12.3 C
Bruxelles
Samedi, mai 25, 2024
Droits de l'hommeLes compagnies aériennes sont priées de ne pas faciliter les transferts d'asile entre le Royaume-Uni et le Rwanda

Les compagnies aériennes sont priées de ne pas faciliter les transferts d'asile entre le Royaume-Uni et le Rwanda

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Nouvelles des Nations Unies
Nouvelles des Nations Unieshttps://www.un.org
United Nations News - Articles créés par les services de presse des Nations Unies.

Il y a deux ans, Londres a annoncé le Partenariat pour la migration et le développement économique (MEDP), désormais appelé le Partenariat pour la migration et le développement économique (MEDP). Partenariat en matière d'asile entre le Royaume-Uni et le Rwanda, qui déclarait que les demandeurs d'asile au Royaume-Uni seraient envoyés au Rwanda avant que leur cas puisse être entendu.

Le système national d’asile rwandais examinerait alors leur besoin de protection internationale. 

En novembre 2023, la Cour suprême du Royaume-Uni a déclaré que cette politique était illégale en raison de problèmes de sécurité au Rwanda. En réponse, le Royaume-Uni et le Rwanda ont créé un nouveau projet de loi, déclarant le Rwanda pays sûr, entre autres stipulations.

Risque de refoulement 

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak travaille à l'adoption du projet de loi et a récemment déclaré que le premier vol transportant des demandeurs d'asile devrait partir dans 10 à 12 semaines, vers juillet, selon les médias internationaux.

Cependant, les rapporteurs spéciaux de l'ONU prévenu que renvoyer les demandeurs d’asile vers le Rwanda, ou ailleurs, pourrait exposer les compagnies aériennes et les autorités aéronautiques à un risque de refoulement – le renvoi forcé de réfugiés ou de demandeurs d’asile vers un pays où ils risquent d’être persécutés, torturés ou soumis à d’autres atteintes graves – « ce qui violerait le droit de ne pas être soumis à la torture ou à d’autres traitements cruels, inhumains ou dégradants ». 

Les experts ont déclaré que « même si l’accord entre le Royaume-Uni et le Rwanda et le projet de loi sur la sécurité du Rwanda étaient approuvés, les compagnies aériennes et les régulateurs de l’aviation pourraient être complices de violations des droits de l’homme protégés au niveau international et des ordonnances des tribunaux en facilitant les renvois vers le Rwanda ». 

Ils ont ajouté que les compagnies aériennes devraient être tenues responsables si elles contribuent à l’expulsion des demandeurs d’asile du Royaume-Uni.

Les experts de l'ONU ont été en contact avec le gouvernement britannique et les régulateurs nationaux, européens et internationaux de l'aviation pour leur rappeler leurs responsabilités, notamment dans le cadre de l'ONU. Principes directeurs relatifs aux entreprises et les droits de l'homme

L'ONU Droits de l'Homme du Conseil nomme des rapporteurs spéciaux pour surveiller et rendre compte des situations et des problèmes mondiaux. Ils servent à titre individuel, ne font pas partie du personnel de l'ONU, sont indépendants de tout gouvernement ou organisation et ne sont pas rémunérés pour leur travail. 

Lien Source

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -