24.6 C
Bruxelles
Friday, Juillet 19, 2024
ActualitésAccueillir tous les réfugiés et protéger leurs droits à l'occasion de la Journée internationale des réfugiés

Accueillir tous les réfugiés et protéger leurs droits à l'occasion de la Journée internationale des réfugiés

Nasim Malik Secrétaire Général IHRC Thierry Valle Président CAP Liberté de Conscience

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Nasim Malik Secrétaire Général IHRC Thierry Valle Président CAP Liberté de Conscience

En ce jour de la Journée internationale des réfugiés, nous exprimons notre solidarité avec les personnes qui ont été contraintes de quitter leur foyer et leurs proches en raison des conflits, de la violence et des persécutions. Parmi eux se trouvent des membres de la communauté musulmane Ahmadiyya qui subissent des discriminations, des oppressions et même des menaces de mort dans des pays comme le Pakistan.

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) rapporte qu'il y a actuellement 84 millions de personnes déplacées dans le monde, dont plus de 26 millions de réfugiés cherchant la sécurité au-delà des frontières. Alors que la communauté internationale célèbre la Journée mondiale des réfugiés le 20 juin, il est crucial d'attirer l'attention sur les épreuves difficiles auxquelles sont confrontés des groupes tels que les Ahmadis en quête d'asile.

Communauté musulmane Ahmadiyya représente une minorité au sein de l'Islam qui a été confrontée à la persécution et aux préjugés dans certaines régions du monde, en particulier dans des pays comme le Pakistan. En 1974, le gouvernement pakistanais a désigné les Ahmadis comme « non-musulmans » via un amendement les privant de leurs droits humains dans le Bassin et les exposant à la violence, aux assassinats ciblés et à l’isolement.

Pendant un certain temps, les organisations de défense des droits de l'homme telles que CAP Liberté de Conscience et les terres parsemées de Comité international des droits de l'homme (IHRC) condamne la situation critique vécue par les Ahmadis au Pakistan.

Les Ahmadis résidant au Pakistan souffrent d'anxiété en raison de la menace d'attaques, du boycott social, des arrestations arbitraires et de la marginalisation sociale. Il leur est interdit de déclarer leur identité, de tenir des rassemblements ou de pratiquer leur foi ouvertement et même dans leur propre maison. De nombreux Ahmadis ont été victimes de violences ciblées, d’attaques collectives et de fausses accusations de blasphème pouvant entraîner la peine capitale.

CAP Liberté de Conscience et IHRC militent activement pour la protection de leurs droits humains et citoyens fondamentaux. Exhortant le gouvernement pakistanais à mettre un terme aux mauvais traitements systématiques infligés à cette minorité religieuse. Malgré ces efforts de plaidoyer et ces luttes, les conditions de vie des Ahmadis au Pakistan restent sombres, ce qui incite beaucoup d'entre eux à chercher refuge pour assurer leur sécurité et celle de leurs enfants.

Poussés par l'intolérance et la violence qui prévalent au Pakistan, de nombreux Ahmadis ont été contraints de quitter leur pays en tant que réfugiés. recherche de sécurité et de suivre leur croyance dans des environnements paisibles. Ils rejoignent des millions de réfugiés qui entreprennent des voyages périlleux pour échapper à l’oppression et chercher refuge.

À leur arrivée dans des pays tiers, les réfugiés et demandeurs d'asile ahmadis se heurtent souvent à des obstacles pour garantir leur bien-être et leurs droits fondamentaux. droits de l'homme. Dans des pays comme la Thaïlande, la Malaisie, le Sri Lanka, l’Ouganda, Madagascar et l’Allemagne, où les Ahmadis ont cherché refuge, ils continuent d’être confrontés à la discrimination, à un accès limité à des services comme l’éducation et au risque constant d’expulsion.

L'IHRC et CAP Liberté de Conscience partagent les histoires de réfugiés ahmadis confrontés à de telles conditions, dans des bidonvilles ou des centres de détention en Thaïlande, en Malaisie et au Sri Lanka, attendant anxieusement le résultat de leur demande d'asile. Se battant sans statut ni droit au travail, ces individus et familles ont du mal à répondre à leurs besoins et à s'intégrer dans leurs nouvelles communautés.

De plus, le site Web met en lumière les difficultés rencontrées par les demandeurs d’asile ahmadis dans leur exigeante procédure d’asile. Face aux barrières linguistiques et à la discrimination fondée sur leurs convictions, de nombreux Ahmadis ont du mal à prouver la légitimité de leurs revendications et à obtenir la protection nécessaire.

L’importance de protéger les droits des réfugiés

Les expériences des réfugiés et demandeurs d'asile ahmadis soulignent l'importance de faire respecter les droits et le respect de toutes les personnes déplacées, quelle que soit leur situation. religion, origine ethnique, croyance ou culture. Alors que nous célébrons la Journée internationale des réfugiés dans le monde, il est essentiel de réaffirmer notre engagement à offrir un refuge garantissant l'accès aux services et à aider les réfugiés à s'adapter à leur société.

Selon les directives du HCR, les réfugiés ont le droit de demander l'asile et de bénéficier des droits énoncés dans la réglementation internationale.

Ces droits englobent le droit à la vie, à la liberté et à la sécurité, ainsi que le droit à l'absence de traitement, d'arrestation et d'emprisonnement injustifiables. Cependant, ces droits fondamentaux sont fréquemment bafoués dans des communautés particulièrement touchées, telles que les Ahmadis, qui subissent des niveaux supplémentaires de préjugés et d'exclusion.

À l’occasion de la Journée internationale des réfugiés, nous exhortons les gouvernements, les groupes de la société civile et la communauté mondiale à prendre des mesures pour sauvegarder les droits de tous les réfugiés, y compris les Ahmadis cherchant refuge contre l’oppression. Cela implique;

1. Veiller à ce que les procédures d’asile soient équitablement accessibles et adaptées pour répondre aux besoins de groupes comme les Ahmadis.

2. Fournir des ressources et une assistance aux pays hôtes afin qu’ils puissent offrir des conditions de vie, un accès aux services essentiels et des voies d’intégration aux réfugiés.

3. Plaider pour l'élimination des lois et des politiques qui discriminent les minorités, comme les Ahmadis, et les privent de leurs libertés essentielles.

4. Amplifier les voix et les expériences des communautés de réfugiés pour sensibiliser et cultiver l'empathie et la compréhension.

5. Encourager les discussions interconfessionnelles et les initiatives de collaboration pour s'attaquer aux causes de l'intolérance et de la persécution conduisant aux déplacements forcés.

Les Ahmadis en quête de sécurité et du devoir partagé de fournir un refuge

Les luttes des réfugiés et demandeurs d’asile ahmadis rappellent les obstacles rencontrés par ceux qui fuient les persécutions religieuses. Devant abandonner leur foyer, leur communauté et leurs moyens de subsistance, ces individus se lancent dans un voyage à la recherche de sécurité et de protection pour se heurter aux défis et aux préjugés dans les pays où ils cherchent refuge.

Alors que nous célébrons la Journée internationale des réfugiés, nous avons l’obligation de veiller à ce que les droits et le respect de tous les réfugiés, y compris les Ahmadis, soient respectés et protégés. En luttant contre les préjugés et la violence qui conduisent au déplacement des minorités et en leur offrant l’assistance et les ressources nécessaires pour reconstruire leur vie, nous pouvons œuvrer pour une communauté mondiale plus juste et plus inclusive.

A cette occasion, nous exhortons la communauté à faire preuve de solidarité avec les Ahmadis et tous les réfugiés qui prennent des mesures pour faire respecter leurs droits humains essentiels. Saisissons ce moment pour réaffirmer notre attachement à des principes tels que la dignité, l’empathie et le droit universel de chercher refuge et sécurité.

Ensemble, nous pouvons construire un monde où personne n’est obligé de quitter son foyer à cause de la persécution, où chaque réfugié est accueilli et habilité à s’épanouir dans sa société d’accueil.

Engageons-nous, en cette journée internationale des réfugiés, à incarner le changement dont nous aspirons à être témoin et à œuvrer pour créer un avenir plus juste, égalitaire et plus inclusif pour tous.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -