12.9 C
Bruxelles
Monday, Octobre 3, 2022

Jérusalem – la ville sainte

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://www.europeantimes.news
Le European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.

Plus de l'auteur

Écrit par archimandrite assoc. prof. Pavel Stefanov, Université Shumen « Bishop Konstantin Preslavski » – Bulgarie

La vue de Jérusalem baignée d'une lumière spirituelle éblouissante est passionnante et unique. Située parmi les hautes montagnes sur les rives d'une gorge profonde, la ville rayonne d'une lueur impérissable constante. Même s'il n'avait pas de signification historique particulière, il susciterait tout de même des émotions fortes par son aspect insolite. Vu des sommets de Skopos et d'Eleon, l'horizon est jonché de fortifications et de tours médiévales, de coupoles dorées, de remparts, de ruines romaines et arabes. Autour de lui se trouvent des vallées et des pentes, transformées en vastes pelouses vertes qui changent même les propriétés de la lumière. La vue est fascinante.

Selon les traditions du roi David, il s'appelle Jebus. En hébreu, Yerushalayim signifie « ville de paix » (cette étymologie n'est pas tout à fait précisée – pr), ce qui est un paradoxe, car dans son histoire millénaire elle n'a connu que très peu de périodes de paix. En arabe, son nom est al-Quds, ce qui signifie « saint ». C'est une ancienne ville du Moyen-Orient sur la ligne de partage des eaux entre la Méditerranée et la mer Morte à une altitude de 650-840 m. Il représente un mélange incroyable de monuments d'histoire, de culture et de peuples avec une énorme quantité de curiosités. Depuis les temps anciens, cette petite ville de province était appelée le « nombril » ou « centre » du monde en raison de sa signification religieuse exceptionnelle (c'est ainsi qu'elle est aussi appelée dans le prophète Ézéchiel 5 :5 – b.r). [i] À différentes époques, Jérusalem était une possession du royaume de Judée, de l'État d'Alexandre le Grand, de la Syrie séleucide, de l'Empire romain, de Byzance, du califat arabe, des croisés, de l'État ayyoubide, des Tatars-Mongols, des Mamelouks, l'Empire ottoman et l'Empire britannique.[ii]

L'âge de Jérusalem dépasse 3500 ans.[1] Les recherches archéologiques de cette ville, qui occupe une place exceptionnelle dans l'histoire spirituelle du monde, ont commencé en 1864 et se poursuivent à ce jour.[2] Le nom Shalem (Salem) a été mentionné pour la première fois en 2300 av. dans les documents d'Ebla (Syrie) et dans les inscriptions de la XIIe dynastie égyptienne. Selon une version, c'est un prédécesseur probable de Jérusalem.[3] Au XIXe siècle av. J.-C., mention est faite de Melchisédek, roi de Salem. Selon la Bible, il a rencontré Abraham et le roi de Sodome après une bataille victorieuse et lui a présenté du pain et du vin, en prenant une dîme (Gen. 19:14-18). Dans l'épître du Nouveau Testament aux Hébreux (20:5, 6; 10:6; 20:7, 1-10, 11, 15, 17) Saint Apôtre Paul prouve la dignité sacerdotale de Jésus-Christ dans l'ordre de Melchisédek.

Au XIVe siècle av. lors des fouilles des Pères franciscains autour de la chapelle « Dominus Flevit » (« Lamentation du Seigneur »), des objets en céramique et faïence datant du XVIe siècle av. J.-C., ainsi qu'un ornement en forme de scarabée d'Égypte, ont été découvert. Une découverte fortuite, un ensemble de tablettes cunéiformes de Tell el-Amarna en Haute-Égypte (vers 16 av. J.-C.), fait la lumière sur les archives royales d'Amenhotep III et de son fils Akhenaton. Parmi quelque 1350 notices sur terre battue de princes et de chefs de Palestine, de Phénicie et du sud de la Syrie figurent huit par un Abdu Heba, souverain de Jérusalem et vassal de l'Egypte. Dans ses lettres anxieuses au pharaon, Abdu Heba demande des renforts, qu'il ne reçoit pas, et perd la terre du pharaon "de habiru". Qui étaient ces tribus « habiru » ? Le lien entre eux et les anciens Juifs reste une question de conjecture.

L'histoire de Jérusalem commence avec la période proto-urbaine, à laquelle se réfèrent plusieurs sépultures. Avec sa première colonie à la fin de l'âge du bronze, elle est devenue une ville des Jébusiens, une tribu cananéenne. Il est situé sur le mont Ophel (à la périphérie sud-est de l'actuelle Jérusalem). "Mais les fils de Juda ne pouvaient pas chasser les Jébusiens, habitants de Jérusalem, et c'est pourquoi les Jébusiens vivent avec les fils de Juda à Jérusalem jusqu'à ce jour" (Isa. Nav. 15:63).[4]

De 922 à 586 av. Jérusalem est la capitale du royaume juif. La ville a été capturée par les Juifs, dirigés par le roi David (au cours de la dernière décennie, l'opinion a prévalu que la ville n'a pas été capturée par la force – br). David a trouvé un ancien sanctuaire existant ici et a renommé la ville Sion.[5] Il a construit un palais (2 Rois 5:11), mais ses fondations n'ont pas encore été découvertes. Le roi a rénové la ville et les murs, y compris le soi-disant Milo (1 Chroniques 11:8). La signification de ce terme n'est pas claire, mais on pense qu'il fait référence aux terrasses et aux fondations de l'acropole. Salomon transforme Jérusalem en une capitale somptueuse. Il doubla la taille de la ville et construisit un complexe de temples sur le mont Moriah (2 Chroniques 3 : 1).[6] Le pieux roi Ézéchias (727-698) a reconstruit les murs de la forteresse et creusé un tunnel d'approvisionnement en eau.[7] Le roi assyrien Sennachérib assiégea Jérusalem en 701, mais un ange du Seigneur tua 185,000 XNUMX de ses soldats et les envahisseurs se retirèrent.

En 598 av. le roi babylonien Nebucadnetsar assiège Jérusalem, qui tombe, et le roi de Judée Jeconiah est emmené captif à Babylone. Sédécias a été placé sur le trône en tant que vassal. Il s'est rebellé, espérant l'aide de l'Égypte. En 587, l'armée babylonienne revient et détruit Jérusalem. Presque tous les habitants furent emmenés captifs à Babylone. En 539 av. J.-C., le roi perse Cyrus le Grand vainquit les Babyloniens et publia un décret autorisant les Juifs à retourner à Jérusalem et à reconstruire le temple.[8]

L'année est 332 av. Les habitants de Jérusalem se sont rendus sans résistance à Alexandre le Grand, qui a confirmé les privilèges accordés à la ville par les dirigeants perses.[9]

Sous la direction des frères Maccabées, une révolte des Juifs éclata, qui dura de 167 à 164 av. Les occupants syriens d'Antiochus IV Epiphane, qui imposaient le paganisme, furent chassés.[10]

Les troupes romaines sous la direction de Pompée ont capturé Jérusalem en 63 av. La ville est devenue le centre administratif du protectorat romain de Judée.[11] Le plan moderne de Jérusalem date de l'époque d'Hérode le Grand (37-34 av. J.-C.).[12] Ce satrape est le plus grand bâtisseur de l'histoire de la ville. Il a reconstruit les murs hasmonéens et a ajouté trois grandes tours, a construit un complexe de palais administratif sur la colline ouest, appelé plus tard le « prétoire », et a reconstruit le temple. Les Juifs de la diaspora aspirent à la ville, dirigés par d'éminents intellectuels tels que Philon d'Alexandrie.[13]

L'oppression romaine a alimenté le mouvement secret de libération des Zélotes. L'apôtre du Christ Judas Iscariot leur appartient probablement.[14] En 66-70, les Juifs menèrent une révolte contre les Romains. Après un long siège, Jérusalem tombe. Le soulèvement raté entre dans l'histoire comme la guerre juive. Malgré l'ordre du général romain Titus de préserver le temple, il fut incendié et détruit le 9 août 70.[15] Plus tard, sur ordre de l'empereur Hadrien, la construction d'une ville appelée Elia Capitolina en l'honneur de l'empereur (Elius Hadrian) et de la triade capitoline (Jupiter, Juno et Minerva) a commencé sur les ruines de Jérusalem. La ville a été construite sur le modèle d'un camp militaire romain – une place dont les rues se croisent à angle droit. Un sanctuaire de Jupiter a été construit sur le site du temple juif.

Indignés par l'imposition du culte païen, les Juifs soulevèrent une seconde révolte contre les conquérants romains. De 131 à 135, Jérusalem était aux mains des rebelles juifs de Shimon bar Kochba, qui frappaient même ses propres pièces. Mais en 135 les troupes romaines reprennent la ville. L'empereur Hadrien a publié un décret interdisant à tous les circoncis d'entrer dans la ville. Après l'effondrement de l'Empire romain, la période byzantine commence et la ville prend peu à peu une apparence chrétienne.[16]

Sur le site du Golgotha, les Romains ont érigé un temple à Aphrodite. En 326, Sainte-Hélène et l'évêque Macaire dirigent la construction de l'église du Saint-Sépulcre. Des millions de pèlerins du monde entier ont commencé à affluer ici au fil des siècles.

En 1894, une célèbre mosaïque représentant Saint-Georges a été découverte dans l'église orthodoxe Saint-Georges à Madaba (aujourd'hui Jordanie). Terre et Jérusalem. Il date du VIe siècle et mesure aujourd'hui 6 x 16 m. L'image la plus grande et la plus détaillée au centre de l'œuvre est celle de Jérusalem et de ses monuments[5].

En 614, la ville a été capturée et pillée par le persan Shah Khozroi, et l'église du Saint-Sépulcre a été incendiée. Après 24 ans, saint patriarche Sophronius a ouvert les portes de la ville à un nouveau conquérant - le calife arabe Omar ibn al-Khattab, et Jérusalem a progressivement commencé à acquérir une apparence musulmane. Un peu plus tard, Mu'af Ier, fondateur de la dynastie des Omeyyades, est proclamé calife à Jérusalem. Une mosquée a été construite sur le site du temple juif détruit, qui pour les musulmans est le troisième plus saint après ceux de La Mecque et de Médine.

En 1009, le calife fou al-Hakim ordonna la destruction complète de l'église du Saint-Sépulcre. Ce sacrilège provoque une vague de contestation en Occident et prépare l'ère des croisades. En 1099, les participants à la première campagne sous la direction du comte Gottfried de Boulogne s'emparèrent de Jérusalem, massacrèrent tous les musulmans et juifs et transformèrent la ville en capitale du royaume de Jérusalem dirigé par le roi Baudouin Ier. En 1187, après un long siège , les troupes du sultan égyptien Salah-at-din (Saladin, 1138-1193) ont conquis Jérusalem. Toutes les églises de la ville, à l'exception de l'église de l'Ascension, ont été transformées en mosquées. [18]

Mais les chrétiens d'Occident ne désespérèrent pas et en 1189-1192 organisèrent la deuxième croisade sous la direction du roi anglais Richard Cœur de Lion. La ville tombe à nouveau aux mains des croisés. En 1229, Frédéric II Hohenstaufen devient roi du royaume de Jérusalem, qui réussit à restaurer temporairement le pouvoir des croisés à Jérusalem en profitant des contradictions entre les États musulmans. Cependant, en 1244, les Mongols-Tatars ont conquis la ville. En 1247, Jérusalem est prise par un sultan égyptien de la dynastie ayyoubide. Les Mamelouks sont arrivés au pouvoir - gardes du corps des sultans égyptiens, dont l'armée a été recrutée parmi des esclaves d'origine turque et caucasienne (principalement circassienne). En 1517, l'armée de l'Empire ottoman, après une victoire en Syrie sur les Mamelouks, a conquis la terre d'Eretz-Israël (le territoire de la Palestine) sans effusion de sang.

Pendant la Première Guerre mondiale, la Grande-Bretagne a établi le contrôle de la Palestine [19] De 1920 à 1947, Jérusalem était le centre administratif du territoire sous mandat britannique de la Palestine. Au cours de cette période, la population juive a augmenté de 1/3 principalement en raison de la migration en provenance d'Europe. La résolution n° 181 de l'Assemblée générale des Nations unies du 29 novembre 1947, connue sous le nom de résolution sur la partition de la Palestine, supposait que la communauté internationale prendrait le contrôle de l'avenir de Jérusalem après la fin du mandat britannique (15 mai 1948). ).[20] En 1950, Israël a déclaré Jérusalem comme sa capitale et toutes les branches du gouvernement israélien y étaient situées, bien que cette décision n'ait pas été acceptée par la communauté mondiale. La partie orientale de la ville est devenue une partie de la Jordanie. [21]

Après sa victoire dans la guerre des Six jours en 1967, Israël a pris le contrôle de l'ensemble du territoire de la ville, a légalement séparé Jérusalem-Est de la Cisjordanie et a déclaré sa souveraineté sur Jérusalem. Par une loi spéciale du 30 juillet 1980, Israël a déclaré Jérusalem sa capitale unique et indivisible. Tous les bureaux de l'État et du gouvernement d'Israël sont situés à Jérusalem. [22] L'ONU et tous ses membres ne reconnaissent pas l'annexion unilatérale de Jérusalem-Est. Presque tous les pays ont leurs ambassades dans la région de Tel-Aviv, à l'exception de plusieurs pays d'Amérique latine, dont les ambassades sont situées dans la banlieue de Jérusalem, à Mevasseret-Zion. Dès 2000, le Congrès américain a adopté la décision de déplacer l'ambassade à Jérusalem, mais le gouvernement américain a constamment reporté la mise en œuvre de cette décision. En 2006, les ambassades d'Amérique latine ont déménagé à Tel-Aviv et il n'y a plus d'ambassades étrangères à Jérusalem. Jérusalem-Est abrite les consulats des États-Unis et de certains autres pays en contact avec l'Autorité palestinienne.

Le statut de Jérusalem reste un sujet très controversé. Israël et l'Autorité palestinienne revendiquent officiellement Jérusalem comme leur capitale et ne reconnaissent ce droit à aucun autre pays, bien que la souveraineté israélienne sur une partie de la ville ne soit pas reconnue par l'ONU ou la plupart des pays, et les autorités de l'Autorité palestinienne n'ont jamais été pas à Jérusalem. Les Arabes nient même complètement la période juive de l'histoire de Jérusalem, contestant ainsi la Bible, acceptée comme révélation dans leur Coran. Après la victoire de la révolution islamique en Iran, l'ayatollah Khomeiny a établi un nouveau jour férié le 5 octobre – le jour d'al-Qods (Jérusalem). Chaque année à cette date, les musulmans prient pour que la ville soit libérée de la présence militaire israélienne[23].

Selon les derniers chiffres, les habitants de Jérusalem sont au nombre de 763,800 1948, alors qu'en 84,000 ils n'étaient que 96 43. Il y a 36 sanctuaires chrétiens, 1 islamiques et XNUMX juifs situés sur le territoire de la vieille ville, qui ne couvre qu'un kilomètre carré. Il est associé à la paix par son nom. C'est une ville de taille moyenne, provinciale, à bien des égards modeste et pourtant irrésistiblement attrayante qui inspire l'admiration et l'émerveillement. Deux religions mondiales ont été fondées à Jérusalem, et la troisième, l'islam, a adopté ses diverses traditions dans son credo. Mais au lieu d'être comme son nom l'indique « ville de la paix », Jérusalem s'avère être une arène d'affrontement.

La violence continue comme des actes dans un drame antique sans fin, mais dans lequel il n'y a pas de catharsis. Depuis les mêmes murs escaladés par les Romains en 70 après JC et les croisés en 1099, des jeunes palestiniens armés comme David de frondes ont bombardé des voitures de police blindées avec des pierres. Des hélicoptères tournent au-dessus, larguant des grenades lacrymogènes. A proximité, dans les rues étroites, les sons des trois religions qui tiennent la ville sacrée montent sans cesse – la voix du muezzin appelant les fidèles musulmans à la prière ; le tintement des cloches de l'église ; le chant des Juifs priant au Mur occidental - la seule partie préservée de l'ancien temple juif.

Certains appellent Jérusalem une « nécrocratie » – la seule ville où le vote décisif est donné aux morts. Partout ici on sent le lourd fardeau du passé peser sur le présent. Pour les Juifs, c'est toujours la capitale de la mémoire. Pour les musulmans, c'est al-Quds, c'est-à-dire. Le sanctuaire, de l'émergence de l'Islam au VIIe siècle à nos jours. Pour les chrétiens, c'est l'épicentre de leur foi, associée à la prédication, la mort et la résurrection de l'homme-Dieu[7].

Jérusalem est une ville où l'esprit de l'histoire est quotidiennement invoqué sans relâche et superstitieusement par des pays rivaux. Jérusalem est l'incarnation de l'influence de la mémoire sur l'esprit des hommes. C'est une ville de monuments qui ont leur propre langue. Ils réveillent des souvenirs contradictoires et construisent son image de ville chère à plus d'un peuple, sacrée à plus d'une foi. A Jérusalem, la religion se mêle à la politique. Il vit trop profondément absorbé par la fascination des croyances religieuses et des religions puissantes.[25] La révérence et le fanatisme des religions et des nationalités qui coexistent ici interagissent. Il n'y a jamais eu une seule vérité religieuse à Jérusalem. Il y a toujours eu beaucoup de vérités et d'images contradictoires de la ville. Ces images se reflètent ou se déforment et le passé coule dans le présent.

À notre époque, les hommes ont posé le pied sur la lune à la recherche de nouvelles terres promises et de nouvelles Jérusalem, mais jusqu'à présent, l'ancienne Jérusalem n'a pas encore été remplacée. Il garde une emprise extraordinaire sur l'imagination, tenant pour trois confessions à la fois proches et lointaines la crainte et l'espoir d'une Apocalypse exprimés en phrases tout à fait interchangeables[26]. Ici, la lutte religieuse pour conquérir des territoires est une ancienne forme de culte. Nationalisme et religion ont toujours été intimement liés à Jérusalem, où l'idée d'une terre promise et d'un peuple élu a été révélée pour la première fois aux Juifs il y a 3,000 XNUMX ans.

Les scribes et les prophètes de Jérusalem ont défié l'ancienne notion dominante selon laquelle l'histoire tourne nécessairement en rond, se répétant encore et encore. Ils expriment l'espoir primordial d'un progrès irréversible vers une vie meilleure et plus précieuse. Des variétés du Pentateuque et des livres de Josué, de Samuel et des Rois ont circulé à Jérusalem en tant que traditions orales au début du VIIe ou du IXe siècle av. Les preuves archéologiques et épigraphiques confirment à plusieurs reprises avec une précision remarquable les détails factuels des sources bibliques. Ici, le roi David composa les poèmes des Psaumes, et Salomon construisit le temple et profita de ses centaines d'épouses. Ici Isaïe crie dans le désert, et Jésus porte la couronne d'épines et est crucifié avec les brigands. Les chrétiens se sont rassemblés après sa mort dans cette ville et au nom de l'espérance ont conquis l'empire romain et tout le monde méditerranéen. Ici, selon la légende islamique, Muhammad vient sur un mystérieux cheval blanc ailé et monte au ciel sur une échelle de lumière. Depuis le XIIe siècle, les Juifs prient trois fois par jour au Mur des Lamentations, afin qu'ils puissent « retourner par miséricorde dans ta ville de Jérusalem et y vivre, comme tu l'as promis ».

Quatre mille ans d'histoire, d'innombrables guerres et des tremblements de terre extrêmement violents, dont certains ont causé la destruction complète des bâtiments et des murs, ont laissé leur empreinte sur la topographie de la ville. Elle a connu 20 sièges dévastateurs, deux périodes de désolation complète, 18 restaurations et au moins 11 conversions d'une religion à une autre. Jérusalem reste sainte pour les juifs, les chrétiens et les musulmans, pour tous les peuples du monde. "Demandez la paix pour Jérusalem" (Ps. 121:6) !

Notes:

[i] Wolf, B. Jérusalem und Rom : Mitte, Nabel – Zentrum, Haupt. Die Metaphern «Umbilicus mundi» et «Caput mundi» in den Weltbildern der Antike und des Abendlands bis in die Zeit der Ebstorfer Weltkarte. Berne ua, 2010.

[ii] Dictionnaire encyclopédique. Christianisme. TIM 1997, p. 586. Cf. Otto, E. Das antike Jérusalem. Archéologie und Geschichte. Munich, 2008 (Beck'sche Reihe, 2418).

[1] Elon, A. Jérusalem : La cité des miroirs. Londres, 1996, p. 30.

[2] Whiting, C. Imaginations géographiques de la « Terre sainte » : topographie biblique et pratique archéologique. – Contextes du XIXe siècle, 29, 2007, n° 2 & 3, 237-250.

[3] Elon, A. Op. cit., p. 54.

[4] Pour l'histoire ancienne de la ville, voir Harold Mare, W. The Archaeology of the Jerusalem Area. Grand Rapids (MI), 1987 ; Jérusalem dans l'histoire et la tradition anciennes. Éd. par TL Thompson. Londres, 2004 (Séminaire international de Copenhague).

[5] Cogan, La Jérusalem de M. David : Notes et Réflexions. – Dans : Tehillah le-Moshe : Études bibliques et judaïques en l'honneur de Moshe Greenberg. Edité par M. Cogan, BL Eichler et JH Tigay. Lac Winona (IN), 1997.

[6] Goldhill, S. Le Temple de Jérusalem. S., 2007.

[7] Le livre Jerusalem in Bible and Archaeology: The First Temple Period est consacré à l'histoire biblique de Jérusalem. Éd. par AG Vaughn et AE Killebrew. Atlanta (GA), 2003 (Série Symposium, 18)

[8] Dictionnaire encyclopédique. Christianisme. TIM, 1997, 587. Cf. Ritmeyer, L. Jérusalem au temps de Néhémie. Chicago, 2008.

[9] Ameling, W. Jerusalem als hellenistische Polis : 2 Makk 4, 9-12 und eine neue Inschrift. – Biblische Zeitschrift, 47, 2003, 117-122.

[10] Tromp, J. La signification religieuse de Jérusalem pour les Juifs à l'époque gréco-romaine. – In : À la recherche des villes saintes. Actes du colloque franco-néerlandais « Les Villes Saintes ». Éd. A. Le Boulluec. Turnhout, 2004 (Bibliothèque de l'École des hautes études. Sciences religieuses, 122), 51-61.

[11] Mirasto, I. Le Christ est ressuscité (En Terre de Dieu pendant la Semaine Sainte). S., 1999, p. 9.

[12] Julia Wilker, Fuer Rom et Jérusalem. Die herodianische Dynastie im 1. Jahrhundert n.Chr. Francfort-sur-le-Main, 2007 (Studien zur Alten Geschichte, 5)

[13] Pearce, S. Jérusalem comme « Ville-Mère » dans les écrits de Philon d'Alexandrie. – Dans : Négocier la diaspora : stratégies juives dans l'Empire romain. Éd. par JMG Barclay. Londres et New York, 2004, 19-37. (Bibliothèque d'études du Second Temple, 45).

[14] Hengel, M. The Zealots: Investigations into the Jewish Freedom Movement in tho Period from Herod I until 70 AD. Londres, 1989.

[15] Rives, JB Flavien La politique religieuse et la destruction du temple de Jérusalem. – Dans : Flavius ​​​​Josephus et Flavian Rome. Éd. J. Edmondson, S. Mason et J. Rives. Oxford, 2005, 145-166.

[16] Belayche, N. Déclin ou reconstruction ? La Palaestina romaine après la révolte de 'Bar Kokhba'. – Revue des études juives, 163, 2004, 25-48. Cf. Colbi, P. Une brève histoire du christianisme en Terre Sainte. Jérusalem, 1965 ; Wilken, R. The Land Called Holy: Palestine in Christian History and Thought. New York, 1992.

[17] Damyanova, E. Jérusalem comme centre topographique et spirituel de la mosaïque de Madaba. – In : Réflexions théologiques. Collecte de matériaux. S., 2005, 29-33.

[18] Shamdor, A. Saladin. Un noble héros de l'Islam. Saint-Pétersbourg, 2004. Cf. L'Orient au temps des croisades. Textes arabes présentés et traduits par A.-M. Eddé et F. Micheau. Paris, 2002.

[19] Grainger, J. La bataille pour la Palestine, 1917. Woodbridge, 2006.

[20] L'héritage chrétien en Terre Sainte. Éd. Par A. O'Mahony avec G. Gunner et K. Hintlian. Londres, 1995, p. 18.

[21] Keay, J. Semer le vent : Les germes du conflit au Moyen-Orient. New-York, 2003.

[22] Tessler, M. Histoire du conflit israélo-palestinien. Bloomington (IN), 1994. Cf. Kailani, W. Réinventer Jérusalem : la reconstruction israélienne du quartier juif après 1967. – Middle Eastern Studies, 44, 2008, n° 4, 633-637.

[23] Emelyanov, V. Que faire du problème d'al-Qods – Jérusalem ? A Moscou, ils ont célébré une date commémorative établie il y a 27 ans par l'imam Khomeiny. – https://web.archive.org/web/20071011224101/http://portal-credo.ru:80/site/?act=news&id=57418&cf=, 8 octobre 2007.

[24] L'héritage chrétien.., p. 39.

[25] Kalian, M., S. Catinari, U. Heresco-Levi, E. Witztum. « Famine spirituelle » dans un espace sacré : une forme de « syndrome de Jérusalem ». – Santé mentale, religion et culture, 11, 2008, n° 2, 161-172.

[26] Elon, A. Op. cit., p. 71.

Adresse courte de cette publication : https://dveri.bg/uwx

- Publicité -
- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles