9.7 C
Bruxelles
Monday, Novembre 28, 2022

L'Assemblée du Conseil de l'Europe adopte une résolution sur la désinstitutionnalisation

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Plus de l'auteur

L'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe a adopté une recommandation et une résolution sur la désinstitutionnalisation des personnes handicapées. Ces deux éléments fournissent des orientations importantes dans le processus de mise en œuvre des droits de l'homme dans ce domaine pour les années à venir.

Tant le Recommandation et le Résolution ont été approuvés à une très large majorité lors de la Session de printemps de l'Assemblée fin avril. Tous les groupes politiques, comme tous les orateurs au cours du débat, ont soutenu le rapport et ses recommandations, confirmant ainsi solidement les droits des personnes handicapées dans le cadre de l'agenda européen.

Mme Reina de Bruijn-Wezeman, de la commission des affaires sociales, de la santé et du développement durable de l'Assemblée, a mené l'enquête de l'Assemblée sur la question pendant près de deux ans. Elle présente maintenant ses conclusions et recommandations à l'Assemblée plénière, à la suite d'un vote unanime approbation en commission.

Elle a déclaré à l'Assemblée que « les personnes handicapées ont les mêmes droits humains que vous et moi. Ils ont le droit de vivre de manière indépendante et de recevoir des services communautaires appropriés. Cela s'applique quelle que soit l'intensité du soutien nécessaire.

Elle a ajouté que « la désinstitutionnalisation, à mon avis, est un tremplin essentiel pour mettre fin à la coercition en santé mentale. Le droit des personnes handicapées à l'égalité et à l'inclusion est désormais reconnu au niveau international notamment grâce à l'ONU Convention relative aux droits des personnes handicapées, la CDPH, adopté en 2006.

Mme Reina de Bruijn-Wezeman, dans un dernier point de sa présentation, a déclaré : « J'appelle le Parlement à prendre les mesures nécessaires pour abroger progressivement la législation autorisant l'institutionnalisation des personnes handicapées, ainsi que la législation sur la santé mentale autorisant le traitement sans consentement et de ne pas soutenir ou approuver des projets de textes juridiques qui rendraient plus difficile une désinstitutionalisation réussie et significative et qui vont à l'encontre de l'esprit de la lettre de la CDPH.

Avis du comité

Dans le cadre des procédures régulières de l'Assemblée parlementaire, un soi-disant avis sur le rapport d'une autre commission parlementaire a été présenté. Mme Liliana Tanguy de la commission sur l'égalité et la non-discrimination présente l'avis de la commission. Elle a noté que "l'assemblée a confirmé à plusieurs reprises son soutien au plein respect des droits des personnes handicapées". Elle a félicité Mme Bruijn-Wezeman pour son rapport, qui, selon elle, souligne clairement pourquoi la désinstitutionalisation des personnes handicapées doit faire partie intégrante de cette approche.

Elle a ajouté qu'elle aussi « tient à féliciter le rapporteur parce que son rapport va au-delà de simples positions politiques. Il attire l'attention sur les mesures concrètes que les États peuvent et doivent prendre afin d'assurer un processus de désinstitutionalisation pertinent, efficace et durable, respectant pleinement les droits des personnes handicapées ainsi que les sources de financement pour y parvenir.

Placé dans une institution est mis en danger

Mme Reina de Bruijn-Wezeman présentant son rapport à l'Assemblée (Photo : THIX photo)

Mme Reina de Bruijn-Wezeman, dans la présentation de son rapport, avait souligné que "le placement en institution affecte la vie de plus d'un million de citoyens européens et constitue une violation généralisée des droits énoncés à l'article 19 de la CDPH, qui appelle à un engagement ferme en faveur de la désinstitutionnalisation.

Cela doit être vu dans la perspective que les personnes handicapées sont parmi les personnes les plus vulnérables de notre société. Et que le fait d'être placé dans des institutions "les expose au risque de violations systémiques et individuelles des droits de l'homme, et beaucoup subissent des violences physiques, mentales et sexuelles", a-t-elle déclaré à l'Assemblée.

Le fait qu'il ne s'agisse pas de vains mots a été fermement confirmé lorsque M. Thomas Pringle d'Irlande, qui s'est exprimé au nom du Groupe de la gauche unifiée européenne, a choisi de donner quelques exemples d'Irlande et même de sa propre circonscription, où les abus sexuels sur les résidents d'un centre avaient venir à la lumière. Il a dit aux parlementaires de toute l'Europe qu'il y a eu une longue histoire d'abus en Irlande qui a été révélée au cours des dix dernières années ou plus, le gouvernement devant régulièrement s'excuser auprès des citoyens.

"Ce n'était qu'une question de temps avant que des excuses ne soient présentées aux personnes handicapées pour la négligence et les abus qu'elles ont subis alors qu'elles étaient hébergées par l'État", a ajouté M. Thomas Pringle.

Mme Beatrice Fresko-Rolfo, s'exprimant au nom du groupe Alliance des libéraux et démocrates pour l'Europe (ALDE), a noté que les personnes handicapées et leurs familles connaissent souvent une confusion dans le système institutionnel au détriment de leurs droits les plus élémentaires. « La plupart du temps, ils sont placés dans des institutions alors qu'ils pourraient très bien s'épanouir en dehors d'eux », précise-t-elle.

Elle a déclaré à l'Assemblée qu'elle « partageait personnellement tous les arguments sur les bénéfices qui découleraient de la désinstitutionnalisation, tant pour l'État que pour les personnes concernées et pour nos modèles de société ». Elle a ajouté que « Bref, une nouvelle politique de santé qui s'appuierait sur une augmentation des moyens humains et financiers pour les soins en ville ».

Les citoyens les plus vulnérables et les plus défavorisés

M. Joseph O'Reilly, s'exprimant au nom du groupe du Parti populaire européen et des démocrates-chrétiens, a souligné que "la véritable mesure d'une société civilisée est la façon dont elle répond à ses citoyens les plus vulnérables et les plus défavorisés". Et il l'a précisé, lorsqu'il a déclaré : « Pendant trop longtemps, notre réponse aux personnes handicapées a été l'institutionnalisation, le rejet des clés et des soins manifestement inadéquats, voire des abus. Nous devons désinstitutionnaliser les personnes atteintes de troubles psychiatriques. Le traitement psychiatrique est et a été la Cendrillon de la médecine.

M. Constantinos Efstathiou de Chypre a en outre commenté la nécessité de prendre soin des personnes vulnérables : "Pendant des années, l'institutionnalisation s'est avérée être l'excuse pour ne pas assumer notre responsabilité, une responsabilité et un devoir particuliers de prendre soin des personnes vulnérables". Il a ajouté que « la pratique du confinement et de l'oubli n'est plus acceptable. Nos concitoyens qui se trouvent être vulnérables doivent être soutenus et libres d'exercer leurs droits humains par principe, quel que soit le coût ou l'effort.

Mme Heike Engelhardt, d'Allemagne, a noté que « notre société dans son ensemble est appelée à fournir des formes de logement inclusives dans lesquelles les personnes âgées et les jeunes vivent ensemble, dans lesquelles les personnes sans handicap et les personnes ayant besoin d'assistance vivent ensemble en tant que voisins. De telles formes de vie nous rapprochent de cet objectif.

« Il est important et juste que la santé mentale ait sa place ici au Conseil de l'Europe », a-t-elle ajouté. « Nous devons nous assurer que nos recommandations respectent la Convention des Nations Unies sur les droits des personnes handicapées de 2006. La Convention comprend que les droits de l'homme s'appliquent à tous. Ils ne sont pas divisibles. Les personnes handicapées doivent être capables de prendre leurs propres décisions en tant que membres actifs de la société. Nous sommes ici aujourd'hui pour nous rapprocher un peu plus de cet objectif.

Désinstitutionnalisation requise

Débat à l'Assemblée (Photo : THIX Photo)

Mme Margreet de Boer, des Pays-Bas, a noté, "L'évolution vers la désinstitutionnalisation des personnes handicapées est à la fois fortement nécessaire et requise par les obligations des États en matière de droits de l'homme, où le placement en institution devrait être abandonné. Il est encore trop souvent utilisé dans toutes sortes de soins, tant pour les personnes handicapées physiques que pour les personnes souffrant de problèmes psychiatriques.

« Le but ultime de la désinstitutionnalisation est de permettre aux personnes handicapées de mener une vie ordinaire dans des lieux ordinaires, de vivre de manière indépendante dans leur communauté sur un pied d'égalité avec les autres », a noté Mme Fiona O'Loughlin d'Irlande.

Elle a ensuite soulevé la question rhétorique "Que devons-nous faire pour y parvenir?" Ce à quoi elle a répondu par la déclaration : « Nous avons besoin d'un déploiement complet de la formation de sensibilisation au handicap conformément au modèle de handicap des droits de l'homme. Ce n'est qu'alors que nous pourrons commencer à confronter les préjugés inconscients et à considérer et valoriser les personnes handicapées pour ce qu'elles sont en tant que citoyens de la société, capables de contribuer à la société et de vivre de manière indépendante.

Et une sensibilisation est nécessaire. M. Antón Gómez-Reino d'Espagne a exprimé la conviction que « nous vivons une période difficile pour l'égalité, il y a aussi de nombreuses forces obscures dans nos démocraties, elles mettent sur la table des discours sur les préjugés. Et c'est précisément pourquoi nous devons également renforcer notre engagement envers les personnes handicapées.

En accord avec d'autres intervenants, il a déclaré : "Il n'est pas acceptable que la réponse à nos concitoyens handicapés soit le confinement sans alternative, son oubli, et c'est la violation et l'absence de droits". Il a souligné que « nous devons aller au-delà des visions simples, pathologisantes et ségrégatives que certains défendent encore, et de ces modèles qui ne résolvent qu'avec la privation de liberté. Ces situations nécessitent une plus grande sensibilité et, surtout, un plus grand engagement des législateurs et du public.

Stratégie à long terme

Mme Reina de Bruijn-Wezeman, dans sa présentation, a clairement indiqué qu'un défi majeur consiste à veiller à ce que le processus d'institutionnalisation lui-même soit mené d'une manière conforme aux droits de l'homme.

Le processus de désinstitutionnalisation, a-t-elle expliqué, « nécessite une stratégie à long terme qui garantit que des soins de bonne qualité sont disponibles dans les milieux communautaires. Alors que les personnes institutionnalisées sont réintégrées dans la société, un service social complet et un soutien individualisé dans le processus de désinstitutionnalisation sont nécessaires afin de soutenir ces personnes et, dans de nombreux cas, leurs familles ou d'autres aidants. Cet accompagnement doit s'accompagner d'un accès spécifique à des services extérieurs aux institutions permettant aux personnes d'obtenir des soins, un travail, une aide sociale, un logement, etc.

Elle a averti que "si le processus de désinstitutionnalisation n'est pas géré correctement et sans tenir dûment compte des besoins particuliers de chaque personne concernée, cela peut avoir des conséquences fâcheuses".

M. Pavlo Sushko d'Ukraine a confirmé que cela serait nécessaire, sur la base de l'expérience de son pays. Il a noté que "de nombreux pays européens ont des stratégies de désinstitutionalisation ou ont au moins adopté des mesures dans le cadre d'une stratégie plus large en matière de handicap". Mais aussi, que ceux-ci doivent être faits en fonction des conditions existantes de ce pays particulier.

Il a déclaré que "chaque pays a son propre rythme et ses propres progrès dans cette réforme". Un point de vue partagé par d'autres intervenants.

Partage d'expériences

Plusieurs orateurs ont évoqué la scène de leur pays à la fois en bien et en mal. Les bons exemples suédois mentionnés par Mme Ann-Britt Åsebol se sont démarqués. Elle a souligné que les personnes handicapées ont droit à leur propre logement en Suède et au soutien nécessaire pour pouvoir mener une vie indépendante. D'autres exemples ont été cités en Azerbaïdjan et même au Mexique.

Mme Reina de Bruijn-Wezeman a déclaré Les temps européens qu'elle se félicite du partage d'expériences nationales dans le cadre du processus de désinstitutionnalisation dans différents pays qui a été signalé par les intervenants de l'Assemblée.

En conclusion du débat, Mme Reina de Bruijn-Wezeman a fait un commentaire lié à une préoccupation financière de certains décideurs politiques concernant les personnes souffrant de handicaps complexes. Elle a déclaré que "les soins institutionnalisés paient beaucoup d'argent pour un moins bon résultat en termes de qualité de vie". Elle a cependant également confirmé qu'il est vrai que la désinstitutionalisation est coûteuse pendant la période de transition lorsque les institutions fonctionnent encore et que les soins de proximité commencent. Mais ce n'est que pendant cette période de transition qu'elle estime être de 5 à 10 ans.

Mme Reina de Bruijn-Wezeman, en réfléchissant au débat, a raconté Les temps européens qu'elle apprécie le large soutien dont bénéficient son rapport ainsi que la résolution et la recommandation. Elle a cependant également noté qu'il y avait des «mais». Elle s'est référée entre autres à la déclaration de M. Pierre-Alain Fridez de la Suisse qui, tout en soutenant pleinement les objectifs du rapport, avait exprimé un « mais ». Il croyait que dans certains cas, l'institutionnalisation est malheureusement la seule solution pour de nombreuses raisons. Il a signalé des cas tels qu'un niveau très élevé de toxicomanie et l'épuisement des soignants familiaux.

Le droit de choisir et à la dignité

Dans un discours de clôture, la présidente de la commission des affaires sociales, de la santé et du développement durable, Mme Selin Sayek Böke, a réitéré que "chaque individu a le droit de choisir comment il souhaite vivre, avec qui il vit, où il vit et comment ils mènent leurs expériences quotidiennes. Chaque individu a droit à la dignité. Et à ce titre, toutes nos politiques doivent effectivement chercher à protéger et à garantir cette dignité, le droit à une vie digne. Et c'est le principe directeur du changement de paradigme que l'ONU a mis en avant avec la Convention relative aux droits des personnes handicapées.

Elle a souligné le fait que l'article 19 de la convention énonce clairement notre devoir de reconnaître l'égalité des droits des personnes handicapées et d'assurer leur pleine inclusion et participation à la société en : Premièrement, en garantissant le libre choix des conditions de vie ; Deuxièmement, assurer l'accès à ce choix, ce qui signifie que nous avons besoin des ressources financières et économiques pour le faire. Troisièmement, en garantissant un cadre global et holistique de fourniture de services publics par le biais de ces moyens financiers, allant de l'accès à la santé, à l'éducation, à l'emploi en bref, à l'accès à la vie non seulement pour les personnes handicapées, mais aussi pour leurs familles, afin que nous vraiment construire un service communautaire.

Elle a ajouté "Nous devons nous assurer que nous construisons ce système communautaire grâce à une stratégie systémique, grâce à une politique économique bien placée, grâce à un cadre holistique, grâce à une surveillance où nous nous assurons que cela se produit réellement."

M. Éctor Jaime Ramírez Barba, observateur à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe pour le parti Pan mexicain, a déclaré qu'"au Mexique, je pense que nous devrions suivre la recommandation donnée dans ce rapport, que j'espère que cette Assemblée approuvera".

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles