9.7 C
Bruxelles
Sunday, Septembre 25, 2022

Comment le Met a été fait

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://www.europeantimes.news
Le European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.

Plus de l'auteur

Les discussions thématiques 2022 de la Commission des stupéfiants se concentrent sur les questions transversales de la politique en matière de drogue et des droits de l'homme

La Commission des stupéfiants se concentre sur les questions de politique en matière de drogue et de droits de l'homme

0
Les discussions thématiques 2022 de la Commission des stupéfiants se concentrent sur les questions transversales de la politique en matière de drogue et des droits de l'homme

Tu parles d'un anniversaire gâché. Pendant des années avant son 150e anniversaire, le Metropolitan Museum of Art avait prévu une vague de programmes de célébration : un refonte de ses galeries britanniques, débuts de dons majeurs de photographie et de dessin, de nouvelles expositions interculturelles, un symposium international sur la collection, une séance photo dans la Grande Salle avec le maire et un gros gâteau.

Au centre de ce jubilé à l'échelle de Busby Berkeley devait être "Faire le Met,” une exposition cartographiant l'évolution et les transformations de la collection du musée. Vous connaissez la suite : quelques jours avant l'ouverture prévue du spectacle, la pandémie de coronavirus a forcé ce musée et tous les autres à New York à fermer, et a transformé le XNUMXe anniversaire du Met en une annus horribilis.

Le musée prévoit maintenant une perte de revenus de 150 millions de dollars pour l'année et a réduit ses effectifs de 20 % par des licenciements, des congés et des retraites anticipées. Des spectacles ont été retardés ou annulés, des budgets resserrés. Le Met Breuer, son satellite de quatre ans, à succès et souvent raté, s'est terminé avec un gémissement; sa dernière exposition méticuleuse, du peintre allemand Gerhard Richter, n'a vu le jour que pendant neuf jours.

En juin, le directeur du Met, Max Hollein, s'excusait pour une déclaration de solidarité bâclée avec Black Lives Matter après que les meurtres de George Floyd et Breonna Taylor ont déclenché des disputes en ligne sur les méfaits passés et présents des musées. Plus tard ce mois-là, il a dû s'excuser à nouveau, après un conservateur senior a fait un faux pas sur Instagram alors que des manifestants dans tout le pays abattaient des statues. M. Hollein, utilisant un langage beaucoup plus direct que ses prédécesseurs, a concédé qu'"il ne fait aucun doute que le Met et son développement sont également liés à une logique de ce qui est défini comme la suprématie blanche".

Ainsi, le musée qui rouvre au public samedi, après de loin la plus longue fermeture de son histoire, a pris quelques coups, et "Making the Met" doit désormais répondre à des questions plus importantes. De quel genre d'institution s'agit-il ? Comment ce musée, tout musée universel, se rend-il compte aujourd'hui ?

Andrea Bayer, directrice adjointe des collections et de l'administration du Met, et Laura D. Corey, chercheuse principale au musée, ont tenté de créer ce compte avec une équipe de centaines de personnes, toutes créditées par leur nom à l'entrée de "Making the Met". ” Ses plus de 250 objets sont affichés, grosso modo, selon la date à laquelle le Met les a acquis plutôt que selon la période ou le lieu où ils ont été fabriqués. Ce principe d'organisation inhabituel vous permet de cartographier la croissance du Met d'une pièce à l'autre, même s'il crée des juxtapositions étranges et captivantes à travers le temps.

merlin 176156784 6b9ff582 e8cc 4eb3 be1e e053efdf155c articleLarge - Comment le Met a été fabriqué
La galerie d'ouverture de "Making the Met, 1870-2020". De gauche à droite : une figure de pouvoir Mangaaka du XIXe siècle du royaume Kongo ; « La Berceuse (Femme berçant un berceau) » de Vincent van Gogh (19) ; « Kouros » d'Isamu Noguchi ; "L'Age d'airain" de Rodin ; et la photographie de Marilyn Monroe de Richard Avedon en 1889.Crédit…Karsten Moran pour le New York Times

Masque corporel, du milieu du XXe siècle, créé par le peuple Asmat de Nouvelle-Guinée. Le jeune anthropologue Michael Rockefeller a négocié son achat avec les chefs du clan Asmat en 20 et a disparu la même année. musée d'art

Les dessins de Michel-Ange se mêlent à la statuaire égyptienne. Des harpes birmanes côtoient des dentelles flamandes. Le prologue de l'émission, où van Gogh et Rodin apparaissent avec une figure de puissance Mangaaka cloutée du royaume Kongo et une photographie de Richard Avedon de Marilyn Monroe, témoigne de la force et de l'étendue inégalées de la collection du Met, d'abord calquée sur l'Europe. musées et maintenant les surclasser.

Pour les visiteurs qui reviennent après cinq mois, la catholicité de ces galeries sera un régal. Voici un mini-Met réservé aux légendes, qui peut être apprécié en surface comme un trésor sursaturé. Mais dans sa structure, "Making the Met" concerne les ambitions et les angles morts d'une institution - et les schémas changeants de sens, de valeur et d'interprétation qui forment un cadre invisible autour de toute la beauté du monde.

Ces ambitions ont commencé en 1866, dans une bouffée d'optimisme américain après la fin de la guerre civile, et se sont concrétisées quatre ans plus tard avec l'acquisition d'un sarcophage romain. Le premier Met, comme les musées d'art presque contemporains de Philadelphie, Boston et Chicago, a obtenu des scores plutôt plus élevés en matière d'aspiration que de connaisseur. Peinture d'Anthony van Dyck de 1624 "Sainte Rosalie intercédant pour les pestiférés de Palerme". Un travail approprié pour notre époque actuelle, c'était parmi les premières acquisitions du Met. Crédit… Karsten Moran pour le New York Times

Les premiers achats de "Making the Met" incluent un beau buste en marbre de Benjamin Franklin, par le sculpteur français de l'époque révolutionnaire Jean Antoine Houdon, mais aussi des maîtres anciens mal attribués, des répliques de sculptures européennes et des milliers d'antiquités chypriotes que son premier directeur, Luigi Palma di Cesnola, fouillé avec quelque chose de moins que la rigueur scientifique. (Parmi ces premières acquisitions figure également le tableau d'Anthony van Dyck de 1624 représentant Sainte Rosalie, la protectrice de Palerme pestiférée, que j'ai eu la chance de voir dans les premiers jours de la pandémie.) "Il ne contient aucun exemple de premier ordre d'un génie de premier ordre", a déclaré un critique anonyme de The Atlantic Monthly - qui s'avère être Henry James.

Mais le Met était en cours, et à partir de là, "Making the Met" trace le développement de la collection dans neuf autres galeries chronologiques, reliées par une allée centrale qui affiche des projections de l'ancien bureau d'information du musée, de l'atelier de signalisation et des salles de réparation.

Une galerie se concentre sur les collections d'études approfondies du Met sur les textiles, les œuvres sur papier et les instruments de musique, établies au début du XXe siècle. Un autre se concentre sur les antiquités acquises grâce à des fouilles archéologiques financées par des musées dans les années 20 et 1920, lorsque le Met partageait les découvertes avec les pays hôtes en vertu d'un principe juridique désormais obsolète appelé "partage". Une imposante statue assise de la femme pharaon Hatchepsout, déterrée en Égypte en 30-1927, est entrée dans le Met de cette manière, ou du moins sa tête et son bras gauche l'ont fait ; le musée n'a reconstitué son corps que plus tard après avoir trouvé les autres morceaux à Berlin. L'imposante "Statue assise d'Hatshepsout" (vers 28-1479 av. J.-C.). Visible à travers la fenêtre se trouve l'obélisque "Cleopatra's Needle" dans Central Park.Crédit…Karsten Moran pour le New York Times

Les ultimes stimulateurs de la croissance de la collection, au premier Siècle d'Or comme à notre actuel, furent les plus riches de la ville : JP Morgan, Robert Lehman, et autres financiers et industriels qui héritèrent des goûts, et dans le meilleur des cas la noblesse oblige. , des princes européens. Ils ont entrepris de "convertir le porc en porcelaine", selon les mots plutôt gauches d'un des premiers administrateurs du musée - et "Making the Met" a des tas de leurs plus beaux dons, d'un exquis Lampe de mosquée du XIVe siècle, que Morgan donna en 1917, à un bruni 1636 portrait de van Dyck de la reine enceinte Henrietta Maria d'Angleterre, que Jayne Wrightsman a léguée au Met à sa mort l'année dernière.

La « Femme en chemise dans un fauteuil » de Picasso de 1913-14, dont les articulations disjonctives des bras et des seins doivent des dettes à la statuaire ouest-africaine, est une autre nouveauté ; Leonard Lauder l'a livré l'année dernière, une partie de son cadeau promis de peinture cubiste qui a renforcé les fonds d'un musée autrefois effrayé par le modernisme. « Le Christ mort avec des anges » de Manet (1864), dans lequel Jésus est vu oscillant entre la vie et la mort. Notre critique l'appelle "l'une des peintures les plus stupéfiantes de tout le musée".Crédit… Edouard Manet, via le Metropolitan Museum of Art

Les dons impressionnistes transformateurs de la famille Havemeyer (dont la fortune, un texte ici le reconnaît, ont été faites dans le commerce brutal du sucre) occupent presque toute une galerie dans cette exposition. Le « Christ mort avec des anges » (1864) de Manet, sans peur, un cadeau de Havemeyer dans lequel le Jésus jaunâtre, planant entre la vie et la mort, se dresse dans une grotte sans profondeur, reste l'une des peintures les plus stupéfiantes de tout le musée. Ici, il fonctionne presque comme un frein d'urgence, apparaissant avec la vigoureuse "Femme au perroquet" de Courbet (1866) et l'un des premiers paysages fluviaux en plein air de Monet, "La Grenouillère" (1869), mais aussi avec des dons Havemeyer comme des vases opalescents Tiffany et une impression de "La Grande Vague" de Hokusai, vers 1830-32. Une vue d'installation de certaines des acquisitions islamiques, dont, de gauche à droite : l'extrémité d'une balustrade ; au mur, un in-folio de « Hamzanama (Les Aventures de Hamza) » ; deux folios, l'un de l'album Shah Jahan et l'autre de l'album Shah Jahan ; et un « écran de fenêtre percé (Jali) » du début du XVIIe siècle. Crédit… Karsten Moran pour le New York Times

Pendant la Seconde Guerre mondiale, plusieurs responsables du musée ont rejoint l'effort pour sauver, cataloguer et restituer l'art pillé par les nazis. Ces «Monuments Men» – et plusieurs femmes – comprenaient James J. Rorimer, le directeur des Cloisters (et plus tard de l'ensemble du Met), dont le carnet ici est ouvert à un inventaire du butin qu'il a trouvé au château de Neuschwanstein en 1945; et Edith A. Standen, conservatrice de tapisseries et officier militaire décoré, qui a supervisé la restitution de milliers d'œuvres d'art aux musées d'État de Berlin. Elle est représentée ici par son uniforme militaire en laine rigide, qui fait maintenant partie du Costume Institute. "Night-Shining White" (vers 750), une peinture sur rouleau d'un coursier par le peintre Han Gan de la dynastie Tang.Crédit… Han Gan, via Metropolitan Museum of Art

Les acquisitions réalisées autour du centenaire du musée illustrent l'expansion d'après-guerre de la collection asiatique et des fonds islamiques ; la création de l'aile Rockefeller pour l'art d'Afrique, d'Océanie et des Amériques indigènes ; et une adhésion croissante à la création moderne et contemporaine. Arrêtez-vous devant « Night-Shining White », une peinture énergique sur rouleau d'un destrier par le peintre Han Gan de la dynastie Tang, et examinez la crinière hérissée et les narines évasées du cheval blanc. Examinez le remarquable masque intégral, tissé par le peuple Asmat de Nouvelle-Guinée, orné d'yeux en bois sculpté et de cils en plumes de casoar.

Et maintenant? La conclusion ouverte de « Making the Met » suggère quelques nouvelles priorités pour les départements du musée. L'équipe de sculpture européenne a acquis du Judaica vénitien, le département islamique a acheté des coiffes dorées pour un hajji indonésien, et la division moderne possède des œuvres récentes du sculpteur ghanéen El Anatsui et de l'artiste indien Mrinalini Mukherjee, objet d'une rétrospective Met Breuer l'été dernier. Une installation de "Making the Met". Sur le mur du fond se trouve "Dusasa II" d'El Anatsui, 2007.Crédit…Karsten Moran pour le New York Times

La conclusion est quelque peu baggy, mais pour une émission sur la collecte, cela peut être le point. Car le principal défi du Met en 2020 n'est pas quoi acheter. Il s'agit de savoir comment le montrer et si un musée vieux de 150 ans peut rester suffisamment agile pour forger de nouvelles pratiques de recherche, d'interprétation et d'exposition.

Il est facile d'identifier les lacunes dans une collection supposée « universelle », et très facile de poster des jugements anachroniques sur ce que vos prédécesseurs ont ignoré. Il est plus difficile et plus important de s'engager dans la structure profonde de la collection : comprendre ce que nous apprécions le plus, comment et pourquoi, alors que le musée tente de tracer la voie de l'eurocentrisme vers un véritable universalisme. Les avoirs du Met se sont mondialisés, c'est certain. Et ils ne sont pas aussi directement impliqués dans la violence coloniale que les musées ethnographiques remplis de butin d'Europe occidentale. Pourtant, si le « développement » du Met, comme le dit lui-même M. Hollein, est « lié à une logique de ce qui est défini comme la suprématie blanche », alors que célébrer exactement lors de cette fête d'anniversaire ? Une vitrine murale contient un éventail vertigineux de pièces complexes, dont une bouteille en verre islamique, des figurines en albâtre et une couverture de livre avec des figurines en ivoire datant d'avant 1085.Crédit… Karsten Moran pour le New York Times

La réponse, affirment Mme Bayer et son équipe dans "Making the Met", réside à l'intérieur des beaux objets eux-mêmes, dans les couches d'histoire qui se sont accumulées au cours du dernier siècle et demi. Ces œuvres, ayant voyagé à New York de tous les coins, portent des souvenirs de rencontres, des cicatrices de violence, de nouveaux noms, de nouveaux prix. Ils ont été transformés au fur et à mesure qu'ils se sont déplacés, et ils sont donc idéalement positionnés pour cartographier les intersections et l'interdépendance de nos histoires.

Mais pour articuler cette interdépendance, vous devez faire plus que combler les lacunes d'une collection prétendument universelle. Il faut une nouvelle « éthique relationnelle », selon les mots de l'historienne de l'art française Bénédicte Savoy et de l'économiste sénégalais Felwine Sarr, auteurs du rapport révolutionnaire de 2018 sur la restitution de l'art africain. L'éthique relationnelle signifie reconnaître que ce que le musée appelait autrefois "universel" était une vision du monde spécifique - qui ne devait pas être abandonnée en bloc, mais être absorbée dans un réseau mondial d'autres tactiques, d'autres approches, d'autres voix.

L'éthique relationnelle consiste à traiter les objets de la collection non pas comme des objets statiques de beauté, mais comme des vecteurs dont les significations et les valeurs changent au fur et à mesure qu'ils circulent parmi les peuples — comme l'a fait le Met dans "Globe entrelacé", son exposition textile incroyablement intelligente de 2013. Cela signifie ouvrir de nouveaux circuits de recherche et de collaboration qui s'étendent bien au-delà du 1000 Fifth Avenue - comme le Met l'a fait dans son émission à élimination directe actuelle "Sahel», dont les conservateurs ont travaillé avec des collègues au Sénégal et au Niger. L'éthique relationnelle signifie quelque chose de beaucoup plus profond qu'un exercice de case à cocher ; cela signifie élaborer l'humanisme que le Met est censé représenter dans sa mesure la plus complète et la plus globale.

Les réformistes de nos musées universels promettent désormais « l'inclusion ». Les radicaux en dehors d'eux préfèrent la « décolonisation ». Mais ces deux objectifs seront réduits à néant, comme l'ont compris Mme Savoy et M. Sarr, à moins que nous ne voyions la culture comme une chaîne infinie de différences, qui défie toujours les oppositions binaires que nous avons héritées de l'ère de l'empire, du colonialisme et de l'encyclopédie. collecte. Le Met en 2020 a le potentiel d'être un exemple de cette éthique relationnelle, et de placer la statue de Mangaaka, le dessin de Michel-Ange, la photographie de Marilyn Monroe dans un réseau de relations vécues - où tous d'entre nous, à tous fois, de tous lieux, retrouvez nos reflets dans l'art de tous peuples. C'est le seul métropolitain digne de ce nom.


Faire le Met, 1870-2020

Jusqu'au 3 janvier au Metropolitan Museum of Art, qui rouvre le 29 août. (Les jours d'aperçu des membres sont les 27 et 28 août.) Visitez metmuseum.org pour un aperçu des protocoles de sécurité et des informations sur la billetterie.

- Publicité -
- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles