24.6 C
Bruxelles
Friday, Juillet 19, 2024
EuropeL’Europe – d’un modèle de démocratie à une Fort Europa

L’Europe – d’un modèle de démocratie à une Fort Europa

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Bashy Quraishy

Secrétaire Général – EMISCO – Initiative Musulmane Européenne pour la Cohésion Sociale – Strasbourg

Président-Conseil consultatif-ENAR – Réseau européen contre le racisme- Bruxelles

Thierry Vallée

Chaire – CAP Liberté de Conscience

Dans notre travail sur les droits de l'homme, la démocratie et l'inclusion dans les sociétés, nous avons eu la possibilité d'échanger des expériences avec des ONG d'Europe et de l'étranger. Autrefois, les gens nous demandaient normalement de partager avec eux nos impressions, nos expériences et notre coopération avec les institutions européennes, les autorités nationales et les initiatives d'ONG locales concernant la vie interculturelle et le développement dans le domaine des relations interethniques.
Nous étions toujours enthousiastes à l'idée de leur parler des divers projets et plans d'action qui étaient utilisés dans toute l'Europe pour que ses habitants puissent vivre leur vie comme ils le souhaitent tout en acceptant et en respectant leurs semblables.

Mais ces dernières années, la nature de leurs questions et nos réponses ont changé. La première question est désormais la suivante : qu’arrive-t-il aux valeurs européennes ou pourquoi les partis et mouvements politiques d’extrême droite deviennent-ils si puissants ? Ils demandent également : pourquoi l'extrémisme politique a été combattu.
 

Depuis, à l’ère et à l’heure des médias sociaux, les gens sont devenus habitués aux flashs d’information, aux dernières nouvelles et à l’échange rapide d’informations. Rien ne leur est donc caché. Cette situation nous ennuie et nous dérange, mais nous sommes un fervent partisan de la transparence et nous essayons donc d'expliquer la situation du mieux que nous pouvons.
Cela implique qu'en tant qu'Européens, nous nous posons également les mêmes questions que les autres se posent. Pour évaluer la tendance à la hausse de l’extrême droite, il suffit de regarder les élections au Parlement européen qui se sont tenues du 6 au 9 juin 2024. 

Les conséquences des élections européennes

Des centaines de millions d'Européens ont voté pour élire 720 membres du Parlement européen, et la dirigeante italienne Giorgia Meloni a consolidé son rôle d'intermédiaire clé du pouvoir à Bruxelles avec environ 28 % des voix. Pendant ce temps, le parti Renouveau de Macron a subi une cuisante défaite aux élections européennes, obtenant seulement 15.2 % des voix contre 31.5 % pour le Rassemblement national d'extrême droite. Le président français Emmanuel Macron a si mal performé qu'il a été poussé à dissoudre le Parlement et convoquer des élections anticipées. Macron a rétorqué dans son discours que « la montée des nationalistes et des démagogues est une menace non seulement pour notre nation mais aussi pour notre Europe et pour la place de la France en Europe et dans le monde ».

En Autriche, le FPÖ d'extrême droite est également arrivé en tête du scrutin, l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) d'extrême droite est arrivée en troisième position, le parti de droite PVV de Geert Wilders a remporté six sièges et dans de nombreux autres pays, la situation n'est pas très différente.

Les partis traditionnels ont obtenu un mince majorité lors des élections parlementaires de l'Union européenne, mais les groupes d'extrême droite ont pris la tête gains les plus remarquables au sein du corps législatif du bloc. "Le centre tient bon, mais il est également vrai que les extrêmes de gauche et de droite ont gagné du soutien", a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, à l'issue des quatre jours de vote européen. Cependant, au niveau national, cela fera du Parlement européen un tremplin pour l'euroscepticisme, affaiblissant le cadre libéral-démocrate du bloc.

Les gouvernements d’extrême droite ne sont pas si loin

Les élections au Parlement européen indiquent une évolution qui nous inquiète et contre laquelle nous nous opposons depuis longtemps. Cela ne s'est pas produit en un jour, mais est le résultat du populisme politique, de la désinformation médiatique et du discours universitaire négatif concernant les lois sur l'asile, la question des réfugiés et la présence de minorités, notamment en provenance de pays musulmans. Dans leurs débats publics, les hommes politiques ont directement blâmé les minorités pour les maux de la société et ont contourné les véritables problèmes socio-économiques du public.
 

En observant le paysage politique européen, nous avons constaté que l’extrême droite se rapproche de plus en plus du pouvoir dans les capitales européennes et que, dans plusieurs pays – par exemple en Italie, en Finlande et en Croatie, elle s’est même installée jusque dans les bureaux du gouvernement. Tout comme le Parti de la liberté de Wilder fait partie du gouvernement néerlandais après de nombreuses années de mandat. La formation du gouvernement néerlandais est le dernier exemple en date d’une tendance devenue évidente en Europe. Selon Claes de Vreese, professeur de médias et de démocratie à l'Université d'Amsterdam, Geert Wilders fait partie du gouvernement le plus d'extrême droite des Pays-Bas à ce jour, et Wilders siégera et tirera les ficelles en tant que parti le plus important.»

L'expert du populisme de droite Hans Kundnani est l'auteur du livre « Euro Whiteness » et est associé au groupe de réflexion Chatham House. Il affirme que l'un des développements les plus importants de la politique européenne au cours de la dernière décennie a été la normalisation d'opinions autrefois extrêmes en matière d'identité, d'immigration et d'islam, et où la frontière entre l'extrême droite et le centre-droit s'est réduite. devenir plus flou.

Alors que la présidente conservatrice de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'est ouverte à la coopération avec les partis de droite, quatre groupes de partis au Parlement européen ont pris ensemble leurs distances par rapport à la droite. Une déclaration similaire est venue des social-démocraties européennes – à l’exception de la social-démocratie danoise – pour exclure l’extrême droite sous la forme des deux groupes de partis de droite au Parlement européen, qui se font appeler ECR et ID. La Première ministre danoise Mette Frederiksen a repris à son compte la politique migratoire stricte et la rhétorique islamophobe des partis d'extrême droite.

En voyant la situation sur le terrain, on constate qu'il devient de plus en plus difficile de maintenir une exclusion totale de l'extrême droite au niveau européen. Comme nous l’avons vu aux Pays-Bas, certains partis se retrouveront soudainement dans une situation où la seule façon d’avancer est de coopérer avec l’extrême droite.

Bien entendu, le résultat des élections au Parlement européen jouerait un rôle dans les décisions politiques de l'UE, mais en fin de compte, les États membres sont plus importants que le Parlement et la Commission. La prise de pouvoir par l’extrême droite, comme nous le voyons dans de nombreux pays de l’UE, a déjà entraîné l’UE dans cette direction. Parallèlement, les institutions et les valeurs démocratiques sont confrontées à des menaces croissantes dans plusieurs pays de l'UE, du fait de la violence politique en Allemagne, en Slovaquie et au Danemark, à la Hongrie la répression des médias libres, les mauvais traitements infligés aux minorités et les discussions sur la fermeture des frontières aux pays non-européens en érigeant des clôtures vers la frontière de Pâques.

Malgré les progrès réalisés en matière de protection des droits de l’homme au cours des dernières décennies, le racisme, les crimes et discours de haine sont monnaie courante en Europe et en augmentation dans de nombreux pays. Les discours de haine, de plus en plus répandus, notamment dans la sphère politique et sur Internet, sont également préoccupants.

C'est pourquoi nous exhortons les institutions européennes, les parlementaires, les commissaires et les hommes politiques des gouvernements nationaux à être conscients de l'effet de leurs propos sur l'opinion publique et à s'abstenir d'utiliser toute forme de langage discriminatoire, insultant ou agressif à l'égard de groupes ou de groupes. catégories de personnes. Le racisme étant un phénomène complexe et impliquant de multiples facteurs, la lutte contre ce phénomène doit être menée sur plusieurs fronts. Outre les instruments juridiques conçus pour interdire et punir toutes les expressions du racisme, y compris les discours de haine, nous devons lutter contre l'intolérance en utilisant des instruments culturels et sociaux. L'éducation et l'information doivent jouer un rôle crucial dans la formation du public au respect de la diversité ethnique, culturelle et religieuse. La solidarité avec les groupes victimes du racisme et cibles des discours de haine, et entre ces groupes, contribue de manière significative à lutter contre le racisme et la discrimination sous toutes leurs formes.

L’Europe doit rester un modèle de liberté au lieu de devenir une Forte Europe.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -