12.9 C
Bruxelles
Monday, Octobre 3, 2022

Pour les chrétiens en temps d'épidémie

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://www.europeantimes.news
Le European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.

Plus de l'auteur

De la lettre de saint Denys († 264), évêque d'Alexandrie, sur les temps de persécution et l'épidémie de la soi-disant peste cypriote. La maladie, qui frappa l'Empire romain au IIIe siècle, reste dans l'histoire sous le nom de saint Cyprien de Carthage, qui en décrivit les symptômes. Environ cinq mille personnes mouraient chaque jour à Rome de cette maladie contagieuse. Saint Denys a écrit qu'il n'y avait plus à Alexandrie d'habitants âgés de plus de quarante ans. En cette période difficile, l'évêque d'Alexandrie a décrit le comportement des chrétiens et leur attitude face à la mort : non pas avec frivolité et confiance en soi, mais en imitant le Christ - comme la coupe amère qu'ils boivent par amour pour leurs voisins souffrants.

« … Après un court entracte, cette maladie est tombée sur nous ; pour eux (les Gentils), c'était la plus épouvantable de toutes les choses épouvantables, la plus cruelle de toutes les calamités, et, comme le dit leur propre écrivain, un événement extraordinaire auquel personne ne pouvait s'attendre. Pour nous, ce n'était pas comme ça; comme dans d'autres cas, le Seigneur nous a éprouvés et endurcis. La maladie ne nous entourait pas, mais elle frappait davantage les Gentils.

Beaucoup de nos frères, par abondante charité et mus par l'amour fraternel, sans se plaindre d'eux-mêmes, se soutenaient, sans crainte, visitaient les malades, les servaient sans relâche, les soignaient pour l'amour du Christ, mouraient joyeusement avec eux ; ils se remplissaient de la souffrance des autres, étaient infectés par leurs voisins et assumaient volontiers leurs souffrances. Beaucoup, soignant les malades et soutenant les autres, sont morts eux-mêmes, acceptant la mort pour eux…

C'est ainsi que sont décédés les meilleurs de nos frères : prêtres, diacres, laïcs. Ils les ont comblés de louanges, car une telle mort, possible uniquement grâce à une grande piété et une foi solide, était considérée comme égale au martyre.

Source : Eusèbe de Césarée, « Histoire de l'Église », vol. sept

Photo par Lévi Meir Clancy on Unsplash

- Publicité -
- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles