1.6 C
Bruxelles
Samedi, Décembre 3, 2022

Un théologien sud-africain prendra la tête du Conseil œcuménique des Églises en 2023

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://www.europeantimes.news
Le European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.

Plus de l'auteur

Idées de Noël durables : 5 façons de rendre vos festivités respectueuses de la forêt

Idées de Noël durables : 5 façons de rendre vos festivités respectueuses de la forêt

0
Les publicités de Noël sont déjà là, la saison est réputée pour être une période d'excès et de gaspillage. Nos petits choix en tant que consommateurs peuvent avoir un impact important sur la planète

Le théologien et universitaire sud-africain, le révérend Jerry Pillay, prendra la relève en tant que secrétaire général du Conseil œcuménique des Églises (COE) en janvier 2023, a annoncé le COE.

Il a été élu le 17 juin neuvième secrétaire général de la COE's histoire depuis la communion de 580 millions de chrétiens dans 352 églises à travers le monde.

Le Conseil œcuménique des Églises compte dans son giron la plupart des églises orthodoxes, anglicanes, baptistes, luthériennes, méthodistes et réformées du monde, ainsi que de nombreuses églises unies et indépendantes.

« Notre tâche ici n'est pas de jouer à l'église. Notre tâche est en fait de suivre le commandement de Dieu », a déclaré Pillay, membre de l'Église presbytérienne unifiante en Afrique australe et actuellement doyen de la Faculté de théologie et de religion de l'Université de Pretoria.

Le secrétaire général élu du COE estime que grandir en Afrique du Sud en tant que personne d'origine indienne l'aidera à aborder les conflits et la souffrance,

Le secrétaire général élu du COE estime que grandir pendant une période de conflit et de souffrance en Afrique du Sud lui sera très utile lorsqu'il prendra ses fonctions à la tête de l'organisme œcuménique en janvier en tant que leader qui croit au dialogue .

Il est le deuxième Africain choisi pour diriger le COE.

Il remplacera le secrétaire général par intérim sortant, le révérend Ioan Sauca, qui a commencé à occuper ce poste en avril 2020 lorsque l'ancien secrétaire général, le révérend Olav Fykse Tveit, a été nommé évêque président de l'Église de Norvège.

Le comité central du COE, principal organe directeur du Conseil, a élu Pillay, laissant les Sud-Africains se réjouir que leur théologien soit le premier secrétaire général du COE de leur pays.

Il a tenu une conférence de presse hybride au cours de laquelle il a été interrogé sur sa vision du COE lorsqu'il prendra ses fonctions ; et d'autres questions, paraissant à l'aise pour y répondre.

« L'idée de justice et d'unité est importante pour moi. Je pense que l'unité est la tâche du COE – continuer à œuvrer à l'unité visible, et l'unité chrétienne est si importante. Et je le répète, une église divisée présente un témoignage très faible et faible et fragile à un monde très fragmenté.

Il a dit que l'unité est essentielle, tout comme la justice.

« Certaines personnes ont tendance à privilégier l'un par rapport à l'autre. Je tiens les deux sur un pied d'égalité.

Il a dit que le Dieu de justice nous demande « de prendre soin des pauvres et des délaissés… et de nous tenir aux côtés des opprimés dans leurs situations.

COMBATTRE L'APARTHEID

« Et le Conseil œcuménique des Églises l'a fait par le passé. Moi qui viens d'Afrique du Sud, c'est plus grand que mon expérience personnelle de la façon dont le COE a joué un rôle vital dans le démantèlement de l'apartheid, en se tenant aux côtés des chrétiens dans la solidarité », a expliqué Pillay

"Nous continuerons donc à faire avec d'autres parties du monde comme nous sommes avec les opprimés."

Pillay était l'un des deux candidats à l'élection au plus haut poste administratif du COE. L'autre était le Dr Elizabeth Joy, la première femme à être présélectionnée comme candidate au poste de secrétaire général dans l'histoire du COE.

Lorsque Pillay a étudié à l'université dans les années 1980, les institutions étaient réservées aux étudiants de premier cycle et, en tant qu'Indien sud-africain, il a fréquenté l'Université de Durban Westville.

Plus tard, il a obtenu un doctorat de l'Université de Rhodes, qui était pour les Blancs.

Un journaliste a interrogé Pillay sur le patriarche Kirill de Moscou « soutenant la guerre d'agression brutale de la Russie » en Ukraine et si cela pouvait entraîner la suspension de l'Église orthodoxe russe du Conseil œcuménique des Églises.

"Le Conseil œcuménique des Églises préconiserait le dialogue, les conversations, amener les gens autour de la table et demander, qu'est-ce qui incite et inspire aussi?" dit Pilay.

« Nous avons besoin du Patriarche ; nous avons besoin de l'Église orthodoxe russe avec nous dans ces conversations ; nous ne pouvons pas les avoir sans eux. Donc, la suspension n'est pas envisagée pour le moment, surtout si nous prônons des choses comme le dialogue."

COMPRÉHENSION PLUS PROFONDE

Pillay a déclaré que c'est le moyen d'acquérir "une compréhension et une appréciation plus approfondies des problèmes et d'être en mesure de prendre des décisions plus calculées basées sur une sagesse incisive".

Il a été interrogé sur ses origines en Afrique du Sud et a déclaré qu'il était né et avait grandi en tant qu'Indien sud-africain - d'origine indienne, "mais je n'ai eu aucun lien avec l'Inde. Mon arrière-arrière-grand-père, il y a probablement cinq générations, est venu à l'Afrique du Sud.

« J'ai visité l'Inde plusieurs fois ; J'ai essayé d'examiner certaines de ces connexions… Mais pour ma part, je suis vraiment d'origine sud-africaine, en tant qu'Indien.

Interrogé sur l'Afrique du Sud de Demond Tutu et Gandhi, Pillay a déclaré que l'une des choses sur l'Afrique du Sud en particulier qui les maintenait sains d'esprit au milieu de la folie de l'apartheid "était notre spiritualité".

"En ces jours sombres de l'apartheid, j'allais dans les townships (noirs), et j'étais si profondément inspiré, et pourtant même parfois troublé par le fait que je voyais des gens rire, prier, se réjouir et danser dans les rues.

« Et je me demanderais, comment diable pouvez-vous faire cela au milieu de la souffrance ? Et puis j'ai réalisé très vite la spiritualité dans cette souffrance.

Le Dr Agnes Abuom, modératrice du comité central du COE et l'évêque Mary Ann Swenson, vice-modératrice, se sont également adressés aux journalistes. Swenson a déclaré qu'un nouveau comité central serait élu lors de la 11e Assemblée du Conseil œcuménique des Églises.

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles