12.3 C
Bruxelles
Dimanche, mai 19, 2024
InternationalDes fosses communes à Gaza montrent que les victimes avaient les mains liées, selon les droits de l'ONU...

Des fosses communes à Gaza montrent que les victimes ont les mains liées, selon le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Nouvelles des Nations Unies
Nouvelles des Nations Unieshttps://www.un.org
United Nations News - Articles créés par les services de presse des Nations Unies.

Des informations inquiétantes continuent d'émerger sur des charniers à Gaza dans lesquels des victimes palestiniennes auraient été retrouvées nues, les mains liées, suscitant de nouvelles inquiétudes quant à d'éventuels crimes de guerre dans le contexte des frappes aériennes israéliennes en cours, a déclaré mardi le bureau des droits de l'homme de l'ONU, le HCDH.

Le développement fait suite à la récupération de centaines de des corps « enfouis profondément sous terre et recouverts de déchets » ce week-end à l'hôpital Nasser de Khan Younis, au centre de Gaza, et à l'hôpital Al-Shifa de la ville de Gaza, au nord. Au total, 283 corps ont été retrouvés à l'hôpital Nasser, dont 42 ont été identifiés. 

"Parmi les victimes figuraient des personnes âgées, des femmes et des blessés, tandis que d'autres ont été retrouvés attachés avec les mains… attachés et dépouillés de leurs vêtements », a déclaré Ravina Shamdasani, porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme. 

Découverte d'Al-Shifa

Citant les autorités sanitaires locales de Gaza, Mme Shamdasani a ajouté que d'autres corps avaient été retrouvés à l'hôpital Al-Shifa.

Le grand complexe de santé était le principal établissement tertiaire de l'enclave avant que la guerre n'éclate le 7 octobre. C'était l'objet d'une incursion militaire israélienne visant à éliminer les militants du Hamas qui y opéreraient, et qui s'est terminée au début du mois. Après deux semaines d'affrontements intenses, les humanitaires de l'ONU ont évalué le site et confirmé le 5 avril, Al-Shifa était « une coquille vide », la plupart des équipements étant réduits en cendres.

« Les rapports suggèrent qu'il y avait 30 corps palestiniens enterrés dans deux tombes dans la cour de l'hôpital Al-Shifa dans la ville de Gaza ; un devant le bâtiment des urgences et les autres devant le bâtiment de dialyse», a déclaré Mme Shamdasani aux journalistes à Genève.

Les corps de 12 Palestiniens ont désormais été identifiés à ces endroits à Al-Shifa, le HCDH » a poursuivi le porte-parole, mais l'identification des personnes restantes n'a pas encore été possible. 

« Selon certaines informations, les mains de certains de ces corps étaient également liées », a déclaré Mme Shamdasani, ajoutant qu'il pourrait y avoir « beaucoup plus » de victimes, « malgré les affirmations des Forces de défense israéliennes selon lesquelles ils auraient tué 200 Palestiniens pendant l'attentat d'Al-Qaïda. -Opération du complexe médical Shifa ».

200 jours d'horreur

Quelque 200 jours après le début des intenses bombardements israéliens en réponse aux attaques terroristes menées par le Hamas dans le sud d'Israël, le chef des droits de l'homme de l'ONU, Volker Türk, a exprimé son horreur face à la destruction des hôpitaux Nasser et Al-Shifa et à la découverte de charniers. 

"Le meurtre intentionnel de civils, de détenus et d'autres personnes hors de combat est un crime de guerre", a déclaré M. Türk dans un appel à des enquêtes indépendantes sur ces décès.

Péage croissant

Au 22 avril, plus de 34,000 14,685 Palestiniens ont été tués à Gaza, dont 9,670 77,084 enfants et 7,000 XNUMX femmes, a indiqué le bureau du Haut-Commissaire, citant les autorités sanitaires de l'enclave. XNUMX XNUMX autres ont été blessés et plus de XNUMX XNUMX autres se trouveraient sous les décombres. 

"Toutes les 10 minutes, un enfant est tué ou blessé. Ils sont protégés par les lois de la guerre, et pourtant ce sont eux qui paient de manière disproportionnée le prix ultime de cette guerre », a déclaré le Haut-Commissaire. 

Avertissement turc

Le chef des droits de l'ONU a également réitéré son avertissement contre une incursion israélienne à grande échelle sur Rafah, où environ 1.2 million de Gazaouis « ont été acculés de force ».

« Les dirigeants du monde sont unis sur l'impératif de protéger la population civile coincée à Rafah », a déclaré le Haut-Commissaire dans un communiqué, qui a également condamné les frappes israéliennes contre Rafah ces derniers jours, qui ont principalement tué des femmes et des enfants.

Il s'agit notamment d'une attaque contre un immeuble d'habitation dans le quartier de Tal Al Sultan le 19 avril, qui a tué neuf Palestiniens « dont six enfants et deux femmes », ainsi que d'une frappe contre le camp d'As Shabora à Rafah un jour plus tard qui aurait fait quatre morts, dont une fille et une femme enceinte.

« Les dernières images d'un enfant prématuré tiré du ventre de sa mère mourante, des deux maisons adjacentes où 15 enfants et cinq femmes ont été tués, c'est au-delà de la guerre», a déclaré M. Türk.

Le Haut Commissaire a dénoncé les « souffrances indescriptibles » causées par des mois de guerre et a appelé une fois de plus à mettre fin à « la misère et la destruction, la famine et la maladie qui en résultent, ainsi que le risque d'un conflit plus large ». 

M. Türk a également réitéré son appel à un cessez-le-feu immédiat, à la libération de tous les otages restants capturés en Israël et à ceux détenus arbitrairement et à un flux sans entrave de l'aide humanitaire.

Une jeune fille est transférée de l'hôpital Kamal Adwan, à l'extrême nord de Gaza, vers un hôpital du sud de l'enclave. (déposer)
© OMS – Une jeune fille est transférée de l'hôpital Kamal Adwan, à l'extrême nord de Gaza vers un hôpital du sud de l'enclave. (déposer)

Attaques massives de colons en Cisjordanie

En ce qui concerne la Cisjordanie, le chef des droits de l’homme de l’ONU a déclaré que de graves violations des droits de l’homme s’y poursuivent « sans relâche ». 

C'était malgré  condamnation des « attaques massives de colons » entre le 12 et le 14 avril « qui avait été facilitée par les Forces de sécurité israéliennes (FSI) ».

La violence des colons a été organisée « avec le soutien, protection et participation des FSI », a insisté M. Türk, avant de décrire une opération de 50 heures dans le camp de réfugiés de Nur Shams et dans la ville de Tulkarem à partir du 18 avril.

« Les FSI ont déployé des troupes au sol, des bulldozers et des drones et ont bouclé le camp. Quatorze Palestiniens ont été tués, dont trois enfants », a déclaré le chef des droits de l'ONU de l'ONU, soulignant que dix membres des FSI avaient été blessés.

Dans une déclaration, M. Türk a également souligné les informations selon lesquelles plusieurs Palestiniens auraient été illégalement tués lors de l'opération Nur Shams « et que les FSI ont utilisé des Palestiniens non armés pour protéger leurs forces des attaques et en ont tué d’autres lors d’exécutions apparemment extrajudiciaires. »

Des dizaines de personnes auraient été arrêtées et maltraitées tandis que les FSI « infligeaient des destructions sans précédent et apparemment gratuites au camp et à ses infrastructures », a déclaré le Haut-Commissaire.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -