18.2 C
Bruxelles
Samedi, Octobre 1, 2022

La visite d'Erdogan dans un temple alévi a provoqué la colère de l'importante communauté sunnite

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://www.europeantimes.news
Le European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.

Plus de l'auteur

Le conflit a secoué la communauté alévie, la deuxième communauté religieuse de Turquie après les sunnites, bien qu'elle ne soit pas officiellement reconnue. L'occasion était une visite du président turc Recep Tayyip Erdoğan au temple alévi (jemevi) "Hussein Gazi" dans le quartier Mamak d'Ankara, qui est sous la direction de la "Fondation d'art et de culture Hussein Gazi" avec le président Huseyn Yoz, appelé « dede » (selon la terminologie alévie – chef).

Depuis de nombreuses années, il s'agit de la première visite du président turc dans un temple alévi. Erdogan a programmé sa visite pour coïncider avec la fête de Muharrem Aya (mois de Muharram, le premier mois du calendrier islamique), qui comprend également un jeûne de 10 jours (oruch), interrompu par la tradition musulmane avec un dîner iftar.

Selon toute probabilité, la visite n'aurait pas transgressé les limites du respect de la fête et de la tolérance, comme il était probablement prévu, s'il ne s'était passé quelque chose qui, pour le grand public, pourrait sembler étrange et sans importance. Il s'est avéré qu'à cause de la visite d'Erdoğan, le portrait du Prophète Hazrat Ali (Saint Ali), neveu et gendre du Prophète sunnite Muhammad (l'affection pour le Prophète Ali fut élevée au rang de culte chez les Alévis) et Hünkyar Hadji Bektash-i Veli, considéré comme un chef religieux, et aussi le fondateur de la République de Turquie, Mustafa Kemal Atatürk.

La Fédération alévie (AVF), qui regroupe les associations de la communauté, a accusé les animateurs de la Fondation d'art et de culture Hussein Ghazi de provoquer une scission et une confrontation entre les Alévis en faveur du Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir et du président. Selon le président de l'AVF, Haydar Baki Dogan, la Fondation d'art et de culture Hussein Ghazi fait partie de la Fédération. Mais les informations sur une visite aussi importante que celle du président Erdoğan n'ont pas été partagées avec ses dirigeants.

Dans une interview à T24, il a déclaré ce qui suit :

« La fondation, à notre insu, a présenté à la présidence une liste de sept personnes qui ont accueilli l'événement. Mais ce n'est pas le principal. Plus important encore, les portraits de Hazrat Ali, Hunkar Haji Bektash-i Veli et Atatürk sont l'inventaire permanent de chaque jamevi, sans quoi il n'est pas possible qu'il soit un temple pour les rituels et les visites. Et leur retrait est une profonde insulte et un manque de respect envers les sentiments primaires des Alévis. De plus, dans notre temple, il n'est pas accepté de rompre l'oruch (jeûne) dans le hall central, comme ils l'ont fait lors de la visite d'Erdoğan. Cela se fait dans une autre pièce (la salle à manger). Tout cela nuit aux sentiments religieux de nos membres et nous le considérons comme une provocation profonde visant à confronter et diviser la communauté à travers la Fondation. Voilà pourquoi avons-nous engagé une procédure pour l'exclure de la Fédération ».

De l'Association des alévis démocrates et de l'Association de la culture Pir Sultan Abdal, ils se sont également opposés à la visite, accusant l'AKP au pouvoir et le président d'hypocrisie et de doubles standards.

« Dzemevi est un lieu de culte, un lieu saint, pas un lieu pour recevoir des invités officiels. Il y a des bureaux pour ça. Est-ce que lorsque nous demandons une rencontre avec le président ou une personne responsable, ils planifient une réunion pour nous dans leurs mosquées. N'est-ce pas le président Erdoğan qui a qualifié les james de « maisons de plaisir ». Qu'est-ce qui a changé pour qu'il entre maintenant dans une telle maison ? a déclaré Ismail Atesh, secrétaire de la Fondation Pir Sultan Abdal.

Le chef de la Fondation Hussein Gazi, Dede Hussein Yoz, qui a accueilli la visite d'Erdogan, a confirmé que la visite avait provoqué un conflit profond, qui, selon lui, n'était pas justifié.

Hussein Yoz a déclaré au journal pro-gouvernemental Hurriyet que cette visite était un signe de respect.

« Le président était accompagné du vice-président Fuat Oktay, du ministre de l'Intérieur Suleyman Soylu, du ministre de la Culture et du Tourisme Mehmet Nuri Ersoy et du porte-parole de la présidence Ibrahim Kalan, venus nous rendre visite par respect. Je crois que la visite est très importante pour la communauté alévie. Dans les lois de notre pays, les temples Jamevi n'apparaissent pas comme des lieux de culte religieux, malgré la décision de la Cour européenne des droits de l'homme, qui n'a pas été appliquée par les dirigeants de l'État. Peut-être que cette visite sera l'occasion d'enfin le concrétiser ».

Un autre scandale s'est déroulé sur fond d'attaques contre trois temples alévis à Ankara il y a deux semaines. La police a arrêté un homme de 30 ans d'Izmir qui, selon ses propres aveux, avait perpétré les attentats tout seul. Cependant, trois autres personnes ont été arrêtées par la suite dans le cadre de l'affaire.

La police a déterminé que les attaques étaient planifiées ou ordonnées. On pense que certaines forces sont profondément au cœur de l'attaque.

Il y a quelques années, des éléments nationalistes ont attaqué le chef de l'opposition Kemal Kulçdaloğlu, un représentant de la communauté alévie, alors qu'il rencontrait des électeurs. Grâce à la sécurité de Kulçdaroğlu, la vie du chef de l'opposition a été sauvée.

Des informations sont également apparues selon lesquelles dans un certain nombre de villes de Turquie, divers panneaux ont été placés sur les maisons des alévis.

Parmi les dates les plus tragiques de l'histoire moderne des Alévis figure l'incendie criminel en 1993 d'un hôtel de la ville de Sivas, dans lequel 37 personnes, d'éminents représentants de l'élite intellectuelle des Alévis, sont mortes. L'incendie criminel a été perpétré par des islamistes sunnites fanatiques après la prière à la mosquée.

Selon diverses données, les Alévis en Turquie comptent environ 12 à 15 millions de personnes, ce qui représente 15 % des Turcs. Dans le même temps, cependant, de nombreux alévis n'osent pas faire de publicité de peur d'être harcelés par les autorités. La religion dominante en Turquie est celle des sunnites, considérés comme les seuls « orthodoxes ».

La communauté alévie de Turquie est considérée comme un pilier de la laïcité de l'État (pour cette raison, le portrait d'Atatürk est un attribut invariable chez les jamves) et de l'égalité entre les différentes confessions. Ils font partie des détracteurs les plus sérieux du président Recep Tayyip Erdogan et de son Parti islamo-conservateur de la justice et du développement.

Le chef de la principale force d'opposition – le Parti républicain du peuple (NRP) – Kemal Kulçdaroğlu est l'homme politique alévi le plus en vue de Turquie. Traditionnellement, les Alévis constituent le noyau de l'électorat du PNR.

Les médias proches de l'opposition associent la visite d'Erdogan aux élections présidentielles et parlementaires de l'année prochaine. Ils définissent la visite comme un geste tactique d'Erdoğan, qui se présentera à nouveau à la présidence, visant à inciter une partie des représentants de la communauté à voter pour lui.

Le journaliste Ihsan Charalan du journal d'opposition "Diken" a écrit que "avec cette visite, Erdogan vise à faire d'une pierre trois coups : dénoncer les dernières attaques, rassurer ses partisans, à savoir les islamistes sunnites, qu'il a effectivement visité un lieu culturel alévi fonder et finalement diviser l'unité alévie.

Et selon le commentateur du journal d'opposition Sozju Deniz Zeyrek, la visite d'Erdoğan au temple alévi d'Ankara est définitivement une manœuvre tactique pré-électorale.

"Je ne sais pas si les alévis apprécieront cette décision du président comme un geste sincère de voter pour lui, écrit-il, mais il est clair qu'Erdogan est conscient que pour remporter un nouveau mandat, il devra attirer De son côté les partisans d'Atatürk, qu'ils aiment vraiment, ceux qui se déclarent contre la corruption, l'anarchie et veulent une lutte active contre eux, ainsi que les voix des Alévis. Et en même temps, il est conscient qu'il ne gagnera pas sans attirer les suffrages des Kurdes à ses côtés, si, bien sûr, il parvient à vaincre la résistance de son partenaire, le nationaliste Devlet Bahceli ».

Photo par Sushil Nash on Unsplash

- Publicité -
- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles