8.1 C
Bruxelles
Tuesday, Octobre 4, 2022

Deux manifestations en faveur du Parlement européen moins d'un an après la résolution du PE de suspendre le SPG+ pour le Pakistan

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://www.europeantimes.news
Le European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.

Plus de l'auteur

1 an après l'adoption par le Parlement européen d'une motion visant à revoir les relations commerciales avec le Pakistan, 2 manifestations ont eu lieu à Bruxelles pour soutenir cette proposition. Les manifestants demandent à la Commission européenne d'avoir plus de respect pour le Parlement européen.

Il y a eu deux manifestations en faveur du Parlement européen moins d'un an après la décision du Parlement européen de suspendre le SPG+ pour le Pakistan.

Gary Cartwright est un journaliste et un de mes collègues. Il enquête depuis des années sur les atrocités auxquelles les gens sont confrontés au Pakistan. Grâce à lui, j'ai beaucoup appris sur les droits de l'homme au Pakistan.
- Andy Vermaut

BRUXELLES, BELGIQUE, le 2 mai 2022 /EINPresswire.com/ — Le jeudi 28 avril, Bruxelles était dans le chaos. Pas moins de deux manifestations étaient prévues dans la matinée concernant les relations commerciales de l'Union européenne avec le Pakistan. Les militants estiment que la Commission européenne est trop indulgente en accordant un statut commercial préférentiel au Pakistan, malgré le fait que le Pakistan n'est pas un modèle de nation qui respecte les droits humains de ses citoyens. Les militants ont réussi à remettre leur mémorandum à Ursula von der Leyen et au commissaire européen au commerce Valdis Dombrovskis à la fin de la manifestation. Suite à un premier refus des services de la Commission européenne, le mémorandum a été reçu par un employé du service de presse de la Commission européenne après consultation téléphonique.

Andy Vermaut, co-fondateur pour le compte du mouvement de défense des droits fondamentaux Postversa et de l'Alliance internationale pour la défense des droits et libertés (AIDL) sur Schuman explique : "En effet. Le jeudi 28 avril 2022, il n'y a pas eu qu'une importante manifestation au Parlement européen à Bruxelles place Luxembourg organisée par l'Association européenne pour la défense des minorités sous la houlette du directeur Manel Msalmi. C'était juste avant une importante conférence au Parlement européen par Willy Fautré de Human Rights without Frontiers sur le statut SPG+ du Pakistan et ceci en co-organisation avec le journaliste d'investigation Gary Cartwright de EUtoday.net Parallèlement à cette conférence, il y avait une deuxième conférence autorisée manifestation sur la place Schuman à Bruxelles devant la Commission européenne et le Service pour l'action extérieure où nous, avec plusieurs militants dont Meena Qasimi, Jamil Maqsood, Sajid Hussain et Malik Bazi, avons exigé plus de respect pour les efforts du Parlement européen. Pour nous, le 28 avril 2022 était important à cet égard, car cela faisait exactement un an que le Parlement européen avait adopté une résolution sur le statut commercial préférentiel du Pakistan avec l'Union européenne.

Polination croisée mutuelle
Andy Vermaut : « Lorsque le Parlement européen a été créé, il était destiné à envoyer une déclaration au monde entier. La démocratie, qui n'est pas seulement un terme occidental, est un concept que nous pouvons peaufiner, améliorer et développer collectivement en collaborant avec des personnes d'autres points de vue, perspectives et idéologies pour parvenir à l'unité dans la diversité. Un modèle que l'Europe propage dans le monde entier, où les nations qui s'efforcent de vivre et de respecter les mêmes normes et valeurs peuvent profiter de notre modèle unique et du leadership moral qu'il fournit. L'Europe peut sembler fantastique sur le papier, mais lorsqu'il s'agit de respect entre les institutions d'une même Union européenne, nous constatons que la Commission européenne ignore la large majorité du Parlement européen. Non seulement nous avons le plus grand parlement du monde en Europe, mais nous avons aussi un fouillis d'idées et de coutumes séculaires que nous connaissons originaire d'autres civilisations; nous appelons cela la pollinisation croisée mutuelle. Alors que la démocratie a été façonnée par la pensée et la pratique occidentales dans l'histoire récente, elle possède de nombreuses qualités essentielles avec les assemblées villageoises qui contrôlaient la planète il y a des milliers d'années.

Courage et héroïsme
Andy Vermaut : « De plus, toutes les personnes ont des caractéristiques. Chacun de nous est né dans une famille et une communauté. Chacun de nous a un sens inhérent du bien et du mal, une sensibilité morale naturelle et une conscience. Nous apprécions et respectons tous le courage et l'héroïsme. L'enfant a un désir inné de satisfaire ses parents, et le parent a un désir inné de protéger son enfant. C'est sans aucun doute ce que nous appelons la nature humaine. Ce qui rend l'homme humain est universel et sert de lien entre eux. Ensemble, nous œuvrons pour garantir que les droits fondamentaux – liberté d'expression, de religion, de circulation, d'association et respect de la loi – ne soient pas la propriété exclusive d'un ensemble de nations ou le trait distinctif d'une culture par rapport à une autre. Ils sont largement applicables. Elles sont au cœur de la démocratie, comme elles le sont en Europe, lorsqu'elles sont associées à une gouvernance représentative.

Écrasante majorité
Andy Vermaut :« Jeudi 28 avril 2022, nous avons organisé une manifestation demandée sur la place Schuman à Bruxelles, aux côtés de l'Alliance internationale pour la défense des droits et des libertés (AIDL), Postversa asbl, l'Association européenne pour la défense des minorités, et UKPNP, dans lequel nous appelons la Commission européenne à respecter également les résolutions adoptées à une écrasante majorité au Parlement européen et à s'abstenir d'ignorer le Parlement européen. Aujourd'hui, quand je parle du Pakistan, mon cœur me serre abondamment. J'observe une détérioration des droits et libertés fondamentaux, ainsi qu'une population opprimée par une société féodale. Il y a un an, le Parlement européen a voté à une majorité écrasante une motion appelant à un réexamen du statut SPG du Pakistan, citant une augmentation « alarmante » du recours aux accusations de blasphème et une augmentation des agressions en ligne et hors ligne contre des journalistes et des groupes de la société civile. Notre Parlement européen (PE) compte désormais 705 membres et représente plus de 450 millions d'Européens (y compris le Président). Le Parlement européen est censé représenter les peuples des 27 États membres de l'Union et, surtout, veiller aux intérêts généraux de l'Union. Notre Commission européenne pourrait être considérée comme « l'administration au quotidien » de l'UE. Les membres de la Commission européenne sont appelés « eurocommissaires ». Chaque eurocommissaire est responsable d'un ou de plusieurs domaines politiques. Les eurocommissaires sont désormais au nombre de 27, un pour chaque État membre. Ils composent collectivement le Collège des Commissaires européens. Les eurocommissaires sont responsables de l'Union européenne dans son ensemble, pas seulement de leur pays d'origine.

Pouvoirs sinistres ?
Andy Vermaut : « Malgré la grande majorité, tant le Service pour l'action extérieure (notre ministre européen des Affaires étrangères) que la Commission européenne ont ignoré la décision du Parlement européen, discréditant ainsi le Parlement européen. Pourquoi la Commission européenne ignore-t-elle un travail qui a été approuvé à l'unanimité par le Parlement européen ? Quels pouvoirs sinistres sont à l'œuvre ici ? C'est pourquoi nous manifestions devant le bureau de Schuman, demandant pourquoi le Parlement européen était négligé. Nous voulons adhérer à la décision du Parlement européen et souhaitons inscrire la révision du statut SPG+ du Pakistan à l'ordre du jour de la Commission européenne. Face à l'augmentation du nombre de plaintes pour blasphème et d'agressions contre des journalistes et des groupes de la société civile, le Parlement européen a voté une résolution demandant pour un réexamen du statut SPG+ du Pakistan. L'Union européenne contribue-t-elle à la persistance de la pauvreté des économies en développement ? Se pourrait-il que des pays à faible revenu dans une zone spécifique mènent une guerre des prix parce qu'ils perdraient toutes les incitations si le Pakistan obtenait le statut SPG+ malgré ses violations des droits de l'homme ? Le SPG+ n'est-il qu'un instrument de négociation permettant à l'UE d'obtenir de plus grands avantages économiques au prix des droits des travailleurs dans des pays comme le Pakistan, où les institutions féodales persistent et favorisent les propriétaires terriens ? Depuis 1947, la population minoritaire du Pakistan a chuté de 20% à moins de 5% en raison de la coercition gouvernementale. Dans quelle mesure l'UE est-elle justifiée de conserver le statut SPG+ du Pakistan ? S'il vous plaît, Ursula von der Leyen, faites la promotion de la démocratie et luttez pour les droits de l'homme ; respecter le Parlement européen et s'abstenir d'abuser de son autorité ; prendre position pour les droits de l'homme et s'opposer au SPG+ pour le Pakistan, déclare Andy Vermaut.

Résolution
Andy Vermaut s'explique un peu plus sur la conférence au Parlement européen organisée exactement en même temps que sa manifestation de soutien sur la place Schuman devant la Commission européenne : « Oui. À la suite des violations des droits de l'homme au Pakistan, le Parlement européen (PE) a tenu une audition informelle le 28 avril pour s'enquérir de ce que la Commission européenne a fait en réponse à la résolution du PE du 28 avril 2021 demandant la suspension du statut commercial préférentiel SPG+ du Pakistan. . Seuls trois députés s'étaient opposés à l'adoption de la résolution, qui avait été soutenue par 681 députés. « D'examiner immédiatement l'éligibilité du Pakistan au statut SPG+ à la lumière des événements actuels et s'il existe des raisons suffisantes pour engager une procédure de retrait temporaire » et « de faire rapport sur cette question au Parlement européen dès que possible », demandait-il au Commission européenne (CE) et Service européen pour l'action extérieure (SEAE). Fulvio Martusciello, député européen, a présidé la session (groupe PPE). Directeur de Droits Humains Sans Frontières, Willy Fautre était un modérateur fantastique de cet événement. Je tiens également à remercier Manel Msalmi pour tous ses efforts pour rendre cela possible et Gary Cartwright qui a été notre motivation pour cette conférence et nos manifestations à Bruxelles. Gary Cartwright est un journaliste d'investigation et mon collègue. Il enquête depuis des années sur les atrocités auxquelles les gens sont confrontés au Pakistan. J'ai beaucoup appris sur les droits de l'homme au Pakistan grâce à lui. Willy Fautre est aussi un homme selon mon cœur. Depuis des années, il se dresse sur les barricades pour la liberté religieuse au Pakistan et lutte contre l'oppression que les chrétiens et les musulmans ahmadis modérés y subissent. Le Parlement européen devrait donc être fier d'avoir de telles personnes à ses côtés, luttant pour la justice pour le peuple pakistanais. Ce sont les vrais amis du Pakistan, parce qu'ils osent le confronter à la vérité. Manel Msalmi, quant à elle, se bat depuis des années pour la reconnaissance des minorités au Pakistan. Je pense que la Commission européenne devrait aussi apprendre à vraiment écouter ces gens. Ils ont à cœur les meilleurs intérêts du peuple pakistanais et de l'Union européenne. Nous voulons que chacun y jouisse pleinement de ses droits et libertés fondamentaux. C'est notre rêve ultime, car nous aimons tous le Pakistan », conclut Andy Vermaut.

Examen de l'UE
{PostVersa}
+32 (499) 35 74 95 XNUMX XNUMX
[email protected]
Rendez-nous visite sur les médias sociaux:
Facebook
Twitter
LinkedIn
Autres

Andy Vermaut, devant la Commission européenne : "Nous subventionnons indirectement des régimes qui exportent la terreur dans le monde entier depuis l'Europe."

article - Deux manifestations en faveur du Parlement européen moins d'un an après la résolution du PE de suspendre le SPG+ pour le Pakistan

- Publicité -
- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles