16.4 C
Bruxelles
Thursday, June 13, 2024
InstitutionsUnited NationsGaza : près de 800,000 XNUMX personnes désormais déplacées de Rafah

Gaza : près de 800,000 XNUMX personnes désormais déplacées de Rafah

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Nouvelles des Nations Unies
Nouvelles des Nations Unieshttps://www.un.org
United Nations News - Articles créés par les services de presse des Nations Unies.

"Encore une fois, près de la moitié de la population de Rafah soit 800,000 XNUMX personnes sont sur la route », a écrit le commissaire général Philippe Lazzarini dans un message sur la plateforme de médias sociaux X. anciennement Twitter.

Il a déclaré qu'à la suite des ordres d'évacuation exigeant que les gens fuient vers des zones dites sûres, les gens se sont principalement dirigés vers les zones médianes de Gaza et de Khan Younis, y compris vers les bâtiments détruits.

Pas de passage sûr ni de protection

« Lorsque les gens se déplacent, ils sont exposés, sans passage sûr ni protection », a-t-il déclaré. « À chaque fois, il faut repartir de zéro. »

M. Lazzarini a déclaré que les zones vers lesquelles les gens se sont enfuis ne disposent pas d'approvisionnement en eau potable ni d'installations sanitaires.

Il a cité l'exemple d'Al-Mawassi, le décrivant comme « une terre agricole sablonneuse de 14 kilomètres carrés, où les gens sont laissés pour compte avec peu ou pas de bâtiments ni de routes.

La ville, située sur la côte sud de Gaza, « ne dispose pas des conditions minimales nécessaires pour fournir une aide humanitaire d'urgence de manière sûre et digne ».

Il a déclaré que plus de 400,000 XNUMX personnes vivaient à Al-Mawassi avant la récente escalade, mais que maintenant la ville est « surpeuplée et ne peut pas absorber plus de personnes », ce qui est également le cas à Deir al Balah.   

"Aucun endroit n'est sûr"

« L'affirmation selon laquelle les habitants de Gaza peuvent se déplacer vers des zones « sûres » ou « humanitaires » est fausse. À chaque fois, cela met sérieusement en danger la vie des civils », » a déclaré M. Lazzarini.

« Gaza n’a aucune zone de sécurité » il ajouta. « Aucun endroit n’est sûr. Personne n'est en sécurité." 

La situation est encore une fois aggravée par le lmanque d’aide et de fournitures humanitaires de base, a-t-il poursuivi, notant que les humanitaires n'avez plus de fournitures à distribuer, y compris de la nourriture et d'autres articles de première nécessité. 

Pendant ce temps, les principaux points de passage vers Gaza restent fermés ou sont dangereux d’accès car ils sont situés à proximité ou dans les zones de combat. M. Lazzarini a également souligné le besoin critique de carburant, essentiel à la distribution de l'aide.

Les routes terrestres sont cruciales

Il a déclaré que seuls 33 camions humanitaires ont atteint le sud de Gaza depuis le 6 mai – « un petit filet d’eau au milieu des besoins humanitaires croissants et des déplacements massifs ».

« Bien que nous saluons les rapports sur les premières expéditions arrivant au nouveau quai flottant, les routes terrestres restent la méthode de fourniture de l’aide la plus viable, efficace, efficiente et la plus sûre," il a dit.

Plus tôt samedi, le bureau du porte-parole de l'ONU a déclaré que le Programme alimentaire mondial (PAM) a confirmé que 10 camions de nourriture avaient été transportés la veille vers son entrepôt via le quai flottant installé par l'armée américaine.

"Une partie de l'envoi comprenait des biscuits à haute teneur énergétique que le PAM devait distribuer, mais il y avait également des produits à distribuer à d'autres partenaires humanitaires, notamment du riz, des pâtes et des lentilles", indique la note.

M. Lazzarini a souligné que les points de passage terrestres vers Gaza doivent rouvrir et être sûrs d'accès. « Sans la réouverture de ces routes, le manque d'assistance et les conditions humanitaires catastrophiques persisteront », a-t-il déclaré.

Cessez-le-feu maintenant

Il a souligné les obligations des parties au conflit, à commencer par le passage rapide et sans entrave de l'aide humanitaire pour tous les civils dans le besoin, où qu'ils se trouvent.  

« La population déplacée doit avoir accès aux articles de survie de base, notamment la nourriture, l'eau et un abri, ainsi qu'à l'hygiène, à la santé, à l'assistance et surtout à la sécurité », a-t-il déclaré.

Les équipes de secours humanitaires ont également besoin de circuler librement et en toute sécurité pour accéder aux personnes dans le besoin et d’être protégées où qu’elles se trouvent, et les parties sont également tenues de protéger les civils et les biens de caractère civil partout dans le monde.   

« Il est temps avant tout de se mettre d’accord sur un cessez-le-feu », a-t-il conclu.  

« Toute nouvelle escalade des combats ne fera que causer davantage de ravages parmi les civils et rendre impossible l’instauration définitive de la paix et de la stabilité dont les Israéliens et les Palestiniens ont désespérément besoin et qu’ils méritent. »

 

 

Lien Source

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -