6.9 C
Bruxelles
Thursday, Septembre 29, 2022

Saintes Reliques

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://www.europeantimes.news
Le European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.

Plus de l'auteur

Construire une coopération interrégionale pour lutter contre la criminalité dans le secteur de la pêche

Construire une coopération interrégionale pour lutter contre la criminalité dans le secteur de la pêche  

0
L'ampleur et la croissance immenses du secteur de la pêche ont également conduit des acteurs à commettre des crimes dans le secteur de la pêche.
La Cour africaine confirme le droit à l'autodétermination et à l'indépendance du peuple sahraoui

La Cour africaine confirme le droit du Sahara occidental à l'autodétermination et à l'indépendance

0
Dans un récent arrêt historique, la Cour africaine a dénoncé l'occupation marocaine du Sahara occidental comme une grave violation du droit à l'autodétermination.
ONU : Coopération avec l'Arménie pour relever les défis liés à la drogue et à la criminalité

ONU : Coopération avec l'Arménie pour relever les défis liés à la drogue et à la criminalité

0
Signature d'une nouvelle feuille de route de coopération avec l'Arménie pour relever les défis liés à la drogue et à la criminalité

Auteur : Archimandrite Justin (Popovitch)

La matière est représentée dans le corps humain, sans aucun doute, de la manière la plus énigmatique, mystérieuse et complexe. Cerveau?! Quels merveilleux mystères s'accomplissent entre sa matière et son âme ! Quelle que soit l'expérience de la race humaine, ces mystères ne peuvent être ni compris ni compris. Seuls quelques-uns d'entre eux sont accessibles à la connaissance sensorielle-rationnelle humaine. De la même manière, le cœur humain est tout tissé de secrets célestes et terrestres. Chaque cellule du corps humain, chaque molécule et chaque atome sont tissés de la même manière. Tout et tout est sur son chemin mystérieux vers Dieu, vers le Dieu-homme. Après tout, la matière a été créée par le Dieu Logos, et elle est donc centrée sur Dieu. Par sa venue dans notre monde terrestre et par son économie divino-humaine en forme de chaîne pour sauver le monde, le Seigneur Christ a clairement montré que non seulement l'âme, mais aussi la matière ont été créées par Dieu et pour Dieu ; a montré qu'il y a un Dieu-homme. Après tout, la matière créée par le Dieu Logos avec tout son nerf intérieur frappe Dieu et est centrée sur Christ.

La preuve évidente en est que Dieu le Verbe s'est fait chair, s'est fait homme (Jean 1:14). Ainsi, la matière a reçu la majesté divine et est entrée dans l'exploit gracieux et vertueux de la déification et de la christification. Dieu s'est fait chair, s'est fait homme, afin que, devenu homme, tout le corps reçoive Dieu en lui-même, soit rempli de ses pouvoirs et de sa puissance miraculeux, de sa gloire et de son éternité suprachérubiques. Et tout cela arrive, et tout cela se réalise à travers le corps divino-humain de l'Église, qui est le Dieu-homme Christ dans la plénitude de sa personnalité divino-humaine, la plénitude de « Celui qui remplit tout en tous » (Eph. 1:23). Par cette vie divino-humaine dans l'Église, le corps en tant que matière, en tant que substance, est sanctifié par le Saint-Esprit et est ainsi trinifié par la Très Sainte Trinité. Ainsi, la matière comprend sa signification et son but divins les plus élevés, sa béatitude éternelle et sa joie divine-humaine immortelle.

La sainteté des saints, la sainteté de leurs âmes et de leurs corps, a sa source dans leur vie vertueuse de grâce zélée dans le corps divino-humain de l'Église du Christ. Ainsi, la sainteté embrasse toute la personnalité d'une personne : toute l'âme et tout le corps, tout ce qui entre dans la structure mystérieuse de l'être humain. La sainteté des saints n'est pas contenue seulement dans leur âme, mais s'étend inévitablement à leur corps, les saints ont à la fois une âme et un corps, et nous, honorant pieusement les saints, honorons toute leur personnalité, sans les diviser en une âme sainte et un corps sacré. D'où la vénération pieuse des reliques des saints - une composante naturelle de la vénération pieuse et de l'invocation priante des saints. Tout cela constitue un seul exploit indivisible, tout comme l'âme et le corps constituent une seule personnalité indivisible d'un saint. Au cours de sa vie terrestre, le saint atteint la sainteté de sa personnalité par la coopération gracieuse et vertueuse incessante et concordante de son âme et de son corps, remplit son âme et son corps de la grâce du Saint-Esprit, et les transforme ainsi en vases de sainte mystères et saintes vertus. Il est donc tout à fait naturel d'accorder une pieuse vénération aux deux vases de la grâce de Dieu. Après tout, la puissance remplie de grâce du Christ imprègne et bénit toutes les parties constituantes de la personnalité humaine et toute la personnalité dans son ensemble. Par leurs actions évangéliques incessantes, les saints sont progressivement remplis du Saint-Esprit, de sorte que leurs corps saints deviennent aussi des temples du Saint-Esprit (I Cor. 6:19 ; 3:17). Par la foi instillant le Christ dans leurs cœurs (Eph. 3:17), par l'amour actif et l'accomplissement des commandements (cf. II Cor. 13:13 ; Gal. 5:6 ; Jean 14:28) — Dieu le Père, par les exploits de grâce (cf. Ep 3:16; 3:3; I Cor. 2:12) étant établis dans l'Esprit Saint, les saints se trinisent, deviennent la demeure de la Très Sainte Trinité (cf. Jean 14:23; 17:21-23), le temple du Dieu vivant (II Cor. 6:16), et toute leur vie découle du Père par le Fils dans le Saint-Esprit. Et vénérant gracieusement les saintes reliques des saints, l'Église vénère les temples du Saint-Esprit, les temples du Dieu vivant, dans lesquels Dieu vit par sa grâce même après la mort corporelle du saint, et, selon son bon sens volonté, fait des miracles - d'eux et à travers eux. Et ces miracles qui se produisent à partir de saintes reliques témoignent que leur pieuse vénération par les gens est agréable à Dieu.

La pieuse vénération des saintes reliques, fondée sur leur œuvre miraculeuse, trouve son origine dans la Révélation divine. « Même dans l'Ancien Testament, Dieu a daigné glorifier les reliques de certains de ses saints par des miracles. Ainsi, en touchant les saintes reliques du prophète Élisée, le défunt était ressuscité (IV Rois 13, 21 ; Sir. 48, 14-15). 18; comparer III Rois 13:32). Le patriarche Joseph a laissé un testament aux fils d'Israël qu'ils gardent ses restes en Égypte et les emmènent dans la terre promise à l'Exode (Gen. 50, 25).

Le Nouveau Testament a élevé le corps à une hauteur divine sans précédent et l'a glorifié d'une gloire qui n'existe pas chez les chérubins et les séraphins. L'évangile du Nouveau Testament: le sens et le but du corps humain est qu'il, avec l'âme, atteigne et hérite de la vie éternelle dans la béatitude éternelle, le Seigneur Christ est venu pour sauver-christifier-déifier-déifier toute la personne, que c'est-à-dire à la fois l'âme et le corps, afin que par la résurrection leur procure la victoire sur la mort et la vie éternelle. Et personne n'a jamais glorifié le corps humain comme le Seigneur Christ l'a fait avec sa résurrection dans le corps, son ascension dans le corps au ciel et son siège éternel dans le corps à la droite de Dieu le Père.

Ainsi, le Seigneur ressuscité a introduit le gage de la résurrection dans la nature du corps humain et - "a créé le chemin de toute chair vers la résurrection d'entre les morts" (liturgie de saint Basile le Grand, prière pendant "Saint, saint, saint … »). A partir de ce moment, l'homme sait que le corps a été créé pour l'éternité par la virilité divine, et que sa vocation divine sur terre est de lutter avec l'âme pour la vie éternelle (cf. I Tim. 6:12 ; II Cor. 4 :18), combattre à l'aide de tous les moyens gracieux et vertueux et ainsi s'honorer soi-même, être rempli de la grâce de Dieu, se transformer en temple de l'Esprit Saint, en temple du Dieu vivant (cf. 1 Cor 3:16-17 ; 6:19 ; II Cor. 6:16).

Gardant à l'esprit que cet objectif néotestamentaire du corps humain a été atteint et réalisé dans la personnalité d'un saint, les chrétiens rendent également une pieuse vénération aux corps des saints, leurs saintes reliques, en tant que saints temples du Saint-Esprit qui habite en eux. avec sa grâce. Mais la Sainte Révélation montre qu'en raison de son amour incommensurable pour l'humanité, le Saint-Esprit demeure par sa grâce non seulement dans le corps des saints, mais aussi dans leurs vêtements. Ainsi, les mouchoirs et les tabliers du saint Apôtre Paul guérissent les malades et chassent les esprits impurs (Actes 19 :12) ; le prophète Élie frappe l'eau avec son manteau, divisant les eaux du Jourdain, et le Jourdain traverse le lit sec avec son disciple Élisée (2 Rois 2:8); le prophète Elisée lui-même fait de même avec le même manteau après l'ascension d'Elie au ciel (2 Rois 2, 1 4). Et tout cela a sa confirmation et son explication divines dans la puissance divine qui habitait les vêtements du Sauveur, qui s'enroulaient autour de son corps divin très pur (cf. Mt 9, 20-23). Et plus encore - par Son indicible philanthropie, le Divin Seigneur fait en sorte que les serviteurs de Sa Divinité fassent des miracles non seulement avec leur corps et leurs vêtements, mais aussi avec l'ombre de leur corps, comme en témoigne le cas de l'Apôtre Pierre : son ombre guérit les malades et chasse les esprits impurs (Actes 5, 15-16).

L'évangile immortel de la Sainte Révélation sur les saintes reliques et leur pieuse vénération a été témoigné et est sans cesse témoigné par la Sainte Tradition depuis l'âge apostolique jusqu'à nos jours. D'innombrables sont les saintes reliques des saints saints de Dieu à travers le monde orthodoxe. Leurs miracles sont innombrables. Leur pieuse vénération de la part des chrétiens orthodoxes est omniprésente. Et c'est sans doute parce que les reliques les plus saintes, par leurs miracles, nous incitent à une pieuse vénération. Dès le début, à l'époque apostolique, les chrétiens vénéraient pieusement les reliques honnêtes du saint Précurseur et des saints apôtres, et ainsi leurs reliques ont pu nous parvenir, et pendant les persécutions, ils ont caché, caché dans leurs maisons les restes sacrés de les saints martyrs. Et depuis ce temps jusqu'à nos jours, les saintes reliques des saints saints de Dieu, avec leurs miracles, versent la joie immortelle de notre foi Dieu-humaine dans le cœur des chrétiens orthodoxes. Les preuves en sont innombrables, n'en rappelons que quelques-unes.

Avec quelle émotion saint Chrysostome décrit le transfert festif et la rencontre des saintes reliques dans son Eulogie à saint Ignace (Patr. gr. t. 50, col. 594): Vous, habitants d'Antioche, avez renvoyé l'évêque et accepté le martyr ; ils l'ont laissé partir avec des prières, mais l'ont reçu avec une couronne, et non seulement vous, mais aussi les habitants des villes qui se trouvaient sur son chemin. Pensez à ce qu'ils ont tous dû ressentir au retour de sa sainte dépouille ! quelle douceur ils ont appréciée ! quelle admiration ils étaient ! qu'ils étaient heureux ! que d'éloges pleuvaient de partout sur le porteur couronné ! Comme un brave guerrier qui a vaincu l'ennemi et revient triomphalement de la bataille, les habitants le saluent avec admiration, ne le laissant même pas poser le pied à terre, mais ils le soulèvent et le ramènent chez lui dans leurs bras, le comblant d'innombrables louanges - de la même manière, les habitants de toutes les villes, à partir de Rome, ils l'ont porté l'un après l'autre sur leurs épaules et l'ont remis à notre ville, glorifiant le porteur couronné, louant le vainqueur… Pendant ce temps, le saint martyr a accordé la grâce à toutes ces villes, les ont confirmés dans la piété; et depuis lors, il a enrichi votre ville.

Racontant le pouvoir miraculeux des saintes reliques, saint Ephraïm de Syrie s'adresse aux saints martyrs : même après la mort, ils agissent comme s'ils étaient vivants, guérissent les malades, chassent les démons et, par la puissance du Seigneur, repoussent toutes leurs attaques maléfiques. . Après tout, la grâce miraculeuse du Saint-Esprit est toujours présente dans les saintes reliques (Éloge aux martyrs du monde entier qui ont souffert. – Créations, partie II, p. 497, M., 1881).

A l'ouverture des saintes reliques des saints. Gervasius et Protasius, Saint Ambroise s'adresse à l'auditoire et dit avec une admiration respectueuse: Vous avez entendu et même vu beaucoup de ceux qui ont été libérés des démons, et encore plus de ceux qui viennent de toucher les vêtements des saints avec leurs mains et ont été immédiatement guéris de leurs maladies. Les miracles des temps anciens ont été ravivés depuis la venue du Seigneur Jésus qui a répandu une grâce abondante sur la terre : vous voyez de vos propres yeux combien de personnes n'ont été guéries que par l'ombre des saints. Combien de mouchoirs les croyants passent-ils de main en main ! combien de vêtements différents qui ont été posés sur les restes sacrés et seulement en les touchant ont été remplis de pouvoir de guérison, se demandent-ils. Tout le monde essaie de les toucher au moins un peu, et celui qui les touche est guéri. (Episi. 22; Patr. lat. 16, col. 1022).

Justifiant la pieuse vénération des saintes reliques par les chrétiens, saint Ambroise proclame : Dans le corps d'un martyr, je vénère les blessures prises pour le nom du Christ, je vénère celui qui vit de l'immortalité de la vertu ; Je vénère la poussière sanctifiée par la confession du Seigneur ; J'honore dans la poussière la semence d'éternité ; J'honore le corps qui m'apprend à aimer le Seigneur et à ne pas craindre la mort pour lui… Oui, j'honore le corps que le Christ a honoré du martyre et qui régnera avec le Christ dans les cieux (Serm. 55,1.11 ; Patr. lat. 17, col. 718 et 719).

Racontant les miracles des saintes reliques, le bienheureux Augustin dit : De quoi d'autre ces miracles témoignent-ils, si ce n'est de la foi qui prêche que le Christ est ressuscité dans la chair et avec la chair est monté au ciel ? Car les martyrs eux-mêmes étaient des martyrs, c'est-à-dire des témoins de cette foi… Ils ont donné leur vie pour cette foi, pouvant la demander au Seigneur, au nom duquel ils ont goûté la mort. Pour le bien de cette foi, ils ont d'abord découvert une patience extraordinaire, de sorte que plus tard une telle force se manifesterait dans ces miracles (Sur la Cité de Dieu, livre 22, ch. IX, Kyiv, 1910).

Saint Damascène, résumant l'enseignement vivifiant de la Sainte Écriture et de la Sainte Tradition sur la pieuse vénération des saintes reliques, proclame chérubiquement depuis l'autel de son âme christique porteuse de Dieu : Les saints sont devenus par grâce (hariti) ce que le Seigneur Le Christ est par nature (fusei). C'est-à-dire qu'ils sont devenus des dieux par grâce : des demeures pures et vivantes de Dieu. Car Dieu a dit : J'habiterai en eux et j'y marcherai ; et je serai leur Dieu (II Cor. 6 :16 ; Lév. 26 :12). En même temps, la Sainte Écriture dit : Les âmes des justes sont entre les mains de Dieu, et le tourment ne les atteindra pas (Sagesse 3 :1). Après tout, la mort d'un saint ressemble plus à un rêve qu'à la mort. Et: La mort de ses saints est chère aux yeux du Seigneur (Pel. 115:6). Les mêmes, quoi de plus précieux que d'être entre les mains de Dieu !? Car Dieu est Vie et Lumière, et ceux qui sont entre les mains de Dieu sont dans la Vie et la Lumière, et Dieu par l'esprit (dia tou vou) habite aussi dans les corps des saints, comme l'apôtre en témoigne : Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et l'Esprit de Dieu habite-t-il en vous ? (I Cor. 3:16), le Seigneur est Esprit (II Cor. 3:17). Et une autre vérité de l'évangile : Si quelqu'un détruit le temple de Dieu, Dieu le punira « car le temple de Dieu est saint ; et ce temple, c'est vous (I Cor. 3, 17). Dès lors, comment ne pas honorer la spiritualisation de Dieu, les demeures corporelles spiritualisées de Dieu ? « Étant vivants, ils se tiennent hardiment devant Dieu. Le Seigneur Christ nous a donné les reliques des saints comme des sources salvatrices qui exsudent diverses bonnes actions et répandent de la myrrhe parfumée. Que personne n'en doute ! Après tout, par la volonté de Dieu, l'eau a coulé dans le désert d'un rocher solide pour un peuple assoiffé (Ex. 17, 6), et de la mâchoire d'un âne – pour l'assoiffé Samson (Jud. 15, 14-19). ) Est-il vraiment plus incroyable que les reliques des saints martyrs exsudent abondamment la myrrhe odorante ? honorer et respecter les saints. Selon la loi de l'Ancien Testament, quiconque touche un cadavre est considéré comme impur pendant sept jours (Nombres 19, 11).

Mais les saints ne sont pas morts. Puisque Celui qui est lui-même la Vie et l'Auteur de la Vie a été compté parmi les morts, nous n'appelons plus morts ceux qui se sont endormis, reposés dans l'espérance de la résurrection et avec foi en Lui — nous ne les appelons pas morts. Et comment un cadavre pouvait faire des miracles. Et puis - comment les démons sont chassés par l'action des saintes reliques, les maladies disparaissent, les malades sont guéris, les aveugles recouvrent la vue, les lépreux sont purifiés, les tentations et les troubles prennent fin, et tout bon don du Père des lumières ( Jacques 1:17) descend sur ceux qui prient avec une foi forte (de fide, IV 15).

La foi œcuménique de l'Église au sujet de la pieuse vénération des saintes reliques a été confirmée par les pères porteurs de Dieu du septième concile œcuménique par leur résolution : Notre Seigneur Jésus-Christ nous a donné les reliques des saints comme source salvatrice, déversant diverses bénédictions sur les faibles. Donc, ceux qui ont osé rejeter les reliques du martyr : si les évêques – qu'ils soient déposés, si les moines et les laïcs – sont privés de communion (AcL Vll, BiniiConcil. lV, p.794, 1636 – Traduit du serbe) . La Règle 7 du même Concile œcuménique dit : Si les églises honorables sont consacrées sans les saintes reliques des martyrs, nous déterminons : que la position des reliques soit complétée en elles par la prière habituelle. (Livre de Règles du Saint Apôtre, Saints Conseils de l'Univers et des Pères Locaux et Saints. Canada, 1971, p. 177),

Le fait que la pieuse vénération des saintes reliques fasse partie intégrante de l'économie divino-humaine du salut est également attesté par le fait suivant : selon tous les témoignages les plus anciens de la Sainte Tradition, des églises ont été construites sur les tombes et les reliques des saints. , et la sainte liturgie n'est pratiquée que sur l'antimension, dans laquelle se trouvent des particules de saintes reliques. En même temps, les livres liturgiques, en particulier le Menaion, regorgent de prières et d'hymnes qui parlent de la pieuse vénération des saintes reliques. Et la vie des saints est remplie de témoignages de leurs miracles, déversant dans le cœur des chrétiens orthodoxes la joie immortelle de notre foi orthodoxe-Dieu-humaine.

Tout est dans tout : le mystère des saintes reliques est au cœur du tout-mystère du Nouveau Testament : l'Incarnation de Dieu (cf. I Tim. 3, 16). Après tout, tout le mystère du corps humain s'explique par l'incarnation et l'incarnation de Dieu : le Dieu-homme du Seigneur Jésus-Christ. D'où l'évangile, l'évangile universel sur le corps : Le corps… pour le Seigneur et le Seigneur pour le corps (1 Corinthiens 6 :13). Et à travers le corps humain et toute la création, toute matière a acquis sa signification divine, la signification universelle divine-humaine (cf. Rom. 8:19-23). Après tout, une personne sanctifiée dans l'église avec de saints mystères et de saintes vertus, la créature et la matière sont sanctifiées, christifiées. Et donc une telle joie : les reliques myrrhe de nombreux saints. Ce précieux miracle a été donné aux saintes reliques pour montrer que les Chrétiens sont vraiment "le parfum du Christ pour Dieu" (II Cor. 2:15), ils encensent pour Dieu, le ciel. La vérité de l'évangile est la suivante : le péché humain est une puanteur devant Dieu ; et tout péché est un immonde encens pour le diable. Grâce à la coopération des saints mystères et des saintes vertus, les chrétiens deviennent « le parfum du Christ pour Dieu ». D'où les saintes reliques myrrhe-ruisselantes des saints.

Patrimoine patristique : une bibliothèque d'œuvres des saints pères et maîtres de l'Église © http://www.pagez.ru/

Photo de Ron Lach : https://www.pexels.com/photo/orthodox-icon-on-ornamented-wall-10628201/

- Publicité -
- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles