14.9 C
Bruxelles
Samedi, mai 25, 2024
InstitutionsUnited NationsUne « poussée mondiale concertée » en faveur d’un cessez-le-feu au Soudan est essentielle (Guterres)

Une « poussée mondiale concertée » en faveur d’un cessez-le-feu au Soudan est essentielle (Guterres)

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Nouvelles des Nations Unies
Nouvelles des Nations Unieshttps://www.un.org
United Nations News - Articles créés par les services de presse des Nations Unies.

"Le monde oublie le peuple soudanais", a prévenu lundi le chef de l'ONU, appelant à une augmentation du financement humanitaire et à un effort mondial en faveur d'un cessez-le-feu et d'une paix au Soudan afin de mettre fin à une année de combats brutaux entre armées rivales.

« Le monde oublie le peuple soudanais » le chef de l'ONU a prévenu lundi, appelant à une augmentation du financement humanitaire et à un effort mondial en faveur de la paix pour mettre fin à une année de combats brutaux entre armées rivales.

Alors que l’attention du week-end s’est concentrée sur le Moyen-Orient, il a déclaré que le conflit entre l’armée nationale et les milices des Forces de soutien rapide s’était transformé en «une guerre menée contre le peuple soudanais. »

"C'est une guerre contre les milliers de civils qui ont été tués et des dizaines de milliers d'autres mutilés à vie", a déclaré l'ONU. Secrétaire général António Guterres.

« Il s’agit d’une guerre contre 18 millions de personnes confrontées à une faim aiguë et contre des communautés confrontées désormais à la terrifiante menace de famine dans les mois à venir. »

Aucun aspect de la vie civile n’a été épargné, y compris la violence sexuelle généralisée et le ciblage des convois humanitaires et des travailleurs humanitaires.

Pendant ce temps, les violences qui ont éclaté dans et autour de la capitale Khartoum il y a un an ont contraint plus de huit millions de personnes à fuir leur foyer tandis que deux millions sont devenues des réfugiés.

Un an plus tard, la moitié de la population soudanaise a besoin d'une aide vitale. 

Poudrière El Fasher

M. Guterres a déclaré que les derniers rapports faisant état d’une escalade des hostilités à El Fasher – la capitale du Nord Darfour – « sont un nouvelle cause de profonde inquiétude. »

Au cours du week-end, des milices affiliées à RSF ont attaqué et incendié des villages à l'ouest de la ville, provoquant de nouveaux déplacements massifs.

« Laissez-moi être clair : toute attaque contre El Fasher serait dévastateur pour les civils et pourrait conduire à un véritable conflit intercommunautaire à travers le Darfour », a déclaré le chef de l'ONU. 

« Cela perturberait également les opérations d’aide dans une région déjà au bord de la famine, étant donné qu’El Fasher a toujours été un centre humanitaire essentiel de l’ONU. Toutes les parties doivent faciliter le passage sûr, rapide et sans entrave du personnel et des fournitures humanitaires. à travers toutes les routes disponibles vers El Fasher. 

Un chemin pour sortir du cauchemar

Faisant référence à la conférence internationale sur la crise soudanaise qui se tient lundi à Paris, le Secrétaire général a déclaré aux Soudanais : «nous avons désespérément besoin du soutien et de la générosité de la communauté mondiale pour les aider à traverser ce cauchemar.

Un plan de réponse humanitaire de 2.7 milliards de dollars pour le Soudan n'est financé qu'à six pour cent, tandis que le plan régional de réponse pour les réfugiés de 1.4 milliard de dollars n'a été financé qu'à sept pour cent. 

Il a déclaré que tous les combattants avaient promis d'assurer un accès humanitaire complet afin de permettre à l'aide vitale d'atteindre les civils. 

"Ils doivent tenir compte du UN Conseil de sécuritél'appel du président à garantir un accès humanitaire rapide, sûr et sans entrave, et à protéger les civils.

Mais le peuple soudanais a besoin de plus que de l’aide : « il a besoin de mettre fin à l’effusion de sang. Ils ont besoin de paix », a poursuivi M. Guterres.

La solution politique est la seule solution

« La seule issue à cette horreur est une solution politique. En ce moment critique, outre le soutien mondial à l'aide, nous avons besoin d'une action mondiale concertée pour un cessez-le-feu au Soudan, suivi d'un processus de paix global. »

Il a noté que son envoyé personnel, Ramtane Lamamra, travaille sans relâche pour faciliter les pourparlers entre les généraux rivaux. 

« Des efforts internationaux coordonnés seront essentiels pour amplifier l'action commune », et le travail doit se poursuivre sur la transition démocratique au Soudan, qui a déraillé par un coup d’État militaire fin 2021.

Il a déclaré que cela doit être un processus inclusif : « Je ne relâcherai pas mes appels à toutes les parties pour qu'elles fassent taire les armes et répondent aux aspirations du peuple soudanais à un avenir pacifique et sûr. »

Lien Source

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -