12.5 C
Bruxelles
Vendredi, mai 24, 2024
EuropeExpulsions vers le Rwanda : tollé après l'adoption de la loi britannique

Expulsions vers le Rwanda : tollé après l'adoption de la loi britannique

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a salué l'adoption, dans la nuit du lundi 22 au mardi 23 avril, du projet de loi controversé permettant l'expulsion vers le Rwanda des demandeurs d'asile entrés illégalement au Royaume-Uni.

Annoncée en 2022 par son gouvernement conservateur et présentée comme un élément clé de sa politique de lutte contre l'immigration clandestine, cette mesure vise à renvoyer vers le Rwanda les migrants arrivés illégalement au Royaume-Uni, quel que soit leur pays d'origine. Ce sera à ce pays d’Afrique de l’Est d’examiner leurs demandes d’asile. Dans tous les cas, les demandeurs ne pourront pas retourner au Royaume-Uni.

« La loi établit clairement que si vous venez ici illégalement, vous ne pourrez pas rester », a déclaré Rishi Sunak. Lundi, le Premier ministre a assuré que son gouvernement était « prêt » à expulser les demandeurs d'asile vers le Rwanda. "Le premier vol décollera dans dix à douze semaines", a-t-il déclaré, c'est-à-dire courant juillet. Selon lui, ces vols auraient pu commencer plus tôt « si le parti travailliste n'avait pas passé des semaines à retarder le projet de loi à la Chambre des Lords pour tenter de le bloquer complètement ». "Ces vols décolleront quoi qu'il arrive", a-t-il insisté lors d'une conférence de presse précédant le vote.

Le gouvernement a mobilisé des centaines de responsables, dont des juges, pour traiter rapidement tout appel des migrants illégaux et a débloqué 2,200 2022 lieux de détention pendant que leurs dossiers sont en cours d'examen, a annoncé le Premier ministre. Des « avions charters » ont été réservés, a-t-il ajouté, alors que le gouvernement aurait eu du mal à convaincre les compagnies aériennes de contribuer aux expulsions. Un premier vol devait décoller en juin XNUMX mais a été annulé suite à une décision de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH).

Combien cela coûtera-t-il aux Britanniques ?

Ce texte fait partie d'un nouveau traité plus large entre Londres et Kigali, qui prévoit des paiements substantiels au Rwanda en échange de l'accueil de migrants. Le gouvernement n'a pas divulgué le coût total du projet, mais selon un rapport présenté en mars par le National Audit Office (NAO), l'organisme de surveillance des dépenses publiques, il pourrait dépasser 500 millions de livres sterling (plus de 583 millions d'euros).

« Le gouvernement britannique paiera 370 millions de livres sterling [432.1 millions d'euros] dans le cadre du partenariat entre le Royaume-Uni et le Rwanda, 20,000 120 livres sterling supplémentaires par personne et 300 millions de livres sterling une fois les 150,874 premières personnes relocalisées, plus 1.8 300 livres sterling par personne pour le traitement des demandes. et les coûts opérationnels », a résumé le NAO. Le Royaume-Uni paierait ainsi XNUMX million de livres sterling pour chacun des XNUMX premiers migrants expulsés. Une estimation qui a indigné le parti travailliste. En tête des sondages pour les prochaines législatives, les travaillistes ont promis de remplacer ce dispositif qu'ils jugent trop coûteux. Le Premier ministre a toutefois assuré que cette mesure était « un bon investissement ».

Comment Kigali réagit-elle ?

Le gouvernement de Kigali, la capitale rwandaise, s'est dit « satisfait » de ce vote. Les autorités du pays sont « désireuses d'accueillir les personnes relocalisées au Rwanda », a déclaré la porte-parole du gouvernement Yolande Makolo. « Nous avons travaillé dur au cours des 30 dernières années pour faire du Rwanda un pays sûr, tant pour les Rwandais que pour les non-Rwandais », a-t-elle déclaré. Ainsi, ce nouveau traité répond aux conclusions de la Cour suprême britannique, qui avait jugé illégal le projet initial en novembre.

Le tribunal a jugé que les migrants risquaient d'être expulsés du Rwanda vers leur pays d'origine, où ils pourraient être persécutés, ce qui contrevient à l'article 3 de la Convention européenne des droits de l'homme sur la torture et les traitements inhumains, dont le Royaume-Uni est signataire. . La loi définit désormais le Rwanda comme un pays tiers sûr et empêche l'expulsion des migrants de ce pays vers leur pays d'origine.

4. Quelles sont les réactions internationales ?

Ce vote intervient alors qu'un nouveau drame s'est produit mardi dans la Manche avec la mort d'au moins cinq migrants, dont un enfant de 4 ans. L’ONU a demandé au gouvernement britannique de « reconsidérer son plan ». Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Volker Türk, et son homologue chargé des réfugiés, Filippo Grandi, ont appelé le gouvernement, dans un communiqué, « à prendre des mesures pratiques pour lutter contre les flux irréguliers de réfugiés et de migrants, sur la base de la coopération internationale et du respect ». pour le droit international des droits de l’homme.

« Cette nouvelle législation porte gravement atteinte à l’État de droit au Royaume-Uni et crée un dangereux précédent à l’échelle mondiale. »

Volker Türk, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme dans une déclaration Le commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Michael O'Flaherty, a qualifié cette loi d'« attaque contre l'indépendance du pouvoir judiciaire ». Amnesty International Royaume-Uni a qualifié cela de « honte nationale » qui « laissera une tache sur la réputation morale de ce pays ».

Le président d'Amnesty International France, a déploré « une infamie inqualifiable » et une « hypocrisie » fondée sur un mensonge, selon laquelle le Rwanda est considéré comme un pays sûr pour les droits de l'homme. L'ONG a documenté des cas de détention arbitraire, de torture et de répression de la liberté d'expression et de réunion au Rwanda », a-t-il énuméré. Selon lui, « le système d’asile est tellement défectueux » au Rwanda qu’il existe « des risques de retours illégaux ».

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -