13.5 C
Bruxelles
Sunday, Septembre 25, 2022

Les ministres africains de la santé annoncent une nouvelle stratégie "pivotale" pour lutter contre les maladies transmissibles

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Nouvelles des Nations Unies
Nouvelles des Nations Unieshttps://www.un.org
United Nations News - Articles créés par les services de presse des Nations Unies.

Plus de l'auteur

Des crimes de guerre ont été commis dans le conflit en Ukraine, révèle une enquête de l'ONU sur les droits de l'homme

Des crimes de guerre ont été commis dans le conflit ukrainien

0
Des enquêteurs indépendants sur les droits de l'homme nommés par l'ONU ont déclaré que des crimes de guerre avaient effectivement été commis pendant le conflit.
De jeunes acteurs influents du changement reconnus par l'ONU

De jeunes acteurs influents du changement reconnus par l'ONU

0
Mercredi, l'ONU a annoncé la cohorte 2022 des jeunes leaders pour les objectifs de développement durable, reconnaissant leurs efforts pour assurer un avenir plus juste pour les personnes et la planète.
la nécessité de désamorcer la situation autour de la Zaporizhzhia

Ukraine : désamorcer la situation autour de Zaporizhzhia assiégée

0
S'adressant mardi au Conseil de sécurité, le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a de nouveau souligné la nécessité de désamorcer la situation autour de la centrale nucléaire assiégée de Zaporizhzhia en Ukraine. 
Ukraine : "L'intégrité physique" de la centrale nucléaire de Zaporizhzhya "a été violée à plusieurs reprises"

Ukraine : "L'intégrité physique" de la centrale nucléaire de Zaporizhzhya "a été violée à plusieurs reprises"

0
D'autres dommages à la centrale nucléaire assiégée de Zaporizhzhya en Ukraine "ne peuvent pas" se produire, a déclaré le chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). 
Alors que le fardeau des maladies cardiovasculaires, des troubles mentaux et neurologiques et du diabète augmente dans la région, les ministres africains de la santé ont approuvé mardi une nouvelle stratégie visant à renforcer l'accès au diagnostic, au traitement et aux soins des maladies non transmissibles graves.

Les ministres de la santé, rassemblement pour la soixante-douzième session de l'Organisation mondiale de la santé des Nations Unies (QUI) Comité régional pour l'Afrique à Lomé, au Togo, a adopté la stratégie, connue sous le nom de PEN-PLUS.

Ce plan sera mis en œuvre en tant que stratégie régionale pour faire face aux graves les maladies non transmissibles dans les formations sanitaires de référence de premier niveau. La stratégie soutient le renforcement des capacités des hôpitaux de district et d'autres établissements de référence de premier niveau pour diagnostiquer et prendre en charge les maladies non transmissibles graves.

Le lourd fardeau des maladies chroniques en Afrique

Les maladies non transmissibles graves sont des affections chroniques qui entraînent des niveaux élevés d'invalidité et de décès chez les enfants, les adolescents et les jeunes adultes. Dans le pire des cas, les patients ne vivent pas plus d'un an après le diagnostic. En Afrique, les maladies non transmissibles graves les plus répandues comprennent maladie drépanocytaire, le diabète de type 1 et de type 2 insulino-dépendant, les cardiopathies rhumatismales, la cardiomyopathie, l'hypertension sévère et l'asthme modéré à sévère et persistant.

« L'Afrique est aux prises avec un fardeau de plus en plus lourd de maladies chroniques dont les formes graves coûtent des vies précieuses qui pourraient être sauvées grâce à un diagnostic et des soins précoces », a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, directeur régional de l'OMS pour l'Afrique.

Elle a poursuivi en disant que la stratégie adoptée aujourd'hui est essentielle pour mettre des soins efficaces à la portée des patients et "marque une étape majeure dans l'amélioration de la santé et du bien-être de millions de personnes dans la région".

Dans la plupart des régions d'Afrique, les maladies non transmissibles graves sont traitées dans les établissements de santé des grandes villes. Cela exacerbe les inégalités en matière de santé, car cela met les soins hors de portée de la plupart des patients ruraux, périurbains et à faible revenu. De plus, ces établissements urbains manquent souvent de capacités et de ressources pour gérer efficacement les maladies non transmissibles graves.

Forfaits de traitement standardisés

La nouvelle stratégie exhorte les pays à mettre en place des programmes normalisés pour lutter contre les maladies non transmissibles chroniques et graves en veillant à ce que les médicaments, technologies et diagnostics essentiels soient disponibles et accessibles dans les hôpitaux de district.

Selon une enquête de l'OMS de 2019, seuls 36 % des pays de la région africaine ont déclaré disposer de médicaments essentiels pour les maladies non transmissibles dans les hôpitaux publics. Les gouvernements doivent veiller à ce que les personnes qui demandent des soins dans des hôpitaux privés puissent accéder aux services pour les maladies non transmissibles graves.

En outre, la stratégie recommande que les pays renforcent les protocoles de prévention, de soins et de traitement des maladies chroniques non transmissibles par la formation et le renforcement des compétences et des connaissances des agents de santé.

Les maladies non transmissibles représentent la plupart des dépenses personnelles des patients en Afrique et, en raison de leur nature chronique, entraînent souvent des dépenses de santé catastrophiques. En offrant des soins contre les maladies non transmissibles sous la forme d'un ensemble de services disponibles dans les établissements de santé primaires et de district, les patients verront leurs dépenses diminuer car ils dépensent moins d'argent pour le transport, l'hébergement dans les villes et moins de temps pour se rendre aux établissements de santé.

La stratégie PEN-PLUS s'appuie sur les initiatives existantes de l'OMS pour la détection, le diagnostic, le traitement et la prise en charge intégrés des maladies non transmissibles dans les établissements de soins de santé primaires. Il a donné des résultats prometteurs au Libéria, au Malawi et au Rwanda, avec une augmentation significative du nombre de patients ayant accès au traitement pour des maladies non transmissibles graves et une amélioration concomitante des résultats pour ces patients.

- Publicité -
- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles