9.8 C
Bruxelles
Thursday, June 13, 2024
Le choix des éditeursLa chaîne nationale italienne discrimine le personnel enseignant universitaire non national, Lettori, dans...

La chaîne nationale italienne met en lumière la discrimination à l'encontre du personnel enseignant universitaire étranger, Lettori.

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Henri Rodgers
Henri Rodgers
Henry Rodgers enseigne l'anglais à l'Université "La Sapienza" de Rome et a publié de nombreux articles sur la question de la discrimination.

Le week-end dernier, Rai 3, chaîne de télévision du service national italien, a diffusé une émission sur le manquement de l'Italie à ses obligations en tant que membre de l'Union européenne. Le degré de respect par un État membre de ces obligations est mesuré par le nombre de procédures d'infraction engagées à son encontre par la Commission européenne pour violation présumée des engagements du Traité. Largement perçue comme l'un des États les plus pro-européens, les statistiques comparatives des procédures d'infraction engagées par la Commission contre les États membres au fil du temps montrent que l'Italie a un bilan nettement médiocre en matière de respect du droit européen.

Il n’est pas surprenant que la discrimination à l’encontre des « Lettori », le personnel enseignant non national des universités italiennes, ait été abordée dans le Rai 3 programme. Cette discrimination représente la violation la plus ancienne de la disposition sur la parité de traitement du traité dans l'histoire de l'UE. En outre, il est intéressant de noter qu'en juillet dernier, la Commission a pris la décision de renvoyer une nouvelle affaire d'infraction contre l'Italie devant la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE). Une série d'articles dans The European Times retrace l'histoire juridique des Lettori et leur campagne contre la discrimination dont ils ont été victimes dès le début de la Arrêts Allué en 1989 à la décision du Collège des commissaires de renvoyer la dernière procédure d'infraction contre l'Italie devant la CJUE en juillet de l'année dernière.

John Gilbert est le coordinateur national Lettori du FLC CGII, le plus grand syndicat italien. Interviewé par Rai 3 à l'Université de Florence, où il enseigne, il a brièvement exposé le contexte de l'affaire de discrimination examinée. Dans la lignée des litiges qui mènent de l'arrêt Allué de 1989 à l'affaire d'infraction en cours contre l'Italie, les Lettori ont gagné 4 procès devant la CJUE sur la question de la parité de traitement avec leurs collègues italiens. Cette statistique a probablement choqué le public de la Rai, compte tenu de la perception générale selon laquelle les condamnations de la CJUE sont définitives. La durée du litige a fait que de nombreux Lettori ont pris leur retraite sans jamais avoir travaillé dans les conditions non discriminatoires auxquelles leur donne droit la disposition sur la parité de traitement du Traité. En outre, la discrimination est également une discrimination fondée sur le sexe : 80 % des 1,500 Lettori qui enseignent ou ont enseigné avant leur retraite dans les universités italiennes sont des femmes, a souligné M. Gilbert.

Le fait que le FLC CGIL, le plus grand syndicat du pays, appelle la Commission européenne à poursuivre l'Italie pour son traitement discriminatoire envers les Lettori non nationaux était évidemment un argument convaincant pour un public de téléspectateurs italiens. M. Gilbert a évoqué les sept récentes représentations auprès du commissaire à l'emploi et aux droits sociaux, Nicolas Schmit, en faveur du Lettori. En plus de ces représentations, et conjointement avec Asso.CEL.L, plaignant officiel dans la procédure d'infraction engagée par la Commission contre l'Italie, FLC CGIL a mené une enquête nationale Recensement de Lettori, qui a documenté à la satisfaction de la commission la prévalence de la discrimination à l'encontre des Lettori dans les universités italiennes et a joué un rôle déterminant dans l'ouverture de la présente procédure d'infraction.

La couverture du cas Lettori par la RAI, la chaîne officielle nationale, confirme l'intérêt récemment manifesté par les médias italiens pour le cas Lettori. Le jour Grève du FLC CGIL de juin 2023 sur les campus à travers l'Italie a été largement couvert par les médias italiens locaux sympathiques, avec une couverture télévisée des manifestations à Florence. Padoue et Sassari. La chaîne nationale s'est montrée particulièrement favorable au cas des Lettori, soulignant leurs hautes qualifications et le rôle pédagogique fondamental que jouent les Lettori dans les universités italiennes. En tant que programme d’investigation sur l’actualité, les conclusions tirées pèseront auprès de l’opinion publique. En particulier, Rai 3 a critiqué le fait qu'une discrimination qui pourrait éventuellement aboutir à l'imposition de lourdes amendes à l'Italie aurait dû être autorisée à se poursuivre pendant des décennies, au mépris des condamnations de la CJUE.

Pour l'instant, aucune date n'a été fixée pour l'audience dans l'affaire de la Commission contre l'Italie, mentionnée dans le Registre de la CJUE comme l'affaire C-519/23. Au-delà de l’intérêt évident manifesté en Italie, l’affaire est suivie de près dans toute l’Europe, notamment par les spécialistes du droit européen. En effet, l’historique de l’affaire et les enjeux en jeu sont au cœur même de l’efficacité des procédures d’infraction en tant que moyen de faire respecter le droit de l’UE. Pour mieux comprendre ces questions sans doute complexes et leurs implications importantes pour l'administration de la justice de l'UE, il est instructif de rappeler l'arrêt d'exécution rendu par la CJUE en 2006 dans l'affaire Affaire C-119/04. C'est pour non-exécution de cet arrêt que la Commission a porté plainte pour infraction, actuellement pendante devant la Cour.

Dans l'affaire C-119/04, la Commission a recommandé l'imposition de des amendes journalières de 309.750 XNUMX € contre l'Italie pour sa discrimination continue à l'égard de Lettori. L'Italie a adopté une loi de dernière minute en mars 2004, dont les dispositions, selon la CJUE, pourraient remédier à la discrimination. En l'absence de preuves dans les dépositions quant à la bonne application de cette loi, la Cour a refusé d'infliger une amende à l'Italie. Le fait que la Commission ait ouvert une nouvelle procédure d'infraction montre clairement qu'elle estime que les dispositions de la loi de mars 2004 n'ont jamais été correctement mises en œuvre par la suite.  

L’affaire Lettori soulève ensuite un certain nombre de considérations importantes liées à la conduite des procédures d’infraction : 

 1. Les dispositions du traité relatives aux procédures d'infraction : Le Traité de Rome a habilité la Commission à engager des procédures d'infraction contre les États membres pour violation présumée des obligations du Traité. Plus tard, une disposition du Traité de Maastricht a en outre habilité la Commission à engager des procédures d'exécution en cas de non-exécution des décisions d'infraction et a donné à la CJUE le pouvoir d'imposer des amendes en cas de non-respect. Il est évident que la procédure d’exécution a ensuite été introduite pour mettre un terme à l’affaire. L’affaire Lettori montre qu’ils n’y sont pas parvenus.

2. Preuve: Dans l'affaire C-119/04, les juges ont souligné qu'il n'y avait aucune preuve des Lettori dans les dépositions de la Commission pour contredire les affirmations de l'Italie selon lesquelles la loi de mars 2004 avait été correctement appliquée. Si ces éléments de preuve avaient été mis à la disposition de la Cour, l’affaire aurait évidemment eu une issue très différente. Des garanties sont nécessaires pour garantir que les plaignants, au nom desquels la Commission engage une procédure d'infraction, puissent vérifier et répondre aux preuves déposées par les États membres.

 3.L’exigence de confidentialité. Bien que les procédures d'infraction soient engagées au nom des plaignants, ceux-ci ne sont techniquement pas parties à la procédure et les échanges entre la Commission et l'État membre restent confidentiels. Par souci d'équité envers la Commission, elle a rassemblé une documentation abondante auprès des plaignants Lettori au cours de la présente procédure. Cependant, dans le cadre des dispositions actuelles, les plaignants ne connaissent pas la réponse d'un État membre à leurs observations. À l'Université « La Sapienza » de Rome, par exemple, la Commission a été informée qu'un contrat jugé discriminatoire dans un Arrêt de 2001 de la CJUE reste en vigueur aujourd'hui. Lettori, en service depuis des décennies, peut recevoir le même salaire que ses collègues embauchés des années après les arrêts Allué, au mépris du même jugement de 2001. L'accès aux contre-arguments d'un État membre dans des situations comme celles-ci serait instructif et utile pour les plaignants.

 4. Législation rétrospective des États membres pour interpréter les arrêts de la CJUE

Suite à l'arrêt rendu dans l'affaire C-119/04 et à l'acceptation par la Cour que les termes de la loi italienne de mars 2004 pouvaient remédier à la discrimination, les tribunaux italiens locaux ont systématiquement accordé aux plaignants Lettori des accords ininterrompus pour la reconstruction de leur carrière à partir de la date de leur premier emploi. Mais en décembre 2010, l’Italie a promulgué la loi Gelmini, une loi censée fournir une interprétation authentique de la loi de mars 2004 et, par voie de conséquence, de l’arrêt de la CJUE qui l’accompagne.

Gelmini limite la reconstruction complète de la carrière due à Lettori à l'année 1995 - une limite qui n'est prescrite nulle part dans l'arrêt de la CJUE ni dans la loi de mars 2004. Contrairement aux décisions de la justice italienne locale, cela est également en contradiction avec les décisions récentes de certaines universités italiennes, comme Milan et Tor Vergata, qui ont accordé à leurs Lettori une reconstruction ininterrompue de leur carrière.   

L’enjeu ici est évident et ne nécessite pas d’être exagéré. Qu’un État membre puisse être autorisé à interpréter rétrospectivement une législation sur laquelle la CJUE s’est déjà prononcée, et à son propre avantage, créerait un précédent ayant de très graves implications pour l’État de droit dans l’UE.

Kurt Rollin est le représentant Asso.CEL.L de Lettori à la retraite. Commentant le programme Rai 3 et l'affaire en cours devant la CJUE contre l'Italie, M. Rollin a déclaré :

«L'intransigeance de l'État italien a entraîné les Lettori dans un bourbier juridique pendant plus de quatre décennies. Malgré le recours à tous les moyens de réparation disponibles, l'Italie, dans une apparente impunité, a refusé le droit à la parité de traitement que nous confère le traité. Il est réconfortant de constater que la RAI, la chaîne nationale italienne, et le FLC CGIL, le plus grand syndicat italien, se soient prononcés si clairement en faveur du parti non national Lettori. Espérons que l’affaire d’infraction en cours devant la CJUE rendra justice à notre catégorie.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -