22.1 C
Bruxelles
Monday, July 15, 2024
Droits HumainsLes efforts mondiaux visant à mettre fin aux mutilations génitales féminines sapés par la « réduction des vacances »

Les efforts mondiaux visant à mettre fin aux mutilations génitales féminines sapés par la « réduction des vacances »

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Nouvelles des Nations Unies
Nouvelles des Nations Unieshttps://www.un.org
United Nations News - Articles créés par les services de presse des Nations Unies.

Bien que de nombreux États aient intensifié leurs efforts en faveur de l’éradication, cette pratique perdure dans le monde entier, en partie à cause de « la nature clandestine des MGF transfrontalières et transnationales », indique le rapport.

« Les mutilations génitales féminines sont fait partie d’un continuum de violence basée sur le genre et n’a pas sa place dans un univers respectueux des droits humains, " a affirmé Valérie Plante. le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Volker Türk.

« Il faut l’éliminer sous toutes ses formes, et déraciner les stéréotypes de genre et les normes patriarcales qui l’ancrent et le perpétuent. » 

Des millions en danger

On estime que 4.3 millions de filles risquaient d'être soumises à des MGF en 2023, selon le rapport, qui était basé sur des recherches documentaires approfondies et des soumissions émanant d’États et d’organisations de la société civile du monde entier.

On estime que plus de 600,000 XNUMX femmes dans l'Union européenne vivent avec les conséquences des MGF, selon l'Organisation mondiale de la santé (QUI) définit comme « toutes les procédures qui impliquent l’ablation partielle ou totale des organes génitaux externes de la femme, ou toute autre lésion des organes génitaux féminins pour des raisons non médicales ».

Elle est principalement pratiquée sur des jeunes filles entre la petite enfance et 15 ans.

"Cette pratique n'a aucun effet bénéfique sur la santé des filles et des femmes et provoque de graves saignements et des problèmes pour uriner., et plus tard des kystes, des infections, ainsi que des complications lors de l'accouchement et un risque accru de décès de nouveau-nés », a ajouté l'OMS. 

« Coupe de vacances » pendant les vacances scolaires 

Le rapport indique que ce qu'on appelle la « suppression des vacances » se produit lorsque des familles, notamment en Europe et en Amérique du Nord, emmènent leurs filles dans leur pays et communauté d'origine pour y subir une MGF pendant les vacances scolaires.

Dans certains cas, les filles seraient emmenées dans des pays qui servent de « pôles transnationaux de MGF ». Dans certains cas, ce sont les « coupeurs » qui traversent les frontières pour effectuer le procédé nuisible.

Le rapport identifie les mouvements transfrontaliers et transnationaux aux fins des MGF, à travers le monde. Il indique que les filles et les jeunes femmes vivant dans les communautés frontalières sont particulièrement vulnérables étant donné que les zones frontalières abritent souvent des communautés ayant des liens culturels et ethniques qui transcendent les frontières nationales.

Traiter les causes profondes

« Les États du monde entier ont pris des engagements en matière de droits humains pour éradiquer les MGF et promouvoir l'égalité des sexes », a déclaré M. Türk.

« Ils devraient garantir une approche mondiale commune qui s’attaque aux causes profondes et aux conséquences des MGF, notamment en harmonisant leurs cadres juridiques et politiques et en garantissant leur mise en œuvre, s’ils veulent réellement respecter leurs engagements visant à mettre fin à cette pratique néfaste partout dans le monde. » 

Le rapport appelle à une plus grande coopération régionale et internationale vers l’éradication.

Les mesures suggérées comprennent l'allocation de ressources adéquates à l'établissement et à la mise en œuvre de cadres politiques régionaux et d'accords de coopération pour lutter contre le fléau transfrontalier et soutenir les survivants.  

Lien Source

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -