9.8 C
Bruxelles
Thursday, June 13, 2024
Droits de l'hommeUn expert des droits de l'homme condamne la mort d'un médecin palestinien détenu par Israël et exhorte les indépendants...

Un expert des droits de l'homme condamne la mort d'un médecin palestinien détenu par Israël et demande une enquête indépendante

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Nouvelles des Nations Unies
Nouvelles des Nations Unieshttps://www.un.org
United Nations News - Articles créés par les services de presse des Nations Unies.

Le Dr Adnan Al Bursh, 50 ans, chef du service d'orthopédie à l'hôpital Al-Shifa de la ville de Gaza, est décédé le 19 avril 2024 dans la prison d'Ofer, un centre de détention en Cisjordanie. Son corps n'a pas encore été rendu public par les autorités israéliennes.

Avant sa mort, il avait aurait été battu en prison, son corps montrant des traces de torture.

Le Dr Al Bursh avait été arrêté avec d'autres médecins et membres du personnel médical par les forces israéliennes le 18 décembre 2023, à l'hôpital Al Awda, au nord de Gaza. A cette époque, il était globalement en bonne santé et exerçait normalement ses fonctions.

Appel à une enquête indépendante

Tlaleng Mofokeng, rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à la santé, a affirmé Valérie Plante. elle a été « horrifiée » par la nouvelle.

"Il a été arrêté alors qu'il accomplissait son devoir envers les patients et prenait soin d'eux conformément au serment qu'il avait prêté en tant que médecin… il est mort pour avoir tenté de protéger les droits à la vie et à la santé de ses patients", a-t-elle déclaré.

L'expert a souligné la nécessité d'une enquête indépendante.

« Dr. Le cas d'Adnan suscite de sérieuses inquiétudes quant à sa mort suite à la torture infligée par les autorités israéliennes. Sa mort exige une enquête internationale indépendante », a déclaré le rapporteur spécial.

Préoccupations concernant la sécurité des agents de santé

Mme Mofokeng a également fait part de ses inquiétudes quant à la sécurité des travailleurs de la santé dans le contexte des opérations militaires incessantes d'Israël à Gaza, suite aux attaques brutales du Hamas et d'autres groupes dans le sud d'Israël le 7 octobre.

« Je suis profondément attristée de continuer à recevoir des informations faisant état de médecins tués dans ce conflit », a-t-elle déclaré.

Le ministère de la Santé de Gaza a signalé qu'au moins 493 agents de santé de Gaza ont été tués depuis le 7 octobre 2023. Il s'agit notamment d'infirmières, d'ambulanciers paramédicaux, de médecins et d'autres membres du personnel médical. De nombreux autres ont été blessés.

L'Organisation mondiale de la santé des Nations Unies (WHO) a rapporté qu'au moins 214 agents de santé ont été arrêtés par les forces israéliennes alors qu'ils étaient en service.

Les médecins ne devraient pas être tués

« Le meurtre et la détention de professionnels de santé ne constituent pas une méthode de guerre légitime. Ils ont un rôle légitime et essentiel dans la prise en charge des malades et des blessés en période de conflit », a déclaré Mme Mofokeng.

« Les travailleurs de la santé ne devraient pas être tués en exerçant leur profession. »

La Rapporteuse spéciale a exhorté Israël à libérer immédiatement tous les professionnels de santé arbitrairement détenus en Israël et dans les territoires palestiniens occupés, et a réitéré son appel à un cessez-le-feu immédiat.

Expert indépendant

Nommé par le Droits de l'Homme du Conseil – le plus haut forum intergouvernemental des Nations Unies sur les droits de l'homme – et faisant partie de son procédures spéciales, Les rapporteurs spéciaux sont mandatés pour surveiller et évaluer la situation des droits dans certaines situations thématiques ou nationales.

Ils travaillent bénévolement – ​​indépendamment des gouvernements et de l’ONU, ne font pas partie du personnel de l’ONU et ne reçoivent pas de salaire.

Lien Source

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -