6.7 C
Bruxelles
Mercredi, Avril 17, 2024
ReligionLe christianismeLes chrétiens de Syrie condamnés à disparaître dans 20 ans

Les chrétiens de Syrie condamnés à disparaître dans 20 ans

Le manque d'avenir pour la minorité chrétienne et la 7e conférence européenne de Bruxelles

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Willy Fautre
Willy Fautrehttps://www.hrwf.eu
Willy Fautré, ancien chargé de mission au Cabinet du ministère belge de l'Éducation et au Parlement belge. Il est le directeur de Human Rights Without Frontiers (HRWF), une ONG basée à Bruxelles qu'il a fondée en décembre 1988. Son organisation défend les droits humains en général avec un accent particulier sur les minorités ethniques et religieuses, la liberté d'expression, les droits des femmes et les personnes LGBT. HRWF est indépendante de tout mouvement politique et de toute religion. Fautré a mené des missions d'enquête sur les droits de l'homme dans plus de 25 pays, y compris dans des régions périlleuses comme l'Irak, le Nicaragua sandiniste ou les territoires maoïstes du Népal. Il est maître de conférences dans les universités dans le domaine des droits de l'homme. Il a publié de nombreux articles dans des revues universitaires sur les relations entre l'État et les religions. Il est membre du Club de la Presse à Bruxelles. Il est défenseur des droits de l'homme auprès de l'ONU, du Parlement européen et de l'OSCE.

Le manque d'avenir pour la minorité chrétienne et la 7e conférence européenne de Bruxelles

Les chrétiens de Syrie sont condamnés à disparaître d'ici deux décennies si la communauté internationale ne développe pas des politiques spécifiques pour les protéger.

C'était l'appel à l'aide urgente des militants syriens chrétiens venus témoigner à Bruxelles lors du colloque organisé par la COMECE, L'Œuvre d'Orient et l'Aide à l'Église en Détresse à la veille du 7th Conférence européenne de Bruxelles »Soutenir l'avenir de la Syrie et de la région. »

L'événement intitulé "Syrie – Défis humanitaires et de développement des acteurs confessionnels : une perspective chrétienne» a également donné la parole en ligne à des représentants de projets humanitaires et sociaux chrétiens en Syrie.

Une accumulation de menaces

Dans ce 13th année de guerre, les chrétiens font partie des 97% de la population mondiale qui vivent en dessous du seuil de pauvreté mais en plus l'érosion démographique de leur communauté semble irréversible. Quelques données alarmantes.

In Alep, 2/3 des familles chrétiennes ont "disparu" des radars : il n'en reste plus que 11,500 37,000 contre 2010 XNUMX en XNUMX.

Chaque famille chrétienne n'est composée que de 2.5 personnes en raison de la dénatalité qui s'explique par la migration massive des jeunes couples et l'absence d'avenir à construire en Syrie pour une éventuelle génération suivante.

De plus, selon certaines statistiques, environ 40% des familles restantes sont dirigées par des femmes, mais elles ont moins de possibilités d'emploi que les hommes.

L'âge moyen des membres de la communauté chrétienne est de 47 ans. En constante augmentation, cette tendance conduira à une communauté de plus en plus vieillissante condamnée à devenir de moins en moins dynamique et à mourir lentement sans descendance.

En outre, le tremblement de terre dévastateur de février et les violations flagrantes incessantes des droits de l'homme ont encore aggravé leur situation.

Pour l'instant, il n'y a pas de lumière au bout de leur tunnel même si les jeunes chrétiens sont prêts à relever le défi, mais il faut des financements pour construire un avenir, ont déclaré certains chrétiens syriens lors de la conférence.

Pas de changement de régime, pas de reconstruction, selon l'UE

Le 15 juin, le haut représentant/vice-président de l'UE, Josep Borrell, a déclaré lors de la 7th Conférence:

Josep Borell. Les chrétiens de Syrie condamnés à disparaître dans 20 ans

« La politique européenne sur la Syrie n'a pas changé. Nous ne rétablirons pas des relations diplomatiques complètes avec le régime d'Assad, ni ne commencerons à travailler à la reconstruction, tant qu'une transition politique véritable et globale n'est pas fermement en cours - ce qui n'est pas le cas. 
Tant qu'il n'y aura pas de progrès - et pour l'instant il n'y a pas de progrès - nous maintiendrons le régime des sanctions. Des sanctions qui visent le régime et ses partisans, et non le peuple syrien. »

Josep Borrell

Dans l'Église catholique, certains pensent qu'une grande attention est accordée de manière disproportionnée aux sanctions visant les 3% d'élite alors que l'on ne fait pas assez efficacement pour garantir le présent et l'avenir de la population pauvre (97%).

Les États-Unis et l'Union européenne ont cessé d'être des acteurs politiques crédibles en Syrie depuis septembre 2013, lorsque l'ancien président américain Obama a finalement échoué à recourir à une intervention militaire, malgré ses menaces verbales, après qu'Assad ait utilisé des armes chimiques contre sa propre population. Ce franchissement impuni de la ligne rouge américaine avait alors entraîné le retrait inéluctable du président Hollande de toute opération militaire conjointe. Le vide a été rapidement remplacé par la Russie et voilà que la Syrie d'Assad vient d'être réintégrée dans la Ligue arabe.

Certains membres de l'Église catholique soutiennent fermement la position selon laquelle la reconstruction est une priorité pour maintenir les Syriens de toutes confessions et ethnies sur leurs terres historiques et ne devrait pas être indéfiniment soumise à un changement politique illusoire à Damas. Ils considèrent que la reconstruction peut se faire sans légitimer le régime d'Assad. Ces voix doivent être écoutées et leurs options examinées.

Les institutions chrétiennes humanitaires étrangères et internationales ont leurs relais en Syrie. Ils peuvent activer leurs capacités humaines et logistiques pour servir la population syrienne dans sa diversité mondiale. Ce sont des partenaires fiables qui répondent aux exigences de transparence et de justice.

La petite minorité chrétienne est une chance pour la Syrie car elle peut avoir un impact significatif sur l'amélioration de la vie quotidienne de tous les Syriens. L'UE et les autres bailleurs de fonds devraient miser dessus car les Syriens méritent d'avoir la chance de vivre dans la dignité.

La solution 7th Conférence européenne de Bruxelles

BruxellesSyrie 7e rencontre SEAE Les chrétiens de Syrie condamnés à disparaître dans 20 ans
VII Conférence de Bruxelles « Soutenir l'avenir de la Syrie et de la région » (SEAE)

Le segment ministériel de haut niveau de la conférence a réuni les 57 et 14 juin des représentants de 15 pays, dont des États membres de l'UE et plus de 30 organisations internationales, dont les Nations unies, en plus des institutions de l'UE.

La solution 7th La conférence, qui prétend être le principal événement d'annonce de contributions pour la Syrie et la région en 2023, a réussi à mobiliser l'aide aux Syriens à l'intérieur du pays et dans les pays voisins, grâce à des engagements internationaux totalisant 5.6 milliards d'euros pour 2023 et au-delà, dont 4.6 milliards d'euros pour 2023 et 1 milliard d'euros pour 2024 et au-delà.

Christians Charity hope syria Les chrétiens de Syrie sont voués à disparaître dans 20 ans
Des chrétiens de l'association "Hope" en Syrie témoignent à Bruxelles (The European Times)

Les promesses de dons couvrent les besoins humanitaires des Syriens à l'intérieur de la Syrie, ainsi que le soutien au relèvement rapide et à la résilience, en aidant Syriens pour reconstruire leur pays et couvrir les besoins des 5.7 millions de réfugiés syriens dans les pays d'accueil, dans le voisinage : Liban, Turquie, Jordanie, Egypte et Irak, ainsi que les besoins des communautés qui les hébergent généreusement. 

De 2011 à ce jour, l'Union européenne et ses États membres ont été les plus grands donateurs d'aide humanitaire et de résilience à la Syrie et à la région avec plus de 30 milliards d'euros, mais ils ne sont plus des acteurs politiques et géopolitiques locaux.

Les chrétiens de Syrie espèrent que leurs projets éducatifs, sociaux et humanitaires inclusifs bénéficieront à leur juste valeur de cette manne financière. Seul le temps nous le dira.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -