1.5 C
Bruxelles
Wednesday, Février 28, 2024
SantéLes scientifiques ont découvert pourquoi nous bâillons

Les scientifiques ont découvert pourquoi nous bâillons

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Des chercheurs de l'Institut polytechnique d'Utica, à New York, ont analysé une étude détaillée sur le sujet

Le bâillement affecte les autres en les mobilisant et en augmentant leur vigilance face aux objets devant leur visage, écrit le magazine Science Direct, citant les résultats d'une étude américaine.

Des chercheurs de l'Institut polytechnique d'Utica, à New York, et du Département des sciences biologiques de la New Southwestern University de Fort Lauderdale, en Floride, ont analysé les dernières recherches sur le comportement animal, la psychologie et la neurologie qui prouvent des propriétés similaires. de bâillement.

Sa contagion est un signal de synchronisation et de coordination des activités de groupe. Ces réactions sont cohérentes avec la signification physiologique du bâillement, ainsi qu'avec la fréquence du processus chez les mammifères et les oiseaux, selon le contexte de la situation.

De plus, selon des études d'imagerie par résonance magnétique, les individus qui bâillent activent le cortex préfrontal et les zones du sillon temporal supérieur du cerveau qui sont responsables de l'attention lors de la recherche visuelle et de la reconnaissance des menaces potentielles.

Le scientifique Andrew Gallup confirme certaines de ces preuves par l'expérience. Les participants devaient chercher des serpents ou des grenouilles dans l'une des huit photos. Avant de voir les images, les volontaires ont visionné deux vidéos, l'une montrant des gens qui bâillent et l'autre une scène neutre.

Il s'est avéré que les sujets trouvaient les serpents dangereux plus rapidement s'ils avaient déjà vu des gens bâiller, mais cela n'affectait pas la vitesse à laquelle ils cherchaient des grenouilles.

Source : BTA

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -