18 C
Bruxelles
Sunday, Juin 23, 2024
InternationaleConférence internationale sur le nucléaire iranien : réalités et perspectives de sanctions

Conférence internationale sur le nucléaire iranien : réalités et perspectives de sanctions

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Robert Johnson
Robert Johnsonhttps://europeantimes.news
Robert Johnson est un journaliste d'investigation qui a fait des recherches et écrit sur les injustices, les crimes haineux et l'extrémisme depuis ses débuts The European Times. Johnson est connu pour avoir mis en lumière un certain nombre d'histoires importantes. Johnson est un journaliste intrépide et déterminé qui n'a pas peur de s'en prendre à des personnes ou à des institutions puissantes. Il s'est engagé à utiliser sa plate-forme pour faire la lumière sur l'injustice et tenir les personnes au pouvoir responsables.

Une conférence internationale intitulée « Le nucléaire iranien : réalités et perspectives de sanctions » a été organisée à Paris le 21 novembre 2023 de 6h30 à 8h à la Paris School of Business en présence d'experts de haut niveau, de journalistes, de chercheurs et d'étudiants. .

Le débat a été introduit par Professeur Frédéric Encel qui a commencé par mentionner que Nous abordons aujourd’hui une question très controversée compte tenu de la situation internationale concernant l’Iran, car nous parlons rarement de l’Iran et de sa politique économique, tant interne qu’externe, à travers les sanctions. Je voudrais rappeler que le 1er janvier 2007, la République Islamique d'Iran a été sanctionnée au niveau international et je voudrais m'attarder sur ce niveau car tous les membres du Conseil de Sécurité de l'ONU ont validé ces sanctions non seulement Washington, Paris Londres mais aussi Moscou et Pékin puis ils ont continué à maintenir ces sanctions même si certains pays comme la Chine les aident à travers des aides économiques et des contrats pétroliers..

Il a ajouté que le président Ahmadi Nijad venait à l'époque de remettre un document qui n'avait pas été accepté par le Conseil de l'ONU et qu'après ce délai rejeté par l'Iran, la communauté internationale avait pris une série de sanctions contre la République islamique d'Iran. Le soutien du Hezbollah au Liban, des Houthis au Yémen et du régime de Bachar Alassad nécessite de nombreuses capacités économiques et technologiques.

Hamdam Mostafavi, rédactrice en chef d'Express France a souligné que cela faisait plus de 20 ans qu'elle travaillait sur le régime iranien et les sanctions économiques.

Les sanctions sont-elles responsables des attentats terroristes du régime et du travail sur le marché noir ? Les ont-ils poussés à se rapprocher de la Chine et de la Russie et à soutenir des groupes terroristes comme le Hezbollah et le Hamas ? Est-ce qu’ils empêchent le régime de réprimer sa propre population ? Nous pensons que les sanctions sont contre-productives et nous savons qu’elles affectent lourdement la population iranienne. L'Iran a arrêté son programme nucléaire et les sanctions économiques ont été levées pour permettre au pays de bénéficier d'un soulagement économique.

Un autre élément important dans le développement de l’énergie nucléaire par le régime iranien est la recherche scientifique menée par les scientifiques.

C’est suffisant pour empêcher l’Iran de soutenir des groupes militaires au Moyen-Orient comme le Hezbollah, le Hamas et les Houthis. Les sanctions ont quelques effets sur l'économie du régime iranien qui a créé un autre système pour financer et soutenir ses milices ainsi que pour armer ses groupes militaires.

Héloïse Hayet, chercheur à l'IFRI, a mentionné que l'Iran utilise des mandataires pour faire la guerre aux pays voisins. Le programme nucléaire iranien a été stoppé par la résolution 2231 de l'ONU. Cette résolution oblige l'Iran à ne pas développer de missiles balistiques dans le seul but de créer une arme nucléaire. Plus important encore, cette résolution prend fin le 18 octobre 2023 mais personne n'en parle parce que nous étions concentrés sur un autre conflit au Moyen-Orient dans lequel l'Iran était également impliqué. La France, le Royaume-Uni et l'Europe ont décidé de maintenir cet accord concernant le développement de missiles balistiques. Cependant, les sanctions russes et chinoises sont levées, ce qui signifie que l’Iran pourrait envoyer des missiles balistiques à la Russie et vice versa, comme ce fut le cas lors de la guerre contre l’Ukraine.

Emmanuel Razavi, reporter au magazine Paris Match, expert de l'Iran, a commencé son discours en insistant sur le fait que l'Iran est un Etat qui parraine le terrorisme. L’Iran finance principalement ses mandataires, le Hezbollah, le Hamas et les Houthis. Il existe une définition d’une organisation terroriste et celle-ci s’inscrit dans le contexte du Hamas, du Hezbollah et des Houthis qui prennent des otages et mènent des attaques terroristes ciblées. Razavi a réalisé des reportages pour Paris Match sur les Houthis au Yémen et la révolution iranienne. L'Iran a institutionnalisé une économie parallèle. Les sanctions ont quelques effets sur l'économie du régime iranien qui a créé un autre système pour financer ses milices et soutenir ainsi qu'armer ses groupes militaires. Certaines armes sont données par le régime iranien aux Houthis au Yémen mais d'autres armes sont données à Isis selon les services de renseignement principalement français et américains. Ce business ne sert pas seulement les mandataires de l'Iran, mais aussi d'autres groupes terroristes comme Isis et d'autres organisations qui ne sont pas nécessairement chiites mais aussi sunnites comme le Hamas.

Khater Abou DiabLe docteur en relations internationales a évoqué la situation difficile au Moyen-Orient en raison de l'implication de l'Iran dans l'instabilité de la région. C'est un moment difficile pour parler de la situation au Moyen-Orient mais l'Iran est impliqué et c'est même lui qui profite de ce chaos. Ils essaient toujours de négocier les sanctions. Ce qui est important, c'est la manière dont l'Occident gère les sanctions contre l'Iran. Pourquoi l'Iran est-il si fort malgré toutes les sanctions ? La force du régime iranien vient de son idéologie islamiste et de ses mandataires, de ses milices comprenant les Houthis, le Hezbollah, le Hamas, le Jihad islamique, le régime de Bachar Alassad, des groupes chiites et sunnites avec une extension en Afrique. En France, il y avait dans le Nord un candidat à la présidentielle qui soutient le Hamas et qui est financé par l'Iran. L'Iran est partout et c'est pour cela que parler de sanctions touche aux droits de l'homme, au programme nucléaire et au financement du terrorisme.

Iris Faronkhondeh, docteur en études indiennes et iraniennes à l'Université Paris 3, a souligné l'influence de l'Iran dans la politique des otages et la complexité de la persécution des dirigeants de l'opposition. Comment pouvons-nous faire face à un tel régime. nous ne pouvons pas parvenir à un accord avec un État criminel sans un changement de régime. La population iranienne souffre de pauvreté et de marginalisation. Cependant, le régime dispose de nombreux moyens financiers qu’il utilise pour financer ses milices, créer l’instabilité dans la région et créer des armes nucléaires. Les tunnels du Hamas sont également construits grâce à l'aide du régime iranien et il existe des liens en termes de techniques utilisées par le régime et celles utilisées par le Hamas.

Le débat s'est terminé par une série de questions des étudiants qui souhaitaient obtenir des réponses des experts sur la stabilité, la sécurité et le programme nucléaire en Iran ainsi que son impact sur la région et sur l'UE en particulier en ce qui concerne la lutte contre le terrorisme et la montée du terrorisme. d'extrémisme.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -