15.1 C
Bruxelles
Tuesday, Juin 25, 2024
InstitutionsUnited NationsL'ONU s'engage à se tenir aux côtés des Gazaouis à Rafah ; Guterres parle d'une opportunité de cessez-le-feu...

L'ONU s'engage à se tenir aux côtés des Gazaouis à Rafah ; Guterres affirme que l'occasion de cessez-le-feu "ne peut être manquée"

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Nouvelles des Nations Unies
Nouvelles des Nations Unieshttps://www.un.org
United Nations News - Articles créés par les services de presse des Nations Unies.

Plusieurs médias ont rapporté que le chef suprême du Hamas, Ismail Haniyeh, avait confirmé l'acceptation par le groupe militant de ce qu'il considérait comme les conditions de cessez-le-feu d'Israël lors d'un appel téléphonique avec le Premier ministre du Qatar et un haut ministre égyptien. Les deux pays mènent les négociations entre les parties belligérantes. 

Cependant, les dirigeants israéliens auraient indiqué que l'accord proposé par le Hamas était loin de répondre à ses exigences de mettre fin aux combats. Israël a déclaré qu'il enverrait une délégation pour poursuivre les négociations de cessez-le-feu et poursuivrait entre-temps son opération à Rafah. 

"Prouver un accord" : Guterres 

UN Secrétaire général António Guterres a réitéré son appel pressant aux deux parties « à faire un effort supplémentaire pour parvenir à un accord et mettre un terme aux souffrances actuelles », a déclaré son porte-parole dans une déclaration

Le Secrétaire général a également exprimé sa profonde préoccupation face aux indications selon lesquelles une opération militaire à grande échelle à Rafah pourrait être imminente. 

« Nous constatons déjà des mouvements de personnes – beaucoup d’entre elles se trouvent dans des conditions humanitaires désespérées et ont été déplacées à plusieurs reprises », poursuit le communiqué.

Le Secrétaire général a également rappelé aux parties que la protection des civils est primordiale dans le droit international humanitaire.

Une opportunité « à ne pas manquer »

S'exprimant plus tard dans la soirée Heure de New York, M. Guterres a déclaré aux journalistes lors d'une rencontre avec la presse aux côtés du président italien qu'il avait lancé « un appel très fort au gouvernement israélien et aux dirigeants du Hamas afin qu'ils fassent un effort supplémentaire pour matérialiser un accord ». c’est absolument vital ».

"C'est une opportunité à ne pas manquer", a souligné le chef de l'ONU.

"Une invasion terrestre à Rafah serait intolérable en raison de ses conséquences humanitaires dévastatrices et de son impact déstabilisateur dans la région.. »

Pas d'évacuation de l'UNRWA

Plus tôt dans la matinée, suite à l'annonce de l'ordre d'évacuation israélien, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine UNRWA a déclaré dans un message sur X qu’« une offensive israélienne à Rafah entraînerait davantage de souffrances et de morts parmi les civils. Les conséquences seraient dévastatrices pour 1.4 million de personnes ».

« L’UNRWA n’évacue pas : l’agence maintiendra une présence à Rafah aussi longtemps que possible et continuera à fournir une aide vitale aux personnes. »

Des enfants « à la limite de la survie »

Faisant écho à cette alerte, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) averti qu'« un siège militaire et une incursion terrestre à Rafah présenteraient des risques catastrophiques pour les 600,000 XNUMX enfants » qui y sont hébergés.

Beaucoup « sont très vulnérables et à la limite de la survie », l'agence des Nations Unies » a déclaré dans un communiqué, soulignant l'augmentation de la violence à Rafah et le fait que les couloirs d'évacuation potentiels étaient « probablement minés ou jonchés de munitions non explosées ».

Tout mouvement militaire vers Rafah entraînera probablement de très nombreuses pertes civiles tout en détruisant « les quelques services et infrastructures de base restants » dont les gens ont besoin pour survivre, a insisté l'UNICEF.

"Des centaines de milliers d'enfants désormais entassés à Rafah sont blessés, malades, mal nourris, traumatisés ou vivent avec un handicap.», a déclaré la Directrice générale de l'UNICEF, Catherine Russell. « Beaucoup ont été déplacés à plusieurs reprises et ont perdu leur maison, leurs parents et leurs proches. Ils doivent être protégés ainsi que les autres services dont ils dépendent, notamment les installations médicales et les abris.

Écoutez ci-dessous notre entretien approfondi avec Louise Wateridge de l'UNRWA alors que la peur grandit face à une véritable invasion de Rafah :

Appel à la famine généralisée

Dans le même ordre d'idées, le chef du Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) dit que Le nord de Gaza connaît désormais « une famine généralisée… et elle se dirige vers le sud ». ».

Les remarques de Cindy McCain dimanche faisaient écho aux préoccupations sérieuses et répétées d'autres hauts responsables de l'ONU et de la communauté internationale concernant les restrictions et les retards imposés par les autorités israéliennes en matière d'aide.

"Les autorités israéliennes continuent de refuser l'accès humanitaire aux Nations Unies", a insisté le chef de l'UNRWA, Philippe Lazzarini. « Au cours des deux dernières semaines seulement, nous avons enregistré 10 incidents impliquant des tirs sur des convois, des arrestations de membres du personnel de l'ONU, dont intimidation, déshabillage, menaces avec armes et longs retards aux points de contrôle, obligeant les convois à se déplacer dans l’obscurité ou à abandonner », a-t-il déclaré dimanche dans un message sur X.

Le commissaire général de l'UNRWA a également condamné les attaques à la roquette contre le passage de Kerem Shalom vers Gaza, qui auraient tué trois soldats israéliens, entraînant sa fermeture. Le passage est un point d’entrée clé pour l’aide humanitaire.

« Al Mawasi n'est pas en sécurité »

Selon les médias, des tracts largués par l'armée israélienne au-dessus de l'est de Rafah ont conseillé aux communautés de se déplacer vers la zone dite de sécurité d'Al Mawasi, à l'ouest de Rafah, au bord de la mer Méditerranée.

Les humanitaires de l’ONU ont déjà rejeté des initiatives d’évacuation similaires lancées par l’armée israélienne au motif qu’elles constituent un déplacement forcé.   

« À Al Mawasi, il y a un grave manque d’infrastructures suffisantes, notamment en matière d’eau disponible, et il n'est pas possible de soutenir des dizaines de milliers de personnes déplacées là-bas", a déclaré la porte-parole de l'UNRWA à Gaza, Louise Wateridge. Nouvelles de l'ONU.

Plus de 400,000 XNUMX personnes ont déjà trouvé refuge dans cette zone côtière, selon le dernier rapport de l'agence des Nations Unies. Évaluation de risque climatique, qui a fait état d'un afflux de personnes déplacées en provenance de la ville voisine de Khan Younis. Pour les aider, l'UNRWA dispose de deux centres de santé temporaires à Al Mawasi, ainsi que d'autres points médicaux nouvellement créés dans la région.

« Contrairement aux affirmations [du contraire], c’est loin d’être sûr car nulle part n’est sûr à Gaza.», a insisté Juliette Touma, directrice de la communication de l'UNRWA.

Depuis le 7 octobre, date à laquelle les attaques terroristes menées par le Hamas dans le sud d’Israël ont déclenché des bombardements israéliens massifs et une offensive terrestre, au moins 34,680 14,000 Palestiniens ont été tués, dont plus de 78,000 1,250 enfants, et plus de 250 XNUMX blessés, selon les autorités sanitaires de Gaza. Quelque XNUMX XNUMX personnes ont été tuées dans les communautés du sud d’Israël et plus de XNUMX ont été prises en otages.

Ordre d'évacuation "inhumain", selon le chef des droits de l'homme

Lundi, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Volker Türk averti que les morts, les souffrances et les destructions civiles allaient augmenter au-delà de niveaux déjà insupportables à la suite de l'ordre d'évacuation de l'est de Rafah. 

«C'est inhumain. Cela va à l’encontre des principes fondamentaux du droit international humanitaire et des droits de l’homme, dont la principale préoccupation est la protection efficace des civils.

« Il est inconcevable de déplacer de force des centaines de milliers de personnes de Rafah vers des zones déjà rasées et où il y a peu d'abris et pratiquement aucun accès à l'aide humanitaire nécessaire à leur survie. Cela ne fera que les exposer à davantage de danger et de misère. » 

"De nouvelles attaques contre ce qui est aujourd’hui le principal centre humanitaire de la bande de Gaza ne sont pas la solution», a ajouté M. Türk. 

 

Lien Source

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -