17.7 C
Bruxelles
Tuesday, Juin 25, 2024
InstitutionsUnited NationsGuterres réitère son appel à Israël pour qu'il mette fin à l'assaut sur Rafah alors que les stocks d'aide...

Guterres réitère son appel à Israël pour qu’il mette fin à l’assaut sur Rafah alors que les stocks d’aide diminuent

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Nouvelles des Nations Unies
Nouvelles des Nations Unieshttps://www.un.org
United Nations News - Articles créés par les services de presse des Nations Unies.

Dans le même ordre d'idées, la plus haute juridiction de l'ONU s'est préparée à entendre une nouvelle demande de l'Afrique du Sud visant à imposer davantage de contraintes à l'action militaire israélienne dans l'enclave.

Dans un appel pour le « libération immédiate et inconditionnelle de tous les otages » toujours détenu à Gaza, le Secrétaire général dit Les dirigeants de la Ligue arabe lors d'un sommet à Bahreïn rien ne justifiait la « punition collective » des Palestiniens. 

« Toute attaque contre Rafah est inacceptable ; cela provoquerait une nouvelle vague de douleur et de misère alors que nous avons besoin d’une aide humanitaire vitale », a-t-il ajouté.

Flanqué de Philippe Lazzarini, chef de l'agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens, UNRWA, M. Guterres a également renouvelé son ferme soutien à l’agence onusienne. Il reste l'épine dorsale de nos opérations à Gaza et une bouée de sauvetage pour les réfugiés palestiniens dans toute la région. Cela a besoin d’un soutien et d’un financement total », a-t-il insisté, alors que le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) a émis un nouvel avertissement concernant famine imminente à Gaza.

Franchir les barrières

« Les stocks de nourriture et de carburant seront épuisés dans quelques jours. » Le PAM a prévenu dans un publication sur les réseaux sociaux sur X. « Depuis le 6 mai, nous ne pouvons pas accéder ni recevoir d'aide au passage de Kerem Shalom. La situation devient intenable.

L'agence des Nations Unies a souligné la menace très réelle que pourrait entraîner toute nouvelle escalade des hostilités à Gaza. les opérations d’aide « à l’arrêt complet » et conduire à une catastrophe humanitaire. 

Bien que le PAM ait fourni des aliments nutritionnels spéciaux aux femmes enceintes et allaitantes ainsi qu'aux enfants de moins de cinq ans à travers Gaza, l'agence des Nations Unies a déclaré qu'à partir du 11 mai, les distributions ont été suspendues à Rafah « et ne se poursuivent qu'à Khan Younis et Deir El Balah dans une capacité limitée ». ».

Dans le nord de Gaza, le PAM a également averti que les taux de malnutrition aiguë chez les enfants de moins de deux ans « ont doublé, passant de 15 pour cent en janvier à 30 pour cent en mars ». 

Les humanitaires préviennent que la malnutrition aiguë est la forme de malnutrition la plus mortelle, laissant les enfants touchés entre trois à 12 fois plus susceptibles de mourir qu'un enfant bien nourri.

Ce bilan désastreux survient alors que l'agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) a rapporté mercredi soir que 600,000 XNUMX personnes – un quart de la population de Gaza – ont été déplacées de force de Rafah la semaine dernière, dans le cadre de l'activité militaire israélienne et des ordres d'évacuation.

100,000 XNUMX autres personnes ont été déracinées du nord pour se conformer aux ordres d'évacuation de l'armée israélienne, tandis que des combats à l'artillerie lourde auraient fait rage.

Des ordres d’évacuation à grande échelle

Selon le bureau de coordination de l'aide de l'ONU, OCHA, « 285 kilomètres carrés, soit environ 78 pour cent de la bande de Gaza », font désormais l'objet d'ordres d'évacuation de l'armée israélienne.

Dans sa dernière Mise à jour, OCHA a signalé la poursuite des bombardements « aériens, terrestres et maritimes… sur une grande partie de la bande de Gaza, entraînant de nouvelles victimes civiles, des déplacements et la destruction de maisons et d'autres infrastructures civiles ».

Le bureau de l'ONU a confirmé les informations faisant état d'incursions terrestres et violents combats à Jabalia, au nord de Gaza, ainsi qu'à Deir al Balah, au centre de Gaza, et à l'est de Rafah, au sud

« Depuis le 15 mai, le terminal de Rafah reste fermé. Le passage de Kerem Shalom est opérationnel, mais les conditions sécuritaires et logistiques actuelles entravent les livraisons d’aide humanitaire à grande échelle », a noté OCHA.

Faisant écho à ces préoccupations, le PAM a insisté sur le fait que « plusieurs points d’entrée » pour l’aide sont nécessaires « pour mettre fin à six mois de quasi-famine et éviter une famine et un flux constant de vivres, chaque jour et chaque semaine…La menace de famine à Gaza n’a jamais été aussi grande. »

Afrique du Sud c. Israël

Dans le but de mettre un terme à l'opération militaire dans et autour de la ville la plus au sud de l'enclave, l'Afrique du Sud. a déposé une nouvelle requête auprès de la plus haute juridiction de l'ONU qu'il devait entendre jeudi.

« Des mesures provisoires urgentes sont nécessaires pour garantir la survie des Palestiniens à Gaza », indique la demande sud-africaine dans son communiqué. dernière réclamation déposée le 10 mai.

© CIJ-CIJ/ Frank van Beek

La Cour internationale de Justice rend son arrêt dans l'affaire Afrique du Sud c. Israël à La Haye.

« La situation provoquée par l’attaque israélienne sur Rafah, et le risque extrême qu’elle fait peser sur les approvisionnements humanitaires et les services de base à Gaza, sur la survie du système médical palestinien et sur la survie même des Palestiniens de Gaza en tant que groupe, est non seulement une escalade de la situation actuelle, mais cela donne lieu à de nouveaux faits qui causent un préjudice irréparable aux droits du peuple palestinien à Gaza. 

Rafah le dernier refuge

Rafah est « le dernier refuge » des Gazaouis, poursuit la pétition sud-africaine, ajoutant que la ville est également le « dernier centre viable » pour l’hébergement et les services de base, y compris les soins médicaux. La prise par l'armée israélienne du passage de Rafah et la brève fermeture et les problèmes d'accès persistants au passage voisin de Kerem Shalom ont bloqué les principaux points d'entrée de l'aide humanitaire vitale à Gaza, a également insisté l'Afrique du Sud. 

« La population restante et les installations médicales courent un risque extrême, compte tenu des preuves récentes selon lesquelles les zones d'évacuation sont traitées comme des zones d'extermination, des destructions massives et des charniers dans d'autres hôpitaux de Gaza et de l'utilisation par Israël de l'intelligence artificielle (« IA ») pour identifier les victimes. « listes à tuer » », CIJ des documents judiciaires le montrent.

Le Cour internationale de Justice commandes spéciales émises antérieurement à Israël fin janvier – connues sous le nom de « mesures provisoires » – pour éviter que des dommages soient causés aux habitants de Gaza, suite aux allégations de l'Afrique du Sud selon lesquelles Israël violait ses obligations en tant que signataire de la Convention sur le génocide. Il n'y a eu aucun appel explicite à un arrêt immédiat des opérations militaires israéliennes à grande échelle dans la bande de Gaza.

Israël a fermement nié ces allégations et devrait répondre vendredi à la dernière demande de l’Afrique du Sud.

 

Lien Source

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -