavie et la Bosnie-Herzégovine ont également réalisé des progrès remarquables en matière de réformes. Il est temps de tenir parole. Il est temps d’ouvrir avec eux des négociations d’adhésion à l’UE et d’envoyer un signal clair aux populations des Balkans occidentaux.

Dans ce nouvel environnement géostratégique, une UE élargie, fondée sur des objectifs, des critères et des mérites clairs, constituera toujours notre meilleur investissement dans la paix, la sécurité, la stabilité et la prospérité.»

Réforme de l'UE :

« Nous ne pouvons pas perdre de vue qu’une UE élargie nécessitera des changements. Adaptation. Réforme. Le Parlement a fait plusieurs propositions en ce sens, notamment celles concernant le droit d'enquête du Parlement européen, qui a connu peu de progrès au cours des 12 dernières années, et le déclenchement du processus d'une Convention européenne.»

Économique:

« L'élargissement contribuera également à accroître la compétitivité européenne et à améliorer le fonctionnement de notre marché unique. Cela doit être une priorité pour la prochaine législature. C’est ainsi que nous développons nos économies de manière durable. Comment nous payons nos dettes. Comment nous créons des emplois et attirons les investissements. Comment nous garantissons que la croissance profite à tous. C’est avec une économie forte que nous pouvons apporter prospérité, sécurité et stabilité. "Comment pouvons-nous renforcer la place de l'Europe dans le monde."

Moyen-Orient:

« Une Europe forte a un rôle à jouer dans les sables mouvants de l’ordre mondial – notamment au Moyen-Orient.

La situation humanitaire à Gaza est désespérée. Nous devons utiliser tous les outils à notre disposition pour obtenir davantage d’aide. Je salue l’Initiative Amalthée et je voudrais tout particulièrement remercier Chypre pour son leadership. Néanmoins, la distribution de terres pour l’aide reste le meilleur moyen de fournir les volumes nécessaires.

C'est pourquoi le Parlement européen continuera de faire pression en faveur d'un cessez-le-feu. Pourquoi nous continuerons à exiger le retour des otages restants et pourquoi nous soulignons que le Hamas ne peut plus agir en toute impunité.

C’est pourquoi nous demandons aujourd’hui des conclusions claires à ce sujet qui donneront une orientation pour l’avenir.

C’est ainsi que nous acheminons davantage d’aide à Gaza, que nous sauvons des vies innocentes et que nous faisons valoir le besoin urgent d’une solution à deux États qui donne une réelle perspective aux Palestiniens et la sécurité à Israël.

« Une paix qui renforce un leadership palestinien pacifique et légitime et qui garantit une stabilité durable dans la région. »

Situation en Mer Rouge :

"Cela concerne également la situation en mer Rouge. Je salue le EUNAVFOR Aspides qui contribuera à protéger ce corridor maritime hautement stratégique. Mais nous pouvons faire davantage.

Dans toute la région euro-méditerranéenne, les entreprises sont extrêmement touchées par les retards, les problèmes d’entreposage et les implications financières. Nous devrions envisager la création d’un groupe de travail dirigé par l’UE pour évaluer comment nous pouvons agir ensemble pour atténuer les conséquences socio-économiques. L’Europe a également un rôle à jouer ici.»

En conclusion :

« Laissez-moi vous assurer que le Parlement européen continuera à travailler jusqu'au dernier moment pour mener à bien les dossiers législatifs restants, y compris sur un nouveau paquet sur la migration.

En fin de compte, concrétiser nos priorités est notre meilleur outil pour lutter contre la désinformation et permettre aux citoyens de constater la différence que fait l’Europe.»

Vous pouvez lire le discours complet ici

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -