12.8 C
Bruxelles
Saturday, Septembre 24, 2022

Une déesse vivante est vénérée au Népal

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Plus de l'auteur

La KEK partage les perspectives chrétiennes dans le dialogue sur la réconciliation

La KEK partage les perspectives chrétiennes dans le dialogue sur la réconciliation

0
Dans un cadre multiconfessionnel, la secrétaire exécutive de la KEK, Katerina Pekridou, a apporté des perspectives chrétiennes sur la réconciliation lors d'une conférence tenue à Sarajevo.
Se soucier de la sécurité : la CEC s'engage dans la sensibilisation et la formation à la sécurité pour les églises allemandes

Se soucier de la sécurité : la CEC s'engage dans la sensibilisation et la formation à la sécurité pour les églises allemandes

0
La violence contre les communautés religieuses est un défi croissant pour les croyants en Allemagne. Les communautés juives sont particulièrement touchées, mais les congrégations chrétiennes sont également confrontées à des niveaux croissants de vandalisme et de criminalité. La Conférence des Églises européennes (CEC), qui fait partie du projet Safer and Stronger Communities in Europe (SASCE) financé par l'UE, a organisé une formation interconfessionnelle pour les chefs religieux afin d'aborder la question. Il faisait partie de l'Assemblée annuelle de l'Arbeitsgemeinschaft Christlicher Kirchen in Deutschland (ACK), le conseil national de l'Église d'Allemagne, le 14 septembre 2022.

Les chrétiens adorent les icônes ou les statues du Christ, de la Vierge et des saints, et les bouddhistes allument des bougies devant les images des Illuminés. Au Népal, cependant, ils vénèrent toujours une déesse vivante - Kumari Devi. Son culte est considéré comme unique au monde, mais s'intègre parfaitement dans le riche panthéon des divinités orientales. Au Népal, le casting de la déesse est régulièrement organisé chez les petites filles. Cependant, la vie de "l'élu d'En-Haut" n'est pas facile du tout.

Shakti

"Kumari" vient du mot sanskrit "Kaumaria" - "vierge" et "Devi" signifie "déesse". Cette tradition, qui remonte au 10ème siècle, est basée sur des croyances anciennes. Ils viennent du texte philosophique hindou Devi Mahatmya selon lequel la déesse suprême de Durga, qui aurait manifesté toute la création depuis son ventre, réside dans les espaces intérieurs de chaque femme, à travers le Cosmos.

Les gens croient que la déesse Kumari porte les énergies féminines appelées « shakti ». Avec eux, elle peut guérir les malades, réaliser des souhaits spécifiques, bénir pour la protection et la prospérité. On pense que Kumari Devi a le pouvoir de relier le monde des vivants et le monde du divin. Au Népal, tant les hindous que les bouddhistes croient sincèrement que Kumari est une incarnation de la proto-déesse Durga (ou Taleju). Même les rois de cette partie du monde n'étaient pas autorisés à agir sans la bénédiction de Kumari.

Le backgammon

L'une des légendes sur son apparence raconte qu'un roi méchant a couché avec une fille mineure. Elle mourut et le souverain, afin d'expier sa culpabilité, introduisit le culte des déesses vierges dans le pays. Une légende plus courante sur le culte de la déesse vivante raconte qu'un jour le roi Jayaprakash jouait au backgammon avec la déesse Taleju et était sur le point de la séduire. Cependant, elle a discerné ses pensées impies, qui ont violé son statut divin. Elle se fâcha et disparut du monde des mortels, mais annonça qu'elle transmettrait sa sagesse à une petite fille qui n'avait jamais vu de sang de sa vie.

Casting

Ainsi, à ce jour, le casting est fait pour la déesse Kumari. Les candidates sont choisies parmi les filles entre 3 et 4 ans. Les plus appréciés sont les enfants qui n'ont pas perdu leur première dent de lait. Les familles de la future déesse doivent remonter au moins trois générations à la caste des bijoutiers Bara du peuple Newari. L'enfant lui-même doit être en parfaite santé et ne pas avoir de cicatrices ou de taches de naissance sur le corps. Passé ces exigences, passez à une étude approfondie de l'horoscope de l'enfant. S'il répond aux descriptions spéciales des livres anciens, les prêtres vérifient si l'enfant répond à 32 autres exigences (tests). Certains d'entre eux sont assez choquants.

Essais

La petite fille n'a qu'à pénétrer dans une chambre à demi-obscure, où sont éparpillées des têtes fraîchement coupées de buffles et de béliers, saignantes et à peine éclairées par des lanternes. Un vrai Kumari ne devrait montrer aucune peur. Puis elle doit passer la nuit dans un temple parmi des statues de dragons et de serpents, toujours sans montrer le moindre signe de peur. S'il traverse lui aussi ce cauchemar, la petite fille devra choisir des objets ayant appartenu au précédent Kumari parmi de nombreux objets placés devant lui.

Rituels

Devenir un Kumari est un grand honneur pour la famille de l'enfant, mais en même temps - un fardeau et une responsabilité. Lorsque la nouvelle déesse est choisie, des rituels quotidiens élaborés commencent à maintenir sa divinité. Elle ne doit pas marcher sur le sol et n'utiliser que des aliments spéciaux "propres". Chaque jour, la petite fille se fait maquiller très compliqué. Elle ne socialise avec personne sauf les serviteurs, les prêtres, sa propre famille et parfois quelques pairs bien choisis avec lesquels elle joue à des jeux apprivoisés. Un Kumari ne peut pas sortir à moins qu'il n'y ait un festival. Même alors, ses pieds ne doivent pas toucher le mauvais sol. La petite fille doit être portée dans les bras ou sur un palanquin (litière d'apparat pour les sacrés). Le but est de la protéger des blessures accidentelles. Parce que si elle voit son propre sang, elle devra être détrônée en tant que déesse.

Elle apparaît à la fenêtre de son palais à Katmandou tous les jours à 11 heures et bénit ses fidèles avec des mantras de guérison spéciaux qui lui ont été enseignés par des sages dévoués. Le reste du temps, personne ne doit la voir, ni même la photographier lorsqu'elle bénit. Avec le début de la puberté, la déesse vivante quitte le palais pour faire place au prochain Kumari.

Ils ont soulevé la question des droits de l'enfant

Cependant, les fondements de la tradition népalaise séculaire ont été sérieusement ébranlés ces derniers temps.

Les événements politiques dramatiques qui ont secoué le Népal jusque dans ses fondements entre 1997 et 2007 et transformé le pays d'une monarchie presque médiévale en une république fédérale moderne n'ont pas échappé aux anciennes règles de la vie kumari. En 2020, la Cour suprême a confirmé un plaidoyer des groupes de défense des droits de l'enfant qui a assoupli le régime sévère des «déesses vivantes», qui les a privés d'une enfance normale et a transformé leur palais de Katmandou en leur prison. Le tribunal a statué que Kumari devait jouir de tous les droits inscrits dans la Convention relative aux droits de l'enfant. La déesse pourra aller à l'école, voyager sans restriction et utiliser les services de santé.

La vie après le palais tourne au cauchemar

Après avoir quitté son palais, une ancienne Kumari a énormément de mal à s'adapter à la vie normale. Elle doit aller à l'école sans avoir la moindre idée de comment communiquer avec ses pairs, prendre soin d'elle. La fille Rashmila est la première des anciennes Kumaris à avoir réussi à faire des études et à travailler comme programmeuse. Les autres apprennent à peine à lire.

« Il m'était terriblement difficile de maîtriser les activités ménagères les plus ordinaires. Je détestais les «étrangers» - ma propre famille, avec qui je devais vivre, je détestais ma maison, qui était très différente du palais. Je ne savais pas comment m'habiller, comment sortir dans la rue. À l'âge de 13 ans, j'ai commencé la première année avec mon frère de 5 ans et je n'y comprenais rien. Je n'étais bon dans aucune matière, je ne connaissais même pas l'alphabet. C'était difficile pour moi, mais j'ai vaincu le Kumari en moi », s'enorgueillit l'ancienne déesse.

Celui qui épouse un ex meurt bientôt

Il y a actuellement neuf anciennes déesses vivantes vivant au Népal. Le plus âgé d'entre eux, Dill, a plus de 90 ans. Cependant, il y a une croyance que quiconque épouse une telle fille mourra bientôt. Cependant, Dill est une exception – elle a des enfants et des petits-enfants et son mari est vivant au même âge avancé. Chez elle, cependant, c'est dans une pièce où personne d'autre n'entre. Là, sous son portrait d'il y a 80 ans, elle répète les mantras secrets appris au temple. Et quand l'une des petites-filles lui demande ce qu'elle a appris en étant une déesse, Dil répond par un seul mot, "Patience".

- Publicité -
- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles