13.4 C
Bruxelles
Mercredi, Juin 12, 2024
InstitutionsUnited NationsLes patients de Rafah « ont peur de demander des services », rapporte l'OMS

Les patients de Rafah « ont peur de demander des services », rapporte l'OMS

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Nouvelles des Nations Unies
Nouvelles des Nations Unieshttps://www.un.org
United Nations News - Articles créés par les services de presse des Nations Unies.

La situation actuelle a atteint un « niveau d’urgence sans précédent », a-t-il déclaré, et le dernier ordre d’évacuation donné par Israël a contraint des dizaines de milliers de personnes à fuir.

Dans le cadre de l'effort d'urgence, WHO et les partenaires ont créé des hôpitaux de campagne et soutenu la restauration du complexe médical Nasser à Khan Younis, qui servira d'hôpital de référence principal et dans le but de rétablir les services de santé de base. 

"Nous avons installé un grand entrepôt à Deir Al Balah et nous avons déplacé la majorité des fournitures pour assurer un accès et un mouvement rapides des fournitures vers Khan Younis, la zone centrale et le nord de Gaza", a-t-il ajouté. 

Les hôpitaux déjà « surchargés »

Trois hôpitaux fonctionnent actuellement à Rafah, dont la maternité des Émirats, et au cours des dernières semaines, l'OMS a veillé à ce qu'ils soient pleinement préparés et soutenus en termes de fournitures médicales. 

Le Dr Dahir a déclaré que les hôpitaux sont déjà « surchargés de patients » et que les développements récents ont affecté l’accès. Il a cité l'exemple de l'hôpital Al-Najjar, qui fournit des services de dialyse à plus de 100 patients. 

« Malheureusement, l’hôpital fait partie des blocs dont l’évacuation a été ordonnée par le gouvernement israélien, les patients ont donc peur de recourir aux services », a-t-il déclaré. 

« Nous entendons également dire que de nombreux patients admis dans cet hôpital commencent à quitter l’hôpital. »

Il a souligné que l'OMS a toujours plaidé pour la protection des hôpitaux. 

« Nous avons mis en place des mécanismes clairs pour un parcours de référence entre les hôpitaux et au cas où les hôpitaux ne seraient pas accessibles, quelles sont les autres alternatives ? C'est pourquoi nous soutenons la restauration du complexe médical Nasser à Khan Younis. 

Interrogé sur la situation des femmes enceintes et des nouveau-nés, le Dr Dahir a noté que la maternité émiratie est l'un des principaux établissements de ce type à Gaza, accoucheant de plus de 100 bébés chaque mois.

« Nous veillons à ce que l’hôpital soit entièrement occupé. Et si nous perdons l’accessibilité, nous pourrons alors orienter les femmes enceintes, par exemple, vers les hôpitaux de campagne de la région d’Al Mawasi ainsi que vers le complexe médical Nasser », a-t-il déclaré.   

Le carburant s'épuise 

Pendant ce temps, le carburant essentiel aux opérations humanitaires à Gaza pourrait s’épuiser « demain » et certains stocks alimentaires pourraient ne durer que jusqu’à la fin de la semaine, a déclaré mardi un haut responsable humanitaire de l’ONU dans la région. 

Andrea De Domenico, chef du bureau des affaires humanitaires de l'ONU, OCHA, dans les territoires palestiniens occupés, a déclaré que la fermeture du passage de Rafah avec l'Égypte a coupé l'accès au carburant, affectant l'entrée des articles de première nécessité et limitant les mouvements des travailleurs humanitaires. 

S'exprimant depuis Jérusalem, M. De Domenico a déclaré que le manque de carburant est particulièrement préoccupant, car les humanitaires ne disposent que d'environ 30,000 200,000 litres de diesel alors qu'ils en utilisent normalement XNUMX XNUMX litres par jour. 

La priorité est donnée à la santé, à l'eau et à la communication, un peu de carburant étant réservé en cas d'urgence pour le déplacement sécurisé du personnel.  

« Cela nous laissera pratiquement sans carburant à partir de demain », a-t-il déclaré. 

"Les Israéliens ont assuré qu'ils cherchaient un moyen d'acheminer davantage de carburant et qu'ils espèrent pouvoir l'organiser demain. Nous verrons", a-t-il ajouté, notant que la distribution sera également un défi "si Rafah est pris au milieu de l'opération militaire". 

Réseaux de communication touchés 

M. De Domenico a expliqué que les entreprises de communication ne sont pas en mesure de recevoir les quantités quotidiennes de carburant nécessaires au fonctionnement de leurs réseaux. 

« Cela signifie que dans quelques jours, les gens n’auront plus accès à l’information, nous ne pourrons pas recueillir d’informations pour que les gens comprennent leurs besoins, et les familles ne pourront pas se connecter pendant le déplacement si elles sont séparées ». 

Il a rappelé que plus de 75 pour cent de la population de Gaza a été déplacée et « n'a peut-être plus d'autre choix que de rester sur une superficie de terre en constante diminution ».

Manque d'abri

Les gens se déplacent vers des sites dépourvus de latrines, de points d’eau, d’un système d’évacuation adéquat ou d’abris. 

« Il est impossible d'améliorer la situation dans les sites de déplacement existants et nouveaux sans l'arrivée des fournitures et sans le carburant pour les transporter vers les endroits où les gens se concentrent », a-t-il déclaré. 

Pendant ce temps, les partenaires humanitaires travaillant dans le secteur des abris ne disposent que d'environ 1,500 XNUMX tentes. Il a expliqué que le manque de tentes, combiné au pourcentage élevé de maisons endommagées ou détruites à Gaza, signifie que les personnes déplacées quittant Rafah sont obligées de trouver d'autres options d'hébergement. 

« Ils ont besoin de matériaux pour s’abriter, comme des bâches, des cordes, des abris en plastique, des clous, et ces outils ne sont tout simplement pas disponibles à Gaza. Et sans l’aide humanitaire qui permettra de les faire venir, nous ne pourrons pas les soutenir. » 

Les stocks alimentaires diminuent 

De plus, la plupart des distributions de nourriture dans le sud ont été suspendues depuis lundi, car de nombreux entrepôts se trouvent dans la partie de Rafah touchée par les hostilités. En outre, il a estimé que la plupart des partenaires humanitaires pourraient manquer de nourriture pour soutenir les populations au sud de Wadi Gaza d'ici la fin de la semaine. 

Les humanitaires manquent également de carburant pour acheminer les produits restants. pour distribution aux ménages et à 16 boulangeries soutenues par le Programme Alimentaire Mondial (PAM). 

Le secteur de la santé, en difficulté, sera également touché si les opérations militaires se poursuivent, puisque les trois hôpitaux restants à Rafah deviendront inutilisables, privant ainsi 1.2 million de personnes de soins. 

Gestion de l'eau et des déchets 

M. De Domenico a en outre averti que « sans carburant, demain, la principale production d'eau sera arrêtée dans le nord, privant l'ensemble de la population d'accès à l'eau potable ». 

La même chose s'appliquerait dans les prochains jours dans les gouvernorats du sud et du centre, touchant 1.9 million de personnes. 

Il y a aussi le « problème majeur » de la collecte des déchets solides, qui dépend également de l’approvisionnement en carburant, et les points de collecte dans le sud ont déjà été réduits.   

« Nous estimons qu'il y aura une production de 1,400 XNUMX tonnes de déchets par jour qui s'accumuleront dans les rues partout. Et c'était déjà un grand défi car nous n'avons pas encore accès à la décharge où nous pourrions livrer et déposer tous les déchets », a-t-il déclaré. 

Il a ajouté que la station de pompage des eaux usées de l'est de Rafah a déjà cessé de fonctionner en raison de l'opération militaire, affectant 80,000 XNUMX personnes. 

Inquiétude pour les enfants non accompagnés 

Les agences de l'ONU mardi a souligné le sort des femmes et des filles, ainsi que des enfants, et M. De Domenico s'est également concentré sur la question des mineurs non accompagnés et séparés. 

Il a déclaré que leur nombre « augmentera rapidement tandis que notre capacité à leur fournir un soutien de base sera fortement réduite si la situation à Rafah évolue avec une nouvelle opération militaire ».

Lien Source

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -