14 C
Bruxelles
Samedi 15 juin 2024
Le choix des éditeursUn témoin de Jéhovah russe condamné à 8 ans de prison 

Un témoin de Jéhovah russe condamné à 8 ans de prison 

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Willy Fautre
Willy Fautrehttps://www.hrwf.eu
Willy Fautré, ancien chargé de mission au Cabinet du ministère belge de l'Éducation et au Parlement belge. Il est le directeur de Human Rights Without Frontiers (HRWF), une ONG basée à Bruxelles qu'il a fondée en décembre 1988. Son organisation défend les droits humains en général avec un accent particulier sur les minorités ethniques et religieuses, la liberté d'expression, les droits des femmes et les personnes LGBT. HRWF est indépendante de tout mouvement politique et de toute religion. Fautré a mené des missions d'enquête sur les droits de l'homme dans plus de 25 pays, y compris dans des régions périlleuses comme l'Irak, le Nicaragua sandiniste ou les territoires maoïstes du Népal. Il est maître de conférences dans les universités dans le domaine des droits de l'homme. Il a publié de nombreux articles dans des revues universitaires sur les relations entre l'État et les religions. Il est membre du Club de la Presse à Bruxelles. Il est défenseur des droits de l'homme auprès de l'ONU, du Parlement européen et de l'OSCE.

Le 16 mai 2024, le tribunal régional de Samara a confirmé la condamnation du témoin de Jéhovah Alexander Chagan à 8 ans de prison en vertu de la partie 1 de l'art. 282.2 Code pénal (organisation des activités d'une organisation extrémiste). 

Le 29 février 2024, le tribunal central du district de Togliatti a condamné Chagan à huit ans de prison. En plus de la peine principale, Chagan s'est vu infliger un an de restriction de liberté et une interdiction de participer à des activités liées aux organisations religieuses pendant trois ans.

En comparaison 

  • Selon l'article 111, partie 1 du Code pénal de la Fédération de Russie, les lésions corporelles graves sont passibles d'une peine maximale de 8 ans.  
  • Selon l'article 126, partie 1 du Code pénal, l'enlèvement est passible d'une peine pouvant aller jusqu'à 5 ans de prison. 
  • Selon l'article 131, partie 1 du Code pénal, le viol est passible de 3 à 6 ans de prison.

L'affaire pénale contre les Témoins de Jéhovah a été ouverte le 14 septembre 2022 – l'enquête a été menée par le Département central d'enquête interdistricts de Togliatti du Comité d'enquête de Russie dans la région de Samara. Selon l'enquête, le croyant était impliqué dans « l'implication de citoyens dans l'organisation extrémiste interdite « Centre Advernal des Témoins de Jéhovah en Russie ». Le 21 septembre de la même année, son appartement ainsi que celui de Vladimir Zoubkov ont été perquisitionnés. Plus tard, Chagan s'est vu imposer une mesure préventive sous la forme d'une interdiction de voyager. En juillet 2023, l’affaire a été portée devant les tribunaux. Après l'annonce du verdict, il a été détenu dans la salle d'audience. 

L'accusation des Témoins de Jéhovah d'implication dans les activités d'une organisation extrémiste est due au fait qu'en avril 2017, la Cour suprême de Russie a décidé de reconnaître comme extrémistes le Centre de gestion des Témoins de Jéhovah en Russie et leurs 395 organisations religieuses locales. Cette décision, qui a conduit à la persécution massive des croyants en vertu de l'art. 282.2 du Code pénal, n'avait aucun fondement juridique et peut être interprété comme une manifestation de discrimination religieuse.  

En juin 2022, la CEDH a rendu un décision sur la plainte des Témoins de Jéhovah, dans laquelle elle a reconnu que l'interdiction de leur organisation, la fermeture de toutes leurs associations locales et la poursuite de leurs membres croyants étaient contraires à la Convention de sauvegarde des Droits de l'Homme et des Libertés fondamentales.  

La CEDH a exigé la clôture des affaires pénales en vertu de l'art. 282.2 du Code pénal contre les Témoins de Jéhovah et la libération de leurs membres en détention. 

Sources 

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -