21.2 C
Bruxelles
Dimanche, juillet 14, 2024
Le choix des éditeursAttention à l'infiltration de journalistes pro-Poutine dans la bulle Bruxelles-UE 

Attention à l'infiltration de journalistes pro-Poutine dans la bulle Bruxelles-UE 

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Willy Fautre
Willy Fautrehttps://www.hrwf.eu
Willy Fautré, ancien chargé de mission au Cabinet du ministère belge de l'Éducation et au Parlement belge. Il est le directeur de Human Rights Without Frontiers (HRWF), une ONG basée à Bruxelles qu'il a fondée en décembre 1988. Son organisation défend les droits humains en général avec un accent particulier sur les minorités ethniques et religieuses, la liberté d'expression, les droits des femmes et les personnes LGBT. HRWF est indépendante de tout mouvement politique et de toute religion. Fautré a mené des missions d'enquête sur les droits de l'homme dans plus de 25 pays, y compris dans des régions périlleuses comme l'Irak, le Nicaragua sandiniste ou les territoires maoïstes du Népal. Il est maître de conférences dans les universités dans le domaine des droits de l'homme. Il a publié de nombreux articles dans des revues universitaires sur les relations entre l'État et les religions. Il est membre du Club de la Presse à Bruxelles. Il est défenseur des droits de l'homme auprès de l'ONU, du Parlement européen et de l'OSCE.

Chercheurs de l'ONG bruxelloise Human Rights Without Frontiers (HRWF) viennent de découvrir une tentative d'infiltration d'un militant médiatique ukrainien pro-Poutine dans la bulle Bruxelles-UE, où il envisage de diffuser de fausses informations sur la guerre de la Russie contre l'Ukraine et de nuire à l'image de l'Ukraine. Son nom est Nikolay Moiseenko (Moysienko Mykola Viktorovich). 

Il est journaliste et directeur de l’agence d’information »Première chaîne cosaque» (ПЕРВЫЙ КОЗАЦКИЙ КАНАЛ) fondée en 2017 et basée à Kiev. 

En sa qualité de directeur, il est inévitablement impliqué dans l'affaire pénale n° 22023101110000608 du 21 juillet 2023 visant ledit média créé en décembre 2020 et qualifié par l'accusation de groupe criminel organisé. D’autres journalistes et médias sont également cités dans l’affaire comme partenaires.  

Les objectifs de la « Première chaîne cosaque » étaient de créer, stocker et diffuser des informations, des actualités et des communiqués de presse ; fournir des photos et d'autres produits d'information aux médias, aux autorités publiques, ainsi qu'à d'autres personnes morales et personnes physiques en Ukraine et à l'étranger, par le biais d'une distribution via une agence de presse. Bruxelles était et est toujours l'une des cibles. 

Selon l'accusation"De février 2014 à nos jours, des organisations publiques russes et des associations orthodoxes pro-russes opérant en Ukraine et financées par des organisations non gouvernementales de la Fédération de Russie, ainsi que des fondations religieuses en Ukraine, ont mené des activités visant à nuire à l'État. sécurité de l’Ukraine dans le domaine de l’information.

Le tribunal du district Solomyanskyi de Kiev s'occupe de l'affaire qui en est encore au stade de l'enquête préliminaire. À ce jour, 49 décisions de justice ont déjà été rendues, la dernière à laquelle HRWF a eu accès depuis 6 Juin 2024

Les frais 

L'affaire pénale comprend des accusations d'activités présumées

  • dirigé contre les fondements de la sécurité nationale de l'Ukraine,
  • l'incitation à l'inimitié religieuse fondée sur la croyance en la suprématie de la nation russe sur les autres nations,
  • destiné à détruire l'État ukrainien et tous ses attributs,
  • soutenir l’Église orthodoxe ukrainienne (UOC) « en communion avec l’Église orthodoxe russe/Patriarcat de Moscou » (ROC/MP)) qui a béni l’agression armée de la Fédération de Russie contre l’Ukraine.  
  • menée en coopération avec l'État agresseur et en le soutenant,
  • de haute trahison, c'est-à-dire menacer intentionnellement la souveraineté, l'intégrité territoriale et l'inviolabilité ainsi que la sécurité de l'information de l'Ukraine, notamment en aidant un État étranger à mener des activités subversives contre l'Ukraine dans le cadre de la loi martiale.

Un certain nombre de personnes font l’objet d’une enquête « pour avoir discrédité l’Ukraine, sapé la confiance dans la société patriotique ukrainienne et ramené l’Ukraine dans la zone d’influence religieuse, culturelle et politique de la Russie ».

Selon la décision du tribunal du 6 juin 2024, la « Première chaîne cosaque » a utilisé des entités commerciales officiellement enregistrées liées au monde médiatique. L'une d'entre elles, selon l'accusation, "est systématiquement utilisée pour publier des informations déformées et est également reproduite dans d'autres ressources contrôlées par l'UOC et la ROC, y compris sur les chaînes fédérales russes". 

Selon l'expertise n° 23309/23-36/23310/23-61 de l'Institut de recherche scientifique et d'expertise médico-légale de Kiev du ministère de la Justice de l'Ukraine du 2 février 2024, les informations contenues dans les publications du « Premier Cosaque Channel » visant à « humilier l’honneur et la dignité du clergé et des croyants de l’Église orthodoxe d’Ukraine (OCU) ». L'Église est indépendante de Moscou, a été établie sous la juridiction ecclésiastique du Patriarcat œcuménique de Constantinople le 15 décembre 2018 et a obtenu l'autocéphalie le 5 janvier 2019. 

L'expertise souligne également que la « Première chaîne cosaque » visait également à « créer de l'hostilité à l'égard de l'OCU et des représentants du Patriarcat œcuménique, ainsi qu'à aider la Fédération de Russie dans ses activités subversives contre l'Ukraine dans les domaines de l'information et de la religion ».  

L’accusation dénonce également les positions suivantes : 

  • le déni selon lequel la Russie aurait miné le barrage de la centrale hydroélectrique de Kakhovka 
  • déclarations niant que l'agression armée de la Russie contre l'Ukraine ait commencé en 2014 et la présentant comme un conflit interne 
  • la justification de l’agression armée à grande échelle de la Russie contre l’Ukraine en 2022 en affirmant qu’elle était causée par les actions illégales de certaines personnalités religieuses de l’Église orthodoxe d’Ukraine (OCU), indépendante de Moscou. 

Sanctions de l'UE contre les médias de propagande 

Pour contrecarrer la propagande russe, l’UE a suspendu les activités de diffusion et les licences de plusieurs médias de désinformation soutenus par le Kremlin :  

  • Spoutnik et ses filiales dont Spoutnik Arabic  
  • Russia Today et ses filiales, notamment Russia Today English, Russia Today UK, Russia Today Allemagne, Russia Today France, Russia Today espagnol, Russia Today arabe  
  • Rossiya RTR / RTR Planète  
  • Rossiya 24 / Russie 24  
  • Russie 1  
  • Centre TV International  
  • NTV/NTV Mir  
  • TV REN  
  • Canal Pervyi  
  • Revue orientale  
  • Chaîne de télévision de Tsargrad  
  • Nouvelles perspectives orientales  
  • Katehon  
  • Chaîne de télévision des spas  

See Les sanctions de l'UE contre la Russie expliquées  

Conclusion 

La vigilance est de mise dans la bulle européenne à Bruxelles, car un certain nombre de membres du Parlement européen et leurs collaborateurs ont récemment été accusés de complicité avec le régime de Poutine et d'agir comme agents d'influence. 

Journalistes, médias et les institutions religieuses sont d’autres canaux également utilisés à mauvais escient par la propagande russe. 

Le 18 décembre 2023, le Conseil de l'Union européenne a imposé des mesures restrictives à la chaîne de télévision Tsargrad (Царьград ТВ) appartenant et financée par le soi-disant « oligarque orthodoxe » Konstantin Malofeev, dans le cadre du 12e paquet de sanctions. A cette occasion, le Chaîne de télévision SPAS de l'Église orthodoxe russe a également été soumis aux sanctions de l'UE. 

Plus tôt cette année, Human Rights Without Frontiers a également identifié des journalistes moldaves et une association de médias moldave nuire à Bruxelles à l’image de l’actuelle présidente moldave pro-européenne Maia Sandu.  

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -