12.5 C
Bruxelles
Vendredi, mai 24, 2024
Droits de l'homme"Il est actuellement dangereux de retourner en Biélorussie", selon le Conseil des droits de l'homme

"Il est actuellement dangereux de retourner en Biélorussie", selon le Conseil des droits de l'homme

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Nouvelles des Nations Unies
Nouvelles des Nations Unieshttps://www.un.org
United Nations News - Articles créés par les services de presse des Nations Unies.

En se concentrant sur les développements survenus en 2023, le rapport s’appuie sur des conclusions antérieures à la suite des vastes manifestations publiques qui ont éclaté en 2020 à la suite d’un scrutin présidentiel contesté. 

Malgré le manque de coopération des autorités biélorusses, le bureau des droits de l'homme de l'ONU (HCDH), a déclaré que les preuves recueillies montrent que l'ampleur et la nature des violations se sont poursuivies.

« Le Bureau a constaté que l’effet cumulé des violations de la liberté d’expression, d’association et de réunion depuis le 1er mai 2020 a fermé l’espace civique indépendant et a effectivement privé les citoyens du Bélarus de leur capacité à exercer ces droits», a déclaré Christian Salazar Volkmann, directeur des opérations sur le terrain et de la coopération technique au HCDH, lors d'un briefing avec le Droits de l'Homme du Conseil.

Opposition bloquée

Il a noté que aucun parti d'opposition n'a même pu s'inscrire pour les élections législatives du mois dernier, ce qui suscite des inquiétudes à l'approche des nouvelles élections présidentielles en Biélorussie l'année prochaine.

Les lois adoptées ou modifiées depuis 2021 ont conduit à l’oppression et au châtiment des voix de l’opposition, tandis que plusieurs éminents défenseurs des droits humains, journalistes et syndicalistes ont été condamnés à de longues peines de prison.

Des milliers de personnes ont été arbitrairement arrêtées et détenus pour avoir exercé la liberté d’expression et de réunion, certains pour des actions remontant à 2020. Les arrestations se sont poursuivies jusqu’en 2024.

Traitement dégradant en détention

Depuis 2020, des milliers de Biélorusses ont subi des peines ou des traitements cruels, inhumains ou dégradants dans les centres de détention à travers le pays, indique le rapport. 

Certains cas de torture ont abouti à blessures graves et violences sexuelles et basées sur le genre. Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme a également constaté des violations du droit à la vie dues à des négligences médicales et deux décès en détention enregistrés en 2024.

Exprimant leur inquiétude face à d'éventuelles disparitions forcées de membres de l'opposition bien connus qui faisaient face à des accusations à caractère politique, les responsables de l'ONU ont exhorté les autorités à fournir des informations sur leur sort et sur le lieu où ils se trouvent. 

Enfants arrêtés

Alors que de nombreux jeunes étaient à l’origine des manifestations de 2020, le HCDH a constaté des arrestations arbitraires généralisées d’enfants à la suite, avec plus de 50 procès pénaux à motivation politique impliquant des personnes de moins de 18 ans dépourvus de protections garanties par le droit international.

Les autorités ont utilisé le prétexte de la procédure des « situations socialement dangereuses » pour retirer les enfants de leurs parents, laissant certains sans soins ou sous la garde de parents ou d'amis.

Pas sûr de revenir 

Près de 300,000 2020 Biélorusses ont été contraints de partir depuis mai XNUMX, estime le rapport, le gouvernement limitant les droits des personnes en exil, notamment en empêchant la délivrance de passeports à l'étranger et en menant une politique d'arrestation des rapatriés. 

« Apparemment, au moins 207 personnes ont été arrêtées en 2023 à leur retour en Biélorussie et les arrestations se sont poursuivies en 2024. Il n’est actuellement pas sûr pour les personnes en exil de retourner en Biélorussie », a déclaré M. Volkmann, appelant les États membres à faciliter la protection internationale des réfugiés pour les personnes en exil.

Le rapport indique qu'il y a des motifs raisonnables de croire que « le crime contre l’humanité de persécution peut avoir été commis » ».

Le HCDH exhorte la Biélorussie à libérer toutes les personnes arbitrairement détenues et à mettre fin aux violations actuelles des droits, tout en appelant les États membres à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour mettre la Biélorussie en conformité avec le droit international. 

Lien Source

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -