2.7 C
Bruxelles
Samedi, Janvier 28, 2023

Les députés débattent du fonds de relance et condamnent les coupes sombres dans le budget à long terme de l'UE | Nouvelles | Parlement européen

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://www.europeantimes.news
Le European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.

Lors du débat avec les présidents du Conseil et de la Commission, Charles Michel et Ursula von der Leyen, l'accord conclu lors de la récente réunion du Conseil européen sur le fonds de relance a été qualifié d '«historique» par de nombreux députés, car pour la première fois, les États membres ont accepté de publier 750 milliards d'euros de dette conjointe. Cependant, avec des coupes dans le budget à long terme (cadre financier pluriannuel, CFP), la plupart n'étaient «pas satisfaits».

"Nous ne sommes pas prêts à avaler la pilule MFF", a déclaré Manfred Weber (PPE). De plus, le leader S&D Iratxe García n'accepterait pas les coupes, « pas à un moment où nous devons renforcer notre autonomie stratégique et réduire les disparités entre les États membres ».

Beaucoup ont souligné que la question du remboursement de la dette n'était pas résolue. Les députés ont insisté sur le fait que la charge ne doit pas peser sur les citoyens et qu'un système solide de nouvelles ressources propres comprenant une taxe numérique ou des prélèvements sur le carbone pour le remboursement doit être garanti, avec un calendrier contraignant. De plus, beaucoup ont souligné que « le EU n'est pas une machine à sous pour les budgets nationaux », déplorant que les pays « frugaux » ne veuillent pas payer le prix pour bénéficier du marché unique, et insistant sur le fait qu'aucun fonds ne doit aller à des gouvernements « pseudo-démocratiques » qui ne respectent pas la règle du droit et des valeurs de l'UE.

D'autres étaient plus sceptiques quant aux nouvelles ressources propres générant suffisamment pour rembourser la totalité de la dette et ont averti que la crise ne devrait pas être utilisée comme prétexte pour une intégration plus poussée de l'UE. La plupart ont cependant souligné que le Parlement était prêt à entamer des négociations rapides pour apporter les améliorations nécessaires à la position commune du Conseil.

Les députés votent maintenant sur un résolution pour clore le débat, qui servira de mandat pour les prochaines négociations avec la présidence allemande du Conseil de l'UE. Le résultat du vote final sera annoncé en séance plénière aujourd'hui à 17.30hXNUMX.


Cliquez sur les liens pour afficher les déclarations individuelles

Charles Michel, Président du Conseil européen

Ursula von der LeyenPrésident de la Commission européenne

Manfred Weber (PPE, DE), Iratxe García Pérez (S&D, ES), Dacian Cioloș (RE, RO), Nicolas Bay (ID, FR), Philippe Lamberts (Verts / ALE, BE)

Robert Zīle (ECR, LV), Martin Schirdewan (GUE / NGL, DE)

Allocution de clôture par Charles Michel, Président du Conseil européen

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles