9.2 C
Bruxelles
Wednesday, Février 28, 2024
InstitutionsUnited NationsGaza : le début de la trêve nourrit les espoirs de répit, d'accès aux populations en...

Gaza : le début de la trêve nourrit les espoirs de répit et d'accès aux personnes dans le besoin, selon les humanitaires de l'ONU

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Nouvelles des Nations Unies
Nouvelles des Nations Unieshttps://www.un.org
United Nations News - Articles créés par les services de presse des Nations Unies.

Ils ont réitéré leurs appels à l'accès à toutes les parties de l'enclave détruite par la guerre, où le nombre de morts s'approche de 15,000 XNUMX et où de nombreuses personnes déplacées dorment dans les rues.

Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), le porte-parole Jens Laerke a déclaré aux journalistes à Genève que l'espoir concernant l'accord entre Israël et le Hamas annoncé plus tôt cette semaine est "que la pause soit respectée, qu'elle nous permette d'atteindre les personnes qui ont besoin de nous et qu'elle soit respectée". étendu à un véritable cessez-le-feu humanitaire à long terme".

Outre la pause humanitaire de 96 heures dans les combats, l'accord, facilité par l'Égypte, le Qatar et les États-Unis, prévoit la libération des otages pris lors de l'attaque terroriste du Hamas contre Israël le 7 octobre, ainsi que des détenus palestiniens des prisons israéliennes. .

« Nous espérons que l’accord… apportera un répit à la population de Gaza et d’Israël et un certain soulagement aux otages et aux détenus qui seront libérés, ainsi qu’à leurs familles », a déclaré M. Laerke.

Atteindre les gens « où qu'ils soient »

Le porte-parole d'OCHA a souligné la « situation volatile et intense » qui s'est déroulée dans les premières heures de la trêve, soulignant que « le pipeline est assez long pour les secours et qu'une partie – une grande partie en fait – échappe à notre contrôle et doit être effectuée ». avec vérification des envois ».

Parlant de l’urgence d’atteindre les personnes dans le besoin « où qu’elles se trouvent », il a souligné la nécessité urgente de accès au nord de Gaza « là où les dégâts et les besoins humanitaires sont les plus importants » et qui a longtemps été coupée du sud de l’enclave et de l’aide des opérations militaires israéliennes.

D'autres évacuations d'hôpitaux sont prévues

Joignant sa voix aux espoirs que la pause se prolonge par un cessez-le-feu durable, l'agence de santé des Nations Unies (WHO), le porte-parole Christian Lindmeier a souligné le sort des patients et des agents de santé coincés dans les hôpitaux du nord de Gaza et a déclaré que la planification et efforts pour de nouvelles évacuations, notamment en provenance des hôpitaux d'Indonésie et d'Al-Ahli, sont en cours.

Mercredi, dans le cadre d'un effort conjoint entre les agences des Nations Unies et l'organisation humanitaire partenaire du Croissant-Rouge palestinien (PRCS), 151 blessés et malades, les membres de leurs familles et le personnel médical ont été évacués de l'hôpital Al-Shifa dans la ville de Gaza et transportés dans une ambulance et convoi de bus vers le sud.

M. Lindmeier a déclaré que WHO est « extrêmement préoccupé par la sécurité de la centaine de patients et agents de santé » restant à l’hôpital. 

Sur les 24 hôpitaux en activité dans le nord avant la guerre, 22 sont hors service ou incapables d'admettre de nouveaux patients, tandis que sur les 11 établissements médicaux du sud, huit sont fonctionnels. L'OMS a déclaré que parmi ceux-ci, un seul a la capacité de traiter des cas de traumatismes critiques ou d'effectuer des interventions chirurgicales complexes.

Carburant pour les opérations de sauvetage

À l'approche du début de la trêve vendredi à 7 heures, l'OCHA a noté un augmentation des bombardements et des affrontements violents, affirmant que les frappes aériennes, terrestres et maritimes israéliennes se sont intensifiées dans la majeure partie de Gaza, « parallèlement aux combats terrestres avec les groupes armés palestiniens dans le nord, à Jabalia en particulier », et que de nombreuses victimes ont été signalées.

Alors que le bilan des morts dans l'enclave a dépassé les 14,800 XNUMX jeudi soir, selon le bureau des médias du gouvernement de Gaza cité par OCHA, on estime que des milliers de personnes sont coincées sous les ruines de leurs maisons.

Dans le cadre de l'intensification humanitaire, Jens Laerke d'OCHA a insisté sur la nécessité de obtenir plus de carburant dans la bande de Gaza pour « faire fonctionner des machines pour sortir les gens des décombres », compte tenu des dégâts massifs causés aux infrastructures et de l’effondrement des bâtiments.

OCHA a rapporté que 68,383 18 litres de carburant sont entrés à Gaza en provenance d'Égypte jeudi, suite à une décision israélienne du XNUMX novembre « d'autoriser l'entrée quotidienne de petites quantités de carburant pour les opérations humanitaires essentielles ». Le Bureau des Nations Unies dit la semaine dernière qu'il faudrait environ 200,000 XNUMX litres de carburant par jour.

M. Laerke a souligné que le carburant qui entre dans Gaza est « à tout moment sous la garde de l’ONU » et est distribué par l'agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens, UNRWA.

'Le strict minimum'

On estime que plus de 1.7 million de personnes à Gaza sont déplacées à l'intérieur du pays et environ un million d'entre elles séjournent dans plus de 150 abris de l'UNRWA à travers la bande. 

Les refuges dans le sud, où les gens ont été forcés de fuir par les opérations militaires israéliennes, dépassent souvent leur capacité et OCHA a déclaré que la plupart des hommes déplacés et des garçons plus âgés dorment en plein air, dans les cours d'école ou dans les rues à proximité. 

In une déclaration Jeudi, le chef de l'UNRWA, Philippe Lazzarini, a souligné que les habitants de Gaza « méritent de dormir sans se soucier de savoir s'ils passeront la nuit ».

« C’est le strict minimum que chacun devrait pouvoir avoir », a-t-il insisté.

Lien Source

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -